GRYFFONDOR : 39 pts | POUFSOUFFLE : 95 pts | SERDAIGLE : 159 pts | SERPENTARD : 77 pts
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !

Partagez

Sang dessus dessous w/Ana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 196
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @bambieyes
| SANG : Mêlé, et alors ?


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Un détraqueur
| PATRONUS : Un grizzli
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Sang dessus dessous w/Ana Empty
MessageSujet: Sang dessus dessous w/Ana Sang dessus dessous w/Ana EmptyDim 23 Mai 2021 - 20:38

Goût de fer dans la bouche. Pas comme s’il avait pas l’habitude, après tout. D’ailleurs, réflexe, sa langue se promena sur ses dents pour vérifier qu’il n’en manquait pas une, parce que ça arrivait, des fois. Mais non, intact ou presque, à part quelques coupures par-ci par là qui avaient fait couler le sang sur ses traits fatigués, encore un peu déformés par la rage. Plus de peur que de mal, en fait, c’était juste un peu impressionnant, l’arcade, tout ça. « Touche pas ! » grogna-t-il à l’intention d’un p’tit mec avec un linge propre qui devait se faire bizuter, parce que c’était quand même connu qu’on ne caressait pas le Molosse avant ou après un match. Enfin, sauf si on voulait se voir décocher une droite. Pourtant, le type faisait facile une tête de plus que lui, c’était pas ça le problème, mais la nervosité de l’écossais et la vitesse à laquelle il avait serré son poing le firent reculer d’au moins 5 pas, à tel point qu’il se cogna dans les casiers déjà défoncés. Qu’il aille plutôt s’occuper de son adversaire tiens, parce que lui devait être plus méconnaissable à l’heure actuelle. Mais possible que les gens l’aient envoyé voir le médicomage qui bossait au black pour eux, parce que rafistoler un mec dans cet état-là, ça demandait de la pratique. Et de sacrées bonnes excuses si on passait par le circuit légal.

Après avoir aspergé sa tronche tuméfiée cinq ou six fois, l’eau était toujours rouge dans le lavabo. Bah, pas super étonnant, ça allait juste salir sa tenue quoi, et puis ça se rafistolerait. Faudrait vraiment qu’il songe à acheter plus d’essence de dictame quand même, histoire de. Finalement, il plongea son visage carrément sous le robinet cradingue - un coup à chopper la belle infection, ça - et attendit que l’eau soit au moins un peu rose avant d’enfiler un t-shirt et de remonter à la surface, où l’air lui parut bien frais alors qu’en vrai, ça allait pour un mois de mai. Mais la moiteur de la cave contrastait toujours avec le dehors, c’était comme ça. Bon, comment on rentrait maintenant ? Lachlan se sentait un peu sonné, même qu’il avait monté les marches un peu en diagonale parce que l’autre d’en face avait quand même cogné fort sa caboche déjà abîmée. Alors transplaner dans cet état, pas forcément l’idée de l’année. Voler, pas terrible non plus parce que ça demandait de maîtriser le centre de gravité, mais bon. Quitte à se foirer, il préférait le faire sur un balai. Aussi l’enfourcha-t-il avec dextérité quand même, et profita du trajet jusqu’au chalet pour calmer un peu le résidu de colère qui restait encore dans ses veines. Le vent traçait des sillons rougeâtres sur sa peau, qui finirent par sécher un peu et le faire ressembler à un espèce de zèbre macabre, un truc du genre.

Au final, Lachlan posa le pied devant sa cabane quasi pile au moment où la nuit tomba. Il était allé tôt au club pour une fois, parce qu’il avait passé une vraie journée à chier, et qu’il voulait se défouler un bon coup avant d’aller se pieuter au calme pour voir Ana le lendemain. C’était bien le lendemain qu’ils avaient dit, non ? Vu qu’il apercevait par la baie vitrée des éclats de flammes qui ondulaient sur les murs, il avait sûrement du se gourrer. « ‘Chier… » grommela-t-il en songeant qu’il avait vraiment, mais alors vraiment la gueule des sales jours. Il pouvait toujours tenter un truc cela dit, au point où il en était. Transplaner dans la salle de bain, foncer sous la douche en 2-2 et puis chopper du dictame dans l’étagère à potions, enfin, la seule étagère du lieu quoi. S’il en restait. Il en restait ? Et merde, sérieux… Enfin bref, il pouvait tenter de limiter un peu les dégâts, au moins à coup d’Episkey quoi. C’était mieux que de se pointer avec la gueule en sang et les jointures des poings ouvertes. Mais Lachlan avait eu le nez creux en choisissant l‘option balai, parce qu’il ne savait pas utiliser de la magie puissante après avoir dépensé tant d’énergie. Donc, il atterrit dans le salon, comme un con et avec la discrétion d’un ours. Ana était un peu plus loin, heureusement, et il tourna la tête vers le mur comme s’il était un pestiféré ou quoi, ce qui n’était quand même pas loin d’être le cas. Mais dis un truc, débile. Oui, mais quoi ? « Heeeeeey… S’cuse, je croyais qu’on était la veille de, hum, fin qu’on s’voyait demain, et… » dit-il au lambris qui semblait même juger ses piteuses excuses qui étaient presque vraies en plus ! Las, il ferma les yeux, appuyant ses mains sur le mur de bois en baissant la tête parce qu’il savait qu’il ne pouvait pas fuir à l‘étage sans que la moldue lui mette la main dessus. Ne restait plus qu’une chose à faire. « Faut pas avoir peur, ok ? C’est pas grave, juré. »
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 129
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | bambieyes
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Sang dessus dessous w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Sang dessus dessous w/Ana Sang dessus dessous w/Ana EmptyDim 30 Mai 2021 - 1:42

Anastasia avait entre ses doigts fins un thé chaud et un livre ouvert sur les genoux. Assise dans un fauteuil, toute repliée sur elle-même dans cette fameuse position qu'ont tous les lecteurs assidus, l'air concentré sur chaque phrase qui défilait sous ses yeux, la jeune femme ne faisait pas vraiment attention à son environnement. Et pour une fois, elle ne lisait certainement pas un livre d'histoire, non, mais de la littérature bien anglaise, bien moldue. Emily Brontë. « De quoi que soient faites nos âmes, la sienne et la mienne sont pareilles... » - le petit doigt de l'étudiante se pointa à sa lèvre et elle se rongea machinalement l'ongle - « ... Est aussi différente des nôtres qu'un rayon de lune d'un éclair ou que la gelée du feu ». Elle fit une pause à la fin de sa phrase, pour brûler sa rétine dans l'âtre justement non loin d'elle et qui diffusait une belle et délicate chaleur contre ses joues. Ana n'avait pas trop chaud, non, et puis de toute façon, dans un chalet comme celui-là, on avait facilement froid. Elle attendait Lachlan, gentiment, parce qu'ils avaient convenu de se retrouver aujourd'hui.
La jeune femme avait attendu ce moment avec impatience, elle qui touchait du doigt avec délicatesse les dévastateurs sentiments amoureux. Elle n'était pas au fait de ce qu'il pensait d'elle, sans doute qu'une part de la jeune femme souhaitait l'ignorer farouchement d'ailleurs. Sans doute désirait-elle se complaire dans ses beaux espoirs et sa candide vision des choses, qui peut-être se fracasserait avec violence au gré de la réalité. Car finalement, la moldue ne le connaissait pas. Il l'avait peut-être sortie d'affaire un soir au chemin de traverse, l'avait peut-être accompagné pendant un moment l'été précédent. Ils s'étaient certes échangés un baisers, là, dans sa boutique avant qu'il ne vienne s'excuser sur son campus. Les choses allaient, elles se faisaient et elle ne voulait pas se poser trop de questions, par crainte d'avoir peur, de rebrousser chemin, bouleversée. Anastasia n'était jamais tombée amoureuse et pourtant, le sentiment qu'elle ressentait présentement pour lui dépassait largement le cadre de l'affection simple. C'était nouveau, curieux, de nouvelles sensations qu'elle ne s'expliquait pas très bien. Elle but une gorgée de thé lorsqu'enfin, un bruit l'alerta qu'il était arrivé. Elle devait ressembler à une petite biche à poser doucement sa tasse sur une table, glisser tranquillement son marque page sans même essayer maniaquement de finir son paragraphe. De la même façon, elle poussa la couverture de ses jambes pour se lever avec la souplesse d'un chat, un sourire sur le visage. Et puis...

« Oh ! » - une main paniquée se porta naturellement à son visage, l'autre à son coeur, comme si elle essayait de contrôler une furieuse attaque cardiaque. Incapable de dire quoique ce soit d'autre, le regard choqué de la moldue le regarda s'appuyer au mur, comme si une explication logique et divine, allait descendre dans ce salon pour la soulager elle de son malheur et lui de ses douleurs. Anastasia évita le canapé pour se rapprocher de lui. Son instinct premier aurait dû lui commander de partir, ce qu'elle ne fit pas, car ainsi que nous l'avons déjà vu ultérieurement, l'instinct d'Ana se situait... Proche de zéro. Sa main douce se posa sur le torse de l'homme, son regard regardait ses traits, comme pour y trouver une réponse. Elle n'en voyait pas, ne comprenait pas. « Mais que s'est-il passé Lachlan ? » demanda-t-elle d'un ton incrédule. Son regard l'évitait alors elle posa deux doigts délicats à son menton pour pousser doucement son visage à la regarder elle : « Tu t'es battu ? ». Elle ne faisait pas de reproches, Ana. Jamais, ce n'était pas son tempérament. Mais dans le monde des sorciers, se battre était si peu courant, alors... « Dis moi, s'il-te-plaît ». Elle voyait bien qu'il n'était pas grièvement blessé, qu'elle n'avait pas à sauter sur le dictame pour panser ses plaies. Mais tout de même. La moldue préférait son Lachlan sans les traits tout abîmés...


(672)
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 196
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @bambieyes
| SANG : Mêlé, et alors ?


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Un détraqueur
| PATRONUS : Un grizzli
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Sang dessus dessous w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Sang dessus dessous w/Ana Sang dessus dessous w/Ana EmptyJeu 10 Juin 2021 - 22:35

Si Lachlan avait été un tant soit peu cultivé - ce qui n’était pas le cas, pas tellement besoin de préciser - il aurait sans doute pu trouver que la scène avait des inspirations de La Belle et la Bête. Elle qui lisait, et puis lui qui se planquait en grognant comme un animal blessé, à fuir son regard et sa douceur. Sa douceur, oui, parlons-en. Ana était quand même un curieux personnage, qu’on se le dise. Sûrement que ses yeux avaient attrapé un peu ses traits avant qu’il ne se détourne, même que l’éclairage n’avait pas du aider à rendre ça plus joli que ça n’était. Sûrement qu’elle aurait dû avoir peur, aussi, mais ça aurait été mal connaître la moldue. Déjà à Halloween, elle avait prouvé que ses instincts étaient aussi flingués que la caboche de ce bon vieux Lachlan. Yeux clos, l’ancienne gloire sentit donc sa main se poser contre son torse. Mauvaise idée de le toucher dans ses cas là, sa grosse patte avait toutes les chances de virer ses petits doigts de fée. Mais au lieu de ça, résigné, Lachlan soupira juste. Un bon gros soupir pas discret, ça allait sans dire, mais c’était mieux que mordre.

Virant ses mains du mur, Lachlan se redressa un peu, la tête toujours tournée direction opposée parce qu’il avait honte. Honte, oui. Et la honte, ça le connaissait bien depuis que sa vraie vie avait foutu le camp. Pas pour rien d’ailleurs qu’il habitait dans les bois, là où il n’y avait bien que les écureuils pour le juger. Parce que le regard des gens, ça pesait franchement. Même si des fois, le pire c’était qu’en fait, il se jugeait tout seul comme un grand. Parce qu’il savait à côté de quelle vie il était passé, il savait le avant/après, pas celui des médias tout ça. Le vrai. Pas étonnant qu’il ne soit pas bien fan de son reflet, d’ailleurs. Quand il se regardait, il ne voyait qu’un homme qui avait tout, et qui maintenant était une loque sans caractère, du moins, pas pour les trucs qui comptaient. Une putain de loque qui détruisait des vies pour que la sienne continue un peu, mais à quoi bon ? À quoi bon aller se battre pour se défouler, alors que la colère qui l’animait ne s’éteignait en fait jamais ? Alors oui, Lachlan avait honte, et même quand Ana lui tourna la tête, ses yeux fuyaient comme si ça l’aurait brûlé de la regarder. Et puis elle posait des questions, et il n’avait pas envie de répondre, ça, non. La première, déjà, elle y répondit toute seule. Déjà ça de pris. Mais bon, l’autre, superbe, on disait quoi à une donzelle innocente après avoir passé à tabac un gars ? Lachlan ne se souvenait pas trop avoir déjà parlé de la boxe à Ana - mémoire pas top, vous imaginez bien. Et puis toute façon, la vraie boxe, on ne finissait pas comme ça.

Il y eut un silence un peu long, où Lachlan regardait le mur, le museau bas, les traits fermés. Et puis, il se décida à parler, malgré le léger goût de sang contre son palais. « Ouais, mais c’est pas c’que tu crois. » Peut-être qu’elle ne croyait rien, en fait, mais la conclusion rapide c’était quand même bagarre imprévue à la sauvage pour régler des comptes. Mais même pas. Lachlan n’en voulait même pas au type qu’il avait démoli, et il l’avait fait avec son consentement en plus. « J’vais boxer des fois. Quand j’suis en colère, ou d’autres trucs comme ça. Mais j’tape pas des sacs quoi. » C’était un truc d’admettre ça, une autre d’avouer qu’il cognait volontiers des gens. Ses yeux remontèrent un peu vers elle, deux secondes peut-être, avant de fuir encore. « C’est pas grave j’te dis, j’suis solide. Une douche et pis du dictame, et ça s’verra même plus. » Pour un peu, il lui aurait demandé l’autorisation d’y aller, alors qu’il était chez lui, c’était quand même un comble. Peut-être parce qu’il avait peur qu’elle soit encore là quand il sortirait, plutôt que de faire comme toute personne un peu logique : fuir. Ou peut-être parce qu’il avait peur du contraire. Allez savoir. « T’façon, j’suis déjà abîmé, alors… » tenta-t-il dans une piètre tentative de faire de l’humour, coin des lèvres un peu relevé comme si un vrai rire allait sortir de là. Mais pas trop. Pas trop, non.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 129
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | bambieyes
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Sang dessus dessous w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Sang dessus dessous w/Ana Sang dessus dessous w/Ana EmptySam 17 Juil 2021 - 21:57

Disons les choses telles qu'elles sont, Anastasia ne méritait sans doute pas un frère comme le sien et méritait sans doute mieux qu'un homme revenant un soir avec la gueule en sang. Mais la pauvresse était naïve, naïve parce qu'elle n'avait pas vécu, croyait sans doute que le monde contenait davantage de gens gentils que méchants et que l'entre-deux grisâtre n'existait pas. Lachlan n'était pas quelqu'un de mauvais, ça, elle en était persuadée. Sans savoir se l'expliquer, elle le ressentait, peut-être qu'elle se trompait d'ailleurs. C'était possible, après tout, qu'elle se trompe. L'erreur est humaine et la doctorante qu'elle était le savait bien comme cela. Elle vit bien qu'il fuyait son regard - était-ce de la honte ? - et en temps normal, elle n'aurait pas insisté. Mais voilà, elle était chez lui pour passer la soirée, pas pour bander les plaies de quelqu'un qui rentrait, vraisemblablement, après s'être fait... Boxé ? Elle plissa un peu ses yeux en détaillant ses traits, comme pour y chercher une explication qu'elle ne comprendrait sans doute pas. Ana jouait au football, elle ne faisait pas de sports de combats et d'ailleurs, n'en avait jamais compris l'intérêt. Pourquoi se faire autant de mal, alors que le sport se devait d'être un défouloir ? Ce n'était pas ce qu'elle croyait...? Mais elle ne croyait rien du tout, en fait. Elle ne comprenait pas, cherchait des explications qui pour elle n'avaient ni queue ni tête. Sans doute que si elle en avait su davantage du passé de Lachlan, là, effectivement, elle aurait pu comprendre ou croire quelque chose. Mais ce n'était pas le cas.

Sans pourtant changer d'attitude, la moldue n'avait pas retiré sa main de son torse, comme si, justement, cela aurait pu calmer cette fameuse colère qu'il lui confiait à mi-mot. Elle savait qu'il ne l'était pas contre elle. A dire vrai, la jeune femme avait commencé à comprendre l'esquisse qu'elle avait devant elle, aussi innocente et candide fut-elle. Puis vint l'aveu, celui comme quoi il frappait des gens et Anastasia ne sut quoi faire de cette information. Sans se l'expliquer, cela ne l'étonnait pas plus que cela. Pourquoi est-ce que cela l'aurait surprise ? La jeune femme ne fréquentait pas un enfant de coeur et s'il était question de sauter tôt aux conclusions, on dirait aussi que la façon de parler de Lachlan était très représentative d'un milieu assez violent. « Je sais bien que tu es solide » répondit Ana sans avoir dans la voix un soupçon d'agacement. Il n'empêche que son regard détaillait son visage, ses plaies, ses ecchymoses qui sortiraient bien assez tôt. La conclusion de l'ancien attrapeur des Vagabonds de Wigtown lui brisa le cœur si fort qu'il aurait pu en faire exploser la maison. « Lachlan... ». Ana se sentait tellement désolée, désolée de ne rien pouvoir faire, de le voir se consumer à petit feu dans quelque chose qui serait sa perte. Oh bien sûr, elle s'inquiétait mais qui était-elle pour lui, sinon vaguement une fréquentation...? Ils n'étaient pas à proprement parler ensemble, ne le seraient sans doute jamais. Mais elle ressentait pour lui une affection profonde - qui était sans doute de l'amour déguisé d'ailleurs - et elle se peinait de le voir se faire autant de mal. « C'est si dommage d'abîmer un si joli visage » lui dit-elle en essayant de lui offrir un pauvre sourire. Lachlan n'était pas assez superficiel pour en avoir quelque chose à faire, de son visage, mais l'aveu était sorti tout seul en fait.  Anastasia se pencha pour lui embrasser chastement la joue, à un endroit qui ne semblait pas souffrir d'un coup. Pile un endroit où il n'y avait pas de sang séché d'ailleurs. « Je te laisse aller te doucher alors » - alors quoi ? Allez savoir. La jeune femme lui fit un gentil sourire en décollant finalement la main toujours sur son torse de lui, pour retourner s'asseoir à sa place et continuer de lire son livre. Spoiler alert : ce fut un échec.

Ana attendit, longtemps, ou peut-être était-ce parce qu'elle l'attendait qu'elle avait l'impression que cela prenait des lustres. Incapable de se reconcentrer à sa lecture, sans regarder l'heure à laquelle elle s'y était remise, la moldue claqua le livre pour se diriger vers la salle d'eau, avec la détermination candide des jeunes femmes qui se prennent, un peu trop, pour des infirmières. Arrivée devant la porte de laquelle elle entendait le clapotis de l'eau, elle se demanda si rentrer ne l'énerverait pas davantage. La jeune femme serra ses lèvres et tenta d'abaisser la poignée pour que la porte s'ouvre. Elle n'était pas fermée à clé et Anastasia passa une tête timide dans l'encadrement de la porte pour voir son amant à travers la chape de vapeur fumante.


(856)
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 196
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @bambieyes
| SANG : Mêlé, et alors ?


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Un détraqueur
| PATRONUS : Un grizzli
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Sang dessus dessous w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Sang dessus dessous w/Ana Sang dessus dessous w/Ana EmptyLun 19 Juil 2021 - 23:24

Lachlan ne méritait pas ça. Non franchement, pas du tout. Et pour une fois, même pas rapport au fait qu’il s’était fait embarquer dans un gros truc qui le dépassait et qui l’avait transformé en machine à tuer, non non. C’était plutôt la tendresse en face qui le désarçonnait. Parce qu’en bon type qui détruisait sa vie, Lachlan ne voyait pas trop pourquoi on pouvait bien l’apprécier. Sérieux, il n’avait rien à offrir à qui que ce soit. Pire, il risquait de tout casser, tout détruire, et sa vie c’était déjà assez. Pour ça qu’il avait quitté sa femme, pour ça qu’il était parti s’exiler dans son coin, tout seul, à ruminer ses états d’âme avant que ça ne passe, et que ça ne recommence, et boucle bouclée, tout ça. Mais non, le bel abruti qu’il était avait laissé entrer quelqu’un dans sa vie, et quelqu’un de trop pur en plus. Encore, une nana déglinguée par la vie, qui se sabordait elle-même, peut-être qu’il n’aurait pas eu trop de remords. Mais là franchement… L’étudiante modèle, que la vie n’avait fait qu’effleurer un peu, qui n’était qu’amour et gentillesse, c’était l’abus. Le faux-pas de trop. Si encore au moins il était capable de mentir correctement, de se rappeler les rendez-vous et d’arriver un peu fringuant. Mais non… Lachlan faisait son Lachlan, trop habitué à vivre comme le vieil ours qui était son patronus. Un ours qui aurait déchiqueté un promeneur, disons.

Comme il était bien habitué à se dévaloriser, Lachlan ne comprit pas bien pourquoi elle avait de la peine pour lui. Pourquoi elle avait dit son prénom comme ça, sur ce ton là, comme si c’était une tragédie. C’était la vérité vraie, il était bousillé de l’intérieur, comme de l’extérieur aussi si on comptait ses cicatrices. Pas de quoi se sentir désolée, en vrai. Et puis après sa descente aux enfers, les humiliations à répétition, tout ça, Lachlan n’était pas bien habitué à la compassion. Il sentait bien, qu’elle était triste par procuration, ou vraiment triste en fait. Ca contrastait habilement avec lui, parce qu’il ne l’était plus depuis longtemps. En colère, ça oui, mais triste… Pourquoi faire ? Haussant les épaules, il choppa quand même son regard doux quand elle lui fit un… compliment ? Alors ça, ça faisait mille ans que ça n’était pas arrivé. À l’époque encore, il savait, même s’il ne comprenait pas trop, que sa petite gueule plaisait. Mais alors là… La quarantaine tassée, des traces de la vie qui lui fânaient le tout, la grisaille qui s’installait dans sa tignasse… C’était joli, ça ? « Tsss, n’importe quoi. » répondit-il, gêné un peu, plus par ses mots que par sa bise. Quoiqu’il avait peur qu’elle ne touche du sang de l’autre gars, ou le sien, ce qui aurait été un peu bof quand même. « Arrête, j’suis dégueulasse. » dit-il quand même en la repoussant gentiment, son côté rustre ressortant parfaitement dans son ton. Il se sentait poisseux, crade à souhait, et pas seulement que physiquement. La douche était donc une bonne idée, et il s’y faufila sans demander son reste.

Ouf, il restait du dictame. Ce fut un peu la première chose que ses yeux cherchèrent dans la salle de bain, avant de croiser son reflet et… Par tous les dieux du Quidditch, quelle vision d’horreur. Mais comment ça se faisait qu’elle n’avait pas détalé exactement ? Trente secondes après, Lachlan était sous la douche, brûlante. Comme pour se décaper la peau. Pressé de se débarrasser du mélange de sueur et de sang, il frotta comme un beau diable avec son savon qui en devint rougeâtre, un peu comme sa peau dessous d’ailleurs, avant de se poser quand l’eau fut enfin claire. Mains contre le carrelage, tête basse, Lachlan appréciait la sensation du jet sur sa nuque, tout à côté de son tatouage de taulard qui réapparut tout à coup, comme si l’eau l’avait débarrassé du sortilège de dissimulation. Celui de serpent était toujours planqué, il y faisait bien gaffe à celui là. Mais l’autre, ça dépendait. En vrai, Lachlan apercevait plus souvent ses bras que sa propre gueule, ce qui expliquait parfois sa négligence.

Les sens en alerte, comme un animal toujours aux aguets, il capta rapidement le mouvement sur sa droite. Pour la discrétion, il faudrait repasser. Mais encore un peu honteux, Lachlan ne bougea pas pendant une longue minute, priant presque pour qu’elle ne le rejoigne pas. Il n’était même pas d’humeur crapuleuse, il ne l’était pas tout le temps d’ailleurs. Des fois, il se demandait si le cognard n’avait pas aussi flingué sa libido. Enfin, Ana réveillait quand même bien ses envies, souvent, mais là… Après l’épisode castagne, c’était un peu compliqué disons, de vouloir donner de l’amour à quelqu’un après avoir failli en tuer un autre. M’enfin, peut-être qu’à coup de douceur… Finalement, Lachlan tourna le robinet et attrapa sa serviette, séchant d’abord ses cheveux par habitude et se foutant totalement de la pudeur - l’habitude des vestiaires ça, et puis bon, Ana l’avait déjà vu dans ce simple appareil. Sans sécher le reste, il noua la serviette autour de sa taille avant de passer une main pour aplatir sa crinière vers l’arrière, plantant son regard dans celui de l’invité désirable. « Fais pas ta timide. » balança-t-il quand même en lui tendant la main, l’attirant à lui en se moquant bien de tremper ses fringues - ça ne serait pas la première fois. « J’te ferai jamais de mal à toi. » lui promit-il quand même, d’un ton doux alors qu’il caressait son nez du sien, comme les esquimaux à ce qu’on disait. C’était une promesse qu’il comptait bien tenir, même si en vrai, il sentait bien au plus profond de son âme torturée que ça serait compliqué.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 129
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | bambieyes
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Sang dessus dessous w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Sang dessus dessous w/Ana Sang dessus dessous w/Ana EmptyLun 9 Aoû 2021 - 15:11

Lachlan et Ana étaient assurément deux personnes bien différentes. Les secrets que gardait le premier ne faisait qu'exacerber la curiosité naturelle de la seconde, qui pourtant, veillait toujours à ne pas lui poser trop de questions. C'était un homme après tout qui avait vécu des choses, son visage, les traces de la vie sur ses traits en témoignaient. Ses rides creusées, ses tempes poivre et sel. Ana aimait aussi ce qu'il dégageait. Son côté un peu brute décuplait son affection pour lui, son attendrissement presque aussi d'ailleurs. La jeune femme était peut-être surtout atteinte du syndrome de l'infirmière qui aurait tôt fait de la dévorer un jour. Mais pour l'heure, trop prise dans ces sentiments qui naissaient dans sa poitrine, elle ne le voyait pas. Au contraire, elle plongeait pour l'aider. Maintenant elle le complimentait, récoltait d'ailleurs le fruit de la brutalité de l'homme. Elle n'en fut pas vexée, pourtant, peut-être qu'elle aurait dû l'être. Mais que voulez-vous. Ana, Ana, douce Ana, dans quel piège es-tu donc tombée ? La thésarde ne lui en avait pas tendu un en tout cas en lui proposant de filer pour aller se doucher et elle le regarda s'échapper, un peu circonspecte quand même, les bras ballants.

Lorsqu'elle jugea bon d'aller le voir, elle délaissa son livre dans lequel elle n'avait su se replonger. Sa timidité était revenue au galop comme si c'était le première fois de sa vie qu'elle le voyait nu. Ce qui n'était pas le cas, bien entendu - hum hum. La discrétion d'Anastasia était généralement quelque chose de connu, mais pas là. Non, Lachlan la vit, Lachlan ferma l'eau et se saisit d'une serviette pour l'enrouler autour de sa taille. Il avait tout de même meilleure mine maintenant qu'il était débarrassé de tout ce sang sur son visage. Et elle chercha les coupures silencieusement sans en trouver une seule, vive le dictame. Toujours sans rien dire, Ana se laissa attraper et rapprocher en affichant un petit sourire. « Tu me rends toujours un peu timide je crois » avoua-t-elle gentiment en faisant glisser ses mains sèches sur son torse qui était encore un peu humide. Pensivement, ses yeux étaient tombés sur ce torse dont elle dessinait les contours avant que les yeux bleus de l'écossais ne reviennent dans son champ de vision. Son aveu était doux et bizarre, doux et inquiétant, c'était un cocktail très détonnant. La jeune femme était consciente qu'il manquait des pièces au puzzle qu'il était pour elle. Mais tout de même. Passait-elle tant à côté de tout cela ? Elle voulu lui dire qu'il pouvait tout lui dire mais il lui semblait que son attitude était assez claire pour ne pas avoir à la formuler à voix haute. Et puis, l'eau semblait l'avoir détendu, suffisamment pour que le sujet qui leur avait pris un peu de temps tantôt ne refasse surface. Sans avoir besoin de se mettre sur la pointe des pieds parce qu'elle faisait la même taille, Ana se pencha simplement pour l'embrasser doucement, alors que ses mains se frayaient un chemin dans son dos pour l'enlacer tendrement. Les yeux clos, elle finit par les rouvrir pour qu'ils tombent finalement sur un chiffre, tatoué dans le cou de son amant. Peut-être qu'elle n'aurait pas dû, ou peut-être que si, mais la jeune femme fit glisser deux doigts pensifs dessus, comme si le simple geste pouvait les effacer définitivement de sa peau. « J'ai l'impression qu'il y a tant de choses que je ne sais pas sur toi... » - sa deuxième main glissa sur une cicatrice. Elle ne connaissait aucune de leurs histoires, aucune. Pourtant... « Pourtant il me semble que tu sais tout de moi ». Le visage de la petite moldu se perdit contre son épaule, qu'elle embrassa gentiment. Comme s'il n'était qu'une poupée qu'elle avait peur de fendre ou un enfant qu'elle craindrait de voir prendre la fuite.

(646)
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 196
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @bambieyes
| SANG : Mêlé, et alors ?


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Un détraqueur
| PATRONUS : Un grizzli
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Sang dessus dessous w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Sang dessus dessous w/Ana Sang dessus dessous w/Ana EmptyMar 10 Aoû 2021 - 3:03

Il y avait des gens qui avaient eu plein de vies dans une seule. Et puis il y avait Lachlan, qui n’en avait eu que deux et franchement, c’était largement assez comme ça. Sûrement qu’on aurait pu décomposer ça mieux, mais dans son cerveau binaire, ça marchait comme ça : avant cognard, et après cognard. Dans la deuxième partie, il y avait quand même des sales trucs à dire, mais là où tout avait commencé à vriller, sans parler de ses neurones, c’était quand même quand on l’avait foutu en cabane. Et pas dans n'importe laquelle, en plus, parce que cette prison là, elle vous rongeait l’âme et le reste. Le bruit de la mer qui venait s’écraser contre les rochers en contrebas, comme pour vous rappeler que le courant lui il était libre, et pas vous. Les cris aussi, qui couvraient tout ça et vous glaçaient le sang, quand ça n’était pas de vous qu’ils s'échappaient. Et les geôliers, ah ça… Lachlan essayait de ne plus penser à leurs silhouettes de fantômes noirs, et leur absence de visage. Il n'avait jamais eu le coup du baiser, ça non, mais il avait senti son bonheur s’évanouir un peu plus chaque jour en leur présence. 327 jours d’horreur absolue, qu’il avait arrêté de compter au bout du vingt-et unième parce qu’il n’avait même plus le courage. 306 jours à se souvenir à peine ce qu’il foutait là, 152 jours à répéter son prénom en boucle pour s’assurer qu’il n’allait pas l’oublier. Dormir là-bas, c’était la seule chose à faire, et c’était presque impossible. Et après ça on vous relâchait dans la nature, comme une fleur, comme si tout ça c’était rien, que vous n’aviez pas vécu l’épisode le plus traumatisant de votre vie qui avait même plus de goût. Pas étonnant qu’il ait choisi l’asile plutôt que le monde, parce que le monde en fait, il n’avait plus rien à y faire. Sans doute même qu’il aurait mieux fait d’y rester.

Alors forcément que quand Ana toucha son tatouage après un épisode câlin agréable, tout ça ressurgit d’un coup. Comme si l’endroit était marqué au fer rouge, encore chaud du moment où on lui avait gravé ça dans la peau et en fait, c’était presque ça. Comme un genre de pensine mais avec de l’encre, qui réveillait tout, tout, tout. Ca ne dura pas longtemps hein, peut-être une seconde, mais assez pour lui caler un long frisson dans toute l’échine, un truc froid et désagréable comme tout qui annula les effets de la douceur d’Ana. Le moment était passé, elle lui parlait même et lui, comme plongé dans son passé, il écoutait à moitié, les yeux ouverts fixés sur un coin de mur, comme si ça pouvait changer quelque chose. Comme si les cauchemars attendaient qu’on ferme les yeux. Il avait envie de s’échapper, de ses bras, du chalet, d’Angleterre même, enfiler un sweat et un pantalon pour aller courir dans la forêt, sans se retourner, comme il faisait des fois. Mais elle était là, contre lui, à lui confier qu’elle savait bien pour ses secrets, et lui comme un con, tétanisé. Il sentait encore la pulpe de son index sur son cou, comme si c’était encore là, et puis les aiguilles aussi, comme si c’était hier alors que non. « Bah… » dit-il en se dégageant tout à coup, pas trop brusquement mais pas doucement non plus, un peu entre deux quoi. Il fit face à la glace et pointa son cou de sa baguette posée à côté du lavabo pour essayer d’effacer cette saloperie, comme si ça allait l’enlever vraiment. Belle idée hein que d’insister sur le truc plutôt que de laisser couler, mais ça le démangeait presque. « Y’a des trucs qui vaut mieux pas savoir. » Il grommela une formule en gaélique, un équivalent du Dissimulio mais rien, que dalle, le bout de bois se faisait plus récalcitrant qu’un balai dans une tempête. « Merde ! » grogna-t-il en la balançant sur le carrelage, au risque de la casser, encore. Toute façon, il était nul en magie alors avec ou sans baguette, ça changeait quoi ? Sa colère monta alors qu’il luttait pour ne pas s’arracher la peau et effacer cette horreur à la dure. Il avait essayé une fois, mais ça restait, en-dessous. Ca devait être un sale sort, un truc de magie presque noire ou quoi. ᚱᚻ216. C’était comme ça qu’il s’était appelé un temps, et il ne savait même pas comment ça se lisait.

Appuyé contre le lavabo, la tête basse parce qu’il ne voulait pas, il ne pouvait pas voir cette marque là dans le reflet, Lachlan respirait comme un clébard qui aurait tapé un sprint après un écureuil. « J’peux pas… J’peux pas te parler de ça. J’en parle jamais, c’est du passé, c’est comme ça. Et j’aimerais bien réussir à le foutu cacher mais là j’suis trop claqué » Le mot justement avait claqué dans l’air alors qu’il avait failli faire pareil avec son poing dans le miroir. « S’tu veux savoir des trucs sur moi, t’as qu’à fouiller les archives de Sorcière Hebdo ou d'un autre pap'lard. » finit-il par cracher avant de s’enfuir de la salle de bain sans même la regarder, dévalant ses escaliers quatre à quatre pour retrouver l’air frais du dehors qui le glaça, parce qu’il n'était pas encore bien sec en vrai. Mais la sensation le vivifia, et Lachlan maudit sa foutue serviette parce qu’elle n’avait pas de poche dans laquelle cacher des clopes. Alors il s’assit sur les marches de sa terrasse, comme un con, alors qu’un loup gueulait au loin. Comme si entre bestioles, ils se comprenaient. Pas vraiment faux, hein…
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia A. Appleton

Anastasia A. Appleton


MOLDU
Ce n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.

MOLDUCe n'est pas la magie qui fait qu'un être est magique.
| HIBOUX POSTÉS : 129
| AVATARS / CRÉDITS : ♟Leighton Meester | bambieyes
| SANG : ♟Moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Sang dessus dessous w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Sang dessus dessous w/Ana Sang dessus dessous w/Ana EmptyJeu 2 Sep 2021 - 17:06

Anastasia faisait souvent office de niaise de service, mais elle n'était pour autant pas dupe. Elle voyait bien qu'il y avait des différences fondamentales entre elle et Lachlan. C'était évident, il suffisait de les regarder, de les écouter parler pour le savoir. Lachlan avait vécu, il avait traversé probablement des choses qu'elle n'osait pas s'imaginer. Les choses pouvaient être un peu compliquées et elle était clairement trop gentille et douce pour avoir une seule petite idée de ce qu'il vivait, ou avait vécu. Et ne sachant pas, elle avait constamment l'impression de marcher sur des œufs, de faire des erreurs. De ne pas être assez bien pour lui, aussi. Anastasia était une grande, grande fan de Quidditch, mais elle avait suivi la carrière de Lachlan de bien loin. Pourquoi faire du voyeurisme de la sorte ? En quoi était-ce intéressant pour le sport ? En rien. Son petit crush ayant démarré à la boutique de Quidditch - étonnant considérant la façon dont il lui parlait - cela ne servait à rien non plus de connaître sur le bout des doigts sa vie passée. Elle savait qu'il avait été marié mais n'avait pas le cran de demander à en savoir plus. Après tout, ils étaient ensemble sans l'être et la galloise avait parfois l'impression de devoir avancer particulièrement délicatement sur le chemin de vie tortueux de Lachlan McCulloch. La façon qu'il eut de se dégager d'elle était équivoque de ces mauvais pas qu'elle risquait de faire. Comme sur un chemin accidenté, Anastasia risquait de tomber, de se fouler le pied à chaque fois qu'ils entraient sur le jeu des confidences. Elle n'avait trop rien à dire, l'ancien attrapeur connaissait le principal. Son manque de pouvoirs ne voulait pas dire grand chose, finalement et c'était un drame tout personnel qu'elle considérait avoir depuis longtemps dépassé. Sa réaction semblait disproportionnée et sans doute l'était-elle pour quelqu'un comme elle qui ne connaissait pas son passé. Ou en tout cas, qui le connaissait pas bribes. Ana ferma machinalement les yeux quand elle le vit s'agacer, regretta sa petite remarque qui pouvait tout aussi bien ne pas appeler de réponse, au fond. Mais voilà, l'ancien joueur de Quidditch avait répondu, balancé sa baguette par terre parce qu'il n'arrivait pas à faire disparaître les chiffres.
Au fond, ils étaient assez équivoques, ces chiffres. Ils lui rappelaient de façon assez sordide quelques images qu'elle avait vu, placées au musée, de déportés juifs pendant la seconde guerre mondiale. Mais Lachlan n'avait pas connu la guerre moldue, ou en tout cas, il ne lui semblait pas. Ou peut-être que si ? Les idées les plus farfelues lui traversaient l'esprit sans qu'elle ne se rende vraiment compte qu'elle s'éloignait drastiquement de la réalité. Puis non, elle se souvenait avoir lu que ces tatouages étaient plutôt fait sur les bras, ce n'était pas son cas, donc. D'où cela pouvait-il venir ? Heureusement qu'elle ne voyait pas les petits symboles runiques, ou Ana aurait compris toute seule. Peut-être qu'un jour, elle comprendra, à l'horizontale par exemple. Et puis, ce moment d'entre deux semblait être comme l'oeil du cyclone, parce qu'elle se prit une bourrasque si violente que les larmes venaient de lui monter aux yeux. Elles ne coulèrent pas, pourtant, alors qu'il s'enfuyait de la salle de bain. Restée toute seule, Ana croisa son propre regard dans le miroir. Si elle voyait de la torture dans celui de son amant, elle percevait des regrets dans le sien.

Elle n'attendit pas pour descendre les escaliers à sa suite et finit par le voir, assit dehors. Elle hésita à le tourmenter encore. Mais elle voulait au moins qu'il entende ce qu'elle avait à lui dire. C'est donc à pas de loup que la thésarde sortit du chalet, au même moment où elle entendait un hurlement animal au loin. La nature était sauvage et emportée ici, ce n'était pas étonnant que Lachlan ait choisi cet endroit pour y vivre. Elle s'assit sur la marche du dessus et se pencha pour lui embrasser chastement l'épaule. « Je préfère entendre des choses sur ta vie parce que tu veux que je les sache » dit-elle après s'être décollée doucement. Ana posa son menton contre son épaule pour chercher son regard qui ne la regardait pas : « Ce n'est pas à travers un journal, avec une plume impersonnelle, que je veux apprendre à te connaître. Je veux apprendre à te connaître parce que je suis attachée à toi et que je n'aime pas te voir comme ça ». Elle eut un petit sourire gentil en faisant glisser tendrement sa main sur lui : « Mais tu ne m'en parleras que lorsque tu le voudras... Si tu le veux ». S'il le voulait, ah ça...


(785)
Revenir en haut Aller en bas
Lachlan McCulloch

Lachlan McCulloch


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 196
| AVATARS / CRÉDITS : James McAvoy @bambieyes
| SANG : Mêlé, et alors ?


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Un détraqueur
| PATRONUS : Un grizzli
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Sang dessus dessous w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Sang dessus dessous w/Ana Sang dessus dessous w/Ana EmptySam 4 Sep 2021 - 22:09

La colère était en train de monter. Brute, dévastatrice, elle se déversait dans ses veines, il le sentait. Pour ça qu’il était sorti d’ailleurs, être seul si jamais le niveau rouge était atteint, pouvoir se barrer dans les bois et peut-être pas revenir de la nuit. Ana ne pouvait pas voir ça. Encore moins subir ça. C’était pour ça qu’il avait quitté sa femme, pour ça qu’il vivait tout seul dans les bois, là où il ne pouvait que cogner dans un arbre et pas dans des gens. Même si ça n’empêchait pas, hein, le mec de ce soir pouvait attester. Ou pas, à voir dans quel état il serait le lendemain. Le loup gueulait dans le fond, comme s’il l’appelait, et Lachlan se demandait vraiment s’il n’aurait pas eu sa place dans une grotte pas loin de cette bestiole plutôt qu’ici, à faire genre qu’il était civilisé. Il ne l’était plus, l’avait-il seulement déjà été ? Même avant le cognard, même avant ça, l’écossais avait toujours été sauvage, rude. Mais pas méchant, jamais. Avec Ana, parfois, il avait l’impression de redevenir cet homme là. De ressentir un peu d’amour pour quelqu’un, même s’il aimait pas ce mot là. Parce que ça voulait dire que c’était sûrement réciproque, et il méritait pas.

La colère était encore un peu là, et le problème, c’était qu’Ana n’était pas décidée à lui foutre la paix. Pas sa faute hein, pas vraiment, mais clairement pas l’idée du siècle. Son regard la fuyait, mais ses sens la sentirent tout à côté, avant que sa bouche ne le fasse tressaillir en se posant sur lui. Putain, mais zéro instinct de survie cette moldue. Zéro. Il eut envie de partir, s’enfoncer dans la forêt pour s’éloigner d’elle, éloigner la colère de cette gentille fille qu’il aurait du laisser tranquille, au lieu de l’inviter dans sa taverne de temps en temps. Et d’oublier qu’il l’invitait, en plus. Il entendait sa voix, mais il n’écoutait pas. Pas vraiment. Ana était d’humeur à parler, mais les confessions, il en faisait jamais. Même pas sur l’oreiller. Parler, c’était clairement pas son point fort, ça l’avait jamais été. Alors pour raconter sa vie merdique et lire la pitié dans ses yeux, merci bien. Mais elle était là, avec sa douceur, à poser sa petite tête sur lui, et il n’eut pas le coeur de la repousser. Pas une fois de plus. Bizarrement, la colère se taisait un peu. Non pas qu’elle lui parlait hein, mais elle avait arrêté de grandir, du moins. Le problème, c’était qu’Ana voulait apprendre à le connaître, et c’était justement ce qu’il ne voulait pas. Elle l’aimait bien parce qu’elle ne savait rien, et c’était bien comme ça. Et lui, il l’aimait bien parce que… aucune idée. Aucune foutue idée. Peut-être parce qu’elle le faisait se sentir moins minable, mais sans savoir pourquoi.

En tout cas, elle n'avait peut-être pas de pouvoirs magiques, mais elle savait comment le calmer. Wow. Impressionnant. Malgré la rage qui lui serrait encore la gorge, Lachlan posa sa main sur la sienne, la faisant disparaître complètement parce qu’il avait de grosses pattes. Comme une bête. « C’est ton truc ça, parler. Pas l’mien. » Et ça ne risquait pas de changer. Parler, c’était risquer de dire de grosses conneries, et des conneries, il en faisait déjà assez comme ça. « J’me souviens à l’époque, pour les interviews… » Souvenir du passé qui ressurgit. Pourquoi maintenant ? Pourquoi pas, après tout. Cette partie là faisait moins mal que le reste, sûrement. « Les gens, y rallongeaient mes phrases. Ca me plaisait pas trop. » Il eut un rire, sec, bref, nerveux. « Ma vie était pas plus intéressante à l’époque que maintenant. » Mais plus racontable. Parler de ça, bizarrement, l’avait drôlement calmé. Ou peut-être que c’était la main d’Ana. Ou les deux. Se tournant vers elle, l’écossais posa son front contre le sien. « Et puis ça sert à quoi d’parler alors qu’on peut faire les trucs ? » Saisissant ses lèvres sans lui donner l’occasion de répondre, Lachlan se surprit lui-même. Du moins, il se serait surpris s’il avait pris le temps de cogiter et de réaliser le retournement de situation côté émotion. Mais comme il venait de le dire, plutôt agir que réfléchir. Et donc, Lachlan allongea plus ou moins délicatement - pas tellement, en fait - Ana sur la terrasse, un peu pour la faire taire, beaucoup pour étouffer la colère. Il n'avait jamais trop essayé la manière douce mais peut-être que ça marchait. Sûrement même, que ça marchait.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Sang dessus dessous w/Ana Empty
MessageSujet: Re: Sang dessus dessous w/Ana Sang dessus dessous w/Ana Empty

Revenir en haut Aller en bas

Sang dessus dessous w/Ana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Pv Ay] Les sang coups de la nuit [Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Royaume-Uni :: Angleterre :: 
Les lieux d'habitations
-