GRYFFONDOR : 39 pts | POUFSOUFFLE : 95 pts | SERDAIGLE : 159 pts | SERPENTARD : 77 pts
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% sur le jeu de société Mille Bornes – Version Luxe
9.95 € 19.90 €
Voir le deal

Partagez

Les rues de la littérature (River)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Erin Wheeler

Erin Wheeler


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 20
| AVATARS / CRÉDITS : Jodie Comer (allegretto) / Signature (Sial)
| SANG : Souillé depuis bien longtemps


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle sur le haut d'une très haute falaise
| PATRONUS : Un écureuil
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les rues de la littérature (River)  Empty
MessageSujet: Les rues de la littérature (River) Les rues de la littérature (River)  EmptyLun 30 Aoû 2021 - 5:41

Juin 1979

Quelques familles naviguaient entre les étagères de la librairie/papeterie de la plume enchantée. Certains enfants s'extasiaient devant les chats à adopter, d'autres devant les exemplaires de livres d'images en exposition. Des parents demandaient des lectures proposées par les enseignants à Poudlard, notamment en histoire de la magie. Mais la star de la librairie ce jour-là, c'était la nouvelle édition illustrée des contes de Beedle le Barde. Derrière son comptoir, Erin encaissait une mère accompagnée de ses deux enfants. “ Qu'allons-nous faire pendant une semaine sans vous ? ” Demanda-t-elle en indiquant la petite pancarte annonçant la fermeture de la boutique début juillet.“ Ce ne sera qu'une semaine. Fleury et Botts est ouverte à ce moment-là.” Mais cette librairie n'était pas spécialisée pour les enfants. Puis tout à fait coup un chat blanc grimpa sur le comptoir en bois et demanda une caresse aux clients. “ Wow ! Maman, regarde comme elle est grosse.” S'étonna le garçon en ouvrant les yeux grands comme des soucoupes. Sa mère sembla gênée par ce commentaire et s'excusa platement au nom de la petite famille. “ Frances attend une portée. La libraire abritera des chatons à la fin juillet. Aimes-tu les chatons ?” L'enfant hocha la tête et la discussion dura ainsi encore quelques minutes et la famille partit. Il n'y avait pas d'autres clients pour la caisse. Ainsi, elle donna une caresse à France et se dirigea vers les clients qui regardaient. Elle demanda ici et là s'ils avaient besoin d'aide. Une petite fille acheta avec son argent de poche du papier à lettres sur lequel des petites licornes gambadaient puis disparaissaient. Une famille vient pour des plumes, d'autres pour des carnets ou des contes pour enfants. En tout, elle vendit six exemplaires de la nouvelle édition des contes de Beedle le Barde ce matin-là; Ce qui représentait une petite réussite en quelques heures seulement.

Il était environ 11 heures quand elle repéra un client très inhabituel; Il s'agissait d'un jeune homme d'une vingtaine d'années. Une grande perche qu'elle s'autorisa à le penser, sans méchanceté aucune. Evidemment, il ne passait pas inaperçu parmi les familles, enfants qui se baladaient entre les rayons. Aucun client ne parut avoir besoin de son aide, alors elle alla le trouver. Elle passa devant le dernier roman de la série Ma vie de Sorcière et plus loin sur les étagères on pouvait trouver Morgana et la baguette d'or, ainsi que les mésaventures magiques de Romulus. Elle parvint finalement à la hauteur du garçon qui s'intéressait aux livres. Elle se figurait qu'il ne devait pas forcément trouver son bonheur. “ Juste devant vous, vous avez la Sorcière et le Crapaud d'une nouvelle auteur. Un véritable succès en librairie. ” Dit-elle en s'amusant du décalage entre l'ambiance des livres présents sous ses yeux et l'image qu'il pouvait renvoyer. Mais on ne jugeait pas un livre à sa couverture. Et elle avait été trop longtemps jugée pour poser une quelconque conclusion hâtive sur ce jeune homme. “ Je suis la gérante de la librairie.  Peut-être puis-je vous aider ? Que recherchez-vous ?” On n'entrait que très rarement dans sa librairie par hasard. Quoiqu'il était tout à fait possible que cela lui arrive à elle. L'appel des livres ! Les bibliothèques et librairies étaient toujours ses lieux de prédilection. Rien de bien étonnant à ce qu'elle en possède une elle-même. Ce qui était surprenant cependant, c'était la présence des chats. L'un d'eux fit d'ailleurs son entrée dans le rayon et vint se poser tout en haut de l'étagère. “ Si vous aimez les animaux, nous avons également des chats à adopter. Ce sont les meilleurs amis des auteurs, il parait.” On disait cela des chiens et des hommes également. Mais cela restait à voir. Elle avait toujours été plus chats que chiens sans qu'elle n'en connaissait réellement les raisons. A la maison, ils n'avaient jamais eu d'animaux.

Revenir en haut Aller en bas
River H. Dawn

River H. Dawn


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 47
| AVATARS / CRÉDITS : j. elordi || avatar par eilyam
| SANG : dépourvu de magie


Les rues de la littérature (River)  Empty
MessageSujet: Re: Les rues de la littérature (River) Les rues de la littérature (River)  EmptyLun 30 Aoû 2021 - 18:35

River matinal, on aura vraiment tout vu. La seule raison qui me pousse à quitter mes draps avant midi, c’est quand j’ai un cours qui m’intéresse. Et les cours, ces derniers temps, on va dire que je mise plutôt sur l’après-midi. La faute à la fête, qui me fait me coucher à l’heure où les gens se lèvent. Mais hier, j’ai été sage, comme quoi tout est possible. Et je pensais que Morphée et moi allions nous taper la grasse matinée de l’année, mais non. Neuf heures du matin, l’odeur de café de mon coloc m’a fait émerger, et j’ai sauté sous la douche après m’en être servi presque une pinte. Besoin de ça pour fonctionner, mais besoin aussi que ça refroidisse. Paul est pas là pour me le faire d’un coup de baguette, alors je dois le faire façon classique, et attendre. Et j’aime pas attendre, alors même que je n’ai rien de prévu de la journée. Optimisation enclenchée, douche d’approximativement douze minutes, ça devrait suffire. Ça énerve mes collocs, mais que voulez-vous, il faut bien prendre le temps, il y a de la surface à laver. Même que je dois me pencher pour être sous la douchette, mais que c’est pénible. Qu’est-ce que je donnerais pour faire dix centimètres de moins. Alice et son pays des merveilles ont des fioles pour ça, mais les sorciers, même pas. Parfois, je me demande vraiment à quoi ça sert la magie si on peut pas régler ses soucis. Enfin, c’est vraiment une pensée de douche, parce que sinon, je trouve quand même que ça a de la gueule.

Dix heures, enfin, je commence à fonctionner à peu près. Presque un litre de café dans les veines, j’ai mis des plombes à me coiffer parce que quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. Alors j’ai abandonné, c’est toujours comme ça quand je les ai fraîchement coupés. Comme s’ils m’en voulaient. Qu’ils fassent leur vie, ça m’empêchera pas de vivre la mienne. Bref, cuir sur le dos, main dans les poches, je me décide à aller arpenter un peu le Chemin de Traverse. Mais pour ça, il faut que j’aille emmerder Jen. Je dois taper 3 fois à sa porte avant qu’elle n’ouvre, elle a même encore un peu de mousse dans les cheveux, et une serviette qui suggère de l’agréable que j’ai déjà vu.

« River, t’es tombé du lit ? »
« Tu me manquais, qu’est-ce que tu veux. »

Non mais ce regard.

« Laisse-moi deviner, tu veux que je te serve de Magicobus, c’est ça ? »
« Tout de suite les grands mots… Taxi, ça suffira. »
« Mais que t’es chiant ! »

Grand sourire. Faut sortir le grand jeu là mon pote.

« J’te laisserai ma moto. Toute une après-midi. »
«  Sérieux ? »

Bingo. Je crois qu’elle préfère ma moto à moi. Que c’est même pour ça qu’elle continue à me parler, parce qu’elle sait qu’en désespoir de cause, je veux bien lui prêter. J’aime pas tellement l’idée que quelqu’un d’autre que moi la conduise, mais bon, quand il faut, il faut.

« Tu me prêteras aussi ta veste ? »
« Exagère pas. »
« Okay, bonne journée. »
« Non non, attends. »

Quelle chieuse.

« Ok pour la veste. Mais tu mets pas ton parfum dessus. »
« Oh, le grand River ne pourrait plus courir les filles s’il portait l’odeur d’une autre ? »
« Disons ça. »

En vrai, je déteste son parfum. C’est un truc à base de patchouli sûrement, on dirait l’intérieur d’une boutique de divination cheap. Ca sent même pareil dans son appart, raison de plus pour que je reste à la porte en attendant qu’elle finisse sa douche. Ca prend une éternité, mais bon. Quand elle revient, on dirait qu’elle a pris un bain de son foutu parfum. Pour me faire chier sûrement. Autant dire que le transplanage me donne encore plus la nausée que d’habitude mais bon, je vais pas commencer à critiquer. Elle me laisse après s’être assurée que j’ai moyen de rentrer. Comme quoi, elle m’aime bien quand même.

Ca fait une paire de mois que je n’ai pas mis les pieds ici. J’aime bien l’endroit pourtant, mais j’ai pas eu trop le temps. Et quand j’y viens, c’est pas tellement la journée. C’est marrant toutes ces boutiques façon parc d’attraction. Avant, je rentrais partout, et j’achetais un tas de trucs qui me servaient même pas. Des babioles magiques qui ne marchent pas quand on l’est pas soi-même. Alors maintenant, c’est simple, je fais dans le classique. Vêtements et bouquins, parce que magique ou pas, on a bien des yeux et le même genre de corps à habiller. Sur le chemin de Fleury et Botts, mon oeil lèche une vitrine que je reconnais pas. Du tout. Des livres, partout, des couleurs qui tapent la rétine. Et malgré l’overdose de café, je suis pas assez réveillé pour analyser la population dedans. Alors j’entre.

C’est une jolie boutique. Atypique. Un chat vient direct m’accueillir et se faufiler entre mes grandes jambes. A deux doigts de l’écraser, le sol est souvent trop bas pour que je remarque des détails comme ça. Mais si y’a un chat ici, alors c’est un bon endroit. Ca me plait. Pourtant, je mets moins de deux minutes à comprendre que non non, on est pas sur une mise en avant de littérature pour enfant. Ou alors, tous les rayons sont une mise en avant. Oups. J’ai pas tellement l’habitude d’être entouré d’illustrations pour mômes, de designs candides. De bouquins de moins de 100 pages aussi. Mais je sais pas pourquoi, alors que j’ai envie de détaler, je reste là et j’en feuillette même un. C’est pas un peu impoli de rentrer dans un endroit et de ressortir illico ?

Une voix bien des centimètres plus bas me sort d’un résumé qui tient en deux lignes. Une jeune femme, sûrement celle qui travaille ici, et qui me vante les mérites d’un titre que je lirai sans doute en moins de douze minutes. Je lui tire une tête un peu surprise avant de regarder le bouquin qu’elle me conseille. Je sais pas si elle est sérieuse, ou si elle se fout un peu de moi mais après tout, elle aurait bien le droit. Elle a un air filou un peu, et je souris en retour.

« J’ai bien peur de ne pas tout à fait être le public. » Sans blague River… Je lui fais quand même un petit clin d’oeil, parce que manquerait plus que je sois gêné d’être là. « Je suis sûr que mon coloc a fait du déca ce matin… » Je dis plus ça pour moi que pour elle, mais quand même.

Elle me propose son aide, et c’est gentil comme tout mais, je sais pas très bien quoi répondre. Ce que je recherche ? Alors que j’allais m’enfoncer gentiment dans l’absurdité de mon erreur, avec une petite dérision histoire de, un truc me frappe. Genre vraiment. Un truc auquel je n’ai même pas pensé, tout absorbé que je suis à lire des bouquins de droit qui assommeraient un troll. C’est un peu ça le problème à l’université, quand on vit entouré toujours des mêmes cercles, des mêmes gens. Ca déconnecte un peu de la vraie vie.

« En fait, oui. Vous auriez des bouquins sur les moldus ? Enfin, qui parlent de moldus aux enfants ? »

C’est quand même un sujet intéressant, moi qui feuillette depuis plus d’un an des tas de livres qui font état de ce que je suis moi. Même si dire ce mot là m’écorche la langue, un peu. Mais du coup, j’ai occulté toute la partie sur les enfants, et en vrai je me dis, peut-être qu’on leur apprend rien à ce sujet. Ca me mettrait un coup au moral, mais après tout, c’est possible. Quand on voit comme les adultes sont éduqués, il doit pas y avoir tant de livres sur le sujet. Mais le chat que j’ai failli amputer de la queue, pas fort rancunier, me déconcentre un peu dans ma réflexion initiale. Le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est original ici.

« Je crois que c’est lui qui m’a adopté. Mais je vais le laisser à quelqu’un qui a un peu moins la bougeotte que moi. »

Paradoxal quand on voit que je suis planté là, comme un piquet. Mais c’est vrai, je suis trop souvent ailleurs, jamais chez moi. Pour ça que Rufus est resté chez les parents. Ca me plait pas, mais je préfère ça à ce que ce soit Joe qui l’ait récupéré. Je l’ai vu essayer un sort sur lui une fois, alors qu’on savait tous les deux qu’il n’avait pas le droit. Depuis, Rufus a une patte blanche, et j’ai jamais su si c’était à cause de la terreur ou du sort en question. Joe a morflé ce soir-là. Je lui ai décoloré une mèche dans son sommeil et ça l’avait bien fait pleurer. Bien fait.

« Bref, je disais… les moldus. Vous auriez des histoires qui parlent de ça ? »

S’il vous plait, faites que oui. Sinon, le monde serait encore plus triste que ce que je pensais.
Revenir en haut Aller en bas

Les rues de la littérature (River)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Balade à Londres :: Le chemin de traverse-