GRYFFONDOR : 39 pts | POUFSOUFFLE : 95 pts | SERDAIGLE : 159 pts | SERPENTARD : 77 pts
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
Le Deal du moment : -12%
Nintendo Manette Switch Pro
Voir le deal
52.99 €

Partagez

Tendre la main est la permière vertu d'un médicomage | SVETLANA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1137
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | tripolars | signa par okinnel | icons par undeadtodds et Ethereal
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tendre la main est la permière vertu d'un médicomage | SVETLANA  Empty
MessageSujet: Tendre la main est la permière vertu d'un médicomage | SVETLANA Tendre la main est la permière vertu d'un médicomage | SVETLANA  EmptyMer 8 Sep 2021 - 23:11

A la chaleur de l'été succédait un début de fraîcheur automnale. Le mois de septembre était généralement l'un des préférés de Razvan. C'était un mois charnière, à l'aube d'un renouveau qui laisserait la nature dormir pour l'hiver. Sa nature forcément réservée appréciait également la fraîcheur de l'hiver, ses nuits sombres, ses souffles glacés. Les autres saisons, le roumain s'en serait bien passé. Il était davantage un homme de températures basses que hautes et ce n'était pas très surprenant lorsque l'on voyait son caractère naturellement austère. Mais le médicomage n'était pas austère avec tout le monde, froid non plus. Il était au contraire, autrement plus chaleureux et compatissant avec ses patients, car il avait compris il y a bien longtemps que souvent, le psychologique était aussi important dans la guérison que les potions que l'on utilisait. Razvan savait que lorsque la psyché était cassée, le reste l'était tout autant. Une psychologie saine dans un corps sain, c'était primordial. Oui, mais voilà, tout le monde n'avait pas cette chance. Lachlan McCulloch n'avait pas cette chance. Si le trentenaire était toujours très prudent avec cet homme qui avait jadis tenté de l'étrangler - souvenir dont il se serait passé - il n'était cependant pas dans sa nature de ne pas tendre la main. Il avait besoin d'aide, il avait besoin de l'aide d'un médicomage et la curiosité naturelle et scientifique de Razvan, de même que son insupportable bonté, le poussaient à lui proposer son aide. Qu'il acceptât ou non n'avait pas grande importance, car même sans son accord, il comptait bien se pencher sur l'étrange question qui lui brûlait les lèvres. A quel point un cognard pouvait-il détraquer quelqu'un ? Y avait-il une quelconque forme de déterminisme dans le chemin de vie qu'empruntait Lachlan ? Pour un pragmatique comme le roumain, le déterminisme était une notion qu'il fallait juger la tête bien reposée. Tout ne pouvait s'expliquer par lui, il donnait simplement des outils - certes très importants mais tout de même - pour expliquer une situation.

La tête toute affairée à la chose, Razvan était arrivé à l'hôpital ce matin-là les bras chargés de livres. Il comptait descendre à la bibliothèque de l'hôpital universitaire pour en chercher d'autres. C'est qu'il en avait passé des heures et des heures et des heures à penser à la chose, à la peser, à lire pages après pages. Quitte parfois, il est vrai, à faire bande à part. Sans doute avait-il l'air particulièrement studieux, le nez dans ses bouquins et il s'en était voulu quelques fois de ne pas passer sa soirée avec Neolina. Mais Neo avait aussi ses amis et parfois des gens à visiter. Ils étaient parfaitement indépendants l'un de l'autre, et c'était très bien comme cela. En se dirigeant vers les escaliers, Razvan vit cependant passer une tête blonde qu'il se décida à interpeller : « Svetlana ? ». Il se rapprocha à grands pas d'elle en dessinant sur ses traits slaves un sourire avenant. « Bien matinale à ce que je vois ». Comme pour appuyer ses paroles, l'horloge sonna six heures trente. « Ça va les cours, en ce moment ? ». Il n'était pas sans savoir que la jeune femme avait enfin commencé son cursus. Mais cela ne l'avait pas empêché de lui proposer de continuer de passer travailler à l'hôpital avec lui. Après tout, le roumain appréciait particulièrement de la former. « Il y a quelque chose dont j'aimerais te parler. Tu descends avec moi ? Je dois redéposer tout ça » lui dit-il en présentant sa pile d'ouvrages sur laquelle il devait presque poser son menton pour qu'elle ne tombe pas ridiculement au sol. Razvan aurait aussi pu utiliser sa baguette, mais l'on ne se refait pas.


(619)

______________________________
Les mauvais choix

Ché non lo posso sorpportare, questo silenzio innaturale tra me e te | Diodato
Revenir en haut Aller en bas
Svetlana Vassiliev

Svetlana Vassiliev


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 532
| AVATARS / CRÉDITS : Amanda Seyfried — Galaad
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Le noir
| PATRONUS : Renard des neiges
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tendre la main est la permière vertu d'un médicomage | SVETLANA  Empty
MessageSujet: Re: Tendre la main est la permière vertu d'un médicomage | SVETLANA Tendre la main est la permière vertu d'un médicomage | SVETLANA  EmptyVen 10 Sep 2021 - 18:56

Entre son voyage à Moscou, ses recherches sur la malédiction, son inscription à la faculté et les préparations du mariage, Svetlana ne savait plus où donner de la tête. Et c'était sans compter les récents évènements qui avaient eu lieu au chemin de traverse. Devait-elle se sentir coupable de ne pas avoir été présente ? D'irradier de bonheur à l'idée d'épouser prochainement Regulus ? Tout le monde n'était pas encore au courant de leur future union, après tout Regulus sortait à peine de Poudlard et avec l'attaque de l'été... Les cartons d'invitation était encore en cours d'écriture, il fallait qu'elle choisisse le type de papyrus, la calligraphie et saisir la liste des invités. Qui avait dit que se marier était simple ? Malgré tout, Svetlana rayonnait.

Aujourd'hui, Svetlana avait du temps libre alors elle en avait profité pour passer à l'hôpital. Grâce à Razvan et son tutorat, la slave était à présent plus que certaine de sa voie. Elle voulait être médicomage, soigner les gens, les guider, les protéger. Pendant un temps, elle avait pensé à rejoindre l'Ordre, avec Lily et tant d'autres, mais elle ne pouvait pas. Elle connaissait trop de gens dans le cercle des mangemorts, des personnes qu'elle appréciait, qu'elle aimait, et elle malgré leurs sombres agissements, elle ne pouvait pas les trahir, les traquer, les dénoncer.

Le pas léger et le sourire aux lèvres, elle avait enfilé une blouse et s'apprêtait à entrer dans un des services de Sainte Mangouste lorsqu'elle entendit quelqu'un l'interpeller. Cette voix. Lana se retourna aussitôt avec un large sourire. « Razvan ! », s'exclama-t-elle aussitôt en guise de réponse à son appel. Elle ne put s'empêcher de le scanner du regard, vérifiant sa démarche, analysant chaque geste, mais il semblait bien rétabli et elle en était soulagée. « L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt. » rétorqua-t-elle avec un clin d'oeil. En vérité, elle n'avait pas beaucoup dormir et elle voulait se changer les idées et sortir le nez des parchemins poussiéreux qu'elle avait amassé. Mais elle était sur une piste. La solution pour briser la malédiction était proche, très proche. Et cela ne faisait qu'augmenter sa bonne humeur.

Quand il lui demanda comment se passaient les cours, elle haussa les épaules tout en lui prenant quelques livres des mains afin de le soulager du poids de la connaissance. « C'est étrange de retourner sur les bancs après avoir passé une année à travailler. », avoua-t-elle tout en le suivant au sous-sol. « Tu veux redevenir un étudiant, toi aussi ? », demanda-t-elle en désignant les livres. Elle se demandait ce qui avait pu le pousser à emprunter autant de livres.

Arrivés à destination, ils déposèrent leur lourd chargement et tandis que l'intendante s'occupait de ranger les grimoires, Svetlana se tourna vers son mentor. « Rien de grave ? », demanda-t-elle en fronçant légèrement les sourcils, mais il semblait plutôt serein alors elle n'était pas trop inquiète. Cependant, il avait réussi à piquer sa curiosité.
Revenir en haut Aller en bas

Tendre la main est la permière vertu d'un médicomage | SVETLANA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Balade à Londres :: Balade à Londres :: 
L'hôpital Ste Mangouste
-