GRYFFONDOR : 39 pts | POUFSOUFFLE : 95 pts | SERDAIGLE : 159 pts | SERPENTARD : 77 pts
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
Le Deal du moment : -30%
Maillot de Football de l’Équipe de France
Voir le deal
63 €

Partagez

We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Desmond Lowe

Desmond Lowe


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 86
| AVATARS / CRÉDITS : Ben Whishaw *o* - Mordicus (c)
| SANG : Sang Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une falaise de l'île de Man
| PATRONUS : Un corbeau
| POINTS DE COMPÉTENCE :

We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY Empty
MessageSujet: We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY EmptyJeu 20 Mai 2021 - 5:16

Il eut un mauvais pressentiment sur la journée à venir quand il sentit un courant d’air effleurer sa nuque. Desmond était une personne qui se référait beaucoup à son intuition. C'était d’ailleurs grâce à cette dernière qu’il avait composé ses meilleures chansons. Les cheveux se dressèrent sur son crâne. Sur le qui-vive, il ouvrit grand les yeux et les oreilles. Il écouta le silence pendant quelques secondes.  

Puis, il réalisa que quelque chose était étrange : il ne reconnaissait pas l’endroit où il se trouvait. Il s’agissait d’une chambre assez petite, lambrissée de bois sombre sur les murs, dont le grand lit trônait en plein milieu. Elle était dotée d’une unique fenêtre donnant sur un mur. La cheminée était éteinte. Il régnait dans la pièce une odeur diffuse de bois brûlé et de tabac froid. En dépit du léger courant d'air sans doute dû à un vent-coulis, il faisait bon.

Une exclamation mourut dans la gorge de Desmond quand il réalisa qu’il avait les mains et les pieds attachés par une grosse corde. De plus, il portait en tout et pour tout un caleçon. Le reste de ses vêtements avait disparu ! Il cligna plusieurs fois des yeux dans l’espoir que tout ceci ne soit qu’un affreux cauchemar. Se tournant sur le côté intérieur du lit, il sursauta en reconnaissant Stubby. Le chanteur était en train de s’éveiller. Lui aussi avait subi le même traitement : pieds et poings liés, caleçon.  

De là où Desmond se trouvait, il détailla la chambre autant que possible. La recherche prioritaire étant sa baguette.  

— Ca va, Boardman ? marmonna-t-il à Stubby.  

La soirée de la veille se noyait dans un flou tout sauf artistique. Il ne lui parvenait que de vagues impressions. Sa tête lourde comme du plomb signifiait sans doute qu’il avait trop bu. Cependant, il était étrange qu’il ne se souvienne de rien.  

Il frottait nerveusement ses poignets l’un contre l’autre sans s’apercevoir que sa peau devenait rouge. Le geste devenait presque spasmodique. Être attaché lui rappelait les “jeux” de ses camarades Serpentard. Combien de fois lui avait-on infligé le maléfice du Bloque-Jambes pour ensuite l’enfermer dans une armure ou une malle ? Il avait passé des heures à imaginer des histoires et s’inventer une autre vie. Même au sein de sa propre Maison, il n’avait jamais été populaire. Etant plus jeune, il semblait avoir développé le “talent” discutable d’inspirer le mépris à autrui. Dès lors, il était devenu le souffre-douleur de tout le monde à Poudlard. Quand ce n’était pas les Serpentard, c’était les Gryffondor qui s’en prenaient à lui. Chacun y allait bon train. Au final, il avait appris que la solitude était sa meilleure alliée. Cela avait forgé son tempérament indépendant et approfondi sa relation avec Murphy.  

Plus il avait pris de l’assurance dans la musique et plus le regard des autres avait changé. Il avait pensé que ce genre de disgrâces serait à jamais derrière lui. De toute évidence, il s’était trompé.  

Il jeta un regard anxieux à Murphy qui se tenait debout devant. Elle observait les deux musiciens, les bras croisés.  

— Quelle belle brochette d’imbéciles vous formez, tous les deux ! s'esclaffa-t-elle. Dommage que je n’aie pas d’appareil photo pour immortaliser ça.  

— Fais quelque chose, réclama Desmond d’un ton sec.  

Stubby, qui n’entendait qu’une partie de cette conversation, prit peut-être cette directive pour lui. Le pianiste garda les yeux rivés sur son amie imaginaire qui rétorqua, fataliste :  

— Tu sais bien que je ne peux pas. Il va falloir vous débrouiller seuls, sur ce coup-là.  

Une moue contrariée apparut sur le visage du pianiste. Il tenta de ne pas penser au fait qu’il était toujours attaché et demanda :

— Où sont nos baguettes ?  

— Elles les ont prises.  

— Elles ?  

— Des filles. Elles gloussaient beaucoup en vous déshabillant.  

Elle jeta un coup d’œil appuyé en direction de Stubby. Son regard devint progressivement intéressé.  

— Ne le regarde pas comme ça, maugréa Desmond.  

— Tu préfères que je te regarde toi ? répliqua-t-elle, mutine.  

Aussitôt, son regard se promena sur le corps noueux du pianiste. Les joues de ce dernier se colorèrent légèrement et il pencha la tête, buté.  

— Je préfère que tu fasses quelque chose d’utile.  

Murphy leva les yeux au ciel et alla s’asseoir sur le rebord de la fenêtre. Son silence obligea Desmond à expliquer à Stubby :  

— Murphy a vu des filles nous voler nos baguettes et... nous déshabiller. Elles nous ont sûrement fait boire une potion de Sommeil. Tu te souviens de quelque chose, Boardman ?  

Il posa sur lui un regard plein d’espoir. Son propre esprit était enveloppé de coton. Impossible de se rappeler de quoi que ce soit. Heureusement qu’il avait une amie imaginaire qui possédait une meilleure résistance aux potions et aux sortilèges. A moins qu’il ait tout inventé ? Comment savoir jusqu’à quel point les propos de Murphy s’avéraient fiables ? Il n’avait jamais douté d’elle. Et en retour, elle ne l’avait jamais induit en erreur. Une fois encore, il décida de lui faire confiance.  

— J’attends, lança-t-elle soudain, tout en regardant ses ongles.  

Elle était nonchalamment appuyée contre la fenêtre fermée, une jambe relevée sur une longue jupe turquoise. Desmond haussa un sourcil indécis.  

— Je suis en présence de Stubby Boardman, je veux être présentée comme il se doit.  

Desmond lui jeta un regard oblique. Il n’ignorait pas son adoration pour le chanteur. Elle lui rabattait suffisamment les oreilles avec ses chansons préférées. Elle trouvait celles composées par le pianiste un tantinet trop sinistres, bien qu’il lui arrivât d’en écrire des enjouées. Desmond la soupçonnait de vouloir uniquement le contrarier.  

— Murphy tient à ce que je te la présente, articula-t-il du bout des lèvres.  

Sa réticence était palpable. Pourquoi son amie voulait-elle qu’il la partage ? Il n’aimait pas du tout ce qui se tramait. Pour un peu, il en aurait oublié qu’il était toujours attaché à un lit.

— Donc... elle est assise sur le rebord de la fenêtre et... elle te salue, expliqua-t-il maladroitement.  

Cette situation lui était intolérable. Une fois encore, il tortilla ses poignets et tira sur les cordes. En vain.  
Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 653
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Chaud bouillant


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY Empty
MessageSujet: Re: We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY EmptyDim 23 Mai 2021 - 13:25

La veille s’était déroulée une soirée en petit comité – comptez entre vingt et trente personnes – à la demeure d’un célèbre joueur de quidditch. Faisant fît de toute interdiction ministérielle, l’ensemble des invités avait beaucoup bu. Stubby n’avait pas dérogé à la règle et avait consommé de l’alcool plus que de raison. Avant ce jour, il pensait savoir à la perfection à quoi ressemblait un mauvais lendemain de soirée – et même un très mauvais. Il avait eu tort. Voilà à quoi ressemblait vraiment un très mauvais lendemain de soirée.
Quand il émergea du sommeil, il se sentit complètement perdu, groggy, engourdi. Il ouvrit les yeux avec difficulté, son regard était rivé vers un bas plafond constellé de tâches d’humidité. Il fronça les sourcils en entendant la voix familière qui l’appelait.
« Desmond… ? »
Il tourna la tête vers lui. Ses yeux s’arrondirent comme des soucoupes en le découvrant en sous-vêtements, les pieds et les mains noués. Il essaya de bouger et un élan de panique monta en lui quand il se rendit compte qu’il était aussi attaché et à moitié nu.
« Non. Non, ça va pas. » répondit-il après ces dramatiques constats en essayant vainement de se libérer des cordes.
Celles-ci frottaient contre sa peau qui rougit et s’échauffa rapidement alors que le reste de son corps frissonnait de froid. Comment s’étaient-ils retrouvés là ? Que s’était-il passé la nuit dernière ? Il ne parvenait pas à se souvenir. Il arrêta un moment de lutter pour regarder autour de lui, comme si cela allait lui donner des réponses. Il y avait une fenêtre qui ne faisait rentrer que peu de lumière dans la pièce, et une cheminée plus inutile encore. Il nota l’odeur qu’il trouva détestable.
« Fais quelque chose. » réclama Desmond, ce qui eut le don d’agacer Stubby.
« Comme si j’étais plus en état que toi, là. »
« Où sont nos baguettes ? »
« Je ne sais pas, Desmond ! »
Est-ce qu’il pouvait arrêter avec ses questions ? Sinon, le chanteur allait vite s’énerver. Mais, attendez…. C’était bien à lui qu’il parlait ou… ? Eh bien non. Stubby souffla d’exaspération avant de se remettre à tortiller ses mains et ses pieds. Autant le laisser dans son délire jusqu’à ce qu’il fut décidé à vraiment lui adresser la parole. Cela vint assez vite, néanmoins. Et cela le fit lever les yeux au ciel.
« Tu es sûr que c’est toi et pas Murphy qui a vu ça ? » Murphy n’existait que dans la tête de Desmond. « J’en sais pas plus que toi. Je me souviens de trucs, mais c’est pas clair. »
Il avait des souvenirs plutôt clairs du tout début de soirée. Puis, cela devenait de plus en plus nébuleux jusqu’à ce que ce soit le noir complet. Et de ce qu’il pouvait se rappeler, il n’avait rien remarquer de suspect.
« Murphy tient à ce que je te la présente. » sortit Desmond de nulle-part.
« Quoi ? » Il se fichait de lui ? « Tu crois vraiment que c’est le moment, là ? » s’agaça-t-il alors. « Putain, Desmond. On est attachés à moitié à poils je ne sais pas où ! Je veux pas être rude, mais là j’avoue que je m’en astique la baguette des présentations avec Murphy ! »
C’était vraiment un très mauvais lendemain de soirée. Il s’estimait presque heureux qu’on lui ait laissé son caleçon. Il se mit de nouveau à essayer de se libérer.
« Si c’est une blague, elle est pas drôle… »
Revenir en haut Aller en bas
Desmond Lowe

Desmond Lowe


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 86
| AVATARS / CRÉDITS : Ben Whishaw *o* - Mordicus (c)
| SANG : Sang Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une falaise de l'île de Man
| PATRONUS : Un corbeau
| POINTS DE COMPÉTENCE :

We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY Empty
MessageSujet: Re: We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY EmptyVen 28 Mai 2021 - 18:15

Stubby n’était pas dans son meilleur jour, ce qui n’avait rien d’étonnant étant donné les circonstances. Sans la présence de Murphy, Desmond se serait senti encore plus angoissé qu’il ne l’était déjà.  

La jeune femme ouvrit des yeux ronds face aux propos du chanteur. La stupeur, l’irritation et la colère passèrent graduellement dans ses pupilles. Finalement, il ne resta que la colère. Croisant les bras, elle lança :  

— Bien, étant donné à quel point je suis mal reçue, je vous laisse, messieurs !

Piquée à vif, elle ouvrit la fenêtre juste derrière elle et sortit en escaladant la gouttière. Desmond ne la vit pas faire –il était trop entravé pour cela- mais il le devina. Son amie était très agile, en tous cas beaucoup plus que lui.  

— Bravo, grinça-t-il entre ses dents à l’adresse de son acolyte. Tu l’as vexée.  

Murphy aurait pu leur être d’une aide précieuse. Elle savait des choses qui leur étaient inaccessibles. Boardman était bien trop obtus pour avoir envisagé cet avantage. A présent, il était trop tard.  

— Comme d’habitude, tu ne prends pas en compte toutes les variables, grommela Desmond qui n’avait aucune envie d’arrondir les angles. Tu mets de côté ce qui te semble superflu. Comme quand tu n’as pas jugé utile de respecter le point d’orgue sur Lumos in the Dark lors de l’enregistrement studio.  

Le pianiste reprochait souvent au chanteur cette erreur qu’il jugeait inexcusable, car la chanson lui paraissait moins “puissante” sans ce fameux point d’orgue situé au milieu. Les divergences d’opinion musicale créaient fréquemment des tensions au sein du groupe. Ce n’était pas la première et ce ne serait sans doute pas la dernière. Néanmoins, en pareil moment, ce n’était certes pas la meilleure idée de le souligner.  

Tandis que Desmond regardait Stubby tortiller vainement ses poignets l’un contre l’autre, il réfléchit à une manière de se débarrasser de leurs liens.  

— Tu pourrais ronger la corde avec tes dents, suggéra Murphy.

Sa tête était visible par la fenêtre. Elle sembla se souvenir qu’elle était fâchée contre eux et recommença à descendre le long de la gouttière pour disparaître pour de bon. Le pianiste laissa échapper un soupir consterné. Il chercha avec davantage d’acuité et finalement, ses yeux tombèrent sur la table de chevet dont le premier tiroir était entrouvert. Avec l’énergie du désespoir, il se tourna tout à fait sur le lit et plongea ses mains liées dans le tiroir qu’il ouvrit plus grand, dans un geste saccadé. Ce dernier lui résista pendant quelques secondes, étant un peu coincé, puis révéla un livre intitulé “Moi, le chanteur : la biographie non-censurée de Stubby Boardman” par Adagio Arpegium ainsi que divers magazines sorciers dont les Croques-Mitaines faisaient la couverture. Au moins, il était certain d’une chose : ils avaient bel et bien été enlevés par des fans. Tout ceci ne préconisait rien de bon.  

Tout en essayant de garder la tête froide, il redressa la tête pour inspecter le fond du tiroir. Il ouvrit des yeux stupéfaits en apercevant les contours d’un...

— Coupe-papier, murmura-t-il.  

Il coinça la langue entre ses lèvres et contorsionna ses avant-bras pour réussir à attraper le mince objet argenté. Triomphant, il se tourna vers Stubby. Il commença par s’attaquer aux liens sur les poignets de son ami. L’exercice se révéla plus difficile que prévu car le coupe-papier n’était pas très coupant. Sa baguette lui manquait tellement... Comment faisaient donc les Moldus ?  

Soudain, des bruits de pas précipités se firent entendre depuis l’autre côté de la porte. Quelqu’un -peut-être deux personnes- montaient un escalier en bois. Desmond lança un regard affolé à Stubby. Aussitôt, il taillada plus frénétiquement la corde à ses poignets. Il parvint de justesse à délivrer les mains du chanteur quand la porte s’ouvrit dans un concert de gloussements.  

— Fais semblant d’être toujours attaché, lui glissa-t-il à l’oreille. Et fais le joli cœur. Ça nous fera gagner du temps.  

Il espérait que Stubby allait suivre ses directives, mais rien n’était moins sûr. Par moments, c’était une vraie tête de pioche.   
Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 653
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Chaud bouillant


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY Empty
MessageSujet: Re: We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY EmptySam 5 Juin 2021 - 22:47

La plupart des gens s’accorderait pour penser la mauvaise humeur de Stubby comme étant des plus légitimes au vu des circonstances alarmantes. Se montrer courtois envers une entité invisible était la dernière de ses priorités. D’autant plus qu’il jugeait que Murphy n’était qu’une fabulation de l’esprit tordu de Desmond. Il n’avait pas le temps de taper la discussion aux hallucinations des autres.
« Je l’ai vexé ou c’est toi qui te vexes tout seul ? » répliqua-t-il sèchement.
Desmond lui reprocha encore son interprétation de leur titre Lumos in the Dark qui n’était pas à son goût. Et, encore une fois, Stubby fut agacé. Non seulement, il ne comptait plus le nombre de fois que le pianiste lui faisait le même reproche. Mais en plus, ce n’était pas du tout le moment.
« Eh bah tu n’avais qu’à la chanter toi-même. A part ça, t n’as rien d’autre à me dire qui serait plus pertinent par rapport à notre situation ? »
Il se mit de nouveau à se tortiller dans l’espoir de détendre les cordes.

Comme une truite arrachée à son milieu naturel, toute frétillante luttant pour sa survie, Desmond parvint à se tourner. Il plongea ses mains liées dans le tiroir de la table de chevet. De là où il se trouvait, Stubby ne pouvait pas voir exactement ce qu’il faisait. Il aperçut néanmoins une biographie de lui écrite par Adagio Apergium : Moi, le chanteur : la biographie non-censurée de Stubby Boardman. Ou plutôt, il aurait été plus juste de l’appeler la biographie ultra-censurée de Stubby Boardman. Il y avait cinq ou six années de ça, le chanteur avait accordé un entretien d’une trentaine de minutes à cet auteur qui lui avait posé quelques questions sur sa vie plus ou moins indiscrètes. Quelques mois plus tard, une biographie sortait se basant sur ce court entretien et une majorité d’informations tirées bien antérieures.
Néanmoins, ce n’était pas ce qui intéressait Desmond qui cherchait quelque chose d’utile (étonnant) comme un…
« Coupe-papier. »
« Non ? Sérieux ? » regagna espoir Stubby.
Le pianiste se tordit pour parvenir à récupérer l’objet précieux et salvateur. Il le saisit triomphalement et ne tarda pas à s’attaquer aux cordes du chanteur. Celui-ci eut peur qu’il ne lui érafle la peau avec la lame émoussée.
« Fais attention. » lui enjoignit-il alors.
Desmond se débattait avec la corde. Soudain, tous deux entendirent des bruits de pas montant les escaliers grinçants. Ils s’adressèrent un regard affolé. Stubby devint livide et Desmond redoubla de zèle.

De justesse, il vint à bout de corde. Au même moment, deux jeunes femmes gloussantes entrèrent dans la pièce. Le pianiste recommanda à voix basse à Stubby d’agir comme s’il était encore attaché et de faire le « jolie cœur ».
Le chanteur lui adressa un regard presque assassin. Autant dire qu’il n’avait aucune envie de jouer au séducteur de ces dames. Il avait plutôt envie de proférer toutes les insultes de toutes les langues dont il connaissait les gros mots (c’est-à-dire l’anglais, le français et l’arabe). Pour l’or, il regarda à qui ils avaient à faire. C’était deux jeunes femmes gloussant comme des poules. Elles semblaient être dans la vingtaine. Elles avaient un physique… banal. L’une était châtain, l’autre brune.
« Oh, il se sont réveillés ! » gloussa la brunette à l’oreille de son acolyte comme s’ils n’étaient pas là – mais ils pouvaient parfaitement l’entendre.
Elles sautillaient sur place.
« Hey… ! » les salua Stubby avec le sourire le plus forcé du monde, ne sachant pas vraiment quoi dire.
« Kyaaa ! Il a parlé ! » se réjouit la châtain. « Oh la la laaa ! On croyait que vous n’alliez jamais émerger. »
« Euhm… je ne voudrais pas paraître impoli mais… j’aimerais juste savoir pourquoi nous sommes ici. Où sont nos vêtements aussi, parce que j’avoue avoir pas mal froid… »
« Vous ne vous souvenez pas ? »
Stubby adressa un regard à Desmond comme pour lui demander s’il se souvenait – sans attendre de réponse.
« De quoi ? »
« Hier. Vous étiez très ivres. Du coup, avec Julia, on a décidé de vous ramener chez moi. On s’est dit que c’était une chose responsable à faire. Et on a mis nos vêtements à laver parce qu’ils étaient sales. »
Cette histoire puait le mensonge. Stubby n’était pas né de la dernière plus. Mais il feinta.
« Oh je vois ! Vous avez bien fait alors ! » Ca sonnait un peu passif-agressif ça. « Et pour les cordes ? »
Les deux femmes se mirent de nouveau à glousser. Elles n’allaient tout de même pas leur faire croire qu’ils se sont fait ligoter de leur plein gré ? Même dans le cadre d’un jeu coquin, Stubby aurait refusé. Il adorait faire des nœuds, si vous voyez ce que je veux dire…
Revenir en haut Aller en bas
Desmond Lowe

Desmond Lowe


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 86
| AVATARS / CRÉDITS : Ben Whishaw *o* - Mordicus (c)
| SANG : Sang Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une falaise de l'île de Man
| PATRONUS : Un corbeau
| POINTS DE COMPÉTENCE :

We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY Empty
MessageSujet: Re: We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY EmptyMar 8 Juin 2021 - 17:55

 Leurs explications étaient aussi creuses que leurs regards. Ces filles avaient un problème, comme beaucoup de groupies au tempérament extrême. Desmond le remarqua aussitôt car en dépit de ses conseils, Stubby promenait sur elles des regards assassins. Et plus il semblait acrimonieux, plus elles gloussaient et étaient ravies.  

— Et pour les cordes ?  

La question du chanteur souleva une nouvelle vague de gloussements.  

— On voulait être sûres que vous ne partiez pas, admit finalement la brune, un sourire jusqu’aux oreilles.  

— Sans vêtements, on ne serait pas allés bien loin, grommela Desmond dans sa barbe.  

Elles eurent un petit rire en se renvoyant un regard de connivence.  

— Détachez-nous, ordonna le pianiste, perdant patience.  

— Pas tout de suite, minauda la fille aux cheveux châtains. On veut d’abord que vous nous embrassiez. L’une après l’autre.  

Desmond accueillit cette nouvelle avec des yeux ronds. Il serra davantage le coupe-papier dans ses mains jointes. Il le gardait caché “au cas où”. La perspective de menacer l’une des filles ne l’enchantait guère, surtout que son arme de fortune n’était pas tranchante. Non, il devait trouver une autre solution.

— Bien. A moi l’honneur.  

Il avait parlé d’un ton sec. La fille brune parut déçue et pivota immédiatement vers Stubby. De toute évidence, elle avait une nette préférence pour le chanteur –comme beaucoup de demoiselles.  Cependant, celle aux cheveux châtains laissa échapper une exclamation exaltée. Desmond se redressa de son mieux sur le matelas qui poussa un grincement surpris quand la fille se jeta dessus. Le pianiste se retrouva plaqué sur le lit, la demoiselle décidément peu farouche à califourchon sur lui.  

Elle cherchait déjà un moyen de l’embrasser. Desmond gesticula et le temps d’un éclair, il aperçut la panacée : la baguette de la fille dépassait de la poche de son gilet. Tandis qu’il se décidait à l’embrasser, il garda les yeux grands ouverts et se délesta du coupe-papier pour avancer les mains jusqu'à la fameuse poche...  

PAIR. C’est alors que quelqu’un referma la main sur la baguette avant lui. Desmond tressaillit, voulant repousser la fille qui, beaucoup trop avide, cherchait à aspirer son âme par sa bouche. Qui s'était saisi de la baguette ? Il espérait que ce soit Stubby. C'était bien leur dernière chance...

IMPAIR : C’est alors que la baguette glissa hors de la poche avant même qu’il ne parvienne à la saisir. Elle roula quelque part sur le matelas. Desmond tressaillit, voulant repousser la fille qui, beaucoup trop avide, cherchait à aspirer son âme par sa bouche. Il espérait que Stubby ait compris son stratagème et s'empare de la baguette, mais rien n'était moins sûr...  


Dernière édition par Desmond Lowe le Mar 8 Juin 2021 - 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6951
| SANG : Hasardeuse


We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY Empty
MessageSujet: Re: We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY EmptyMar 8 Juin 2021 - 17:55

Le membre 'Desmond Lowe' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé ' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 653
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Chaud bouillant


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY Empty
MessageSujet: Re: We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY EmptyJeu 17 Juin 2021 - 21:44

Leurs gloussements irritaient Stubby qui ne voyait rien de drôle à cette situation. Même le meilleur et le plus puissant pèteuforik du marché n’aurait su rendre ce moment un tant soit peu plaisant. Desmond était dans la même humeur que lui, à en juger par le ton qu’il employait pour s’adresser à ces demoiselles.
« Sans vêtements, on ne serait pas allés bien loin. »
« Parle pour toi… » marmonna Stubby assez bas pour n'être audible qu’aux oreilles de son acolyte.
Nul doute que s’il avait eu ses membres libres, il se serait vite sauvé. Il aurait essayé de trouver de quoi se couvrir un minimum avec les premiers vêtements qui lui seraient tombés sous la main. Et dans le pire des cas… il n’était pas pudique. S’il avait eu le choix entre marcher dans la rue vêtu seulement de ses sous-vêtements et être confronté à ces filles-là, la première option aurait eu sa préférence. Or, on ne lui donnait pas ce choix. Pire encore, Desmond donna l’accord à ces ravagées du cerveau de les embrasser. Cela révolta Stubby qui lui en voulut instantanément. Lui, il n’était pas consentant.
La jeune femme aux cheveux châtains ne se fit pas prier pour s’accaparer Desmond. Quant à la petite brune, elle se tourna vers Stubby, l’air exaltée. Sans attendre quelconque accord (qui ne serait jamais venu), elle s’avança vers lui. Elle se plaça au-dessus de son corps beaucoup trop exposé pour rapprocher son visage du sien. Stubby dût lutter pour ne pas la repousser d’une façon potentiellement très agressive. Desmond et lui n’étaient pas en position de force et il devait se montrer complaisant et docile.

Il n’était pas si répulsé que ça à l’idée d’embrasser une femme. C’était juste un baiser, après tout, bien que ce ne fut pas particulièrement plaisant pour lui. Mais il n’avait pas envie d’embrasser cette femme tant parce qu’elle avait des chromosomes XX mais parce qu’il y était contraint.
Il dut se résoudre à se laisser embrasser. Le goût de cerise chimique des lèvres de la jeune femme lui déplaisait. Au début, il demeura statique, adressant un regard en biais (un peu assassin, on va pas se mentir) à Desmond. Dans sa trajectoire, il aperçut une baguette échouée sur le matelas. Stubby y vit une opportunité de les sortir de ce merdier. Cependant, elle n’était pas à sa portée. En tout cas, pas si il restait étendu… Il eut une idée. Il était temps de se sortir la baguette du séant pour fournir son meilleur jeu d’acteur. Il avait l’habitude de faire semblant (oui, c’était un peu triste à dire).

1-2-3 : Jusqu’à lors passif dans ce baiser, Stubby prit un rôle actif au plus grand ravissement de la brunette comme si cette dernière avait allumé chez lui une flamme primitive. Il y mettait progressivement de plus en plus d’ardeur. Bien sûr, il veillait à ne pas trahir la liberté de ses mains. Faisant travailler ses abdominaux, petit à petit, il se redressait alors que la prudence de la jeune femme était quelque peu endormie et prenait cela comme un signe d’émoustillement.  Quand il s’estima assez redressé, d’un geste rapide et inattendu, il tendit le bras pour saisir la baguette, bousculant la demoiselle au passage et se redressant sur ses genoux. Dans la foulée et sous le coup de l’adrénaline, il incanta : « Petrificus Totalus ! ». La cible, qui ne put rien faire pour contrer ce sortilège, fut propulsée en arrière et immobilisée.
La jeune femme châtain poussa un cri un peu paniqué. Stubby n’eut aucun scrupule à la menacer avec la baguette. « Tu bouges, tu subis le même sort. » Il adressa un regard à Desmond. Puis à la jeune femme. Il s’avança vers le pianiste sans la quitter des yeux et défit les nœuds.

4-5-6 : Jusqu’à lors passif dans ce baiser, Stubby prit un rôle actif au plus grand ravissement de la brunette comme si cette dernière avait allumé chez lui une flamme primitive. Il y mettait progressivement de plus en plus d’ardeur. Tout se déroulait bien jusqu’à ce qu’il commette une erreur… Confiant dans son jeu d’acteur, Stubby eut le geste de trop : il enroula ses bras autour de la nuque de la jeune femme. Aussitôt, cette dernière le remarqua et comprit qu’on avait défait ses liens. Elle se dégagea vite de l’étreinte.
« Julia Julia ! » appela-t-elle son amie en essayant de plaquer les mains de Stubby qui se débattait. « Aide moi ! » Ni une ni deux, Julia se dégagea de Desmond pour venir en aide à son amie pour immobiliser le chanteur. Seul contre deux, Stubby ne put plus grand-chose. Dans la fureur, il proféra un certain nombre d’insultes à leur égard que je ne vais pas retransmettre ici car très vulgaires.


Dernière édition par Stubby Boardman le Jeu 17 Juin 2021 - 21:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6951
| SANG : Hasardeuse


We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY Empty
MessageSujet: Re: We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY EmptyJeu 17 Juin 2021 - 21:44

Le membre 'Stubby Boardman' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé ' : 2
Revenir en haut Aller en bas
Desmond Lowe

Desmond Lowe


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 86
| AVATARS / CRÉDITS : Ben Whishaw *o* - Mordicus (c)
| SANG : Sang Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une falaise de l'île de Man
| PATRONUS : Un corbeau
| POINTS DE COMPÉTENCE :

We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY Empty
MessageSujet: Re: We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY EmptyJeu 5 Aoû 2021 - 16:56

 Un soupir de soulagement échappa à Desmond quand son ami le libéra de ses entraves. Il se leva d’un bond hors du lit, braquant un regard noir sur la fille encore debout. Stubby la tenait toujours en respect avec la baguette “empruntée” à son amie pétrifiée.  

— Nos baguettes. Nos vêtements. Plus vite que ça
, ordonna-t-il.  

La fille semblait hésiter.

— On pourrait... discuter ? proposa-t-elle, fébrile. OK, on n’aurait pas dû vous attacher. C’était l’idée de Marisa, pas la mienne !  

Le pianiste se rembrunit davantage. Il détestait ces personnes qui se prétendaient “amis” avec d’autres et qui, à la première occasion, les trahissaient. En deux pas, il rejoignit Stubby et lui prit la baguette pour la pointer avec hargne sur la jeune femme. Il était temps jouer une gamme au-dessus.  

— Je crois que tu n’as pas bien compris à qui tu as affaire. Vous avez été mal avisées de me séquestrer ici. D’ordinaire, je ne fais pas usage de magie noire sur d’autres sorciers, sauf quand on ne me laisse pas le choix.  

La fille émit un petit rire incertain. Desmond haussa un sourcil, nullement amusé. Elle pensait qu’il faisait de l’humour. L’idiote... Il allait devoir faire étalage de ses talents cachés. Après tout, puisque certains magazines à scandale prétendaient qu’il trempait du mauvais côté, en raison de son sang et de son appartenance à Serpentard durant sa jeunesse... Autant donner au peuple ce qu’il réclamait.  

— Endoloris !

Apercevant un faucheux avancer souplement de ses huit pattes graciles près de la fille, sur le rebord de fenêtre, Desmond lança le sortilège sur lui. L’idiote sursauta, croyant que le sort lui était destiné, et plaqua les mains contre son visage. Puis, constatant qu’elle était indemne, elle écarta ses doigts, jetant un coup d’œil choqué à l’arachnide. Le pianiste crispa la mâchoire en voyant le faucheux se tordre de douleur, les pattes révulsées. C’était lui qui créait cette souffrance... Il se força à regarder. Il devait assumer ce qu’il faisait. Une fois encore, il fut surpris et écœuré de constater à quel point il était facile de désirer faire le mal. Il avait tant de haine en lui...  

Mentalement, il compta jusqu’à dix avant de rompre le sort. Le faucheux tressauta quelques secondes et ne remua plus. Desmond déglutit mais braqua de nouveau la baguette sur la fille.  

— Le prochain Doloris est pour toi, articula-t-il, menaçant.  

Elle poussa un couinement aigu et quitta la chambre en courant.  

Cinq minutes plus tard, Desmond et Stubby avaient retrouvé leurs baguettes et leurs vêtements. Le pianiste avait stupéfixé la seconde fille après qu’elle leur ait tout rendu et son amie demeurait toujours pétrifiée près du lit.  

Depuis, Desmond s’était emmuré dans le silence. Il n’osait plus croiser le regard du chanteur. Il avait usé d’un sortilège Impardonnable devant lui. Que devait-il penser ? Lui-même ne savait plus. Il s’était juré de ne plus jamais s'en servir. Il l’avait fait de rares fois, sur des animaux, quand il ne supportait plus d’être malmené par sa famille et les élèves de Poudlard... C’était déjà trop. Il en avait conscience.  

Et la fille ? Elle allait forcément témoigner auprès de la Gazette du Sorcier. Desmond Lowe a usé d’un Doloris sous mes yeux ! Il devinait déjà les gros titres du lendemain. Malgré tout, il n’avait pas le cœur de l’oubliéter. Ce sortilège lui semblait tout aussi impardonnable que les trois autres interdits par le Ministère. La mémoire est précieuse. Elle permet de définir un individu. De créer une identité. Même s’il n’appréciait pas cette idiote, il ne pouvait se permettre de créer une fissure dans ses souvenirs.  

Occupé à lacer ses chaussures, un genou à terre, il ruminait de sombres pensées.  

— Partons de cet endroit maudit
, grommela-t-il dans sa barbe.  

Brièvement, il posa les yeux sur le rebord de fenêtre. Le faucheux était bel et bien mort. Il l’avait tué avec sa haine. Un requiem débuta dans l’esprit tourmenté du pianiste.   
Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 653
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Chaud bouillant


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY Empty
MessageSujet: Re: We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY EmptyLun 9 Aoû 2021 - 17:59

Revenir en position de force face à ces jeunes femmes représentait un grand soulagement pour Stubby. La baguette de la demoiselle en main, il avait le sentiment de maîtriser la situation et d’être déjà au moins à moitié sorti de ce merdier. Desmond était dans un état d’agitation que le chanteur mettait sur le compte de l’adrénaline et de la colère - tout à fait légitime. Il ordonna qu’elles leur rendent leurs effets personnels. Mais la Julia, au lieu d’obtempérer, discuta. Cela provoqua chez Stubby un très fort agacement.
« On s’en fiche de qui a eu l’idée. » répondit-il avec une autorité sèche. « On te demande juste de-... »
Desmond le stoppa dans son élan en lui prenant la baguette de la main avant de prendre la parole. Stubby le dévisagea avec appréhension. Il détourna le regard en entendant les propos du pianiste. Il avait raison d’appréhender. Il eut un rire nerveux.
« Il ne le fera pas, bien sûr. C'est juste une figure de style pour vous faire peur. » se sentit-il obligé de tempérer. « Il ne va évidemment pas le faire, hein ? » Il dirigea un regard entendu à Desmond avant de… « Hein…? »
Son acolyte paraissait très sérieux. Stubby savait qu’il ne plaisantait pas, tout compte fait. Il déglutit, la peur se mêlant à la colère. Il tenta de poser sa main sur l’épaule de Desmond dans l’espoir de le calmer. Mais c’était comme pisser sur un balai pour le faire voler.
« Endoloris ! »
Stubby crut vraiment que son coeur s’était arrêté, qu’il allait s’effondrer. Mais Desmond ne visa “que” une araignée. Il fut un peu soulagé… mais extrêmement choqué.
« Desmond ! Arrête ça ! » lui ordonna-t-il alors en lui saisissant très fort l’avant-bras. « Desmond ! »
Le pianiste finit enfin par arrêter. Les deux jeunes filles étaient détruites émotionnellement, en larmes.
« Le prochain Doloris est pour toi. »
On ne pouvait plus parler de figure de style… La jeune femme partit en courant. Stubby ne trouva pas les mains. Pantois, il lâcha le bras de Desmond. Il était choqué, enragé, déçu, terrifié. Les deux musiciens s’enterrèrent dans un silence de mort en attendant le retour de Julia. Stubby faisait les cent pas, rassemblant ses esprits.
Quand ils eurent leurs affaires, Desmond stupéfixa la pauvre fille avec froideur. Stubby lui lança un regard profondément désapprobateur en se rhabillant. Le pianiste voulut vite filer. Mais le chanteur n’était pas de cet avis.
« T’es sérieux ? Non, on n’ira nulle part pour l’instant ! »
Il ne pouvait pas laisser les filles comme ça. Et il avait quelques mots à toucher à son acolyte.
« Tu as complètement déraillé ! Mais où tu as la tête ? Lancer un impardonnable ? Les menacer d’un doloris ? » s’énerva-t-il.
Il ne fallait pas qu’elles parlent. Sinon, ce serait la fin de tout. Il saisit de nouveau l’avant-bras de Desmond, d’un geste cette fois-ci plus agressif, pour le forcer à le regarder et imposer son autorité.
« Oubliette-les. Tout de suite. On ne partira pas tant que ce ne sera pas fait. »
Revenir en haut Aller en bas
Desmond Lowe

Desmond Lowe


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 86
| AVATARS / CRÉDITS : Ben Whishaw *o* - Mordicus (c)
| SANG : Sang Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une falaise de l'île de Man
| PATRONUS : Un corbeau
| POINTS DE COMPÉTENCE :

We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY Empty
MessageSujet: Re: We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY EmptySam 14 Aoû 2021 - 14:18

 La réaction de Stubby n’avait rien de surprenant. Desmond n’osait plus croiser le regard de son ami. Allait-il le demeurer encore longtemps ? C’était si difficile pour lui de créer des liens, mais plus difficile encore de les garder. Un seul faux pas et tout se détruisait. Irrévocablement. Silencieux, la tête basse, il subit les remontrances du chanteur. Puis, après avoir lacé sa seconde chaussure, il se releva, en fixant toujours le sol.  

Il esquissa un pas pour quitter l’appartement, mais Stubby le retint par le bras. Un frémissement le parcourut. Instinctivement, il chercha à se dégager, mais réprima son geste. Ce serait peut-être le point de non-retour.  

Contrôle-toi. Ne laisse pas la haine t’envahir. Stubby est de ton côté. Il l’a toujours été.

Vraiment ? Depuis le début, ils étaient diamétralement opposés. Gryffondor et Serpentard. Flamboyant et taciturne. Seule la musique les rapprochait. Elle avait créé un chemin entre eux. Desmond avait-il condamné l’accès à jamais en agissant comme il l’avait fait ?  

Stubby ne le lâchait pas. Il sentait ses ongles dans sa chair. Il lui ordonnait d’oublietter les filles. Avec réticence, Desmond leva les yeux vers lui. Il ne pouvait s’y résoudre. Mais avait-il une autre alternative ? Il lisait la crainte dans les yeux du chanteur. La peur que cette sale histoire entache le prestige des Croques-Mitaines. Il était bien placé pour savoir que cette péripétie risquait d’entraîner une véritable descente aux enfers. Peut-être que le groupe ne s’en remettrait pas. Desmond n’avait aucune estime pour lui-même : peu importait que son nom soit traîné dans la boue, qu’il subisse des accusations, voire un procès... Cependant, le groupe était la seule bonne chose qu’il ait faite dans sa vie. La seule qui ait un sens. Il ne pouvait la gâcher. Il n’avait pas le droit d’entraîner Stubby et les autres dans sa chute.  

Il se dégagea enfin de l’emprise du chanteur et pointa sa baguette vers la fille stupéfixé. Sa gorge était nouée. Jamais il n’avait prononcé ce sortilège. Il s’était juré de ne l’utiliser sous aucun prétexte. La mémoire est précieuse. C’est ce qui singularise chaque individu. Un vertige le saisit. Le souffle court, il murmura :  

— Fais-le, toi. Je ne peux pas.  

C’était contraire à tous ses principes. Il était capable de lancer un Doloris mais pas de faire oublier à quelqu’un sa mémoire à court terme. La douleur rend vivant, alors que l'oubli engourdit seulement.  

— Ta copine blonde se gausserait si elle me voyait... marmonna-t-il, cynique.  

N’avait-il pas tenu un discours plein d’éloquence sur l’inutilité des Oubliators et sur le danger incombé par leur métier ? Neolina avait riposté que son travail permettait de soulager et d’aider les autres. Ils étaient en désaccords là-dessus. Desmond hésitait. Ces deux filles vivraient-elles mieux sans ce souvenir ? Ou seraient-elles mutilés à jamais psychiquement ?  

— Il fallait faire quelque chose, reprit-il d’un ton sombre. Ces filles nous ont séquestrés, volé nos baguettes et ont voulu abuser de nous. Il fallait leur faire peur.  

Il ne regrettait pas son geste. Il prenait conscience qu’il aurait peut-être dû employer un autre sortilège. Dans la hâte, seul le Doloris lui était venu à l’esprit.     
Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 653
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Chaud bouillant


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY Empty
MessageSujet: Re: We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY EmptyLun 30 Aoû 2021 - 16:36

Stubby était furieux envers Desmond qui les avait mis dans un sale drap. Si ces filles parlaient, ils pouvaient dire adieu à leur carrière et bonjour aux détraqueurs d’Azkaban. Desmond, pour avoir lancé un impardonnable et fait des menaces. Stubby pour en être complice. Le chanteur ne pouvait pas s’y résoudre. Sa carrière, c’était sa vie. Et il aimait trop les fringues pour les céder à la combinaison rayée.
Ainsi, il ordonna à Desmond d’oublietter ces demoiselles. Il ne voyait que cette solution. Dans un premier temps, le pianiste obtempéra. Il leva sa baguette avec hésitation et la pointa vers les jeunes femmes. Mais, au dernier moment, il se ravisa.
« Fais-le, toi. Je ne peux pas. »
« Tu te fous de ma gueule ? »
Stubby lui lança le plus assassin et menaçant des regards. Il estimait que ce n’était pas à lui de le faire. Il n’était pas l’idiot qui avait merdé. Il rit jaune en plaçant ses mains sur ses hanches.
« Ma copine blonde aurait eu plus de couilles que toi. Tu me diras, ce n’est pas très compliqué. » répliqua-t-il. « Je ne ferai pas ce qui doit être fait à ta place. C’est TA connerie, pas la mienne. A toi de l’assumer. Si t’es capable de lancer un impardonnable, t’es aussi capable de le faire oublier. »
Il était ferme, autoritaire. Il ne comptait pas changer d’avis. D’autant plus qu’il n’avait jamais effacé la mémoire de quiconque. Il n’était même pas sûr d’en avoir les capacités. Une prise de risque qu’il ne voulait pas prendre.
Desmond tenta de justifier son geste. Mais Stubby ne voulait rien entendre en recommençant à faire les cent pas pour se retenir de le frapper. Qu’est-ce qu’il en avait envie pour passer ses nerfs beaucoup trop mis à vif.
« Non. » fit-il sèchement. « Il fallait partir et ensuite déposer plainte. Comme des sorciers civilisés. Elles auraient été jugées et punies. Et nous, nous nous en sortions patte blanche. »
Stubby ne leur aurait fait aucun cadeau face au Magenmagot.
« Et… « abuser de nous » ? N’exagérons rien. Nous ne sommes pas des petites fillettes fragiles. En tout cas, JE n’en suis pas une. Toi, c’est plus discutable. »
Il ne fallait pas s’attendre à ce que Stubby soit gentil, doux et compréhensible avec Desmond. Cela aurait été comme demander Neptune, la Lune et le Soleil.
« Bon allez, j’ai pas envie de camper ici. Oubliette-les et ON. SE. TIRE. Puis tout ça sera de l’histoire ancienne. »

Citation :
La joueuse s'excuse du comportement odieux de Stubby Facepalm
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY Empty
MessageSujet: Re: We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY Empty

Revenir en haut Aller en bas

We are chained to the rhythm (but not only) ♫ STUBBY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Royaume-Uni :: Angleterre :: 
Les lieux d'habitations
-