GRYFFONDOR : 39 pts | POUFSOUFFLE : 95 pts | SERDAIGLE : 159 pts | SERPENTARD : 77 pts
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
Le Deal du moment :
Sortie Nike : les nouvelles baskets Air Max Plus
Voir le deal
169.99 €

Partagez

Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 456
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - TheDarkVibe
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : La perte de Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

  Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain Empty
MessageSujet: Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain   Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain EmptySam 12 Juin 2021 - 11:32

Midsummer, Finlande – 23 Juin-25 Juin 1979



Derniers partiels effectués à l’EMS et le temps était alors aux vacances futures.
Avec un soupir de soulagement, Meredith Hawthorne avait terminé de faire sa valise, attendant que Gauwain Robards en fasse de même. Un sourire rouge ornant les lèvres pleines, lorsque ce dernier était destiné au grand Gallois qui lui dédiait un clin d’œil brun complice. Jamais, elle ne fut plus amoureuse qu’en cet instant. Instant qui serait alors marqué par leur désertion de Londres et de ses environs, pour une autre destination. Une de celles, où l’on célébrait l’avènement du solstice d’été par des feux de joie qui étaient allumés afin de se protéger des mauvais esprits qui étaient considérés comme libres d’errer parmi les vivants. Quand le soleil, en venait alors à disparaître. Et offrait alors aux âmes bien présentes en ce monde, une noirceur totale. Les Feux, étaient là, pour préserver. Pour rendre ce moment inoubliable, et c’était là, que le couple d’amants avait décidé de poser leurs esprits, durant tout un week-end. Où le Midsummer était célébré.

La demi-Vélane, bien que bilingue dans l’idiome parlé avec son petit ami, ne connaissait pas grand-chose au Finnois. La langue était complexe et semblait difficile à apprendre. Et, c’était silencieuse que la jeune femme espérait que l’Anglais était parlé dans cette autre contrée du monde. Au pire, ils étaient capables de parler en langage des signes, n’est-ce pas ? Avec un petit rire entendu, caché derrière une main fine et gracile, la belle blonde avait réussi à convaincre l’aspirant Auror de prendre l’avion. Un transport moldu dont l’ancien Serpentard n’avait nulle habitude au demeurant. Or, la persuasion fut assez aisée, surtout quand il y avait certains arguments pour, qui fonctionnaient en faveur de la fille unique de la Comtesse de Vermandois. Il fallut peu de ronronnements plaisants et d’œillades vertes lascives destinées à un plaisir certain pour déboucher sur un compromis. Compromis, qui, était de toute manière en faveur de la Présidente du BDE qui attendait Cole Bronson pour lui administrer les dernières recommandations.

Ce dernier arriva peu après, saluant tour à tour sa chère et tendre patronne et celui qu’il considérait comme un ami, bien que hiérarchiquement et professionnellement, il était au-dessus de sa personne. Avec un sourire discret mais néanmoins engageant, l’employé modèle les exhorta tous deux à rejoindre un taxi qui les attendait devant la demeure victorienne Hawthorne afin de rejoindre l’aéroport de Heathrow et d’atterrir à celui d’Helsinki. Embrassant, une dernière fois l’Écossais sur la joue, témoignage d’une félicité certaine, Meredith Hawthorne s’engouffra dans le taxi noir, Gauwain Robards à sa suite. Extatique dans le moyen de locomotion, la belle blonde roucoulait tout en applaudissant, s’abreuvant du paysage qui défilait sous son regard d’un vert peu commun. Regard, qu’elle reportait sur le grand Gallois qui était présent à son côté et dont elle ne se priva aucunement de l’embrasser à pleine bouche, durant une bonne partie du trajet.

Offrant un paiement conséquent et un sourire immensément grenat au taximan, la belle blonde récupéra sa valise pour la trainer derrière elle jusqu’à l’entrée du bâtiment, son sac à main contenant les billets pour ce voyage tant désiré et tant attendu. Scrutant derrière elle pour voir si son petit ami, la suivait de près, la Franco-Galloise, lui tendit son sésame pour le départ, lui désignant l’endroit où mettre les bagages afin de se faire fouiller et ausculter, ce qu’il y avait dans les sacs apportés pour le voyage. Un dernier baiser sur la joue de son petit ami et la jeune femme était en train d’attendre son tour. Heureuse et souriante, faisant un signe au beau brun après lui avoir offert ces recommandations.

- Tout va bien se passer fy Haul. Dans moins de dix minutes, on se retrouve pour embarquer. Je te le promets. Un baiser volant à destination de son âme sœur esseulée. Je t’aime ! S’exclama fortement la demi-Vélane, constatant que le principal concerné n’avait pas été le seul à l’avoir entendue. Cependant, elle n’en avait que faire.

Elle avait hâte, tout comme lui, d’avoir leur toutes premières vacances en couple.
Si elle savait.
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 803
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Perdre Meredith
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

  Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain   Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain EmptySam 12 Juin 2021 - 15:40

Gauwain Robards avait grandi dans un contexte où les traditions étaient importantes, à différents niveaux ; il était, de fait, sensible aux rythmes et aux fêtes. On avait eu l'occasion de constater que les anniversaires revêtaient pour lui un pouvoir particulier. Mais toutes les anciennes fêtes et leurs rites étaient chargés de symboles forts, d'une magie vieille et puissante.

C'était la raison pour laquelle, l'air de rien, pendant un brunch, il avait mentionné qu'il aurait bien aimé partir en vacances avec elle. D'un air neutre, en buvant un verre de jus de fruits fraîchement pressés, en dégustant un toast. Comme il aurait proposé qu'ils aillent se faire un cinéma, alors que c'était une toute autre logistique qu'il avait en tête. Elle avait dit oui, et avec enthousiasme, ils avaient entamé des pourparlers : il la laissait prendre la main sur le moyen de transport, il se chargeait de leur logement, et la décision de la destination fut prise en commun. Elle usa d'arguments particulièrement appréciables, pour le convaincre de laisser leur chance aux moldus. Il joua les mystérieux quant aux arrangements passés.

Leur destination s'imposa d'elle-même. C'était leur premier voyage en amoureux. Le premier qui n'était pas une visite à des proches, où l'on avait pas à se préoccuper de l'image que l'on donnait, mais juste, à être ensemble, l'un avec l'autre. Ce ne serait qu'à eux. Alors.... pas le pays de Galles, ni le Royaume Uni. Pas la Méditerranée, non plus, parce qu'ils venaient d'aller dans le sud de la France. Et puis.... ils n'allaient pas non plus aller à l'autre bout de la planète. Finalement, il devînt rapidement clair qu'ils se dirigeraient au Nord. Attendre les résultats de leurs partiels respectifs les bloquait jusqu'à la mi-juin. Après cette date, comme il l'avait calculé, se profilait le solstice d'été. Et les Pays Scandinaves et Baltes étaient réputés pour leur manière de fêter ce moment important de l'année.

Finissant sa valise, aux côtés de sa compagne, il se préparait donc pour découvrir la Finlande, dont il connaissait assez peu de choses, à part son emplacement géographique.

Ils avaient préparé leur voyage, bien sûr, s'étaient amusés avec les guides de conversation qui avaient laissée dubitative même une polyglotte comme Meredith, avec toutes ces lettres que l'on redoublait, ces mots à rallonge et ces voyelles et consonnes choisies au hasard, sans qu'on distingue des racines communes à des langues plus familières. …..pire que quand Cole expliquait une recette.

En parlant de l'Ecossais, il ne tarda pas à les presser dans un taxi, s'assurant qu'ils atteignent l'aéroport à l'heure, sans risquer de se mettre en retard par un corps à corps impromptu (conscient que ces deux étudiants partageaient des sentiments intenses et un besoin charnel de l'autre). De fait, grâce à Cole Bronson, il n'y eut que des baisers échangés durant le transport, sous le regard amusé du conducteur, et ils débarquèrent en temps et en heure au milieu du hall de l'aéroport. Gauwain suivait tout en observant l'agitation de cet endroit tout en lumières et tons clairs, sans perdre sa petite amie pour autant.

Jusqu'à ce que l'on arrive au contrôle des bagages. Meredith lui avait expliqué le fonctionnement de tout le système, il n'avait donc pas été trop alarmé de laisser des inconnus embarquer le plus gros de leurs valises. On arrivait à présent au contrôle des sacs plus petits ceux destinés à aller en cabine.

Tout comme il existait des sorts de détection, les moldus usaient de sorte de portique épais, grisâtre, qui n'inspirait que moyennement confiance. Meredith avait beau être confiante, il continuait à avoir de légers doutes :

« Et t'es sûre que ça ne détecte pas la... tu sais quoi ? »

Un curieux qui aurait laissé son oreille traîner en aurait immédiatement déduit que le grand brun trimballait des substances prohibées mais lui s'inquiétait plutôt qu'on l'identifie en tant que sorcier. Enfin bon.... on allait voir.

«  Caru Ti, Seren! A tout de suite! »

Meredith, elle, s'était avancée sans inquiétude, détendue, vêtue de son haut blanc confortable et d'un jean qui appartenait à Gauwain, et qu'elle avait magiquement ajusté : l'équipement moldu ne sembla pas le relever ni s'en émouvoir, et ne porta pas plus attention à ses gènes. Il imita sa compagne, déposant son sac et s'avançant pour traverser le portique, à l'invite de l'agent des douanes.


1-2 : rien ne se passe, c'est bon, monsieur, récupérez vos affaires, s'il vous plait.
3-4 : le portique n'a pas bipé, et pourtant, on lui fait signe d'approcher pour une fouille, à laquelle il se plie, méfiant néanmoins, et après un regard lancé à Meredith et.... c'est quoi ce bâton dans votre veste ?
5-6 : le portique sonne, alerte, il y a quelque chose ! Et notre Gallois de se crisper, il savait que ça allait mal tourner, c'est quoi la procédure ?? On stupéfixe tout le monde et on appelle le Ministère pour une brigade d'Oubliators?


Dernière édition par Gauwain Robards le Sam 12 Juin 2021 - 15:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6937
| SANG : Hasardeuse


  Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain   Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain EmptySam 12 Juin 2021 - 15:40

Le membre 'Gauwain Robards' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé ' : 2
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 456
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - TheDarkVibe
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : La perte de Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

  Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain   Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain EmptySam 12 Juin 2021 - 16:52

Le Gallois avait eu la plus merveilleuse des idées.
Une de celles, qui parvient au détour d’un thé ou d’un café, saupoudré d’un toast beurré craquant à la marmelade d’orange maison, -préparée par Cole Bronson évidemment-,  et d’œufs brouillés savoureux et parfaitement exécutés. Connaissant son petit ami et ancien Serpentard de surcroît, Meredith Hawthorne savait qu’il y avait une ruse potentielle orchestrée par Gauwain Robards. Or, l’aspirante Auror préféra repousser du plat de la main ses interrogations silencieuses pour se concentrer sur le plus important : ils partaient. Tous les deux. Rien que tous les deux. Sans nulle visite de prévue à l’une ou l’autre des familles du couple. Juste du temps pour eux, assorti de souvenirs inégalés dans un des pays que pourtant, la belle blonde ne connaissait nullement.

Peut-être que sa Grand-Mère maternelle et ancienne actrice de cinéma sorcier muet, aurait pu lui prodiguer quelques conseils pour apprivoiser le Finnois et ses consonnes étranges et saugrenues. Mais, l’ancienne Serpentard voulait qu’ils se débrouillent. Qu’ils essayent mais qu’ils se trompent aussi. Parce que là, étaient les instants les plus précieux. Ceux, où ils étaient complices et où ils vivaient de ces partages de moments, qui n’appartenaient qu’à eux et à eux seuls. Car, c’était une évidence et que c’était si simple avec ce grand brun que la bouche rouge ne relâchait pas, là, dans ce taxi, les conduisant jusqu’à leur première escale avant leur véritable voyage.

Scrutant son amant, la belle blonde surveillait chaque faits et gestes de ce que lui, pouvait produire. Avec un sourire attendri, la demi-Vélane lui avait expliqué le protocole à suivre car il restait un néophyte dans ce transport moldu, captivant. Prouvant à lui seul, que les Moldus savaient faire preuve d’ingéniosité quand il leur suffisait de vouloir s’approcher des étoiles. Et, de Londres à Helsinki, il n’y avait que trois heures de vol. Ce qui passerait bien vite, vu que la jeune femme avait là encore, prodigué un conseil avisé à son petit ami. Se munir d’un livre, afin que le voyage passe plus vite et qu’il n’en ressente pas les effets. Pour lui, qui n’avait jamais volé. Même pas sur un balai. Alors, qu’il était un véritable Sorcier. Véritable Sorcier, qui sembla s’inquiéter pour une certaine baguette, par ailleurs.

- Ne t’en fais pas Gauwain. Elle ne sera pas visible, et tu ne seras pas embêté. Chuchota la Présidente du BDE à l’adresse de son membre alloué à la Sécurité du Campus, un sourire rouge éclatant et rempli de liesse. Avec en plus, un nouveau baiser avant de se quitter momentanément.

Un geste de la main vers lui, Meredith Hawthorne entendit les dires de Gauwain Robards, qu’elle avait grande hâte de retrouver. Même si cela faisait quelques minutes, qu’ils s’étaient quittés, elle ressentait le besoin irrépressible de l’avoir avec elle. C’était vital. Heureuse par ailleurs, parce que la fille unique de la Comtesse de Vermandois, le récupéra rapidement et sans encombre. Soulagée, qu’il n’y ait eu aucun incident à déplorer dans l’aéroport. Gardant sa main dans la sienne, la belle blonde riva son regard vert absinthe aux prunelles brunes qui pouvaient être si captivantes. Surtout dans de tels instants de compréhension et de communion. Un index rouge bordeaux, venant caresser le front, pour descendre sur le nez et pour finalement s’échouer sur les lèvres du grand Gallois. Comme une promesse d’éternité.

Ce furent les hôtesses de l’air qui rappelèrent à l’ordre les deux amants, qui eurent néanmoins le temps d’embarquer et de trouver leurs places promptement. Assis l’un à côté de l’autre, -il ne pouvait en être autrement de toute manière-, Meredith Hawthorne sortit de son sac à main, le livre qu’elle avait dans l’optique de lire durant ces trois heures de vol. Et celui de Gauwain Robards, qu’elle lui tendit avec un large sourire rouge. Récupérant, la page où elle s’était arrêtée une autre fois, la belle blonde fut captivée durant une bonne heure sur les Contes macabres d’Edgar Allan Poe. Avant de lire et relire la même phrase, l’entraînant dans un sommeil sur l’épaule protectrice de son amant. Ce ne fut que lorsqu’elle sentit ce dernier s’agiter, qu’elle comprit. Ils n’allaient pas tarder à atterrir à Helsinki, leur destination. Cependant, avant de prétendre à un arrêt total et salvateur, signifiant les vacances, l’une des hôtesses passa dans les rangées avec son chariot pour proposer mets et boissons. Haussant un sourcil circonspect, la demi-Vélane opta pour deux flûtes de champagne. Une pour son compagnon et l’autre pour elle. Pour célébrer ce début d’un temps rien que pour eux, comme il se devait.

- A nous deux, Gauwain ! Que ces vacances soient mémorables ! Et un sourire rouge, tandis que les verres s’entrechoquent.

Un moment intense et suspendu.
Avant de prendre pied dans la Réalité ?
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 803
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Perdre Meredith
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

  Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain   Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain EmptyDim 13 Juin 2021 - 19:44

Effectivement, contrairement à ce qu'il avait pu craindre, le portique de détection moldu n'eut pas plus de réaction que l'employé de la douane lorsqu'il avait présenté un passeport flambant neuf. On les laissa passer, sans les arrêter, sans regard suspicieux. Il fut libre de récupérer ses affaires et de retrouver sa belle, extatique, une légèreté dans ses pas comme si elle volait. Il commençait à se laisser gagner par cette même ivresse du voyage qui les attendait, même si lui en savait bien plus qu'elle sur le programme. Et si les hôtesses interrompirent des baisers nourris par cette fièvre du voyage et par l'Amour, ils comptaient bien continuer à leur arrivée et-

Il marqua un temps d'arrêt, face à l'avion. Il avait vu les photos, il n'était pas étonné. Mais de près, l'engin paraissait lourd, beaucoup trop pour pouvoir s'élever sans magie. Il ne croyait pas une seconde que les moldus réussiraient ça. Pour autant, il n'était pas non plus paniqué à l'idée d'embarquer ; juste très dubitatif. Il craignait beaucoup plus de faire un long trajet en balais, lui qui n'avait jamais volé trop haut ni trop loin, préférant de loin la sécurité du plancher des vaches à l'équilibre précaire des destriers du ciel. Le gros caisson de métal moldu, cependant, n'était pas équipé de protections magiques ; s'il y avait un problème, il n'aurait qu'à étreindre Meredith, et transplaner avec elle. …...le Ministère ne leur reprocherait pas dans un contexte de péril mortel, non ?

Il n'y eut pas besoin de mettre à l'épreuve cette théorie. L'avion moldu produit un épouvantable raffut, vrombit et trembla tout entier en s'élançant, mais, aussi surprenant que cela paraisse, il quitta le sol sous les yeux d'un Gallois stupéfait. Et..... il resta en l'air. Sa compagne ne fit pas tant cas que lui de ce miracle, se contentant de lui tendre son livre, avec un sourire rouge ; pas un livre magique, au cas où. Pas d'illustrations animées en terres moldues, pas de Gazette non plus donc. Les partiels étaient achevés, alors il avait décidé de s'octroyer une petite pause : c'était un roman policier, qu'il avait pris avec lui. Finalement, au fil des pages, il se détendit, le corps de sa petite amie pressé contre le sien, sereine jusqu'à s'endormir à ses côtés. Il passa plus de temps à la regarder dormir qu'à observer les nuages, souriant devant l'air paisible de la jeune femme ; il l'aurait laisser somnoler ainsi, profiter d'un repos mérité après une année très (trop?) chargée, si on ne leur avait pas annoncé une arrivée sous une vingtaine de minutes.

Elle était tout aussi adorable quand elle sortit du sommeil, ce qui poussa le jeune homme à déposer un baiser sur son front, comme pour l'aider à s'éveiller. Sans doute son repos avait-il été sans troubles, car elle voulut célébrer leur début de vacances par du champagne, sans doute le seul alcool qu'elle buvait, avec le champibulle.

« A nous deux. Qu'on se rappelle toute notre vie de ces moments ! »

Il y comptait bien ! Il eut un sourire, avant de prendre une gorgée, le regard brun intimement rivé aux yeux parés de riches éclats verts.

Le débarquement se passa sans autre incident et bientôt, ils se trouvaient dans le hall de l'aéroport d'Helsinki, ayant récupéré l'intégralité de leurs bagages. Cherchant à présent leurs directions. Transplaner vers un lieu inconnu n'était jamais une bonne idée, aussi Gauwain préférait-il éviter de s'y risquer. On resterait encore quelques temps à la mode moldue.

« On doit juste relier le centre ville d'Helsinki, et de là, une vieille ile, Suo- ….Suomelinna ? on viendra nous chercher pour nous amener à notre hébergement. »

C'était une expédition en soit, mais elle était aisée. Un bus, et un ferry, dans le soleil qui semblait avoir oublié de se coucher. Goûtant ces instants de liberté avec elle. Il avait l'impression d'être bien loin de Londres et de ses grisailles. Ici, l'air était doux, la mer elle-même ne semblait pas plus dangereuse qu'un lac ; les habitants, malgré leur dialecte étrange, étaient bonhommes et paisibles, et n'avaient nul souci à s'exprimer en anglais, venant en aide au jeune couple perdu, avec politesse et discrétion. Ils parvinrent à la forteresse de Suomenlinna sans obstacles. Une vingtaine de minutes de marches et ils étaient au point de rendez-vous, où les attendait un jeune homme en tenue traditionnelle, assis sur un des anciens canons, le plus excentré et abrité des regards.

« Hyvää yötä ! Je suis Timo ; vous êtes Meredith et Gauwain ? »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 456
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - TheDarkVibe
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : La perte de Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

  Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain   Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain EmptyLun 14 Juin 2021 - 8:50

Les anciens dieux étaient avec eux, Gauwain Robards avait réussi à rejoindre Meredith Hawthorne sans encombre.
La belle blonde était de ce fait, bien heureuse de le retrouver, lui. Alors, qu’il s’était plié à toutes les recommandations orchestrées en amont, explicitées par la demi-Vélane avec contentement. Le grand Gallois avait présenté un passeport présentable et neuf, à l’agent de la douane de l’aéroport qui n’avait émis aucune résistance. Si ce n’est celle de le laisser passer, avec ses bagages. Tandis que les amants, s’étaient rapidement mis en tête de s’embrasser pour célébrer leurs retrouvailles manifestes, il était grand temps d’embarquer. Dans ce moyen de locomotion moldu imposant et qui pourtant, savait s’élever dans les airs comme aucun autre.

La fille unique de la Comtesse de Vermandois, y était habituée dès son plus jeune âge. Avec notamment le soutien de Colin Hawthorne, son Père et Journaliste au Western Mail qui l’avait emmenée de nombreuses fois avec lui, dès lors qu’il en avait l’autorisation et que ses articles ne mettaient pas en péril la vie de l’ancienne Serpentard. Le décollage, elle y était parée. Comme pour l’atterrissage dans trois heures, sur le sol finlandais. Mais, un léger rire s’échappa d’entre les lèvres rouges, quand la jeune femme constata que son interlocuteur était en proie à l’étonnement le plus charmant qui soit. Lors de leurs études communes à Poudlard, elle le savait peu enclin à monter sur un balai pour s’élever dans les airs, ou même pratiquer le sport sorcier. Elle-même, n’en étant pas spécialement friande. C’était un divertissement que seul, les hommes comme Isaac Wellington pouvaient comprendre. Parce que pour eux, c’était vital ou naturel.

Penchée sur la lecture de son livre, ô combien captivant, Meredith Hawthorne jetait quelquefois des œillades attendries à Gauwain Robards. Tout comme elle, ce dernier s’adonnait à la lecture d’un des romans, qu’elle avait apporté spécialement pour lui et qu’elle lui avait tendu, avec un immense sourire couleur de grenat intense. Néanmoins, l’aspirante Auror ne finit pas son chapitre, car le sommeil était en train de la surprendre et comme une certaine conclusion naturelle et appréciée, sa tête blonde reposa sur l’épaule de son petit ami, pour le restant du trajet. S’accrochant à l’un de ses bras musclés, un sourire de ravissement présent sur les labiales vermeilles avant de s’éveiller doucement. Encouragée par un chaste baiser sur son front. Ce qui la fit rire, tendrement.
Et de célébrer, à deux, ces premières vacances. Sans membres des familles respectives. Juste eux. Et, c’était tout ce qui pouvait compter.

- Je suis entièrement d’accord sur cette philosophie, Monsieur Robards ! S’était exclamé la belle blonde, avant elle aussi, de prendre une gorgée. D’un champagne à la saveur sucrée très intéressante.

Récupérant leurs bagages appartenant à l’un et à l’autre, la Franco-Galloise faisait confiance à son ancien camarade de maisonnée pour la suite des réjouissances. S’imprégnant de l’architecture et des alentours, tout en écoutant son camarade de l’EMS, la Présidente du BDE acquiesça silencieusement, aux dires de son vis-à-vis. Transplaner dans le périmètre moldu était exclus et interdit. Et, elle se voyait mal recevoir un blâme du Ministère de la Magie, en plus de son tuteur. Tuteur, qui était pourtant reconnu pour sa gentillesse mais dont il ne fallait pas outrepasser les limites, sous peine de représailles. Centre-ville d’Helsinki et une vieille île au nom typique, finlandais. Bus et Ferry.

Fouillant dans son sac à main, que Meredith Hawthorne avait enchanté pour une praticité extrême, elle en sortit sa paire de lunettes de soleil et un élastique rouge pour attacher sa longue chevelure blonde en une queue de cheval haute. Lorsqu’ils débarquèrent de leur charmant périple auquel, elle s’était attelée d’immortaliser chaque instant avec son appareil photo argentique, la jeune femme fut encore plus ravie de ce qui les attendait. La forteresse de Suomenlinna était magnifiquement verdoyante. On l’aurait crûe étouffante, avec ses remparts de pierre séculaires et ayant outrepassés les années, mais, il n’en était rien. La nature, la rendait vivable et donnait envie de s’y attarder, pour visiter. Gardant son appareil photo en mains, l’aspirante Auror ne se priva nullement de capturer l’essence même du lieu, avant d’être interrompue par un autochtone finnois qui venait de les saluer, assis sur un canon noirâtre et lissé par les âges. Et, ce certain Timo les avait salués, si la belle blonde ne s’était pas trompée sur ses intentions. Le jeune homme, ainsi vêtu était toujours assis sur l’un des canons de la forteresse avant de sauter, sur la terre, souplement. Et de leur offrir, une révérence respectueuse.

- Oui, c’est bien nous, Timo. Avait répondu Meredith Hawthorne, tout en contemplant Gauwain Robards avec un vif intérêt dans le regard vert d’absinthe pure. Qu’avait-il alors prévu ?

Une visite, rien qu’à eux deux, à travers les dédales labyrinthiques de la forteresse ?
Ou rien de tout ceci ?
Et, alors, elle en serait plus que surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 803
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Perdre Meredith
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

  Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain   Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain EmptyMar 15 Juin 2021 - 20:07

Leur guide avait un sourire chaleureux, bienveillant, un visage un peu poupon, les joues roses, quelques rondeurs. Malgré sa peau pâle, il donnait l’impression qu’il faisait bon vivre en Finlande. Il avait le genre de physionomie qu’on imaginait chez une personne qui n’avait pas trop de mages noirs à gérer au quotidien.

Meredith regardait Gauwain avec curiosité, et il aurait peut-être été temps de lui avouer qu’il n’avait effectué aucune visite de repérage préparatoire. Ils étaient sans filet. Cependant, leur guide ressemblait trait pour trait à l’homme qui était indiqué comme contact sur le prospectus qu’il avait obtenu, et il inspirait confiance, alors en retour, le grand Gallois hocha la tête pour lui faire signe que tout était sous contrôle.

« On transplane avec vous, ou- enfin ça se passe comment, pour aller à la Pension ? »

L’amusement s’afficha sur la bouille du jeune Finlandais ; en cet instant, il se disait clairement que les Britanniques étaient des gens bien pressés.

« On ne va pas transplaner, nous allons rejoindre la Pension via un Passage. Il se trouve dans une des salles souterraines de la Forteresse, il va vous falloir me suivre. »

Un clin d’œil, et il leur fit signe de lui emboîter le pas, jusqu’à l’entrée d’un chemin de circulation aménagé dans les murs mêmes de la forteresse. Ahrem. L’air confiant de Gauwain se figea une seconde mais bon, quand faut y aller… Il prit une seconde pour embrasser Meredith, avant d’ouvrir la marche. Juste au cas où (et non, les cours qu’ils recevaient de façon hebdomadaire ne l’amenaient pas à être plus confiant sur la nature sorcière ; s’il y avait une entourloupe, il comptait bien entrer en premier, laisser à Meredith une chance d’y échapper).

Mais entourloupe il n’y eut pas.

Dans tous les camaïeux de gris, les murs de pierre étaient d’une épaisseur conséquente, bien plus que ceux de Poudlard, ce qu’on ne devinait pas nécessairement depuis l’extérieur. Ils semblaient bâtis pour supporter des rafales de Bombarda Maxima. Malgré lui, il se sentit impressionné, et pourtant, il n’y avait là nul ornement ; uniquement une esthétique très militaire, efficace, sans fioriture. La première trace de magie à laquelle ils furent confrontés n’arriva qu’après une marche de dix minutes, après s’être enfoncés profondément dans ces couloirs.

Timo sortit une baguette joliment ouvragée, taillée dans un bois clair, et tapota un mur, après avoir expliqué d'un ton enjoué :

« Les Moldus ne viennent pas jusqu’ici, d’ordinaire, mais on a tout de même rajouté une étape. Je vous en prie, rentrez, on est pile à l’heure ! Il y a une ouverture toutes les douze heures, ça aurait été bête de passer la nuit ici ! »

Son petit rire n’amusa pas du tout Gauwain, parce que- eh, il n’avait pas été averti de ça lors de la réservation ! Et s’ils avaient traîné ?? Ca ne semblait pas avoir fait partie des possibles pour les organisateurs, manifestement. Les pierres se réarrangeaient dans un bruit caverneux, pour dévoiler une porte étroite. Au centre de ce qui ressemblait à une petite cellule presque monastique, avait été abandonné un miroir poussiéreux. Leur guide se chargeait de refermer le passage, et lui qui était demeuré silencieux durant le trajet, semblait soudain avoir retrouvé sa langue.

« Alors…. Vous êtes partenaires de vie, c’est ça ? »

Main posée calmement au bas du dos de Meredith, Gauwain lança un regard à sa compagne, dans le reflet du miroir, curieux de la réponse qu’elle ferait à cette question. La minuterie de l’objet laissa à la jeune femme juste le temps de répondre, mais quand Gauwain ouvrit la bouche, le miroir se mit à étinceler, et leur guide le traversa. Bon….

« …..juste au cas où : je t’aime. »

C’était une forme de porte-bonheur avant le grand saut, à travers la clarté étincelante de l’artefact. Un baiser et….

Quand ils retrouvèrent le monde réel, ils se trouvaient au milieu d’une forêt de résineux. Face à une arche de bois proclamant fièrement « Matkustajakoti Väinämöinen », ce que Gauwain traduisit aisément en « Pension Väinämoïnen » (parce qu’il s’était chargé de la réservation). En dessous « Tervetuola », quoi que ça puisse signifier.

Leur guide emplit ses poumons de l’air de la forêt, comme s’il retrouvait l’air libre, enfin. Et il se tourna vers eux, les yeux pétillants :

« Vous avez le chalet numéro deux, vous pouvez utiliser le sauna si vous le souhaitez et- nous proposons un dîner de grillades et de cueillette jusqu’à 22h. N’hésitez pas à nous rejoindre ! Oh, et les festivités démarrent demain à midi, si vous voulez discuter plus en détail du programme, je suis à votre disposition ! »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 456
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - TheDarkVibe
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : La perte de Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

  Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain   Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain EmptyMer 16 Juin 2021 - 9:29

Timo, dont Meredith Hawthorne ignorait le nom de famille avait l’air amical.
La belle blonde savait que les peuples, autres que les Britanniques ou les Français pouvaient s’avérer cordiaux dans leurs échanges. Leur guide à la couleur aussi blonde que la sienne, mais plus claire, et avec un regard d’un bleu tel un fjord norvégien semblait apaisant. Loin de la guerre sous-jacente qui se passait en Angleterre et aux alentours. L’homme paraissait exclu de tout ce chambardement sorcier qui serait le futur des deux amants en ce monde. Néanmoins, la jeune femme s’attendait à un Moldu pure souche, et ce fut lorsque Gauwain Robards mentionna le verbe ‘transplaner’ qu’elle comprit. Leur interlocuteur était un jeune Sorcier, tout comme eux pouvaient l’être et cela enchantait la demi-Vélane, qu’elle en sourit de contentement. Un sourire encore plus rouge et un regard vif et vert, toujours destiné à son petit ami.

Ainsi donc, le fait de transplaner n’était pas à l’ordre du jour, semblait-il. Plutôt l’exploration d’un Passage pour arriver à une Pension. Haussant les épaules, l’aspirante Auror suivit alors leur guide qui leur ouvrait la voie, tout en sentant un baiser fugace de son grand Gallois sur ses labiales vermeilles. Était-il anxieux ? Venait-il de perdre, un peu de sa superbe ? La Franco-Galloise eut un léger rire à l’adresse de son compagnon et lui offrit un baiser rapide sur la joue. Tous trois évoluaient alors, dans un dédale de pierres protectrices et lourdes. Non pas étouffantes, mais sécurisantes. L’agencement était fait pour une raison et celles militaire et guerrière n’étaient pas à exclure. Effleurant du bout de ses doigts, le mur fortifié, l’ancienne Serpentard en était subjuguée. Il y avait l’ombre d’un Passé dans cet ouvrage mural défensif, elle en était persuadée. Sautillant sur place, l’ancienne Serpentard eut un ronronnement appréciateur lorsque le regard absinthe contempla la jolie baguette de leur vis-à-vis.

Baguette dont se servit le jeune homme blond, pour se faire manifester un accès envers une autre pièce. Décidément de plus en plus curieuse, Meredith Hawthorne ne pouvait plus détacher son regard de Gauwain Robards. Jusqu’à présent, tout l’enchantait. Ces vacances en couple, commençaient à prendre une tournure ô combien intéressante. Et, la perspective de découvrir encore une autre chose, occultée par l’Inconnu lui convenait parfaitement. Le petit rire du Finnois ainsi que son exclamation ne passèrent pas inaperçus aux oreilles de la Présidente du BDE de l'EMS, qui le rejoignit par une clameur similaire. Il n’y avait que le grand Gallois qui ne partageait pas cet enthousiasme, visiblement. Comme pour le rappeler à l’ordre gentiment, la belle blonde octroya à son beau brun, un coup de coude dans les flancs, avec un sourire intense et couleur de grenat. Ainsi qu’un froncement de nez polisson. Pour le détendre et le faire sourire. Car, c’était lorsqu’il lui souriait, à elle, qu’il était le plus magnifique.

Tandis qu’elle terminait son petit stratagème pour faire naître sur le visage de son amant, le plus beau sourire qui soit, la fille unique de la Comtesse de Vermandois fut bien aise de devoir répondre à une interrogation formulée par leur guide. S’ils étaient partenaires de vie ? L’Hermine eut un rire sibyllin quand elle remarqua que son Ours n’allait pas apporter l’ombre d’une explication mais que ce serait elle qui devrait prendre la parole. Et que le grand brun était, lui aussi, désireux d’en savoir la réponse. Tout en regardant son petit ami, la bouche rouge s’entrouvrit sur quelques palabres d’une sincérité sans pareille. Parce que ces dernières étaient dites avec l’Âme et le Cœur.

- Gauwain, est plus qu’un partenaire de vie. Il est mon âme sœur. Répliqua-t-elle doucement, se rendant compte qu’il était temps d’y aller. Parce que leur « moyen de locomotion » était prêt et commençait à s’impatienter.

Le Finnois passa le premier à travers un splendide miroir ouvragé et en psyché. A l’allure poussiéreuse mais rassurante, tout comme ce labyrinthe qu’ils avaient tous les trois traversé, pour les conduire jusqu’à ce lieu. Lieu, qui déboucherait alors sur un autre, si le couple d’amants se laissaient aller à emprunter ce fameux sésame. Un sourire rouge éclatant aux mots doux et simples, qui résonnaient comme des promesses solennelles, à la fois dans l’Âme et dans le Cœur. Auxquels, la jeune femme ne répondit pas par des palabres, mais par un regard vert qui mentionnait à lui seul, tout l’Amour qu’elle pouvait porter à ce jeune homme, plus grand qu’elle. L’odeur de la sève et des résineux, fit froncer le nez charmant de la demi-Vélane qui s’enthousiasma devant un tel spectacle de cette flore encore méconnue. Tout comme le guide l’avait fait avant elle, Meredith Hawthorne inspira une grande goulée d’air, les bras en croix et son regard vert fermé. Lâchant valise, sac à main et tout ce qui pouvait se trouver à portée, pour en apprécier le moment. Savourer l’instant. Avec Lui.

- Moi, je suis d’accord pour vous rejoindre ! Après avoir exploré un peu le chalet numéro deux, testé le sauna et m’être changée. Un regard vert en biais, destiné à son petit ami, qui serait assuré de comprendre. Parce qu’ils parlaient tous deux le même langage. Avec la même intensité. J’aimerais, en ce qui me concerne, avoir quelques détails du programme. Si cela est possible. Savoir un petit peu ce qu’il va se produire, sans pour autant tout dévoiler. Histoire, d’avoir un peu de surprise à l’arrivée. Vous y arriverez, Timo ?

C’était un challenge à relever pour l’autochtone Finlandais, qu’un sourire rouge bienveillant exhorta à poursuivre dans sa continuité. Tout en venant chercher une main plus large, que le corps tout en courbes voluptueuses connaissait plus que tout. Et qui, ne voudrait jamais en recevoir d’autres sur sa silhouette aux formes outrageusement plantureuses.

- Juste au cas où : je t’aime.
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 803
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Perdre Meredith
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

  Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain   Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain EmptyMer 16 Juin 2021 - 21:06

La belle connaissait son petit ami par cœur : effectivement, le Gallois préférait avoir les situations bien en main, et s’en remettre à un tiers ne lui posait pas problème…. S’il pouvait s’en remettre au tiers. Or, si le Timo en question paraissait sympathique et digne de confiance, qui prouvait qu’il était fiable totalement ? Qu’on pouvait s’en remettre à lui ? Personne. Et ça avait tendance à le mettre un peu en alerte. Juste au cas où.

Meredith, elle, s’épanouissait dans cette exploration, cette avancée vers l’inconnu. Son pas était léger, et, lorsque Gauwain tourna la tête vers elle, il la trouva souriante, laissant le bout de ses doigts effleurer la pierre fraîche. Ce sourire, cette confiance, lui dirent un peu oublier sa volonté de rester sur le qui-vive. Parce que c’était Meredith, plus prompte à s’ouvrir à la nouveauté ; et qu’avec cette attitude, elle amenait beaucoup au jeune homme. Avec elle, il apprenait. Sur des niveaux très différents. Et il n’avait jamais eu à le regretter.

La jeune femme semblait épanouie (peut-être un peu trop vu les regards appréciateurs qui étaient lancés à leur guide ; fort heureusement, le regard couleur absinthe revint se poser sur le grand Gallois, et on y lisait de l’amour, une excitation et un grand contentement ; elle acheva de le rassurer d’un coup de coude et d’un froncement de nez adorable, et alors, le monde retrouva son état idéal, grâce au sourire de Meredith). Et quand elle répondit à la question de leur guide… Il sentit une émotion pareille à nulle autre qui arrêtait le temps. Balayant l'appréhension. Il eut envie de l’embrasser, à en perdre haleine, et tant pis s’il fallait passer là douze heures de plus.

Mais le miroir s’éclaira d’une lumière aveuglante, détournant leur attention, et il leur fallut continuer leur périple, la dernière étape, et le baiser fougueux attendrait.

Et quelle dernière étape ! C’était tel qu’il se l’était imaginé au vu des prospectus : infiniment vert, comme les yeux de Meredith, lorsqu’ils se paraient des ombres du soir. A quelque distance, les reflets argentés d’un lac tranquille. Et tout là-bas, les silhouettes de chalets pareils à ceux qui apparaissaient sur les clichés publicitaires. Cependant, aucun prospectus n’aurait pu décrire la pureté de cet air frais et doux. Il comprenait aisément le réflexe de ses deux compagnons. Respirer, sentir cette atmosphère vous envahir et vous nettoyer l’âme, la débarrasser de toute contrariété, dans ce monde de paix.

Dans ce paradis, sa Belle n’en oublia pas ses instincts et l’amour. Toujours. Il eut un sourire silencieux devant le programme qu’elle venait de valider ; oui, il comprenait bien la promesse glissée entre ces phrases innocentes. Et en ce qui le concernait… ça lui allait très, très bien. Il sentait que ces vacances seraient parfaites.

Et puis… Timo offrit de détailler le programme. Gauwain se figea. Leur guide en savait un peu beaucoup (un peu trop) ; le Gallois se crispa, tenta un signe de tête de dénégation, le plus discret possible, à l’intention du Finlandais, avec un rien d’angoisse soudaine. Si l’autre gâchait la surprise, tous les efforts qu’il avait fait seraient piétinés et il refusait de perdre cette occasion-là, elle était trop parfaite !!

Fort heureusement, si le Timo en question avait raté le signal « subtil », ce fut Meredith qui posa des limites et demanda des éclaircissements, sans tout dévoiler. Leur guide les regarda l’un puis l’autre, l’air un peu perplexe ou hésitant, avant d’expliquer, choisissant ses mots lentement, comme s’il avait craint de commettre une gaffe à chaque instant :

« Eh bien… D’habitude, la Pension est un lieu de repos, mais pendant Midsummer, nous proposons une découverte de Midsummer à tous nos hôtes étrangers. Demain, ce sera le jour des Danses du Mat, et la soirée des fleurs. »


Il eut un petit rire, à cette mention, sans en dire plus.

« Et enfin, le dernier jour, pour la Nuit Blanche, il y aura des musiciens et le Feu. Vous devriez voir des choses intéressantes, tout en ayant l’opportunité de vous reposer. »

Hochement de tête discret, et tout aussi reconnaissant, envers Timo, qui n'avait pas trop foiré le coup. Le geste sembla combler le Finlandais, qui sourit de façon plus franche, avant de leur indiquer la direction du barbecue, où ils pourraient retrouver le reste des participants.

« Donc... un Sauna, ça te tentait bien, hein? »

Avec un rire, il l'entraîna par la main, dans la direction de leur résidence pour le week-end :

« Attends de voir notre chambre, avant de me redire un Je T'Aime. ....Juste au cas où. »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 456
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - TheDarkVibe
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : La perte de Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

  Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain   Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain EmptyJeu 17 Juin 2021 - 10:55

Même si, sur l’échelle du Temps, cela ne faisait que quelques mois, qu’ils étaient ensemble, Meredith Hawthorne connaissait parfaitement Gauwain Robards.
Rien n’échappait au regard vert absinthe et vif de la belle blonde, concernant le grand Gallois qui était devenu son petit ami. Elle savait quand ce dernier réfléchissait bien trop et bien trop vite, lui octroyant alors des pensées un peu trop obscures. Quand le regard d’un brun éclatant se parait d’ombres quand il se posait sur la silhouette de la Présidente du BDE de l’EMS. Parce qu’au fond de lui, il avait toujours peur qu’un autre individu le détrône et en vienne à prendre sa place. Or, pour cela, il n’y avait nulle crainte à avoir. La demi-Vélane était sûre du choix de son partenaire de vie et comptait bien rester avec lui, jusqu’à la fin de ses jours. Dans son esprit, c’était établi comme tel. Comme une évidence.

Comme lorsqu’après une exploration minutieuse dans un labyrinthe de pierres fraîches, la jeune femme s’était alors soumise au jeu du questionnement offert par le guide Finnois. Ce dernier, voulait savoir ce qu’étaient les amants, l’un pour l’autre. Et, au vu du regard que l’Ours lança à son Hermine, celle-ci comprit aisément l’émotion qui venait de l’étreindre. C’était exactement la même chose chez elle, cette même envie de venir l’embrasser avec ferveur et Amour. Quitte à en oublier la destination finale. Cette dernière se rappela au couple par le passage dans un miroir étincelant, qu’ils franchirent sans heurts pour déboucher sur un paysage magnifiquement appréciable. Une nature verdoyante, où l’air était pur. Tout le contraire de celui de Londres et de ses alentours. Un dépaysement total, en cette période festive pour célébrer Midsummer. Une tranquillité parfaite, où rien ne pourrait venir troubler la quiétude méritée des deux amants.

S’enivrant de ce cadre onirique qui parvenait sans nul souci à redonner un éclat certain à la demi-Vélane, cette dernière respirait l’air qui n’était pas vicié. S’en imprégnant. Tout en concédant silencieusement à son petit ami, un programme futur qu’il avait l’air d’apprécier. Ils se retrouveraient, entre deux haltes, à l’ombre d’un arbre ou dans la chaleur d’un Sauna. Ou dans le cocon protecteur qui serait leur chalet commun, pour le week-end à venir. Attentive, suite à son interrogation sur la suite des évènements, Meredith Hawthorne fixait Timo sans ciller, ne se rendant nullement compte que Gauwain Robards tentait des signaux pour que l’autochtone reste évasif sur le sujet demandé. Haussant un sourcil interrogateur, l’ancienne Serpentard enregistra les détails énoncés ainsi que le rire léger qui ponctua la réflexion du Finnois. Finnois, qui lui plaisait de plus en plus.

Avant d’hocher sa tête blonde et d’offrir un sourire d’un grenat pur à l’évocation du Sauna. Et de se joindre à son rire heureux, lorsque le grand brun entraîna la belle blonde à sa suite. Belle blonde qui eut la présence d’esprit de saluer Timo, par un geste simple de la main, pour ne pas paraître discourtoise à ses yeux. Lui pinçant les flancs, parce que par moments, l’ancien Serpentard pouvait proférer des bêtises qui étaient à la fois aussi grandes et aussi grosses que lui, la demi-Vélane eut un claquement de langue désapprobateur avant d’éclater de rire. Jusqu’à ce qu’ils arrivèrent à cette fameuse résidence qui allait les accueillir pour le temps imparti, où ils resteraient en ce lieu. Vu qu’il conduisait la marche et avait les clés, elle le laissa ouvrir la porte. S’attendant à voir un endroit meublé avec ergonomie et finesse et, la Franco-Galloise n’en fut pas déçue.

Des couleurs virginales et douces, satinées, du bois pour rendre l’endroit plus chaleureux. Des meubles rustiques et accueillants, avec un mot qu’elle estimait être de ‘bienvenue’. Tournant sur elle-même, Meredith Hawthorne trouvait l’endroit spacieux avant de se jeter au cou de Gauwain Robards, pour venir l’embrasser langoureusement. Commençant à le déshabiller. Non pas pour se laisser aller à une danse plus animale, mais pour suer dans le Sauna prévu à cet effet. Ôtant promptement ses atours, l’aspirante Auror se changea pour revêtir une tenue plus confortable pour accéder à l’endroit voulu qui n’était pas loin de leur chalet.

Optant pour une robe fleurie, sans soutien-gorge mais avec un dessous de dentelle, la belle blonde était prête. Marchant pieds nus, jusqu’au Sauna, elle retira ses maigres vêtements pour les déposer dans une cabine et filer sous une douce chaude avec un savon parfumé à la vanille pour pouvoir accéder au Graal. Non sans jeter quelques œillades suggestives au grand Gallois, présent non loin d’elle.  S’enroulant dans une serviette blanche, ses longues mèches blondes remontées en un chignon haut d’où quelques mèches s’échappaient, les fesses pleines de la fille unique de Fenella de Vermandois prirent place dans la cabine, se posant souplement sur une serviette douce et accueillante. Jambes croisées et tête blonde rejetée en arrière ainsi que son regard vert fermé, Meredith Hawthorne savourait cet instant précieux.

Une première séance de Sauna, comme il était indiqué sur la porte et qu’il fallait suivre à la lettre. Une séance courte de cinq à dix minutes pour commencer, suivie par des étapes consciencieuses. La bouche rouge s’entrouvrit sur un gémissement de plénitude. Tout en espérant que pour Gauwain Robards, ce soit la même chose.
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 803
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Perdre Meredith
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

  Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain   Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain EmptyMar 22 Juin 2021 - 21:17

Dans ce couple de jeunes gens, les rôles étaient en train de se répartir naturellement, petit à petit, découlant du caractère de chacun : à Gauwain, la défense et l’organisation, des fonctions solides, reflétant l’élément terrestre auquel il était attaché, ce qui était fort appréciable, bien sûr, mais… De son côté, Meredith se chargeait de fonctions plus importantes socialement, telles que l’attaque, l’ouverture et surtout la politesse élémentaire et toutes fonctions plus vibrantes et passionnées, reflétant la flamme qui bouillonnait en elle. Bref, heureusement qu’elle avait salué Timo en partant, parce que le grand Gallois, lui, ça lui était passé à mille lieues au-dessus de la tête.

Il était focalisé sur son objectif, sur sa Belle et sur le fait de lui offrir un week-end parfait, dont elle se rappellerait longtemps. Subrepticement, un stress commençait à s’insinuer en lui, dont sa boutade fut un des premiers signes. Elle n’en fit pas cas, s’en amusant, et il en fut quitte d’un petit pincement coquin à sa taille. Et puis….Ce claquement de langue, qui toujours éveillait une certaine réponse chez le jeune homme. Un intérêt très focalisé, fasciné. Ce claquement de langue évoquait tant de choses…. ! Elle dut le pressentir, car elle se mit à rire, et l’envie d’elle, de l’embrasser, de l’étreindre, n’en fut que renforcée.

Mais pour cela…. Ils devaient au moins atteindre le chalet. Se libérer les mains, l’esprit.

Le chalet était à la hauteur de leurs attentes, à n’en pas douter. Il réussissait la synthèse parfaite entre une rusticité confortable et une modernité impeccable. Tout de bois clair, il avait été agencé et décoré pour être accueillant. Paré des couleurs de Midsummer, il vous donnait l’impression de n’avoir attendu que vous, pour des vacances qui ne s’arrêteraient jamais. Oui, Gauwain le sentait…. Ils seraient bien, ici.

« T’en penses quoi ? C’est sympa, non ? Ca te plait ? »


Mais son sourire et la façon dont elle avait virevolté avant de lui sauter au cou pour des baisers fut une réponse amplement suffisante : Meredith Hawthorne validait le chalet finlandais. Et donc, où en étaient-ils, de la danse primale ? Avait-elle pensé automatiquement à la même chose, à présent qu’ils étaient seuls ? Sans doute, vu la façon dont elle le déshabillait. Il s’empressa de l’imiter… mais elle se déroba, le laissant surpris et confus.

La confusion ne dura pas : il eut un rire, quand il s’avéra que leur premier arrêt serait réellement au sauna, pour tester un des piliers de la culture finlandaise. Mais peut-être pas de la façon la plus traditionnelle, si on en croyait les œillades qu’elle lui dédiait, alors qu’elle troquait ses vêtements pour une tenue plus estivale et légère. Ca n’était pas pour lui déplaire.

Il la regarda se déshabiller sans pudeur, parce que c’était elle et qu’il aimait observer son corps, même s’il le connaissait par cœur. Il faudrait qu’ils recommencent une séance photo, pour immortaliser ces formes parfaites, qui invitaient aux caresses de la meilleure des façons. La douche du Gallois fut plus sommaire, avant qu’il ne la rejoigne dans la cabine de sauna. Nimbée d’ombre, la petite cabine était saturée d’air chaud et humide, qui tout de suite vous saisissait, tout de suite alanguissait vos membres.

Parce que Gauwain était Gauwain, et qu’il n’avait pas assez lu l’étiquette finlandaise en matière de sauna, et que sa petite amie était délicieuse, il vint s’installer à ses côtés, un genou sur le banc, embrassant son épaule.

« Il me semblait que le sauna finlandais, ça se pratiquait nu, non ? »

Etait-ce sa faute ? Elle était désirable, elle venait de pousser ce petit gémissement de contentement, qui en rappelait d’autres, et la chaleur saturée d’eau n’avait pas encore pu éteindre ses réactions presque pavloviennes quand il la voyait, aussi belle, aussi offerte. Doucement, il vint tirer sur la serviette qui ceignait le corps de la jeune femme, et elle devrait lui taper sur les doigts si elle comptait le ramener à plus de pudeur. Le voudrait-elle ?

Il cueillit une goutte de sueur qui perlait sur sa peau, et demanda, pour la titiller :

« Tu tiens le choc ? Ou je fais monter la température ? »

En rajoutant de l’eau sur les pierres chaudes ou d’une tout autre manière, ça restait ouvert à débat.

Gauwain faisait encore le fier, mais il restait à voir combien de temps il pourrait tenir cela. Car le sauna finlandais était une chose redoutable, pour qui n’y était pas habitué. Qu’on le veuille ou non, il vous forçait à vous calmer.



Gauwain Robards (Athlétisme : 4 / 6 )

1-2 : Il ne se laisse pas affecter, le coco, mode de vie sain, il tient, il est juste un peu plus rouge qu’en rentrant.
3-4 : Il fait un peu chaud, mais eh, c’est sa Reddy, ce n’est pas un petit coup de chaud qui la détournera d’elle.
5-6 : Hm, bon, on va peut-être sagement s’asseoir sur le banc avant d’avoir des problèmes. On sort se rafraîchir pour un petit coup de fouet?

Revenir en haut Aller en bas
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6937
| SANG : Hasardeuse


  Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain   Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain EmptyMar 22 Juin 2021 - 21:17

Le membre 'Gauwain Robards' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé ' : 3
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 456
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - TheDarkVibe
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : La perte de Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

  Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain   Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain EmptyMer 23 Juin 2021 - 9:43

Elle était le Feu et lui, la Terre.
Et ça leur correspondait. Parce que cela faisait une symbiose parfaite, obtenue après des mois à vivre ensemble. Mois, qui semblaient être des années et qui ne dérangeaient en rien la demi-Vélane qui aimait ce grand Gallois au-delà de Tout. Ils fonctionnaient ensemble, l’un sublimant les qualités de l’autre et amoindrissant les défauts qui peuvent subsister. Or, Meredith Hawthorne aimait Gauwain Robards dans son entièreté et elle ne voudrait jamais le changer. Modifier son essence même était à exclure et elle ne le ferait aucunement. Tout comme lui, sûrement, ne changerait pas la personnalité de la belle blonde avec qui il partageait un pan de sa vie. Comme lorsqu’elle lui administrait ses claquements de langue réprobateurs, sachant combien ces derniers intimaient chez son amant, un réflexe de désir et un conditionnement absolu.

Parce qu’elle le connaissait et savait comment il pouvait fonctionner. Même lorsqu’elle usait de ses ongles, devenus griffes dans des instants fiévreux auxquels les amants s’adonnaient pour réaffirmer leur Lien. Là aussi, la jeune femme connaissait l’importance de ce booste de douleur et d’adrénaline mêlés qui parvenaient à orchestrer un cocktail détonant dans les veines de son amant. C’était ainsi, qu’ils fonctionnaient tous les deux. Une mécanique accomplie, dont les rouages s’imbriquaient à la perfection. Heureuse, l’ancienne Serpentard l’était à outrance, lorsque celle-ci découvrit le lieu charmant qui allait les accueillir durant leur séjour finlandais. Ce merveilleux cocon, était comme elle l’avait pressenti : un écrin sensiblement porteur d’une Réalité qu’ils ne voudraient plus quitter.

Sa décoration, jouait dans ce sens. Du confortable mélangé à du rustique et couplé à une modernité qui le rendait encore plus impressionnant, qu’à la toute première vision. Le regard vert d’absinthe pure était on ne peut plus comblé, de trouver pareil décor. Le questionnement de l’aspirant Auror n’eut pas de réponse formulée avec des mots, mais des gestes. Tout aussi empreints de la félicité qu’arborait le sourire grenat éclatant. Avant de s’adonner à un effeuillage en règle et purement adéquat, qui aurait pu faire penser à une montée de Fièvre, mais il n’en fut rien. La descendante de Fenella de Vermandois voulait essayer le Sauna et cet art finnois de s’offrir une chaleur conséquente sur le corps pour laisser vagabonder l’esprit. Après des partiels à l’EMS, il fallait bien cela pour apprécier ces vacances méritées.

Comblée et égale à elle-même, la Présidente du BDE laissait toujours son contrôle perpétuel œuvrer en tout lieu et tout instant de vie, sachant après une lecture assidue du fonctionnement du Sauna, ce qui pouvait attendre les deux amants. Comme elle le pensait, son grand Gallois ne fit pas mine de rester à sa place, alors que la chaleur montait crescendo et qu’il fallait faire le moins de mouvements possible, sous peine d’un évanouissement conséquent. Étant donné qu’ils n’y étaient pas habitués. Ouvrant un œil vert sur ce qu’était en train de faire son amant, puis l’autre, Meredith Hawthorne eut un claquement de langue désapprobateur. Qui n’augurerait aucune danse charnelle. Hors de question, de s’adonner à ce genre de choses, sous cette ‘chaleur’. Une petite tape sur les doigts un bien trop explorateurs, et une voix douce qui se faisait murmure suave pour s’adresser à l’ancien Serpentard dont il fallait calmer les ardeurs :

- Nu, peut-être. Mais je tiens à préserver ma nudité, si d’autres personnes nous rejoignent. Une pause tout en le regardant et renouant sa serviette blanche au-dessus de sa poitrine opulente. Sauf si tu veux oublietter tout le monde, parce qu’ils m’auront vue entièrement nue. Et ce, par ta faute. Un argument imparable. Elle le savait imparable. Et maintenant, reste calme.

Les cinq à dix minutes à s’offrir une vague de chaleur constante et conséquente étaient arrivées à leur terme. Un souffle chaud s’échappa d’entre les lèvres rouges, lorsqu’il fallut que Meredith Hawthorne se redresse pour passer à l’étape suivante. Celle de repartir sous une douche froide, et ce, pour quelques secondes et de se sécher ensuite. Drapée dans une nouvelle serviette blanche, le temps était venu de la réhydratation et du repos : dix minutes allouées pour cette étape minutieuse. Une des mains fines prit en main un gobelet d’eau afin de prendre quelques gorgées salvatrices. Ils avaient dix minutes pour converser, autant en profiter. Sans chaleur qui plus était. Parce que cette dernière affaiblissait la réflexion et fatiguait les corps.

- Gauwain, on ne doit pas parler durant la séance de Sauna. C’est notifié. Et tu sais combien j’aime suivre les règles établies. Un baiser fugace sur sa joue et un murmure. Je sais pertinemment que tu as envie de me retrouver, mais, profitons de cette merveilleuse séance et on pourra ensuite sans problème. D’accord ? Un froncement de nez adorable, pour faire plier les grognements de frustration qui n’allaient pas tarder à arriver. On a une dizaine de minutes pour se réhydrater, alors fais-le. Parce qu’après, ce sera bien plus long. Dix à quinze minutes, si j’en crois les recommandations. Une pause. Et, je vais changer de banquette, j’étais trop en hauteur toute à l’heure.

Elle le connaissait son Ours, certaine qu’il allait râler malgré les recommandations de son Hermine.
Il n’était décidément pas croyable.
Mais, elle le comprenait.
Revenir en haut Aller en bas
Gauwain Robards

Gauwain Robards


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 803
| AVATARS / CRÉDITS : KJ Apa
| SANG : Sang Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Perdre Meredith
| PATRONUS : Un Ours
| POINTS DE COMPÉTENCE :

  Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain   Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain EmptyJeu 24 Juin 2021 - 9:12

Hmhm. Ils se connaissaient mutuellement. Et si Meredith avait bien anticipé les réactions de son homme, ce dernier savait assez pour bien comprendre que le petit claquement de langue, cette fois, n’était en rien une invitation. En cet instant, c’était bel et bien un rappel à l’ordre. Il haussa un sourcil, mais finit par avoir un rire bref, malgré lui, quand elle lui administra une petite tape sur les mains. Fort heureusement, elle déploya également pléthore d’arguments, avec une stratégie certaine, devant laquelle il fut bien forcé de plier.

Car non, il ne voulait certes pas partager le spectacle du corps de Meredith, alangui et délicieusement couvert d’une petite sueur, avec quiconque. Néanmoins, pour le principe, il grommela. Pour ne pas donner l’impression de céder facilement, sans pour autant insister, car alors, elle saurait dans le futur lui  rappeler cette prise de position, et l’utiliser au moment le plus approprié, n’est-ce pas ?  Céder sur un front pour ne pas perdre une bataille plus importante. ….Mais tout de même, elle était belle, ainsi. Respirant lentement, profondément, nappée de cette chaleur écrasante, de cette humidité qui cherchait à gagner chaque pore de votre peau. Comme pour vous décrasser de l’intérieur. Calmant du même coup vos pensées.

« En même temps… S’ils sont tous au barbecue, on ne craint pas grand-chose… Tu veux qu’on les rejoigne, ensuite ? Ou qu’on reste tranquilles ? »

Sa propre voix lui parut traînante, dans la lourde chaleur de l’air ambiant. Il ajusta sa position, s’appuyant en arrière, contre les parois de bois qui n’offrirent aucun répit contre la chaleur. Il avait envie de partager la vie de la communauté créée pour l’occasion, d’autant plus qu’un riche programme était à l’ordre du jour, mais…. Il avait aussi envie d’être avec elle. De se retrouver. D’où leur venait ce besoin d’être à deux ? Fermement ancré dans leurs entrailles. Il tourna la tête vers elle, la contempla, elle et sa poitrine qui se soulevait lentement….

Il ne vit pas passer la première phase, ou du moins son esprit ne la vit pas passer. Son corps, lui, semblait très détendu. Il imita sa belle avec un temps de retard, bougeant plus lentement que lorsqu’il était entré. Il ne se méfia pas : la douche glacée lui coupa un instant le souffle, un coup de fouet d’une incroyable intensité, qui aussitôt le sortit de la torpeur et fit paraître plus vives chacune de ses sensations.

Sa belle était occupée à se sécher, et comme si elle avait lu dans ses pensées durant la séance, elle vînt lui faire quelques demandes. Accompagnées d’un baiser, comme un pardon. Car oui, comme elle l’avait calculé, il ouvrait la bouche pour protester avant même la fin de sa troisième phrase. Voyant très bien qu’elle l’avait anticipé, il referma la bouche, et cédant devant son petit froncement de nez taquin, vînt l’embrasser. Avant de contre-attaquer.

« Très bien, je serai sage, et silencieux. On se détendra comme jamais, je te le promets. Mes héroïques efforts peuvent-ils me voir attribuer une récompense ? Plus tard ? »

Il laissait la récompense à son appréciation. Il avait failli lui demander un bain-de-soleil-de-minuit, mais il doutait qu’elle veuille réellement plonger le lac après les ablutions du sauna, qui leur avaient permis de se décrasser. Autre chose, alors ? Un moment plaisant à deux. D’ici là, il avait écouté les consignes avec attention, tout en prenant d’amples gorgées d’eau froide. Une seule chose l’étonna.

« Pourquoi changer de banquette ? Ca fait vraiment une différence de t’installer un rang plus bas ? Tu y crois ? »

Sans doute faudrait-il tester cette hypothèse. De toute façon, ils y retournaient, hm ? Mais avant cela… Il déposa un baiser dans la nuque sèche, une main dans le creux de ses reins.

« Je suis heureux d’être là avec toi. J’ai envie de tout oublier… …..enfin sauf les règles du sauna, bien sûr. »

Un baiser volé, sur ses lèvres, pour la faire sourire.  Bien, et maintenant…. Il fit rouler ses épaules.

« Prête pour y retourner ? »

Il se tenait à côté de la porte, chevaleresque, comme un cocher qui tiendrait la porte d’une calèche infernale, pour mener sa passagère vers des horizons lointains.


Gauwain Robards (Athlétisme 4/6 + Malus Sauna 2e round)

1 : Eh bah il le tient très bien, c’est pas si éprouvant que ça, le sauna, en fait ! …Il va peut-être tenter un baiser sur son épaule.
2-3 : Ouais, bon, ça chauffe quand même, cet exercice…. On va rester tranquille.
4-6 : Okay, okay, on écoute Reddy, qu’est-ce qu’elle a dit, déjà ? Le banc plus bas, c’est mieux ? On se translate, allez.
Revenir en haut Aller en bas
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6937
| SANG : Hasardeuse


  Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain   Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain EmptyJeu 24 Juin 2021 - 9:12

Le membre 'Gauwain Robards' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé ' : 2
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




  Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain Empty
MessageSujet: Re: Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain   Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain Empty

Revenir en haut Aller en bas

Ikuisiin rakkauksiin | Gauwain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Royaume-Uni :: A l'étranger :: 
Europe
-