GRYFFONDOR : 39 pts | POUFSOUFFLE : 95 pts | SERDAIGLE : 159 pts | SERPENTARD : 77 pts
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
-41%
Le deal à ne pas rater :
-41% sur l’excellent casque nomade filaire Sony MDR-1AM2
129 € 220 €
Voir le deal

Partagez

L'horizon d'Ecosse | NEOLINA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 477
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @juice
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: L'horizon d'Ecosse | NEOLINA L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 EmptyMar 6 Juil 2021 - 2:29

Une chaude journée de juillet 1979.

Petite salopette en jean, t-shirt parme et pieds nus, Neo avait tout de l’artiste du dimanche - même si on était lundi, un lundi de congés. Assise en tailleur, la roumaine était toute affairée à repeindre les pieds de la vieille table qu’ils avaient achetée, et en bleu ciel. Pourquoi ça ? Parce que c’était bien la première fois qu’elle ne louait pas un meublé, et que donc elle pouvait bien faire ce qu’elle voulait. Et pourquoi ne pas passer par la magie, aussi, et consteller ainsi sa pauvre tenue de tâches de peinture, façon moldue ? Et bien parce que flûte, après tout. La magie, ça retirait un peu tout le charme de la créativité, quand on y pensait, et Neo appréciait finalement l’imperfection des coups de pinceaux qu’elle donnait sur le bois usé. Et surtout, elle appréciait de prendre son temps, dans un monde qui allait résolument trop vite. La campagne lui faisait bizarrement cet effet, elle qui avait mine de rien pris des habitudes bien citadines depuis son retour à Londres. Tout devait aller vite, comme le rythme autour.

Mais ici, rien d’autre que le silence et même des bruits d’oiseaux au matin. Depuis combien de temps ne s’était-elle pas réveillée avec l’impression que la nature l’entourait ? Mais c’était toutefois moins réconfortant que les bras de Razvan, qui la serraient avec amour. Tous. Les. Matins. Même quand il se levait plus tôt, ou elle, elle appréciait sentir son étreinte, ou l’entourer elle-même avec difficulté de ses bras trop courts. Ses nuits étaient plus paisibles, aussi, comme avec l’absolue certitude que les journées désormais seraient toutes plus belles parce qu’elle le retrouverait en rentrant. Ce qui en soit était un peu bête, parce que le monde ne changeait pas, que les atrocités continuaient mais au moins, au moins elle avait maintenant un repère dans toute cette folie. Et cette stabilité avait quelque chose de terriblement rassurant.

Tout allait plutôt bien dans le meilleur des mondes, disons. Du moins, dans leur monde à eux, qu’ils créaient petit à petit, meuble après meuble, et fanfreluche après fanfreluche - non, ça, c’était plutôt Neo. S’adapter à l’autre ne semblait pas poser de problème, peut-être parce qu’ils se connaissaient si bien, aussi parce que l’amour prévalait largement sur les petits travers. Et puis, l’un comme l’autre étaient relativement faciles à vivre. Pas de crise pour un verre posé sur un meuble, ou pour un peu de désordre - oups, ça c’était du Neo - pas de questions gênantes sur les allers et venues. Neo et Razvan menaient leur petite vie de couple sans s’oublier au passage. La roumaine attendait tout de même un peu avant d'inviter quelques amis chez eux, histoire de ne pas brusquer son amoureux qui n’était quand même l’animal le plus social qui soit. Donc, en attendant que le lieu soit rempli d’autres rires que les leurs, Neo confectionnait leur petit cocon avec soin. Maintenant, ils avaient de quoi vivre, et bien vivre. Canapé, table, frigo et compagnie, le strict nécessaire peut-être mais le reste viendrait après. Petit à petit.

Alors que Neo se battait encore avec Gabi, qui se collait dans ses jambes et ruinait un peu son beau travail avec ses touffes de poil, elle entendit le son caractéristique du porte-clé contre la porte. Son croup aussi, cela allait de soi, mais Neo fut plus rapide et lui ordonna de rejoindre sa couche. Razvan était déjà assez tolérant comme ça, si elle pouvait un peu minimiser sa phobie, autant le faire. Une fois la bête tristounette, mais calmée, Neo se leva en galérant un peu, les jambes de sa salopette constellées de nuages bleu ciel du plus bel effet - oh, ça plairait sans doute à Cecil ! - et son pinceau encore en main, accueillit son homme d’un furtif baiser. « Rebonjour ! » dit-elle joyeusement, alors qu’elle se souvenait parfaitement de ce réveil bien matinal pour un jour de congé, parce qu’elle s’était éveillée en même temps que lui et l’avait, il fallait le dire, un peu retenu au lit. « Ca te plait ? » demanda-t-elle avec enthousiasme en lui montrant son oeuvre avec fierté. À côté du pot de peinture ouvert trônait un autre, plus gros, et deux rouleaux. « Je me disais qu’on pourrait faire les murs à deux. Enfin, si tu veux… » D’accord, il revenait de l’hôpital, mais sa journée avait été courte, la lumière baignait joliment la pièce à vivre, et surtout, le regard de biche qu’elle lui lançait… Comment pouvait-il lui refuser ?
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1091
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | dorystick | signa par okinnel | icons par undeadtodds et Ethereal
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: L'horizon d'Ecosse | NEOLINA L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 EmptyMar 6 Juil 2021 - 14:54

La nouvelle stabilité de sa vie le conduisait à être souvent de meilleure humeur. Razvan n'était toujours pas le médicomage le plus chaleureux avec ses collègues - la preuve en était, il avait encore déjeuné seul au réfectoire - mais au moins trouvait-il un certain réconfort à quitter l'hôpital en fin de journée, à l'heure qui plus est, pour retrouver Neolina. Cette nouvelle manie de partir selon les heures que précisaient son contrat, et de ne pas en faire des supplémentaires sans les réclamer, avait eu le don d'attirer l'attention de son supérieur direct qui s'était fendu d'une question malvenue à son encontre. Il fallait bien dire que l'homme appréciait beaucoup de ne pas se sentir obligé de lui payer ses heures supplémentaires. Le roumain, comme à son habitude, avait répondu simplement par une onomatopée en haussant les épaules sans s'attarder, forcément. C'est que Neo qui plus est, avait un jour de repos aujourd'hui, qui lui donnait d'autant plus envie de transplaner rapidement pour l’Écosse. Ces nouvelles habitudes qu'ils pouvaient développer à deux rendaient la vie plus agréable et moins pénible, il fallait bien le dire. La seule ombre au tableau ? Ce croup trop enjoué de le voir alors que Razvan n'avait, Ô grand jamais, dispensé une seule caresse sur la tête de cet animal.

Razvan était donc sorti en fin d'après-midi de l'hôpital après son service et il avait transplané directement pour Pré-au-Lard. Le village sorcier avait l'avantage d'avoir un certain nombre de commerces à proximité, bien que le roumain appréhendait déjà les allez et venues des étudiants de Poudlard dès septembre. Mais qu'importe, après tout, qu'importe. Un sortilège d'isolation était vite lancé et Neolina et lui n'avaient pas emménagé dans le centre du village. Il ne croisa d'ailleurs personne en arrivant devant son pavillon. Il sortit sa clé, ornée du porte-clefs qu'elle lui avait offert lorsqu'ils avaient officiellement emménagés ensemble et avait lentement ouvert la porte, dans le doute que le monstre de sa petite amie soit dans les parages pour lui sauter dessus - oui, c'était déjà arrivé, parce que non, Razvan n'arrivait pas toujours après elle. Il ne fut pas accueilli, heureusement, par l'animal mais par Neolina, tout à fait opérationnelle sur un chantier de peinture, qui lui offrit un chaste baiser sur les lèvres. Un sourire naturel s'était posé sur les traits de l'homme qui chercha ce dont elle parlait, et ce ne pouvait être que les pieds de table, peints en bleu, un bleu bien visible, par la trentenaire qui semblait ravie. « Tu as un véritable talent en peinture » se garda-t-il de donner son avis sur la couleur qui le laissait dubitatif. Pas qu'il en ait quelque chose à faire des couleurs de façon générale là où il vivait de toute façon et elle le savait très bien. Razvan voyait la vie de façon très terne, là où Neolina voyait les choses de façon très colorée. C'était plus facile de s'adapter à la couleur toutefois qu'à une vie en noir et blanc. Aussi n'avait-il émit aucune objection et il la laissait faire ce qu'elle entendait question décoration.
Sa petite demande, dite avec ses yeux de biche qui feraient pleurer un bourreau - ironie quand tu nous tiens ! - lui arracha un petit rire et il hocha la tête : « Avec plaisir » fit-il avant d'ajouter : « Mais tu permets que je me change d'abord ? Ça te laissera le temps de finir tes pieds de table ». Comme s'il avait besoin de sa permission pour aller se déshabiller et se changer. Il posa ses clés sur une table et avait fait un pas en dehors du salon avant de s'arrêter net, en pointant sa propre joue : « Au fait, tu as une trace de bleu, là ». Razvan lui fit un sourire malin avant de s'éclipser sans rien ajouter de plus.


(676)

Spoiler:
 

______________________________
Les mauvais choix

Ché non lo posso sorpportare, questo silenzio innaturale tra me e te | Diodato
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 477
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @juice
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: L'horizon d'Ecosse | NEOLINA L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 EmptyMer 7 Juil 2021 - 21:31

Chaque fois que Razvan rentrait de l’hôpital, ou qu’elle rentrait elle-même du Ministère en le sachant à la maison, Neolina ne pouvait s’empêcher de ressentir un enthousiasme tout à fait innocent et doux, qui faisait passer le temps terriblement lentement parfois. Un peu comme cette joie quand elle ressentait quand elle savait, à l’époque, qu’elle allait le retrouver le soir venu, mais avec une pointe différente tout de même, difficile à expliquer. Toujours était-il que la routine n’était pas encore installée et qu’elle l’accueillait toujours avec son sourire le plus radieux - et il le lui rendait bien. Le lieu semblait amplifier encore cette sensation de bonheur, plus lumineux que l’appartement où ils avaient vécu le début de leur relation, et aussi surtout, leur endroit à eux. Neolina avait calligraphié avec soin leurs deux noms pour la boîte aux lettres, et s’y était repris à trois fois pour la sonnette parce que l’espace était plus petit quand même. Quel besoin de l’écrire à 2 endroits, direz-vous ? La plaisir de voir leurs noms côte à côte, sans doute. Siankov Vacaresco. Deux noms pour deux âmes soeurs, deux vies qui commençaient plus que jamais à s’entremêler.

Après le petit compliment de Razvan, Neolina jubila en ignorant bien l’aspect peut-être ironique de la chose. Avait-elle un réel talent ? Pas vraiment, bien qu’elle ait toujours été étrangement manuelle pour une sorcière si douée en sortilèges. Sans doute y avait-il quelques petites imperfections - et quelques poils de croup… - mais n’était-ce pas là finalement la beauté de la chose ? Pour toute réponse, elle lui offrit son grand sourire de gamine avant de lui faire sa petite demande, à laquelle il répondit positivement. Pauvre Razvan, harassé par ses tâches à l’hôpital, et désormais assigné aux travaux manuels. Mais bon, Neo ne pouvait s’empêcher d’être toute contente, s’imaginant déjà le peinturlurer un peu pour qu’ils soient à égalité. Parce que oui, comme Razvan lui fit si bien remarquer, elle avait réussi le miracle de se caler de la peinture sur la joue, et sur les bras aussi, sacrée Neo ! « Ne suis-je pas plus jolie comme ça ? » lui répondit-elle, taquine, avant de retourner à sa tâche.

Mais les pieds étaient parfaits ou presque, enfin parfaits de l’oeil de Neo, et la roumaine ne tenant pas en place, elle se releva d’un bond pour grimper quatre à quatre les marches qui menaient à leur chambre, où Razvan était en train de se changer pour le plus grand plaisir de ses yeux, évidemment. « Je viens me changer aussi. J’ai trop chaud. » mentit-elle tout à fait éhontèment en retirant les bretelles de sa salopette qui lui tombèrent sur les hanches, alors qu’elle étirait ses muscles fatigués en hésitant à se jeter sur le lit, ce qui aurait valu une petite catastrophe vu les dégâts sur les jambes de ladite salopette. Peut-être d’ailleurs que la vision de Razvan torse nu n’était pas tout à fait étrangère à ce coup de chaud qu’elle ressentait, et son regard traîna plus que de raison sur ses muscles si parfaitement dessinés. Mais Neo se fit violence pour ne pas aller se coller à lui, et retira plutôt son propre t-shirt, dévoilant sa brassière noire qui était plus pratique que sexy. Mais après tout ,est-ce que Razvan ne trouvait pas tout sexy sur elle ? Jetant son haut au sol avec une désinvolture évidente - pas étonnant que ça soit un peu le bazar dans cette maison - elle balança à son roumain un regard par en-dessous avant de clipper une de ses bretelles, mais pas l’autre. « L’important, c’est d’être à l’aise, non ? » dit-elle en s’approchant de lui, glissant ses mains sous l’élastique du jogging qu’il avait enfilé, ses mains se dirigeant naturellement vers ses fesses si joliment galbées. « Hum, ça va, tu as l’air à l’aise… » murmura-t-elle avant d’embrasser le haut de son torse de façon tout à fait chaste - si si, juré…
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1091
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | dorystick | signa par okinnel | icons par undeadtodds et Ethereal
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: L'horizon d'Ecosse | NEOLINA L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 EmptySam 10 Juil 2021 - 18:28

C’était toujours très délicat d’imaginer le reste de sa vie. On demandait à des étudiants de savoir ce qu’ils désiraient faire plus tard, à des couples de se jurer fidélité comme si les sentiments ne pouvaient pas changer avec le temps. Pourtant, les gens étaient changeants, les sentiments de la même manière. Mais aussi curieux que cela puisse paraître, ceux du roumain ne semblaient pas avoir particulièrement évolué avec le temps. Que ce fut concernant son métier ou concernant maintenant la femme qu’il aimait. L’amour et l’amitié étaient deux sentiments distincts mais à la frontière si proche que de toute façon, il l’avait toujours aimé. Comme il avait toujours désiré être médicomage, voilà qu’il avait toujours ressenti pour elle de profonds sentiments. Il avait toujours été particulièrement heureux de la retrouver pour une simple après-midi passée à deux, maintenant il était heureux de la retrouver tous les soirs en passant la porte de ce charmant pavillon situé dans le village sorcier de Pré-au-Lard. Et si, effectivement, cette vérité des sentiments avait souffert durant l’année précédente, le sentiment profond était toujours là. Peut-être davantage maintenant qu’ils avaient admis qu’après-tout, à quoi bon lutter à contre-courant, sinon pour se noyer ? Car ils avaient l’un et l’autre bu la tasse, peut-être lui plus qu’elle. Mais bon.

Il n’était plus question de cela maintenant, de toute façon. Ils avaient emménagé ensemble, peut-être un peu rapidement, il en convenait. Mais après, d’une certaine façon, une relation vieille de trente ans, était-ce trop tôt, ou bien trop tard ? « Tu es toujours jolie » répondit-il naturellement. Il ne la flattait pas seulement pour le plaisir de la flatter mais bien parce qu’il le pensait.  Le roumain l’avait toujours pensé, quand ils étaient amis et quand ils étaient devenus amants. Neolina avait une beauté chaude, chaleureuse, là où en contraste, tout semblait beaucoup plus froid et slave chez lui. Leurs différences les attiraient comme des aimants, c’était comme ça et c’était très bien d’ailleurs. Razvan ne s’éternisa pas au salon pour s’échapper vers la chambre à l’étage et se changer - en paix. Mais c’était sans compter sur Neo qui décidément, ne semblait pas vouloir se décoller de lui une seule seconde - comme si on pouvait lui en vouloir - tant et si bien qu’un sourire foutrement satisfait se peignit sur les traits du médicomage. Ah, Razvan avait ce petit défaut que d’adorer quand on lui courrait après. Enfin, seules certaines personnes avaient le droit, une seule personne en fait, en avait le droit : la personne qu’il fréquentait. Que ce soit Mara ou Neolina, le roumain avait toujours eu cette attitude à aimer se faire désirer, et ce serait mentir que de dire qu’il n’appréciait pas qu’elle le rejoigne. Ils se voyaient certes plus maintenant qu’ils habitaient ensemble, son travail officiel et officieux le maintenait parfois loin d’elle plus longtemps que prévu. Camouflé à coup d’urgences à l’hôpital - pas très fréquentes heureusement en ce moment - le roumain s’échappait souvent pour de sombres desseins, pour arborer en rentrant un masque qu’il aurait voulu de meilleure facture. C’était dur que de jouer la comédie avec quelqu’un qui nous connaissait si bien, si merveilleusement bien d’ailleurs qu’elle comprenait souvent ce qui n’allait pas. Ou en tout cas, elle pensait comprendre ce qui n’allait pas. Mais quand il était comme cela, à s’échapper à l’étage pour se changer, pas de mensonges ni de faux-semblants, c’était bien lui qui décidait de partir pour qu’elle le rejoigne encore plus rapidement. « Voyez-vous ça » fit-il d’un ton particulièrement amusé, comme si elle n'avait pas vraiment chaud alors que c’était peut-être le cas. Même s’il n’était peut-être étranger à son état. « Je suppose que travailler avec un vieux t-shirt était impensable » ajouta-t-il en enfilant précisément un vieux t-shirt noir, prêt à être sali des assauts de Neo qui, il le savait, allait prendre un malin plaisir à le tâcher. Il lui jeta un regard tout à fait entendu lorsqu’elle retira son propre haut pour le balancer par terre avec une désinvolture qui valait tous les mots. A l’aise, hein ? Humpf. A l’aise pour se faire désirer surtout, pour qu’il soit indécent pour deux, même si au fond, ils l’étaient l’un comme l’autre. Difficile de dire qui de l’un ou l’autre craquait le plus souvent le premier, mais Razvan considérait qu’il faudrait un jour remplir un tableau avec les points de chacun d’eux. « Il paraît » commença-t-il alors qu’elle lui embrassait - innocemment - le haut du torse, « que l’on travaille mieux quand on l’est ». Se faisant, il clippa la seconde bretelle qu’elle avait décidé de laisser comme cela. Un petit sourire mutin sur le visage, il laissa ses mains glisser sur ses épaules et lui replacer une mèche de cheveux derrière l’oreille. « Ce serait dommage de prendre du retard, mh ? ». Comme s’il ne crevait pas d’envie d’être déraisonnable, Razvan lui embrassa la joue avant de lui prendre la main pour l’entraîner à sa suite. Il avait un instant considéré de la planter là - sa spécialité - mais tout de même. Neo n’avait pas été assez insolente pour qu’il ait l’outrecuidance de lui faire cela.

Redescendus au salon, Razvan lui tendit un pinceau-rouleau avec son air de ne pas y toucher. « On pourra profiter tranquillement de notre soirée après-ça » fit-il en plantant ses yeux sombres dans les siens, tout en étant parfaitement sérieux, « prendre notre temps, tout ça ». Il trempa son propre pinceau dans le pot de peinture, jeta un regard au croup avec l’air de lui conseiller de ne surtout pas bouger d’un pouce.

(933)

______________________________
Les mauvais choix

Ché non lo posso sorpportare, questo silenzio innaturale tra me e te | Diodato
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 477
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @juice
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: L'horizon d'Ecosse | NEOLINA L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 EmptyLun 12 Juil 2021 - 3:21

C’était vrai, Neo était jolie. Non pas qu’elle s’en serait vantée, mais elle n’irait pas jusqu’à contredire le compliment - surtout quand il sortait d’une si jolie bouche. Parce que oui, se l’entendre dire par son homme, cet homme-là en particulier qui plus est, c’était une sensation tout à fait agréable. Et Neo n’était pas vraiment le genre à avoir le rose qui lui montait aux joues. En l’occurence aujourd’hui d’ailleurs, c’était plutôt le bleu. Elle lui rendit donc son sourire avant de le laisser vaquer à ses occupations… pendant quoi, une minute trente ? Sans dire que la roumaine était un pot de glue, puisqu’ils restaient tout de même un couple joliment indépendant, il fallait bien avouer qu’elle avait toujours quelques difficultés à ne pas se trouver dans la même pièce que lui quand c’était possible - et c’était bien pire quand elle savait qu’il était en train de se changer, voyez… Alors oui, Neolina cavala les marches avec empressement pour le retrouver, à moitié habillé seulement - ouf.

Du coup, mademoiselle fit son petit cinéma dans un but relativement précis, avant de se faire prendre à son propre jeu puisque, dans un certain équilibre du karma peut-être, il semblait qu’un t-shirt enlevé requérait qu’un autre soit porté. « Impensable oui… » Mince… Son regard désormais privé du plaisir d’admirer ce corps qu’elle avait pourtant tout le loisir d’observer de façon assez régulière - Neo et la retenue, la décence, tout ça… bref - dut donc se contenter du tissu noir, qu’elle frôla hélas - hélas ! - de ses lèvres en s’approchant. Il semblait donc que Monsieur Vacaresco était d’humeur à ne pas se laisser si facilement tenter. C’était qu’elle commençait à connaître l’animal, et s’il avait ce regard habituel de l’homme qui n’est pas indifférent à ce qu’il voit, Neo sentait bien qu’elle n’aurait pas aussi facilement ce qu’elle voulait. Mais que voulait-elle exactement ? Peindre, oui, bon, mais était-ce dans le top de ses priorités ? Retirer ce t-shirt qui lui semblait de trop aurait fait déjà une bonne première étape sur le chemin de ses intentions peu chastes. « Tu serais tout de même plus à l’aise sans ce… » Mais il prit un tel malin plaisir à la rhabiller qu’elle lui balança un regard outragé sans même finir sa phrase, s’étant quand même salement fait couper la chique sur ce coup-là. Il eut beau lui jouer la douceur avec son petit geste tendre, elle fit sa petite moue habituelle et se laissa embarquer comme une gosse boudeuse jusqu’en bas, sa main dans la sienne sans faire trop d’effort quand même sur le rythme parce que, flûte.

Une fois donc sur les lieux du futur crime contre la monotonie, Neolina croisa les bras comme une gamine qui n’aurait pas eu son tour à poney, et eut finalement un sourire en coin en posant le regard sur les pots de peinture. Hum… Tout à coup bien trop docile, Neo attrapa le pinceau que Razvan lui tendit et acquiesça vaguement. « Oui oui, c’est ça… » C’était qu’elle n’avait pas très bien écouté ce qu’il avait dit, tout occupée qu’elle était à échafauder son petit plan. Et alors que Razvan trempait son pinceau dans le pot d’un joli ocre, Neolina sortit discrètement sa baguette de sa poche arrière et du bout des lèvres, murmura un « Mov transformare. » qui, très discrètement, changea la teinte de la peinture. Ok, elle avait prévu d’avoir une conversation à ce sujet et de modifier la couleur en fonction de leurs goûts à tous les deux, mais après tout, ne l’avait-il pas mérité ? Bien fièrement, elle trempa son rouleau dans le pot et d’un grand geste, au son de la radio moldue qu’elle écoutait quand elle avait peint la table et qui passait alors un vieux tube de Sinatra, créa un magnifique arc-de-cercle violet scintillant de paillette. « Ca te plait ? » demanda-t-elle de son air insolent en se tournant vers lui d’un geste volontairement brusque qui éclaboussa tout son t-shirt noir. « Oups. » appuya-t-elle bien fort en posant sa main sur ses lèvres, sans se sentir désolée le moins du monde. « Tu ressembles à une licorne. » se moqua-t-elle avec son grand sourire, avant d’éclater d’un rire moqueur. C’était qu’un Razvan à paillettes, c’était quand même quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1091
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | dorystick | signa par okinnel | icons par undeadtodds et Ethereal
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: L'horizon d'Ecosse | NEOLINA L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 EmptyMar 13 Juil 2021 - 4:50

L’outrage. Etait-ce une vilaine habitude ou bien simplement une habitude qu’ils partageaient tous les deux ? Razvan prenait un malin plaisir à la voir s’outrer de ses comportements, sans doute qu’elle aussi d’ailleurs. Mais voir là son petit air ennuyé, parce qu’il l’avait rhabillé, définitivement cela lui faisait plaisir et… Gonflait son ego. Car après tout, Neo avait bien une seule idée sur la suite de la soirée, et cela n’impliquait pas, pour l’instant, ni rouleau de peinture ni pot. Mais le pragmatisme de Razvan était une qualité, on ne remet pas au lendemain ce que l’on doit faire maintenant, pas même pour un moment si agréable que celui pour lequel elle l’allumait. Parce que oui, elle l’allumait, pas qu’un peu, bien que ce soit malgré tout assez discret tout de même. L’art et la manière de faire les choses de façon tout à fait orthodoxe, donc. Il l’entraina à sa suite sans guère s’appesantir sur son petit air pas content. « Tu boudes ? » La provoqua-t-il encore en affichant son air satisfait de lui-même. Fallait-il de la volonté pour ne pas sauter sur cet homme. Mais voilà, ils n’étaient pas ensemble pour rien, partageaient même des traits en commun puisqu’elle aussi, elle appréciait de se faire désirer. Sinon, justement, elle ne l’aurait jamais laissé sortir de cette chambre et elle l’aurait simplement poussé contre ce mur qui n’attendait qu’eux.
Tout tourné vers la couleur du futur mur, qui ne lui importait pas réellement, qu’on se le dise, Razvan ne fit pas bien attention au petit air satisfait de Neolina, pas plus qu’à son sortilège et sa baguette qu’elle pointa vers le pot pour en changer la couleur. Aussi, lorsqu’elle étala un violet bien paillette, le roumain la regarda comme si elle venait de lui avouer qu’elle était la fille de Joseph Staline. Sa question, qui n’était pas rhétorique parce que la couleur lui collait une boule dans la gorge, ne reçut aucune réponse de la part de l’homme qui continua de regarder sa petite amie d’un air stupéfait. Que dire de sa bravade supplémentaire ? « Je vois que tu es d’humeur provocante » fit-il avant de déglutir pour regarder son haut parsemé de violet à paillette. Neo s’enfonça à le nommer comme un animal et le médicomage, naturellement, ne sut s’empêcher de lâcher son fameux ‘humpf’ qui voulait dire ce que qu’il voulait dire. « Heureusement que j’ai enfilé ce t-shirt » dit-il avant de se détourner d’elle pour retremper son pinceau dans le pot dont la couleur de la peinture venait d’être bafouée, « c’eut été dommage que j’en ai à même le torse ». Flute alors, lui qui comptait le retirer pour son grand bonheur, il allait devoir le garder. Avec un calme que l’on ne reconnaissait qu’aux slaves, Razvan lui balança son fameux regard plein d’aplomb pour continuer son entreprise sans ciller. Malgré la couleur horrible, malgré la petite vengeance de Neolina. En réalité, un finite incantatem serait suffisant pour redonner à la couleur la teinte d’origine. Mais il ne voulait pas lui donner la satisfaction de s’abaisser à cela.  « Ce n’est pas comme ça que tu auras ce que tu veux ». Razvan enfonça le clou avant de se pincer les lèvres et de faire un geste un peu brusque avec sa main tenant le pinceau pour l’éclabousser un peu. « Avec ton bleu sur la joue et maintenant ton violet, c’est plutôt toi la licorne » lui dit-il tout à fait satisfait de lui-même.

Finalement, il laissa son pinceau dans le pot en s’essuyant les mains sur son pantalon comme s’il était un ouvrier qui sortait de son chantier pour s’approcher de Neolina, dans son dos, et poser sa main sur la sienne qui tenait le pinceau pour glisser son visage à côté du sien. La bouche contre son oreille, Razvan lui souffla, d’un air tout à fait sérieux : « C’est qu’un rouleau, Mademoiselle Siankov, ça se tient comme ça ». Sa main dans le même coup arrangea un peu la position de la prise de sa roumaine avec une certaine assurance qui donnait presque l’impression que Razvan était peintre. Mais non. Comme beaucoup d’hommes de sa génération ayant vécu en Europe de l’est, toutefois, il avait beaucoup de connaissances, sur beaucoup de choses. Parce que c’était ainsi l’ordre des choses, que là-bas, les hommes étaient chargés de tout faire, tout réparer, tout régler, là où les femmes, tristement, travaillaient, s’occupaient des enfants et reprisaient les vêtements.



(742)

______________________________
Les mauvais choix

Ché non lo posso sorpportare, questo silenzio innaturale tra me e te | Diodato
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 477
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @juice
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: L'horizon d'Ecosse | NEOLINA L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 EmptyMer 14 Juil 2021 - 1:38

Est-ce que Neolina était du genre à bouder ? Techniquement, oui - et en particulier avec Razvan d’ailleurs. Mais la réalité, c’était que ses petites sur-réactions ne duraient jamais réellement longtemps, car comment voulez-vous résister à cet homme ? Comment aurait-il été sorcièrement possible de faire la tête, pour un motif ridicule qui plus est, à celui qui lui déclenchait un sourire par sa simple présence ? Alors oui, quand Razvan lui posa la question, Neo était un peu en train de bouder, mais ne répondit rien car elle savait bien que ça n’allait pas faire long feu, surtout si elle ouvrait la bouche pour le lui dire. Que voulez-vous, le ridicule parfois nous apparait plus clairement quand on le formule… D’ailleurs, il fallait voir la vitesse à laquelle elle avait fomenté sa petite vengeance à base de paillettes pour comprendre que sa micro vexation n’était pas très persistante, et qu’elle était bien prête à passer à autre chose. Quoiqu’il se passe, de toute manière, tant qu’elle passait un après-midi avec lui, ça lui allait. Mieux encore, elle préférait presque qu’il résiste et la taquine plutôt qu’un instant agréable et un peu trop prévisible. Trente-cinq ans, et seize d’âge mental, c’était ainsi.

Alors qu’elle riait en dévisageant cette belle licorne dont elle était tombée amoureuse, Neo eut un éclat plus fort encore en l’entendant humpfer. Car s’il avait été une licorne, une vraie, alors ç’aurait sans nul doute été le cri associé à l’animal tant il ne pouvait s’empêcher d’en lâcher sans s’en rendre compte, quand il était contrarié, surpris ou pour milles autres raisons que Neo savait désormais décoder. Si elle avait envie de le provoquer ? Bien sûr. Il était évident que ce violet ne resterait pas longtemps sur le mur, tout comme chacun savait très bien que ce t-shirt tâché ne resterait pas longtemps sur son dos. Quoiqu’il en dise d’ailleurs. Changeant tout à coup d’émotion, le petit sourire de Neo se fit plus filou. « Il faudra bien que tu l’enlèves un jour… » laissa-t-elle échapper avec insolence, les yeux filant vers le plafond alors qu’elle-même se remettait à peindre tout à côté de lui. Regardez-les, si sages et appliqués, à étaler cette couleur que même Neo trouvait écoeurante à souhait. Machinalement, sa main libre faillit aller chercher celle de Razvan histoire d’adoucir l’animal qui pensait qu’elle n’aurait pas ce qu’elle voulait - mais bien sûr - mais ce fut avant l’outrage et l’éclaboussure qui la surprit assez pour qu’elle ne retrousse son petit nez. « Mais ! » Elle le regarda faussement de travers, retenant son rire alors qu’il lui renvoyait ce qu’il considérait sûrement comme une insulte, mais qui allait en fait parfaitement à Neo. N’était-elle pas la licorne qui mettait de la couleur dans la vie de cet homme ? « C’est un fort joli compliment ! » s’exclama-t-elle en faisant un petit tour sur elle-même en son de la musique, adoptant ensuite une posture cambrée un peu mignonne en papillonnant des yeux - si tant est que ce soit comme ça que les licornes se comportaient.

Et alors qu’elle était repartie à sa petite entreprise en se dandinant au son des trompettes vintages à souhait, la roumaine se figea tout à coup en sentant dans son dos la présence réconfortante de Razvan. Son souffle dans son cou, son odeur qui l’enveloppait, sa main qui attrapait la sienne, d’autorité. Elle laissa échapper un soupir, comme une adolescente amoureuse de son professeur de Quidditch qui lui apprendrait à chevaucher un balai, et tourna un peu la tête pour essayer de capter son regard alors qu’il lui murmurait une leçon à l’oreille. Mais peine perdue, toute cette beauté hors de vue, si proche et pourtant pas réellement, commençait à faire revenir au galop de licorne ses envies qui auraient pu s’endormir pourtant. Se mordillant la lèvre de frustration, la roumaine se laissa guider docilement. « J’ignorais que tu avais des choses à redire sur ma prise en main. » répliqua-t-elle quand même en collant un peu plus son corps contre le sien, se moquant bien de consteller son propre dos de violet. Et finalement, s’assurant que Razvan tenait fermement le pinceau, Neolina le lâcha pour lui faire face et le regarder sans sourire, de l’air le plus sérieux qui soit ou presque. Ne restait que l’étincelle brûlante dans son regard qui la trahissait. « Si tu veux, tu t’occupes du mur et moi… d’autre chose. » La tentation de s’exécuter était forte, mais sa provocation attendait une réponse. Et s’il n’y avait que deux options, l’une des deux était tout de même fortement recommandée… pour la paix des ménages.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1091
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | dorystick | signa par okinnel | icons par undeadtodds et Ethereal
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: L'horizon d'Ecosse | NEOLINA L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 EmptyJeu 15 Juil 2021 - 19:42

Il n'y avait bien qu'avec Neolina que Razvan en arrivait à pareilles extravagances. Oui, balancer de la peinture sur quelqu'un, par simple amusement, relevait d'une extravagance pour l'austère roumain qu'il était. Dans le pays communiste où il avait grandi, pas de gaspillage autorisé ou même imaginé. La vie avait tout de plus sérieux, parfois dans le bon sens du terme, parfois... Mais l'Europe de l'Est avait beau se tenir bien loin derrière lui, le médicomage n'avait jamais réussi à totalement tourner la page de cette éducation qui avait été la sienne. Et il avait beau vivre désormais dans un pays totalement soumis au capitalisme le plus absolu, Razvan restait Razvan. Il semblait que Neolina l'aimait d'autant plus par ailleurs, curieux, puisque c'était elle qui rejetait avec autant de passion le pays qui était le leur. Quoi de plus étrange que de s'enticher d'un homme qui en représentait si profondément les valeurs ? Le roumain avait certes le mérite d'être un homme docile malgré l'éducation qu'il avait reçue, et compréhensif qui plus est - faisant presque de lui une exception formidable - mais tout de même. N'était-ce pas fort curieux ? Il ne savait pas ce qu'elle lui trouvait et peut-être d'ailleurs était-ce mieux qu'il ne le sache pas. Il y avait des questions à poser, d'autres non. Il leva simplement les yeux au plafond devant sa tentative de paraître pour une licorne. Sacrée Neolina. Son autodérision était probablement l'une des choses qu'il appréciait le plus chez elle, tout le contraire de lui, donc. Razvan avait une fierté toute slave, il n'aimait pas qu'on l'insulte, ou qu'on se moque de lui, c'était ainsi. Chacun avait ses propres défauts, les siens étaient assurément de cet acabit.
Quoiqu'il en soit, Neolina n'était pas si vexée que cela, il suffisait d'entendre son soupir qui parlait pour elle, sa petite provocation à double-sens supplémentaire. Un large sourire s'étendit sur les traits du roumain qui ne pensait plus à peindre son mur - sans doute que la couleur l'avait calmé de vouloir en étaler davantage, tant et si bien qu'il avait les idées toutes tournées vers elle maintenant. La trentenaire finit par lui laisser le pinceau pour planter ses yeux dans les siens et y faire passer un message qui valait tous les mots. Mais elle en rajouta une couche, au risque de le rendre indécent et le roumain eut un mouvement imperceptible avec sa langue entre ses lèvres. « Cela me paraît être une demande raisonnable » - tu trouves ?! - « voyons voir ce que ça donne ». Sans la quitter des yeux, Razvan trempa son rouleau dans le pot pour en étaler une couche supplémentaire sur le mur avant que Neolina ne disparaisse de sa vue. Malgré toute sa concentration, pourtant, on pouvait voir çà et là, des traits de peinture pas tout à fait droits...

Allongé sur le canapé, Neolina sur lui, le roumain regardait ce fichu mur à la teinte violette qui lui faisait face. C'était objectivement très laid comme couleur et son travail l'était d'autant plus, tellement il avait été déconcentré. Mais qu'importait, ils étaient des sorciers, ils faisaient ce qu'ils voulaient. La main de l'homme était perdue dans la forêt de cheveux blonds de sa petite amie, qu'elle caressait tranquillement, dans un silence parfait. Même le croup se faisait oublier, ce qui était un miracle, puisqu'il était dans son panier et ne les regardait pas - ouf quand même ! Il ne savait pas si Neo s'était endormie ou non mais il lança tout de même : « Ce violet, ça ne va pas être possible ». Son ton était un peu taquin tout de même, sa voix apparaissant au bout d'une vingtaine de minutes de silence environs.


(651)

______________________________
Les mauvais choix

Ché non lo posso sorpportare, questo silenzio innaturale tra me e te | Diodato
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 477
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @juice
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: L'horizon d'Ecosse | NEOLINA L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 EmptyLun 19 Juil 2021 - 1:53

Mais comment était-il possible que Neolina se soit déconcentrée si rapidement ? Pourtant, promis, ses intentions de base étaient bel et bien de peindre ce mur ! Et lorsque Razvan avait passé la porte, elle en avait toujours l’intention d’ailleurs et puis, et puis… Le simple fait qu’il ait voulu se changer lui avait fait tourner la tête, faible femme qu’elle était - face l’appel d’un Razvan à moitié nu, cela allait sans dire. Alors que dire quand monsieur décida honteusement de l’allumer - c’était le mot ! - en passant derrière elle pour lui donner une leçon. Neo n’aimait pas tellement ce qu’on appellerait des années plus tard le mansplaining, mais le Razvansplaining, c’était autre chose. Surtout quand il était tout proche d’elle, et jouait les professeurs amateurs sur un ton qui ne souffrait aucune contestation. Pourtant, la roumaine était d’humeur à braver la décence et l’élève, on peut le dire, dépassa le maître. Ou tout du moins, lui rendit hommage à sa façon, bref, appelez ça comme vous voudrez. Et malgré ses mots, tout ça n’avait absolument rien de raisonnable mais après tout, qui s’en souciait ? Et le mur fut bien vite délaissé au profit d’autres activités qui nécessitaient, elles aussi, de se changer... en quelque sorte.

Allongée contre Razvan, sa tâche bleue toujours sur sa joue, Neolina retrouvait un peu de souffle alors qu’en arrière-plan, son croup endormi lâcha un énorme soupir, quasi en même temps qu’elle. Sa main effleurait tranquillement son torse un peu moite, collant un peu ses cheveux par la même occasion que son doux roumain lui caressait sans dire un mot. Silence paisible de deux âmes satisfaites et repues l’une de l’autre - oui mais pour combien de temps ? En tout cas, ce canapé plus grand que l’ancien de Razvan était tout à fait validé pour les siestes où ils ne dormaient pas… Quoique, Neo cala sa jambe entre celles de son homme, se blottissant contre lui avec l’intention inavoué de le quitter un bref instant pour Morphée. Mais sa voix le tira des limbes de demi-sommeil où elle s’enfonçait, et son sourire s’accentua alors que la remarque était plus juste que jamais. « C’est le violet ou les paillettes qui te gênent ? » Amusée, elle déposa un tendre baiser sur sa peau brûlante, ouvrant finalement un oeil pour constater que, oui, c’était prodigieusement laid et aussi que sa salopette avait atterri pas si loin, mais un peu, mais… « Je m’en voudrais que tu n’aimes pas notre chez-nous. » murmura-t-elle enfin, un peu sérieuse, alors qu’elle étirait doucement ses muscles endoloris par quelque vague de plaisir qu’elle avait ressentie il n’y avait pas si longtemps. Et dans une entreprise bien trop risquée quand on s’appelait Neolina Siankov, elle bascula un peu sur lui, tendant son bras en poussant un petit gémissement de paresse, comme si c’était là la chose la plus difficile qui soit. Du bout des doigts, elle parvint à sentir le bois de sa baguette, et…

1-2 - l’attrapa ! Ainsi donc les miracles existaient… Toute fière, Neo se dandina presque de joie sur le tissu et se tourna, mode petite cuillère, pour viser le mur qui méritait un ravalement de façade. « Hum… » hésita-t-elle en tournicotant une mèche de cheveux avec son index. « Plutôt rouge ou vert ? » fit-elle mine de le questionner, avant de ricaner un peu et de prononcer à nouveau le sortilège qui teinta le mur d’un joli ocre chaud, mais relativement rustique. « Est-ce que cela vous convient, Domnule» demanda-t-elle en tournant un peu la tête pour essayer de lui voler un baiser.

3-4 - tomba, de pas très haut certes, mais tout de même. Sa tête manqua de claquer sur le sol, mais ouf, plus de peur que de mal. Etalée sur le ventre, Neo abandonna la simple idée de se lever et enfouit sa tête dans ses bras. « Par Merlin, je suis une cause perdue. » soupira-t-elle avant de réaliser qu’il faisait froid en fait, par terre.

5-6 - tomba en essayant de se rattraper à Razvan, qui devait aussi essayer d’éviter qu’elle ne chute comme une bêta, mais peine perdue. Et donc, non seulement Neo rencontra le sol, mais elle l’entraîna dans sa ridicule chute qui lui causa une hilarité absolument non maîtrisée. Un fou rire tel qu’elle était incapable de prononcer le moindre mot, comme fière de ne pas avoir été la seule maladroite dans cette histoire. Pauvre, pauvre Razvan !


Dernière édition par Neolina Siankov le Lun 19 Juil 2021 - 2:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6937
| SANG : Hasardeuse


L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: L'horizon d'Ecosse | NEOLINA L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 EmptyLun 19 Juil 2021 - 1:53

Le membre 'Neolina Siankov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé ' : 3
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1091
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | dorystick | signa par okinnel | icons par undeadtodds et Ethereal
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: L'horizon d'Ecosse | NEOLINA L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 EmptyLun 19 Juil 2021 - 16:33

Il fallait bien l'admettre : la volonté de peindre ce mur s'était totalement envolée. Allongé sur le canapé, Razvan ne songeait qu'à profiter de la proximité avec Neolina, comme pour assouvir un besoin insatiable de la toucher et de la caresser. Mais voilà, la couleur violette plus que les paillettes lui avait sauté aux yeux si brutalement que ça l'avait empêché de fermer les yeux pour une sieste où il se serait laissé sombrer. Ses cheveux légèrement humidifiés collaient un peu à son front alors que sa main s'était perdue dans les cheveux blonds de sa roumaine. S'il n'était habituellement pas très adepte des siestes post-sexe - pas adepte des siestes tout court - le médicomage pourtant se serait bien laissé aller cette fois-ci. Il avait travaillé, s'était dépensé - de la bonne fatigue, bien entendu - et Morphée lui tendait les bras. Sa petite phrase n'était qu'à but informationnel, il ne s'attendit pas à ce que Neolina lui réponde, encore moins avec son petit ton amusé. « Mm... Les deux je suppose » répondit-il de façon très terre-à-terre alors qu'encore une fois, elle faisait une Neo.

Tous les deux avaient toujours été bien différents l'un de l'autre, la liste des différences d'ailleurs était si longue qu'il faudrait probablement tout une vie pour en dresser une exhaustive. La petite témérité de la trentenaire n'était certainement pas quelque chose que Razvan lui aurait conseillé connaissant sa maladresse maladive. Mais pour une fois, il ne la prévint pas de son ton paternaliste qu'elle allait tomber. C'était après tout tellement fréquent, qu'à quoi bon le dire, hein ? Il posa quand même une main sur sa cuisse, comme si ça allait la retenir alors que pas du tout. Et dans sa petite tentative, forcément, ce qui devait arriver arriva. Neolina glissa et la main du roumain ne suffit pas à amortir sa chute. Sans savoir s'en empêcher, il se mit à rire avant d'essayer de camoufler ça sous une fausse toux - bravo mon champion. Le roumain se tourna de côté et fit tomber sa main sur le dos de sa petite amie, qu'il caressa en long en large. « Tu ne t'es pas fait mal ? » demanda-t-il quand même, parce que la pauvre, à la longue, ce devait être foutrement fatigant de toujours se casser la figure. Il arrêta deux doigts entre ses omoplates pour faire de petits va-et-vient. Il sépara brièvement le contact de leurs peaux pour lever la main jusqu'à sa baguette. Il la mis dans sa main gauche et pointa le mur. Pas très inspiré, comme toujours, le Razvan :

PAIR | Il marmonna un sortilège et le mur pris une couleur absolument à l'image de Razvan à savoir, bien austère : un taupe. Un taupe tirant un peu sur l'ocre il est vrai, mais un taupe quand même. Il jeta un coup d'oeil à Neolina en sachant que c'était définitivement trop morne pour elle : « Bon... » fit-il comme si elle lui avait fait une réflexion, avant de réincanter quelque chose pour que le mur tire cette fois-ci sur un rouge très foncé, qui rehaussait un peu la pièce. C'était le moins pire - dans son prisme - qu'il soit capable de produire avec sa baguette. Mais... « Je rêve où les paillettes sont toujours là ? ».

IMPAIR | Le mur prit une teinte bleue à mi-chemin entre le bleu clair et le bleu foncé. Razvan ne saurait dire si cela lui plaisait ou si ça allait bien avec la décoration. Il n'avait définitivement pas l'oeil pour ce genre de choses de toute façon. « Je ne peux rien faire de loin pour rattraper un peu mes coups de pinceau de travers » fit-il d'un ton particulièrement amusé, « il va falloir reprendre ça sans distraction ». Le mouvement de sa main dans son dos ne s'était pas arrêté pour autant. Ils devraient reprendre ça... Plus tard, sans doute...


(675)

______________________________
Les mauvais choix

Ché non lo posso sorpportare, questo silenzio innaturale tra me e te | Diodato


Dernière édition par Razvan Vacaresco le Lun 19 Juil 2021 - 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6937
| SANG : Hasardeuse


L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: L'horizon d'Ecosse | NEOLINA L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 EmptyLun 19 Juil 2021 - 16:33

Le membre 'Razvan Vacaresco' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé ' : 1
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 477
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @juice
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: L'horizon d'Ecosse | NEOLINA L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 EmptyVen 23 Juil 2021 - 0:13

Neolina était tout de même un sacré numéro. Parce que oui, il fallait un talent certain pour se vautrer d’un canapé quand on était si bien lovée dans les bras de son amant - preuve s’il en fallait une que c’était là sa place, et qu’en sortir pouvait amener à une catastrophe, si on extrapolait un peu. Mais Neo étant Neo, elle était capable de tous les prodiges, ou plutôt de toutes les maladresses possibles et inimaginables. Après tout, même en marchant tout simplement, elle se cassait le nez tout le temps, fort heureusement plus souvent au figuré qu’au sens propre. Mais là quand même, toute nue, étalée sur le plancher, c’était une scène tellement cocasse qu’il n’était pas fort étonnant que Razvan se moque d’elle - oui oui, elle avait bien entendu son petit rire camouflé de façon piteuse. Mais qui était-elle pour juger, elle qui aurait sans doute fait la même chose si l’inverse était arrivé ? Ce qui ne serait, d’ailleurs, jamais arrivé parce que Razvan avait un sens de l’équilibre propre à tous les humains normaux ou presque et donc, il arrivait à rester allongé sur un canapé, quand même.

Il faisait donc diablement froid par terre, mais Neo était atteinte d’une flemme phénoménale et vu que sa maigre tentative d’effort s’était soldée par un échec… La roumaine n’avait même pas envie de se relever. Après tout, ici, elle ne pouvait pas tomber plus bas. Et la petite caresse de Razvan dans son dos ne l’aida pas plus à se décider, puisque c’était tout de même terriblement agréable, et doux. Comme lui, en fait. « Hum… Ma fierté aurait pu en prendre un coup, mais je n’en suis plus là. » répondit-elle en riant sur la fin de sa phrase, sa tête émergeant de ses bras pour se caler sur le côté, sa joue sur son poignet, pour jeter un oeil en contre-plongée à son bel amoureux, qui posait sur elle un regard bienveillant avant de s’intéresser à nouveau à ce mur qui semblait décidément le perturber. Mais n’était-ce pas finalement ce que faisait Neolina dans sa vie ? Mettre des petites graines de changement par ci par là ? Bon là, elle avait fait un peu fort, tout exprès d’ailleurs, mais comptait bien réparer tout ça rapidement. Sauf qu’il ne lui en laissa pas le temps, et c’était assez curieux d’ailleurs. Neolina utilisait bien plus la magie dans son quotidien que Razvan, même si tous deux avaient gardé des habitudes bien slaves et vivaient à moitié comme des moldus pour beaucoup de choses.

Curieuse de voir le résultat, la roumaine tourna la tête vers le mur. Elle s’attendait à voir un gris souris, ou un taupe tout terne. Quelle ne fut donc pas sa surprise d’observer un joli bleu profond colorer le mur qui était loin d’être terminé, et qui de toute façon, semblait être l’oeuvre de quelqu’un en état d’ébriété. Mais cette “oeuvre“ amusait Neolina, au fond, car quelle plus belle preuve de leur irrésistible attirance que ce travail foutraque qui ne ressemblait pas au si perfectionniste Razvan ? « C’est vrai que c’est un travail un peu bâclé ça, Monsieur Vacaresco. » se moqua-t-elle en se redressant légèrement, alors la main qui lui caressait le dos glissait par l’effet de la gravité dans le creux de ses reins. « Ca doit être pour ça qu’on ne mélange pas travail et plaisir. » Elle lui vola un baiser du bout des lèvres avant de se lever tout à coup, et d’enfiler à nouveau sa salopette délaissée sans rien dessous. Le parquet était décidément trop froid. « Promis, la prochaine fois, je serai sage… » dit-elle en levant les yeux au ciel en essayant de se donner un air angélique alors qu’ils savaient tout deux très bien que c’était là une promesse qu’elle aurait bien du mal à tenir. « Mais je crois que ce soir, on dînera devant ton étrange oeuvre, tant pis ! » Passant une main dans ses cheveux bruns décoiffés, Neo s'éloignait déjà en direction de l’étage. « Là, c’est l’heure de la douche. » Allait-il la suivre ou pas ? Ça, l’histoire ne le disait pas…
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: L'horizon d'Ecosse | NEOLINA L'horizon d'Ecosse | NEOLINA - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

L'horizon d'Ecosse | NEOLINA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Pré-au-Lard :: A la sortie du village-