GRYFFONDOR : 36 pts | POUFSOUFFLE : 95 pts | SERDAIGLE : 159 pts | SERPENTARD : 77 pts
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
Le deal à ne pas rater :
Carte graphique MSI Radeon RX 6700XT Gaming X 12 Go à 869,99€
869.99 €
Voir le deal

Partagez

Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1060
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | vesnaproduction | signa par okinnel | icons par jenesaispas et Ethereal
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  EmptyMar 1 Juin 2021 - 0:45

Razvan avait tenu sa proposition.

Perché sur un cheval à la robe grise souris, Neolina assise juste devant lui, ils se promenaient au gré du rythme de l'équidé loin, bien loin de Londres et de son agitation. Bien loin de la ville, des villages et des autres Hommes qui ne pourraient que polluer leur moment à eux. Rien qu'à eux. Ils n'étaient pas allés dans un village anglais mais bien écossais. Leurs recherches pour emménager ensemble les avaient mené tous les deux à Pré-au-Lard, où ils avaient passé la matinée à flâner, se projeter, main glissée dans celle de l'autre. Ils étaient beaux à se promener ensemble. La journée écossaise les gratifiait d'un joli soleil et de presque pas de nuage. Loin de la neige que l'on attendrait des Highlands, le temps était doux et Razvan s'était contenté donc un pull très fin et léger pour ne pas avoir trop chaud. L'homme tenait tranquillement les rênes, les mains de part et d'autre d'elle. Parfois, sans savoir s'en empêcher, les lèvres chaudes du médicomage se posaient chastement sur son cou blanc, il respirait son odeur, parce qu'il en avait besoin, comme un camé rechercherait sa drogue. Ils étaient un peu la drogue de l'autre quand ils n'étaient pas tous seuls.

Peut-être ne le seraient-ils plus réellement, désormais. Emménager ensemble signifiait qu'ils passaient un nouveau cap dans leur relation. Ils avançaient dans un chemin où ils n'étaient plus tout voués à la solitude. Ils étaient à deux, contre le reste du monde, main dans la main. Ensemble dans les bons moments et les mauvais aussi. Une partie de lui appréhendait, pourtant. Il appréhendait que le secret qu'il gardait précieusement ne s'évapore et qu'elle apprenne la vérité. Qu'elle le haïsse et le rejette avec d'autant plus de violence qu'il l'aurait mérité. Et là il serait tout seul, définitivement. Mihaela le détesterait. La personne qu'il aimait également. Razvan était certes un être solitaire, mais perdre les deux relations les plus importantes de sa vie, il n'était pas certain de pouvoir s'en remettre ou de savoir encaisser cela. La campagne écossaise avait quelque chose de nostalgique qui, dans le silence, conduisait ses pensées à dériver, s'écraser contre le mur de ses propres remords. Et elle, qu'il tenait délicatement dans ses bras, ne se payait-il pas sa tête ? C'était ce qu'il avait l'impression de faire, c'était pourquoi il s'en voulait encore.
Le cheval portait un nom bien écossais que Razvan ne tenterait pas de prononcer, mais il prenait exactement les bonnes directions, sans se presser, les faisant évoluer dans des endroits qui commençaient à se dégager un peu. Ils quittaient la forêt pour trouver les plateaux plus hauts, plus beaux. Ils ne parlaient pas forcément d'ailleurs, ils n'en avaient pas besoin pour profiter de l'autre. Ils n'avaient jamais eu besoin de mots pour se comprendre de toute façon. Ils avaient abandonné l'idée de prendre la bombe qu'ils avaient volé aux royaux. Le cheval était paisible et calme. Et de toute façon, dans un endroit pareil, qu'est-ce qui pourrait bien leur arriver ? Un beau chapitre de leur vie allait s'ouvrir sous leurs yeux attentifs. Un beau chapitre, et une vue spectaculaire, accessoirement. « Crois-tu que nous pouvons compter sur cette bête pour retrouver le chemin de Pré-au-Lard ? » lui demanda-t-il, la bouche contre son oreille. La vérité, c'était que l'endroit était si beau qu'il n'avait pas envie de rentrer. Il était environs quinze heures et l'herbe semblait au contraire les appeler à se laisser aller, un peu, à se déconnecter de la réalité. Razvan lui embrassa furtivement le cou avant de faire passer sa jambe par dessus la croupe de l'animal pour glisser doucement au sol. Il tendit les mains à Neo pour l'inviter à descendre en l'utilisant pour se réceptionner. Après tout, ne sera-t-il pas toujours, toujours là pour la rattraper ?


(640)

______________________________
Les mauvais choix

Le remord, lui exprime une nostalgie, le regret de ce qui aurait pu être et n'a pas été | Antonio Tabucchi.  
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 455
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  EmptyMar 1 Juin 2021 - 3:49

Une promesse était une promesse. Du moins, entre eux, il en avait toujours été ainsi. Et malgré quelques difficultés encore récentes, finalement, jamais Razvan et Neo n’avaient failli à celle qu’ils s’étaient faite il y avait de ça bien des années. Car c’était toujours eux contre le reste du monde, et sans doute le serait-ce à jamais. La tête posée contre Razvan qui menait d’une main de maître leur monture vers de plus verts pâturages, Neo se laissait donc aller à rêver à leur avenir commun, elle qui pourtant s’était promis de ne plus se laisser bercer par des chimères. Mais voilà, avec Razvan, c’était comme un recommencement et tout en même temps la suite logique de son histoire. Derrière elle, son passé douloureux, ses espoirs brisés car maintenant elle avait trouvé une raison d’aller de l’avant, une vraie. Le simple fait d’avoir visité ces quelques maisons avec lui suffisait à réveiller son imagination, et déjà elle se voyait enveloppée dans sa chemise à regarder le ciel bleu, le vrai ciel, pas comme celui de Londres, alors qu’il l’enlacerait tendrement pour que la journée démarre bien. Toutes les journées pourraient bien démarrer comme ça, après tout, que ça lui irait.

Après leur balade qui les avait projeté dans un futur certain - où Neo s’était évidemment emballée sur un petit cottage pas trop excentré au charme un peu rustique - Razvan l’avait donc emmenée pour une autre promenade, celle qu’il lui avait promis lors de leur dernière escapade. Ainsi Neo avait-elle pu découvrir toute la beauté sauvage qui se dégageait de lui une fois à cheval, juste avant qu’il ne la fasse monter et une fois encore pensa qu’elle ne pouvait pas l’aimer plus qu’à cet instant et pourtant… Pourtant, chaque fois, il lui semblait qu’elle l’aimait plus fort encore. Et Neo si bavarde se laissa donc tranquillement aller au rythme des pas du cheval au nom imprononçable, appréciant en silence l’étreinte douce et rassurante de Razvan contre elle autant que son souffle qui s’invitait parfois sur sa peau et la faisait fermer les yeux, la coupant ainsi des merveilles du paysage mais, oh… le paysage pouvait bien attendre. Neo se donnait l’impression d’être une princesse de conte de fée que son chevalier emmenait là où ils pourraient vivre heureux et… Bref. Elle pourtant si peu romantique appréciait l’instant comme suspendu dans le temps alors que les Highlands se dévoilaient sous ses yeux qui brillaient un peu plus chaque fois, à défaut de pouvoir se poser sur les si jolis traits de son médicomage attitré. Parfois, sa main venait se poser sur la sienne qui tenait les rênes, la caressant doucement comme elle faisait si souvent. Et alors qu’elle s’apprêtait à rompre le silence pour reparler de la petite maison où elle les imaginait déjà vivre, Neo eut le souffle coupé face à la beauté du spectacle de la nature sauvage. Pour parfaire le tableau, la voix de Razvan s’invita dans son oreille et elle eut un sourire bien amoureux - était-ce étonnant ? « Je ne veux jamais partir d’ici. » avoua-t-elle, complètement scotchée par la vue qui l’accaparait tant qu’elle sentit à peine Razvan se détacher d’elle, jusqu’à ce qu’il l’invite à descendre. Ses yeux happèrent tout de même les siens pour la manoeuvre, histoire d’éviter de finir les quatre fers en l’air, et l’atterrissage se fit même en douceur. Pour l’occasion, Neo avait revêtu un pantalon, ce qui était tout de même bien peu habituel. Mais la roumaine étant ce qu’elle était, elle se débarrassa de ses bottes d’un coup de talon - en galérant un peu - puis de ses chaussettes en s’appuyant légèrement sur lui, ce qui retirait un peu de charme à l’instant mais soit. Ses orteils apprécièrent le contact frais de l’herbe et comme rassérénée, Neo respira à plein poumons en liant ses doigts à ceux de son amour avant de rouvrir les yeux qu’elle avait brièvement fermés. « Alors c’est ici qu’on va vivre ? » demanda-t-elle, comme si c’était une brusque réalisation et en vérité, c’en était une. Oh bien sûr, ils ne vivraient pas ici, ici, mais si près de ce paysage splendide qu’elle en était comme émerveillée. Emerveillée d’avoir pareille chance. « Je t’aime plus que ce paysage, tu te rends compte ? » avoua-t-elle finalement après une longue minute de contemplation, avant de se hisser sur la pointe des pieds pour glisser sa main dans la forêt de ses cheveux noirs et l’embrasser avec une tendresse qui ne ressemblait qu’à eux.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1060
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | vesnaproduction | signa par okinnel | icons par jenesaispas et Ethereal
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  EmptyMar 1 Juin 2021 - 13:39

Il y avait des évidences que l'on ignorait pas. Neolina et Razvan ne sauraient ignorer la leur. Après avoir passé une vie à se passer à côté, à se frôler sans aller plus loin, à restreindre l'évidence sous l'amitié, ils en étaient finalement arrivés à la conclusion qui les faisait aujourd'hui partager un si délicat moment. Ils avaient besoin aussi, de part leurs professions, de moments pour eux, à partager simplement, même sans décocher un mot. Pour la personne peu bavarde qu'était Razvan, c'était reposant. Mais pour Neolina aussi puisqu'elle ne disait rien. Ils se laissaient tous les deux porter par un cheval qui semblait savoir où il allait, après avoir passé la matinée à se projeter l'un et l'autre dans une vie qui peut-être, serait bientôt la leur. De façon tout à fait surprenante, le roumain appréciait l'endroit. Même lui peinait à y croire, mais Neo décochait un tel apaisement, une telle tranquillité, qu'ils auraient pu se retrouver sur la terre aride espagnole ou perdus dans un petit village bien latin en Sicile, qu'il aurait pu s'y sentir presque bien. L'Ecosse n'était pas sa Roumanie, ça ne le serait jamais. Et il serait toujours plus heureux là-bas qu'ici. Mais ce pays là semblait avoir un étrange instinct sauvage, ça lui rappelait sa maison. Comme le Pays de Galles un peu, des contrées modernes sans trop l'être non plus, quelque chose d'indomptable qu'il ne s'expliquait pas. Les douces caresses de Neolina sur sa peau répondaient à ce besoin de proximité qu'ils avaient l'un et l'autre.

Son petit aveu répondait aussi à la réflexion qu'il se faisait, en quelque sorte². Razvan aimait l'endroit pour ce qu'il en voyait. Il y ressentait de l'apaisement, de la tranquillité, de la simplicité. N'était-ce pas ce qu'il avait toujours voulu et demandé ? Loin de Londres et de son agitation, de ses bruits et de son béton... Ici, l'herbe, le ciel, la nature et quelques troupeaux de cerfs sauvages. Le roumain descendit et lui tendit ses mains pour la faire glisser en douceur par terre. Un petit sourire amusé, il la regardait se déchausser pour profiter pleinement de la nature autour d'eux. Sa question, suivie de son aveu, lui arracha un rire tout à fait tendre avant qu'elle ne prenne ses lèvres pour un baiser amoureux. Il ne lui avait pas répondu, mais elle connaissait de toute façon toute la teneur de ses sentiments, cet ouragan d'émotions qu'il ressentait en sa présence. C'était une étrange sensation que celle d'avoir l'impression que tout irait bien parce qu'ils étaient ensemble. C'était réconfortant et rassurant et cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas ressenti une telle plénitude de sentiments qu'il s'en sentait presque bouleversé, sur le moment. Les mains glissées dans le dos de Neolina pour la tenir bien contre lui. Razvan n'avait toujours pas décoché un seul mot. Le moment se prêtait aux étreintes plus qu'à une discussion, semblait-il. Finalement, finalement, il la relâcha un peu pour que ses pieds retrouvent totalement le sol et il lui prit la main en l'invitant à le suivre d'un geste de tête. Il s'éloigna de quelques pas avant de s'asseoir dans l'herbe, face à ce beau paysage qu'ils étaient les seuls à voir, pour l'instant. « J'ai eu la sensation que tu avais eu un coup de coeur pour le dernier cottage qu'on a visité » lui dit-il d'un ton gentil, en liant sa main à la sienne, le regard perdu dans le lointain paysage des Highlands, « je me trompe ? ». Razvan laissa s'écouler quelques secondes supplémentaires et ajouta : « Cet endroit me plaît aussi, tu sais ». C'était un aveu qu'elle ne s'attendait sans doute pas à entendre d'une bouche qui avait tant l'habitude de regarder par dessus son épaule son pays slave qui l'appelait. « Et le cottage aussi » se sentit-il obligé d'ajouter. Peut-être que ce serait là-bas qu'ils écriraient le prochain chapitre de leur vie, finalement. Dans un endroit tranquille comme Pré-au-Lard, suffisamment animé pour que Neolina ne dépérisse pas, suffisamment tranquille pour que Razvan ne devienne pas un ermite par la force des choses. Un vent très léger soufflait, quelques mèches de ses cheveux noirs barraient son front et il eut un geste désinvolte pour les écarter un peu. Non loin d'eux, leur vaillante monture broutait tranquillement l'herbe verte. Comme quoi, ils avaient tous l'air d'être heureux.


(727)

______________________________
Les mauvais choix

Le remord, lui exprime une nostalgie, le regret de ce qui aurait pu être et n'a pas été | Antonio Tabucchi.  
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 455
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  EmptyMer 2 Juin 2021 - 2:26

Comment pouvait-on aimer quelqu’un autant ? Parfois, seule dans son lit, Neo se le demandait. Parce que jamais de sa vie elle n’avait connu ça, du moins, jamais aussi fort. Même lorsqu’elle ne le pensait pas à lui - parce que la vie faisait qu’il fallait quand même bien penser à d’autres choses parfois - elle avait comme l’impression rassurante qu’il était quand même présent. Sans doute parce qu’elle savait qu’il serait toujours là pour elle, que ce soit pour descendre d’un cheval ou la consoler dans les moments difficiles, ou simplement juste là, à ses côtés, pour profiter de cette vie à deux qui s’offrait à eux. Neo l’aimait tant que lui dire lui paraissait souvent superflu, même si cette fois elle l’avait laissé échapper parce qu’elle était comme ça, à déborder parfois d’émotions quand son coeur ne pouvait plus tout contenir. À l’embrasser, là, dans ce cadre si splendide lors d’une après-midi parfaite, elle eut envie une fois encore que le temps s’arrête, avant de se rappeler que non. Le temps qui filait lui offrirait aussi d’autres beaux moments comme ça, et elle avait follement envie de les collectionner.

Après leur tendre étreinte, les deux roumains vinrent s’assoir face à ce paysage dont Neo doutait pouvoir un jour se lasser de contempler. La météo rendait les lumières changeantes selon les montagnes, comme si le ciel était si bas que leur col venait percer les nuages. Changeant oui, comme la vie qui leur réserverait son lot de surprises, mais aussi de beaux moments d’éclaircies comme celle qui les baignait de soleil à cet instant précis. Il fallait bien un endroit aussi beau pour empêcher Neo de dévorer Razvan du regard, lui même perdu dans sa propre contemplation, et peut-être aussi dans leur futur proche. Sa phrase lui arracha un sourire plus grand encore que celui qui flottait déjà sur ses lèvres. Neolina  laissait si facilement son enthousiasme s’exprimer qu’il ne fallait pas la connaître depuis bien longtemps pour comprendre à quel point elle était tombée amoureuse de ce lieu où elle se voyait déjà vivre. Mais il fallait toutefois la connaître depuis au moins 30 ans pour savoir déceler que son excitation était différente de celle des trois autres visites précédentes. Ce cottage-là était fait pour eux, elle le sentait, avec sa pièce à vivre baignée de lumière qui donnait sur le jardin et ses trois petites chambres coquettes. Une pour eux, une pour le bazar de Neolina - évidemment - et une, à terme, pour Mihaela, bien que ni l’un ni l'autre n’ait pas mentionnée de toute la matinée. Aussi se contenta-t-elle de répondre par la négative en secouant ses mèches blondes qui sortaient un peu du chignon désordonné qu’elle avait fait le matin, avant de poser sa tête sur son épaule. Elle aussi avait senti quelque chose côté Razvan, peut-être moins de humpf que d’habitude, allez savoir. Mais l’entendre lui dire fit faire un petit bond à son coeur dans sa poitrine, alors qu’elle posait son autre main sur les leurs. Pour un homme qui aimait tant son pays natal, un aveu pareil n’était pas facile à dire, elle le savait. Et elle savait surtout qu’il était sincère. « Je crois que c’est ce qu’on appelle une décision unanime. » dit-elle en scellant le tout d’un baiser dans son cou. « Je ne vois pas d’endroit plus parfait pour nous. Enfin, sauf peut-être si on avait construit un petit cottage, là, juste ici ! » Sa main frôla l’herbe sèche à côté d’elle alors que ses yeux se perdaient dans les lochs un peu plus loin. « Tu crois qu’on peut s’y baigner ? » demanda-t-elle soudain en désignant légèrement du menton les étendues d’eau qui devaient être encore bien fraîches en cette saison.

Alors que l’esprit de Neo avait dérivé sur une vision absolument délicieuse, à savoir le corps sculpté de Razvan qui viendrait fendre l’eau qui reflétait le ciel, un invité surprise la fit un peu sursauter. Le cheval était revenu à pas feutré et avait calé ses naseaux au-dessus de leurs têtes, comme à la recherche d’un peu d’attention. Après son petit coup de panique, Neo eut un rire doux alors que sa main libre caressait le bout du nez de l’animal qui semblait content qu’enfin on s’occupe de lui. « Je ne savais pas que tu étais aussi bon cavalier en tout cas. Où est-ce que tu as appris à monter comme ça ? » À Sibiu, il n’y avait pas de chevaux. À peine quelques poneys dont les propriétaires interdisaient formellement aux enfants qu’ils étaient de s’approcher. Cela ne faisait que lui rappeler ces années passées loin l’un de l’autre, qui laissaient toutefois place à un peu de mystère entre ces deux-là qui pensaient tout savoir l’un de l’autre. « Comme quoi, tu me surprendras toujours. » glissa-t-elle à son oreille de son petit air mutin qui lui, n’avait rien de bien surprenant.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1060
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | vesnaproduction | signa par okinnel | icons par jenesaispas et Ethereal
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  EmptyMer 2 Juin 2021 - 21:18

Généralement, Razvan courbait volontiers l'échine pour laisser les autres décider à sa place. Parce qu'il savait s'adapter, qu'il était généreux, et que le bonheur des autres importait bien plus que le sien. Il aurait été sans doute mieux d'y mettre du sien pour un consensus mais après tout, quand les gens étaient trop différents de lui, il préférait s'effacer volontiers. Probablement parce que sa tante qui l'avait élevé avait un sacré caractère - une bonne hongroise comme on en fait pas deux - et qu'il n'avait jamais eu à cœur de déclencher des conflits avec elle. En effet, elle avait eut beaucoup de chance, lui qui était si gentil et obéissant, surtout en comparaison des autres garçons de Sibiu. Bon, peut-être pas quand il était avec Neolina, mais après tout, personne n'est parfait.
C'était d'ailleurs avec elle qu'il était, qu'il se projetait même maintenant sur un futur qu'ils avaient entre leurs mains. Ils étaient deux, non plus tout seuls, habiteraient bientôt ensemble pour commencer ce nouveau chapitre de leurs vies. Les années de séparation les avaient bien rapproché il semblait, puisqu'ils étaient maintenant en train de se tenir la main dans l'herbe, le regard perdu sur un paysage et l'esprit accaparé par ce qui serait peut-être demain leur quotidien. Elle lui fit un baiser tendre dans le cou qui étira légèrement ses lèvres. Comment pourrait-il un jour se passer de ce genre de moments de tendresse pure ? Comment pourrait-il de nouveau la repousser, et comment avait-il fait la première fois ? Car ce qui s'était passé en juillet n'était pas absent de moments délicats. Au contraire, au contraire, ça avait été un moment intime et parfait qu'ils avaient partagé ensemble. Le médicomage baissa brièvement son regard vers leurs mains avant de les reposer sur les lochs qu'elle pointait du doigt. « Pourquoi on ne pourrait pas ? » répondit-il sans bouger d'un pouce, se figurant tout à fait en train de se baigner là-dedans avant qu'un vieux berger ne vienne les déranger. Sans qu'il ne s'explique trop pourquoi, la vision lui arracha un rire bref qui n'était qu'adressé à lui-même.

Il allait proposer d'y plonger sans trop réfléchir mais ils furent interrompus par le cheval qui semblait vouloir de l'attention. Sans lever sa main pour caresser la bête, puisque Neolina lui donnait très bien de l'affection elle-même, il se contenta d'avoir un sourire un peu amusé vis-à-vis de la bête jalouse de leur proximité. Il était un peu normal qu'elle soit perplexe vis-à-vis de ses talents de cavalier. Razvan et elle avaient surtout passé leur enfance ensemble et à Sibiu, les chevaux, ce n'était pas très courant. Oui mais voilà, il n'était pas chaque jours de l'année dans leur ville d'enfance : « Comme tu le sais, ma tante était hongroise. Sa sœur habitait à Macea, c'est un village à la frontière. Elle habitait une ferme, avait une jument. J'ai appris à monter là-bas les quelques fois où on lui a rendu visite » raconta-t-il simplement ce morceau de son enfance qu'il n'avait jamais réellement jugé assez pertinent pour lui en parler avant. Finalement, le médicomage se releva sur ses jambes et lui tendit les deux mains pour l'aider à se relever : « Ce serait une honte qu'on essaie pas de rentrer dans un de ces lochs glacés, non ? » lui dit-il de son ton provocant de mauvais garçon qui avait envie de faire une bêtise. En général, c'était plutôt Neolina qui était originale sur ce genre de questions, mais allez savoir, elle lui donnait envie de tenter des choses. C'était un peu ce qu'elle avait toujours réussi à obtenir de lui, des actions et réactions qu'elle était bien la seule à connaître.
Ils s'avancèrent tous les deux dans ce paysage merveilleux, qui semblait presque leur appartenir. Ils étaient seuls, le cheval curieusement les suivait aussi. Peut-être pour se délecter de leurs expressions ravagées par le froid une fois qu'ils auraient sauté dans cette eau qui devait faire quoi... Cinq, huit degrés ? Quelle angoisse ! Non sans lui jeter un regard un peu taquin, Razvan retira son pull pour le jeter dans l'herbe et justifia son choix : « Au moins, j'aurais des vêtements secs ». Se jeter tout habillé dans l'eau, non vraiment, ça ne lui ressemblait pas.


(713)

______________________________
Les mauvais choix

Le remord, lui exprime une nostalgie, le regret de ce qui aurait pu être et n'a pas été | Antonio Tabucchi.  
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 455
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  EmptyJeu 3 Juin 2021 - 16:12

Il était assez courant que Neo dise ce qui lui passait par la tête. Et il s’en passait des choses, dans sa tête ! Alors forcément, en voyant un loch d’une telle beauté, la roumaine s’était imaginé une petite baignade, sans prendre en considération le fait que l’eau devait être glaciale et qu’elle risquait d’y perdre un orteil ou deux au passage. Après tout, une petite baignade avec Razvan, ce ne pouvait être qu’agréable, du moins dans son esprit qui faisait fi des températures et autres inconvénients. Alors forcément, elle avait évoqué la chose, sans même trop s’imaginer que ce pouvait être la suite logique de leur journée et Razvan, fidèle à son caractère, lui répondit de façon parfaitement rhétorique et logique. Oui, sûrement que c’était autorisé. Sûrement qu’en été, quand ils auraient emménagé, ils pourraient aller s’y baigner. Et donc, Neo passa à autre chose, distraite évidemment pas l’intervention de l’animal qui l’emmena vers d’autres interrogations, à savoir les talents insoupçonnés de Razvan pour l’équitation. Toujours en gratouillant leur compagnon, Neo l’écouta donc lui révéler une partie de son histoire qu’elle ignorait, son regard amoureux se posant sur lui alors qu’il était plongé dans ses souvenirs a priori plutôt heureux. « Petit cachottier, va. » ponctua-t-elle dans un sourire après la fin de son anecdote. « Tu as de beaux restes en tout cas. » ajouta-t-elle en lui chatouillant les flancs. Pas très étonnant finalement, car la boxe maintenait Razvan en forme, bien que Neo déplorait un peu qu’il s’adonne à ce genre d’activités plutôt qu’à un sport plus calme, et qui l’abimait moins. Mais après tout, s’il en avait besoin pour évacuer sa frustration parfois, qui était-elle pour juger ? « C’est tout de même curieux que tu aies plus peur d’un croup que d’une grande bête comme ça, mais bon… » Son petit rire étouffé accompagna sa moquerie avant qu’elle ne lui embrasse à nouveau la joue. « Pardon, j’arrête. » Le pauvre, tout de même, elle savait bien qu’il ne le faisait pas exprès.

L’instant d’après, Neo se laissa porter par les grandes mains de Razvan qui la mirent debout sur ses deux jambes, et elle le suivit tranquillement sans même penser à embarquer ses bottes. Espérons qu’ils retrouvent l’endroit précis où elle les avait posé sur le chemin du retour ! Toujours était-il que Razvan semblait avoir pris sa remarque pour un défi, et Neo lui lança un regard tout étonné, presque bouche bée. « Tu es sérieux ? » demanda-t-elle alors qu’elle connaissait en fait la réponse. Mais voilà, le fait était que chaque fois que Razvan le provoquait, Neo n’avait jamais vraiment la force de lui résister. Comme si elle avait une petite fierté toute roumaine qu’elle ne pouvait pas mettre de côté alors que quand on la connaissait, ça n’était pas réellement le cas. Mais combien de fois l’avait-elle embarqué dans des aventures farfelues ? Alors pour une fois, c’était à elle de le suivre dans son délire un peu déraisonnable, et tant pis pour la pneumonie. Après une petite balade donc, ils étaient arrivés au bord du loch, le cheval s’avançant sans crainte pour s’abreuver tranquillement alors que Neo, elle, avait laissé une petite distance entre l’étendue d’eau et ses pieds nus. Razvan semblait tout au contraire prêt à foncer tête baissée, ce qui n’était pas pour déplaire à la roumaine qui eut tout le loisir de contempler son corps sculpté. Oh, elle le connaissait par coeur, l’avait déjà admiré dans bien des circonstances, mais sa peau mate contrastait parfaitement avec l’eau bleue en arrière-plan. Son profil se découpait joliment sur les montagnes au loin, paysage aussi sauvage que lui l’était parfois. Tout transylvanien qu’il était, Razvan semblait presque enfant de ces terres merveilleuses, et un peu mystérieuses il fallait le dire. Perdue dans sa contemplation, elle entendit à peine sa remarque, à laquelle elle répondit avec un peu de retard. « Je reconnais bien là ton pragmatisme. » Pour une fois, elle était bien moins provocante que lui, et Neo marcha quelques pas pour tremper le bout de son pied gauche dans le bord de l’eau pour tester un peu les limites de son courage. « Par Merlin ! » s’exclama-t-elle en retirant son pied comme si c’était brûlant, alors que c’était tout l’inverse. « Nononononononon, je ne vais pas là-dedans avant le mois d’août moi ! » Et encore, même pas sûr que l’été anglais suffirait à réchauffer suffisamment le loch. Alors oui, Neo se dégonflait un peu. Enfin… « À moins que ce ne soit une tentative pour qu’on attrape la mort tous les deux et qu’on soit obligés de rester au lit toute la semaine… » Son petit sourire en disait long, même si tout son corps restait fermé à la proposition, bras croisés sur sa poitrine, pieds parfaitement éloignés de la moindre goutte d’eau. Mais c’était sans compter sur la force de persuasion de Razvan, évidemment. Pourrait-elle seulement un jour lui résister ?
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1060
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | vesnaproduction | signa par okinnel | icons par jenesaispas et Ethereal
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  EmptyJeu 3 Juin 2021 - 22:31

Razvan n'avait pas eu une enfance malheureuse, quand bien même il avait été orphelin. On l'avait élevé correctement, il avait un toit au dessus de la tête et à manger - ce qui constituait presque un exploit dans le glacis communiste où il habitait. Alors certes, ce n'étaient pas des festins comme ceux que les anglais semblaient aimer et qu'il jugeait malgré lui avec un peu de sévérité. Il ne pouvait s'empêcher de juger un peu les moeurs de ces gens qui n'avaient jamais manqué de rien, qui pouvaient manger de tout sans même se rendre compte de la chance qu'ils avaient. Au fond, c'était peut-être ça qui l'agaçait tant. Ne pas réaliser qu'ailleurs, c'était pire encore. Chez son autre tante, celle de la frontière hongroise, c'était tout pareil. Elle avait une ferme, c'était le genre de femme à ne pas spécialement avoir une main de fer mais que la vie avait maltraité pourtant. De toute façon, qui ne l'était pas dans ces contrées là. Le roumain se rappelait de son visage a priori austère qui devenait beau avec un sourire tout sincère. Elle l'était, toujours, avec ses bonnes paroles. Elle avait un bien meilleur caractère que la femme qui l'élevait, aussi l'appréciait-il, bien qu'il ait peu eu l'occasion de venir la voir. Mais suffisamment toutefois pour monter à cheval. « Merci » lui dit-il simplement lorsqu'elle le complimenta. C'était vrai, malgré son grand âge (!), il était toujours plutôt doué sur le dos d'un de ces animaux. Alors certes, il avait peur des croups et pas des équidés et certes, de prime abord, cela pouvait sembler stupide. Mais aussi fou que cela puisse paraître, Razvan n'était jamais tombé de cheval, il n'avait jamais été mordu par un cheval et il ne s'était encore moins pris un coup de sabot. A la place, il avait été poursuivi par une meute de croups. Neo se moqua gentiment de lui et il leva les yeux vers le ciel d'un air ennuyé, alors que bien entendu, il ne l'était pas. Surtout pas si elle lui faisait si délicatement un bisou sur la joue. C'était ridicule il en convenait tout à fait de toute manière. Et puis, une fois qu'ils vivraient dans ce cottage qu'ils avaient repéré, comment ne pas s'habituer aux croups...?

C'était probablement un espoir trop grand pour un homme profondément phobique. Après tout, mieux valait sans doute se jeter à l'eau plutôt que d'éviter le problème pendant des décennies. D'ailleurs en parlant d'eau, Neolina l'avait tout de même provoqué en parlant de ce fameux loch. « Tout à fait sérieux » affirma-t-il avec cette volonté indéboulonnable d'homme de l'est. Ils avaient fait assez de conneries ensemble pour ne pas trop hésiter à en refaire une. Sauf que Neo avait davantage l'habitude de les provoquer, les bêtises. Pas de suivre celles de Razvan qui se mettait généralement volontairement en retrait de ce genre d'histoires. « J'espère que tu profites de la vue » la provoqua-t-il en affichant un petit l'air tout satisfait de lui. C'est qu'il n'avait pas manqué le regard de sa roumaine posé sur son corps partiellement libéré de ses vêtements. Avec une pointe de courage toute timide, la jeune femme trempa un pied dans l'eau avant de faire le rétropédalage du siècle. Et forcément, le médicomage éclata d'un rire franc, mais pas moqueur, parce qu'il ne s'attendait juste pas à un recul aussi violent. « C'est une belle idée » - que celle de tomber malade pour passer une semaine au lit - « mais invalide quand tu fréquentes un médicomage ». D'un air un peu taquin, Razvan s'avança vers elle, et se planta juste en face, le visage à quelques centimètres du sien : « Je pensais que tu étais un peu plus téméraire que cela » - c'est qu'il était faussement désolé, en plus ! - « mais soit ! Je pensais que les hivers roumains et russes t'auraient un peu mieux habitué au froid ». Il lui dégagea une mèche de cheveux qui lui barrait les yeux, dans un geste tendre quand même, parce qu'il ne savait que l'être avec elle, avant de se détourner, naturellement pour retirer maintenant son pantalon. « De toute façon, le secret c'est de se mouiller la nuque d'abord » fit-il d'un ton de connaisseur, tout à fait pragmatique, « après bon ». Tu souffles un bon coup et tu vas dans l'eau. Ce qu'il fit. Razvan fit plonger sa main dans l'eau du loch pour en prendre une volée et se la balancer dans sa nuque mate. L'eau était glaciale, comme une eau qu'on pouvait imaginer en Écosse. Il se retourna de moitié pour jeter un regard en coin à sa roumaine : « Ce serait dommage quand même que je me baigne tout seul ».

(794)

______________________________
Les mauvais choix

Le remord, lui exprime une nostalgie, le regret de ce qui aurait pu être et n'a pas été | Antonio Tabucchi.  
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 455
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  EmptyVen 4 Juin 2021 - 7:16

Donc, Razvan envisageait très sérieusement d’aller faire un petit tour en eaux glacées. Bien, bien, bien… Très bien. Ses mots l’avaient dit, certes, mais ses actes le confirmaient tout à fait. Le problème, c’était que cet effeuillage à la base plutôt innocent risquait bien de créer un petit chaud froid à la roumaine, qui bien entendu, n’en avait pas perdu une miette. Tout ça bien sûr sans la moindre discrétion, ce qui lui valut donc une petite remarque qui la fit sourire, et détourna un peu son attention de sa peau nue alors qu’elle retrouvait ses yeux. « Toujours. » répondit-elle en lui faisant un petit clin d’oeil adorable et en se rinçant l’oeil une dernière fois - pour l’instant. Mais en parlant de rincer, la suite du programme la tentait tout de même nettement moins que la perspective de quelques ébats champêtres - ce qui n’aurait pas été la première fois. Donc, Neo fit son petit cinéma, qui n’était pas réellement exagéré cette fois car non, elle n’était pas du tout, mais alors pas du tout prête à tremper plus de trois orteils dans cette grosse mare gelée. Au moins, ça faisait rire Razvan, tout n’était pas totalement perdu. Elle non plus d’ailleurs n’avait pas totalement perdu son sens de l’humour, heureusement. Il lui en fallait plus, tout de même. « Ah, ces guérisseurs, quels rabats-joie ! » ajouta-t-elle sans décroiser les bras, comme si ça pouvait la protéger des futures provocations de Razvan.

Mais non seulement le roumain s’approcha dangereusement d’elle, ce qui amenuisait ses chances de lui résister, mais en plus osa tirer sur la corde de l’est pour tenter de la convaincre. Ça, c’était un coup bas ! Neo était pourtant loin d’être frileuse, et trouvait même le temps londonien plutôt chaud, ce qui faisait beaucoup rire ses collègues. Mais là tout de même, on ne parlait pas vraiment de la même chose. « Oui, mais pas au froid mouillé. » Sacrée répartie, déclamée d’un ton boudeur qui lui donnait l’air d’une grande gamine alors que Razvan était tout en tendresse avec elle malgré ses élans provocateurs. Elle eut l’envie sévère de se coller contre lui et de profiter de sa chaleur naturelle pour essayer de le garder un peu plus longtemps sur la terre ferme avec elle, mais déjà monsieur se mouillait la nuque, l’éclaboussant un peu au passage, sans faire exprès sans doute. Neo eut une réaction de fléreur échaudé, avec un léger sursaut et même un petit cri. « Hé ! Ça c’est pas la nuque. » râla-t-elle en écartant une mèche de ses cheveux à peine mouillée, quelle comédienne !

Mais voilà, Razvan était en boxer, et Razvan continuait à la titiller suffisamment pour que ses barrières tombent un peu. Maudit roumain beaucoup trop séduisant ! Maudit jeu qui s’était installé entre eux, surtout, car Neo aurait bien pu l’admirer depuis le bord pour mieux le réchauffer ensuite. Mais non, non non, il fallait qu’il lui jette ce regard là, précisément, avec ces mots, précisément. Neo avait beau être une femme forte, sa volonté était bien faible face à lui. « Ahlala, tu ne peux donc rien faire sans moi… » répondit-elle finalement d’un faux air désinvolte en levant les yeux au ciel, avant d’enlever son pull qu’elle balança près du sien. Certes, sa petite brassière n’allait pas lui tenir plus chaud dans l’eau, mais pour le plaisir de contrarier son cher et tendre, Neo décida de la laisser. Mais le plus compliqué restait à venir, hélas. « Pourquoi… diable… a-t-il fallu que je mette… un pantalon… » bredouilla-t-il en se dépêtrant avec ledit pantalon qui lui opposait plus de résistance semblait-il que feu la ceinture de Razvan. Dans son élan de fierté, Neo avait décidé de ne pas s’appuyer sur Razvan pour s’aider, mais la tâche semblait quand même difficile, tant et si bien qu’elle était prête à abandonner et y aller comme ça, tant pis. À moitié déboutonnée, donc, elle balança un regard très parlant à son médicomage de petit ami qui après tout, était bien plus doué qu’elle-même pour la déshabiller…
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1060
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | vesnaproduction | signa par okinnel | icons par jenesaispas et Ethereal
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  EmptySam 5 Juin 2021 - 18:02

Il paraît que les garçons sont plus turbulents que les filles. Comme pour toutes les généralités, on peut globalement dire que c'est une sacrée connerie. Après tout, pendant plus de trente ans, Neolina et Razvan avaient bel et bien mis à mal cette assertion, le second suivant plutôt la première que l'inverse. Mais pour une fois, il semblait que l'adage se voulait juste. C'était Razvan qui avait envie de faire le con à sauter dans un loch glacé et pas Neolina. Sans doute était-ce plus sage de ne pas le faire, mais comme souvent, il s'estimait assez bon médicomage pour guérir un petit coup de froid - ce qui n'était pas faux, en plus. Aussi se permettait-il de la provoquer un peu comme il faut, quitte à être fourbe parce que hé, il avait vraiment envie de se baigner avec elle. Comme ce serait dommage qu'elle reste sur la berge à côté du cheval alors qu'elle pouvait être contre lui dans l'eau, non ? Neo lui fit gentiment remarquer que les guérisseurs étaient rabats-joie et il voulait bien lui donner au moins cette victoire. Avec eux, c'était quitte ou double de toute façon. Mais enfin, encore une généralité de toute façon.
Mais il finirait bien par avoir ce qu'il voulait. Il le savait, Neolina ne savait pas lui résister et l'inverse était tout aussi vrai. Le truc, c'est qu'elle n'essayait pas de le convaincre de quoique ce soit, là. Pas du tout même, elle essayait juste de lui résister avec plus ou moins de vigueur. Ce qui lui donnait, bien entendu, un avantage non négligeable. Son air boudeur le faisait fondre, mais c'était tout l'art de Neo que celui de savoir faire sa tragédienne grecque, de bouder et d'avoir tout autre réaction exagérée un peu mignonne quand même. Razvan la trouvait toujours d'autant plus belle quand elle avait ces réactions spontanées, ces attitudes qu'elle ne cachait même pas et pour lesquelles elle faisait exprès d'en rajouter tout une couche. Mais il fallait bien la convaincre et si pour la convaincre il fallait se mouiller un peu, soit ! Razvan se mouilla la nuque et un violent frisson lui fit lever les poils sur les bras et les cheveux sur le crâne. « Petite nature » lui répondit-il pour la provoquer encore alors qu'elle avait été éclaboussée de quelques gouttes à peine. Neolina avait de la chance de ne pas fréquenter un homme immature - ou totalement immature - puisque sinon, il se serait fait un plaisir de lui jeter une grosse gerbe d'eau glacée dessus. Mais non. Razvan respectait sa fausse envie de rester au sec.

Elle abdiquait enfin. En tout cas, pensa-t-il pendant quelques instants, alors qu'elle lui faisait le plaisir de retirer son pull. Mais pas le reste. Soit. Soit ! Au royaume des coups bas, ils étaient les deux monarques de toute manière. « Rien du tout » affirma-t-il sans vergogne. Il préférait faire les choses avec elle, c'était un fait. Surtout quand on leur donnait un tel écrin de nature sauvage autour d'eux, personne d'autre, un cheval tranquillement qui les jugerait bien assez tôt. Le roumain appréciait la simplicité de ces moments de complicité qui naissaient entre eux. Ces quelques minutes qu'ils arrachaient au monde et à leurs obligations pour profiter de l'autre naturellement. Ils n'habitaient pas encore ensemble, mais ça ne saurait tarder, pour qu'ils puissent enfin commencer à construire leur vie avec l'autre. Finit les quelques heures qu'ils prenaient et le temps qu'ils essayaient de rattraper. Il y aurait forcément des ratés, parce qu'il y en avait toujours, mais Razvan savait aussi qu'ils connaissaient suffisamment l'autre et qu'ils étaient suffisamment matures pour passer outre cela. Et de toute façon, ils avaient maintenant tellement passé de temps ensemble que bon. Les horaires du roumain n'avaient pas changé, ceux de Neolina non plus. L'essentiel de leur temps s'écoulerait de la même façon, l'un réfugié à Sainte Mangouste, l'autre au Ministère. Un sourire un peu amusé s'étira sur le visage du médicomage alors qu'elle s'essayait à retirer son pantalon. Il ne sut pas vraiment si elle jouait la comédie encore ou bien si elle n'arrivait vraiment pas à le retirer, ce pantalon. « Besoin d'aide, je suppose ? » fit-il d'un ton tout à fait désinvolte, avant d'ajouter : « Je note sur mon agenda qu'il va me falloir te donner aussi une leçon pour que tu retires ton pantalon toute seule ». Il avait les mains mouillées par l'eau mais veilla à se les remouiller pour s'asperger un peu les jambes. C'était absolument, irrévocablement glacial. Tant pis ! Il se détourna de la nature pour faire face donc à sa petite amie, fit outrageusement glisser son index sur la peau nue de son ventre avec son air de ne pas y toucher avant d'aller se saisir des passants de son pantalon pour le lui baisser. Le regard du médicomage ne bougeait absolument pas de celui plus clair de Neolina, comme s'il lui passait un message ou pas. Après tout, il suffisait parfois simplement de la regarder pour qu'elle comprenne ce qu'il avait en tête, même sans qu'il ne veuille particulièrement communiquer avec elle. Elle avait cette perspicacité merveilleuse quand il s'agissait de lui et elle ne se privait pas de l'utiliser, par ailleurs. C'était apaisant et agréable que de se sentir compris par quelqu'un que l'on aime plus que tout. Ça aidait, et ça rassurait. « Je suppose que je laisse le reste » demanda-t-il l'air de rien, « Mm ? ».  Razvan se baissa un peu pour que son habit se retrouve à ses chevilles et ne sut pas s'empêcher de lui faire un baiser furtif sur son ventre. Mais il savait se tenir, merci bien ! « Et voilà, prête pour aller à l'eau ». Toujours avec son air provocateur, le roumain se détourna d'elle pour aller s'avancer dans l'eau du loch.

Le froid lui mordait la peau, attaquait ses cellules jusqu'à ses os, semblait-il. Mais l'avantage qu'il avait, c'était qu'il avait été étudiant à Durmstrang. L'école avait des lacs et des montagnes. Et s'il serait incapable de retrouver son emplacement, car tous les étudiants sortants en subissaient un sortilège d'Amnésie, au moins se rappelait-il de son atmosphère aussi glaciale que l'environnement. Et comme les étudiants là-bas étaient assez... Disons... Brutaux, certains finissaient dans le lac. De gré ou de force. Razvan en avait fais les frais mais une fois à l'eau, on finissait par s'habituer au froid. Et sa peau mate semblait se souvenir de ce douloureux souvenir puisque c'était dur mais pas insupportable. Il n'était pas certain que Neolina ait subi la même chose dans l'école de magie qu'elle avait fréquenté. « Je ne sais pas pour toi mais à Durmstrang, le bizutage consistait à se faire jeter dans le lac gelé. J'en ai eu une pneumonie pendant une semaine après ça et je n'ai certainement pas été soigné à l'infirmerie » lui dit-il du ton de la conversation. Le fait est qu'il s'était senti assez honteux après avoir subi cet affront et il n'en avait pas parlé à Neo par courrier. A l'âge adolescent de la fierté mal placée, on raconte ses exploits, pas ses punitions. « Et c'était beaucoup plus froid qu'ici ! ».


(1200)

______________________________
Les mauvais choix

Le remord, lui exprime une nostalgie, le regret de ce qui aurait pu être et n'a pas été | Antonio Tabucchi.  
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 455
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  EmptyMar 8 Juin 2021 - 11:24

Dire de Neo qu’elle était une petite nature était tout de même sacrément gonflé ! Alors, oui, théoriquement, sa constitution n’était pas incroyable, preuves en étaient ses multiples fractures qui résultaient finalement plus de son incorrigible maladresse qu’autre chose. Forcément, quand on tombait souvent, on finissait fatalement par se casser quelque chose. Donc au contraire, Neo n’était pas si petite nature que ça quand on considérait le nombre incalculable d’aventures dans lesquelles elle s’était embarquée en sachant bien que le facteur malchance était de son côté. Donc non, l’argument de Razvan n’était pas recevable du tout du tout, comme l’exprima son petit air courroucé quand il le lui balança avec un aplomb insolent. Même si bon, en l’état c’était vrai, elle en faisait un peu des caisses pour pas grand chose. Mais c’était là tout le paradoxe de Neo : faire des montagnes d’une colline pour les choses insignifiantes de la vie, et encaisser les vrais coups durs sans rien en montrer. Alors oui, bon, une pichenette d’eau, qu’est-ce que c’était quand on avait vécu sa vie ?

Eh bien c’était froid, voilà ! Mais bon, les températures polaires - enfin, presque - n’allaient pas vraiment l’arrêter puisque Razvan avait avancé des arguments silencieux qui avaient fini par la convaincre. Comme d’habitude, le roumain n’avait pas eu besoin de parler pour savoir dire ce qu’il voulait, quoique ses petites provocations avaient été entendues, bien sûr. Ainsi donc, Neo l’écouta confesser à quel point il ne pouvait rien faire sans elle - si vrai et à la fois si faux - avant qu’il ne l’observe se battre avec les jambes de son propre pantalon. Non, vraiment, c’était à se demander si elle le faisait exprès et pourtant, pas du tout. Le fait était que le tissu lui semblait aussi collé à sa peau que des bas, mais en pire. Bon, peut-être fallait-il aussi prendre en compte le fait qu’elle ne faisait pas non plus beaucoup d’efforts, cela allait sans dire. Ce qui eut l’air de particulièrement amuser Razvan, qui se moqua de son incapacité à savoir déshabiller qui que ce soit - dont elle. Neo se souvenait de la dernière leçon, et leva un sourcil en l’entendant révoquer à demi-mots ce moment. « Mes poignets n’y survivraient pas. » balança-t-elle de son petit air de ne pas y toucher, avant que Razvan, justement en la touchant, ne lui déclenche un furieux frisson. Ce que sa peau était froide ! Non mais vraiment, vraiment froide ! Lui qui était pourtant une espèce de bouilloire sur pattes lui donnait l’impression d’être un glaçon et c’était surprenant, quoique toujours un peu agréable, évidemment. Et cette lenteur avec laquelle il la déshabillait tout en plantant son regard dans le sien… Une vraie torture qu’elle était tout de même ravie de se voir infliger ! « Tu supposes parfaitement. » dit-elle en effleurant de sa main ses cheveux épais alors qu’il déposait un baiser sur sa peau nue qui appréciait, pour l’instant, la caresse chaude du soleil et de ses lèvres.

Ainsi donc la pensait-il prête pour aller dans l’eau. Techniquement, c’était vrai, mais psychologiquement, c’était autre chose ! Neolina doutait sincèrement être jamais prête à se voir couper la respiration par une eau aussi glacée qu’avaient connu les naufragés du Titanic - l’art d’en faire des caisses, rappelez-vous - et ce fut presque elle qui trembla pour deux quand Razvan s’y enfonça. Ses pieds à deux mètres de l’eau, elle restait figée à claquer presque des dents alors que le roumain disparaissait une seconde pour revenir à la surface, trempé désormais de la tête aux pieds. Ah ça, il était sacrément courageux ! Et peut-être un peu masochiste, allez savoir… « Elle est bonne ? » essaya-t-elle de plaisanter avant qu’il ne vienne lui raconter une anecdote qui lui glaça tout autant le sang que la perspective d’un plongeon dans le loch. Durmstrang… Neolina détestait cette école depuis sa plus tendre enfance. Depuis qu’elle avait appris ce qui se passait réellement là-bas, et les séquelles que cela pouvait laisser sur le jeune esprit de son meilleur ami. Sous couvert d’endurcir les jeunes hommes, l’établissement russe les brisait, souvent. Et cette histoire de lac gelé ne faisait bien que le confirmer. Consternée, la roumaine leva les yeux au ciel, comme si son jugement sur l’endroit avait encore une quelconque importance des années après. « Les méthodes éducatives russes… » lâcha-t-elle en secouant la tête, gageant qu’elle n’aurait sans doute pas survécu à une pneumonie non soignée, surtout à un si jeune âge. « Je te confirme que nous, c’était plus sage. » Et parfois un peu ennuyeux pour l’esprit aventureux de la roumaine, évidemment. D’ailleurs, ses pieds la menèrent un peu plus près de l’eau, le froid lui mordant la plante alors qu’elle serrait les dents.

PAIR - N’écoutant que son courage, Neo réussit à y entrer jusqu’aux genoux, avant de rester bloquée sur place. Non, les cuisses, c’était un grand non. Morte de froid, Neo tremblait comme une feuille en serrant ses propres épaules. « Non mais non, en fait. » Qu’elle se mouille la nuque ou pas, ça n’y changerait rien : c’était proprement de la torture que de rentrer là-dedans. Et même si la perspective d’y retrouver Razvan pour une étreinte mouillée était alléchante, les contre-arguments pesaient un peu trop lourd dans la balance. Son cerveau essayait de lui dire Jette toi, allez, et ce sera fait. Mais rien, non, nada. Se dégonflant, Neo retourna sur la berge donc, prête à entendre les moqueries de Razvan, se baissant vers son pantalon comme si elle s’apprêtait à le remettre. Mais ç’aurait été bien mal la connaître que de croire qu’elle n’irait pas se baigner. Baguette en main, Neo pointa la surface du lac et se concentra pour étendre la force de sa magie.  « Căldurum. » Un cercle imparfait de bien 5m de diamètre, dont Razvan était le centre, changea quelque peu de couleur, l’eau devenant plus claire et surtout, plus chaude. Neo y plongea donc sans hésitation, remontant à la surface juste sous le nez de Razvan à qui elle vola un baiser. « Je sais, c’est de la triche. » lui murmura-t-elle avant de l’enlaçer, profitant de la chaleur de l’eau pour y mouiller à nouveau ses cheveux, la tête en arrière.


IMPAIR - Neo était arrivée à peine à mi-cheville quand leur cheval au nom inconnu trouvait sans doute le temps trop long. Fallait-il que cette bête soit vicieuse pour pousser la pauvre roumain du bout du nez, ce qui lui valut évidemment de plonger en avant sans grâce aucune, et toute entière bien sûr. Le froid lui mordit la peau, comme si un millier de petites aiguilles s’y enfonçaient. Et surprise, la pauvre n’avait pas eu vraiment le temps de retenir sa respiration. Aussi but-elle à moitié la tasse, et peina à retrouver un peu son souffle en remontant à la surface, ses poumons comme tétanisés par le froid et l’eau qui s’y était engouffré. Quelques mèches de cheveux collés sur son visage encore plus pâle que d’habitude, Neo cherchait Razvan du regard histoire d’avoir au moins un point de repère dans ce moment bien déstabilisant. Non mais, maudite bête !


Dernière édition par Neolina Siankov le Mar 8 Juin 2021 - 11:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6912
| SANG : Hasardeuse


Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  EmptyMar 8 Juin 2021 - 11:24

Le membre 'Neolina Siankov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé ' : 6
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1060
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | vesnaproduction | signa par okinnel | icons par jenesaispas et Ethereal
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  EmptyMar 8 Juin 2021 - 16:37

Qu'il était foutrement difficile de ne pas la déshabiller totalement comme il le faisait si souvent. Mais puisque Madame souhaitait être raisonnable, alors il le serait, et bien gentiment. Son petit air angélique ne le trompait pas - ou plutôt, il ne le trompait plus. Razvan avait découvert une autre Neolina dans l'intimité de leur relation, une Neo si proche et pourtant si éloignée de celle qu'il avait toujours connu. Les taquineries étaient toujours au rendez-vous quoique teintées désormais de quelques pensées bien peu innocentes. Elle devait avoir un peu la même sensation avec lui, car jamais le roumain ne l'avait touché de la sorte ou provoquée ainsi. Mais c'était aussi ce qui était beau, le fait qu'ils se soient toujours connus à la perfection mais pas sous cet angle, alors que maintenant, ils n'avaient guère plus aucun secrets pour l'autre. Ou presque...
Mais si le paysage écossais était foutrement propice aux sentiments les plus mélancoliques, le coup de courage - ou de folie - du roumain détournait suffisamment son attention pour qu'il ne s’apitoie pas encore sur son sort. Tout au contraire, il était obsédé par l'idée de sauter à l'eau pour un bain printanier, quoique foutrement glacé. En remontant à la surface pour reprendre sa respiration, cheveux noirs entièrement trempés dans lesquels il passa une main lasse, le médicomage envoya un grand sourire à Neolina en secouant négativement la tête : « Elle est glaciale » dit-il sans se départir de son beau sourire, « mais c'est très bon pour la circulation du sang si tu veux tout savoir ». Bah tiens, petit conseil médicomagique sur fond de promenade en Ecosse. Cela n'eut pas l'air de faire le moindre effet à Neo, au contraire. Et les arguments de Razvan ne l'aidaient pas puisqu'ils se tirait un sort dans le pied, à coup de pneumonie infantile. Elle savait très bien qu'il avait profondément détesté cette école dont il ne parlait jamais quand il revenait pour les vacances. Il n'en parlait pas pour ne pas remuer les vieux souvenirs, à base presque de maltraitance pour un esprit si calme et paisible. Les méthodes éducatives de l'Ecole du Grand Nord étaient douloureuses, difficiles. On ne faisait pas grand cas des sentiments, de la gentillesse non plus. On marchait au pas, bien droit et surtout, on la fermait. Mais ça, ce n'était que la partie immergée de l'iceberg parce qu'il y avait dessous les attitudes des aînés à l'endroit des plus jeunes. Et comme tous les nouveaux étudiants, Razvan avait eu droit à quelques moments bien peu glorieux, qu'il n'évoquait que très rarement. La pneumonie, c'était un peu le côté facile. Le reste, bon. En réalité, Neo ne connaissait qu'une infime partie de la vérité. Mais les années avaient passé et il n'avait gardé ni aucune séquelle ni aucun traumatisme, alors...

Il se demanda bien ce qu'il se passait dans l'école pour filles mais n'eut pas le temps de formuler sa question que Neolina le prenait de court en essayant de rentrer jusqu'aux genoux : « Tu as fait le plus dur » assura-t-il alors que ce n'était pas forcément vrai. Il aurait pu s'approcher d'elle pour l'entraîner délicatement mais même là, il n'était pas certain que ça fonctionne. Le roumain la regarda retourner vers la berge en souriant mais ne se moqua pas ouvertement d'elle. Sauf que voilà, elle ne se rhabilla pas au contraire, elle se saisit de sa baguette pour pointer l'eau. Comme pour montrer son innocence, Razvan leva les mains vers le ciel comme un suspect dans une enquête. Mais rien contre lui, bien entendu. L'eau devint d'un coup beaucoup plus chaude, la différence de température lui colla un frisson particulièrement violent alors que Neolina plongeait finalement pour le rejoindre près de lui et lui arracher un baiser un peu mouillé. « Ingénieux » reconnu-t-il. Elle avait toujours été d'une rare habileté pour les sortilèges. Lui-même n'était pas en reste, mais la magie de sa petite amie avait toujours le don de l'émerveiller un peu, comme s'il était un gosse qui voyait son premier wingardium leviosa. « Tu peux bien tricher tant que tu veux, le principal c'est que tu sois là ». Le moment était léger tout de même, doux d'une certaine manière. Razvan fit glisser ses mains contre elle pour attraper ses cuisses et les enrouler autour de ses hanches. Le médicomage les fit bien chastement remonter pour qu'elles atteignent ses joues qu'il se mit à caresser lentement avec ses pouces. Le visage en coupe de Neolina se découpait parfaitement dans la luminosité de ce paysage où ils semblaient être les maîtres. « J'ai l'impression de t'aimer chaque jour davantage » lui dit-il doucement alors qu'aux bords de ses yeux se dessinaient correctement ses rides d'expression, « tu crois que c'est possible ? ». Razvan laissa filer quelques secondes avant de l'embrasser, toujours bien chastement, bien différemment de ce qu'ils avaient l'habitude de faire. « Ou alors c'est moi qui réalise de plus en plus à quel point je t'aime ». Il ne lui disait pas souvent qu'il l'aimait alors qu'il le ressentait terriblement fort, avec tant d'intensité chaque jour un peu plus. « Alors dis moi, c'était quoi le bizutage sage de ton école à toi ? ». Sans se priver, il reposa tendrement ses lèvres sur les siennes, parce qu'après tout, ils étaient aussi là pour profiter tendrement de l'autre.


(896)

______________________________
Les mauvais choix

Le remord, lui exprime une nostalgie, le regret de ce qui aurait pu être et n'a pas été | Antonio Tabucchi.  
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 455
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @bambi_eyes
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  EmptyJeu 10 Juin 2021 - 3:57

Neolina n’était peut-être pas la femme la plus intelligente qui soit, ni la plus brave, certainement pas la plus douée d’ailleurs. Mais elle était sacrément maligne, et avait toujours su utiliser la magie à bon escient. Sans en abuser, jamais, car combien de sorciers se reposaient tant sur leur baguette qu’ils en devenaient incapables de faire quoi que ce soit de leurs dix doigts ? Mais la philosophie de Neo, c’était que chaque problème avait sa solution. Et oui, ce lac complètement gelé était un problème, et de taille, qui la séparait de son bel amour qu’elle mourrait d’envie de rejoindre. C’était qu’il ne lui facilitait pas la tâche non plus, à lui parler d’eau glaciale et à lui donner des encouragements tièdes - un comble ! Alors oui, Neo avait trouvé une solution à son problème, une solution magique mais hé… Qu’est-ce qui l’en empêchait ? La réaction de Razvan et sa fausse tête de coupable faillit la déconcentrer, peut-être même qu’elle aurait pu étendre un peu plus son sort s’il n’avait pas fait l’imbécile. Mais bon, le résultat était là, et l’eau digne d’un océan de l’hémisphère Sud, plus claire, plus chaude et beaucoup, beaucoup plus accueillante. La roumaine s’y enfonça donc avec délectation, sans compter qu’elle était maintenant tout à côté de Razvan et de son délicieux corps sur lequel elle pouvait laisser traîner allègrement ses mains, pourtant nouées gentiment autour de sa nuque - pour l’instant.

La tricherie, donc, était acceptable si tant était que cela les rapprochait. Oh, Neo était bien de cet avis, et se laissa docilement faire alors qu’il glissait ses jambes autour de lui, dans cette atmosphère plus paradisiaque que jamais maintenant que les températures étaient devenues tropicales. « Bien d’accord… Et puis, retirer ton t-shirt, c’était déjà franchement de la triche. » surenchérit-elle en lui souriant doucement avant de déposer un léger baiser sur le bout de son nez. L’instant était comme suspendu dans le temps, comme ça leur arrivait si souvent, et la roumaine pour une fois ne trouvait pas tellement quoi dire qui pourrait parfaire l’instant. Du moins n’imaginait-elle pas recevoir pareille déclaration. Ça n’était pas des grands mots, bien sûr, mais ça n’avait pas besoin de ça. Razvan était un homme simple, ses phrases l’étaient tout autant, et toujours emplies d’une telle sincérité que Neo préférait largement tout ça aux plus beaux monologues enflammés qui, elle le savait, n’était souvent que l’expression d’une passion de début de relation, et certainement pas d’un amour aussi fort que le leur, comme il le disait si bien. Chaque mot qu’il prononçait résonnait en elle, tout simplement parce qu’elle ressentait exactement la même chose à son égard. Neo et Razvan n’étaient pas le genre de couple qui se disait je t’aime à tout bout de champ, sans doute parce que le dire était inutile. Pour autant, son tendre aveu l’émut profondément, et elle posa sur lui un regard qui exprimait bien le trouble si agréable qu’elle ressentait. « Je crois, oui… » murmura-t-elle sans oser vraiment l’interrompre alors qu’il achevait de faire fondre son petit coeur. Cette façon qu’il eut de l’embrasser… Il existait milles manières d’embrasser quelqu’un qu’on aimait, et chacune d’elle révélait quelque chose. Et ce baiser là ne faisait que confirmer toute la force de cet amour qu’il lui portait, qu’il lui déclarait même, là oui, dans ce baiser à la fois profond et léger. Et inversement, d’ailleurs, mais Neo était si chamboulée dans le très bon sens du terme qu’elle ne trouva rien à répondre - comme si c’était nécessaire - alors que ses yeux s’étaient très légèrement voilés derrière un rideau mouillé qui n’avait rien à voir avec son récent plongeon. Et pourtant, elle souriait, alors qu’elle l’embrassait à nouveau au coin des lèvres en remontant un peu plus sa main dans ses cheveux noirs et trempés.

Comme si tout ça n’avait été qu’un détour de conversation sans conséquence, Razvan revint tout à coup sur les souvenirs d’enfance, d’école même, et Neo eut un petit rire surpris de le voir agir ainsi. « Oh tu sais, rien de bien passionnant… » enchaîna-t-elle en se reprenant un peu. Faisant glisser ses mains le long de ses bras, elle agrippa ses poignets alors qu’elle se laissait aller en arrière, les jambes toujours fermement serrées autour de ses hanches alors que tout le haut de son cors faisait la planche, sa peau pâle perçant la surface de l’eau pour rencontrer les rayons du soleil écossais. « Rien tout court, en fait. Les filles de Koldovstoretz étaient bien trop occupées à parler garçons pour nous concocter un truc du genre. » C’était un fait, Neo s’était carrément ennuyée pendant ses études parce qu’elle n’avait pas vraiment trouvé de camarade avec qui faire les quatre cent coups - et le faire seule, c’était tout de même moins marrant. Imaginez comme elle se rattrapait pendant les vacances. « C’est amusant… » ajouta-t-elle, ses grands yeux noisettes scrutant le ciel alors que ses mains s’étaient détachées de la peau de Razvan pour venir effleurer la surface du Loch enchanté. « … quand on se dit qu’à cet âge là, on ne sait tellement rien de l’amour. » A quatorze ans, franchement, l’amour, ça n’était rien d’autre que de bêtes béguins et des hormones en pagaille. Finalement, la roumaine se redressa pour revenir étreindre Razvan, dégageant au passage une mèche qui s’était collée sur sa tempe d’une manière absolument adorable. « Maintenant, je sais. » Son sourire se fondit dans le baiser qu’elle lui offrit, comme en réponse un peu tardive au sien alors que tout son corps se collait au sien, chassant l’eau qui avait l’audace d’essayer de les séparer. Mais c’était peine perdue. Après tout ce qu’ils avaient vécu, et maintenant qu’ils s’étaient retrouvés, rien ne viendrait les séparer, pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1060
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | vesnaproduction | signa par okinnel | icons par jenesaispas et Ethereal
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  EmptyJeu 10 Juin 2021 - 23:47

De la même façon qu'ils avaient bien tard réalisé qu'ils portaient pour l'autre des sentiments autrement plus forts que ceux d'une simple amitié, Neo et Razvan réalisaient maintenant que les jours passaient et l'affection qu'ils portaient à l'autre augmentait. Comme un thermomètre en plein soleil. A dire vrai, il ne se pensait même pas capable de ressentir avec autant d'intensité une émotion pareille. Il avait déjà été amoureux. Il avait déjà eu une relation. Et dieu savait combien il avait aimé sa femme. Mais là... Là il y avait quelque chose de différent, peut-être à cause de la longue amitié qui précédait leur présente relation. Il n'en savait rien, rien du tout, mais le fait est qu'il avait trouvé le moment opportun pour lui faire part de cette étrangeté qu'il ne comprenait pas. Et il vit bien l'effet de ses paroles sur sa roumaine. Comme souvent, il ne pensait pas faire mouche comme ça avec quelques mots, probablement que c'était la faute à son manque de romantisme, ça. Mais pas là. Le moment était sans doute trop paisible pour qu'il ne lise pas les sentiments qui transparaissaient dans ses yeux. Les mains de l'homme glissèrent de ses joues à ses cheveux blonds avec lesquels il s'amusa un peu, par habitude de les entortiller entre ses doigts.

Changer de sujet pouvait être surprenant pour quelqu'un d'autre que lui. Mais encore une fois, c'était probablement la maladresse ou le manque de perspicacité - ou les deux - du médicomage qui le conduisit à sauter avec tant d'aisance du coq à l'âne. Razvan se laissa simplement faire quand elle attrapa ses poignets pour se laisser aller vers l'arrière. Sans détourner son regard de son visage apaisé, son petit ami l'écouta simplement lui rapporter cet ersatz de souvenir de l'école de magie. Finalement, il se rendait compte qu'ils avaient assez peu échangé sur cette époque, l'un comme l'autre, simplement trop ravis de se retrouver pour les vacances. Tous les deux étaient suffisamment impatients à leurs âge pour vouloir s'occuper en s'amusant plutôt qu'en discutant cours, camarades ou notes. La seule chose qu'il savait, c'était que les méthodes éducatives étaient moins pénibles dans l'école pour filles que dans l'école pour garçons. Neo relâcha finalement ses poignets et il posa de ce fait ses mains sur son ventre, tranquillement, alors qu'elle continuait. Bercés par l'immobilité de l'eau, la sincérité de leur conversation. Sa petite réflexion ressemblait aussi à une sorte de déclaration et il afficha un sourire alors qu'elle se relevait pour poser également ses lèvres sur les siennes. Ses mains venaient de glisser dans son dos qu'il caressait gentiment et il ajouta, une fois que leurs lèvres se furent séparées : « Il y a des gens qui ne savent jamais rien à ce sujet » - il fit une pause alors que son front se posait contre celui de sa roumaine - « d'autres qui pensent savoir, mais se fourvoient... ». Et il s'était peut-être longtemps fourvoyé aussi, lui qui avait aimé mais jamais avec autant de passion et d'intensité. « Comme moi... » souffla-t-il un peu malgré lui quand même. Est-ce qu'il était désolé de cet aveux ? Peut-être un peu. Il voulait dire tellement de choses. Neolina ne remplacerait jamais Mara parce qu'elles étaient différentes, qu'il avait construit une famille avec la première, qu'ils avaient eu un enfant. Parce qu'elle avait été la première fille qu'il avait embrassé, aimé, épousé. Mais malgré toute cette affection qu'il avait ressenti pour elle, tout cet amour même, cela semblait si faible en comparaison de ce sentiment qui prenait place dans son ventre à chaque fois qu'il la regardait. Le mouvement de sa main dans le dos de la jeune femme ne s'était pas arrêté, toujours délicat, à un rythme hypnotisant mais pas frénétique. « Je l'ai aimé tu sais » avoua-t-il encore. Surprenant, lui qui parlait si peu d'elle, si peu de son ancienne vie. Loin de lui l'idée de planter l'atmosphère, mais sans doute fallait-il que ça sorte. « Mais jamais, jamais comme ça ».


(670)

______________________________
Les mauvais choix

Le remord, lui exprime une nostalgie, le regret de ce qui aurait pu être et n'a pas été | Antonio Tabucchi.  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  Empty
MessageSujet: Re: Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA  Empty

Revenir en haut Aller en bas

Le prochain chapitre de notre vie | NEOLINA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1978-1979
-