La plume à papote



 
GRYFFONDOR : 1168 pts | POUFSOUFFLE : 931 pts | SERDAIGLE : 642 pts | SERPENTARD : 606 pts
Venez découvrir et commenter la Gazette de Mai 1975, ici !

Partagez|

Au vent en emporte le temps ; part 2 → Lysander.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Au vent en emporte le temps ; part 2 → Lysander. Lun 13 Fév - 12:38




ACTE I, scène I.
Salle de repos ; Adelheid Rosenwald et Lysander Dawson.

Heidi grogne doucement dans son sommeil, avant de se redresser, frottant ses paupières encore lourdes. C'est le matin, et elle a la surprise de se retrouver non pas dans son lit à baldaquin du dortoir des Serdaigle, mais sur un des sofas de la salle de repos. Son cœur s'accélère, elle panique, et commence à se griffer les bras de manière frénétique. Quelque chose l'interrompt. Un ronflement venant du canapé d'à-côté. L'oreille tendue, elle se lève et marche à pas feutrés jusqu'au sofa voisin. Elle se penche au-dessus de la silhouette et reconnaît ... Lysander. Elle fait un mouvement de recul, mais soudain, tout lui revient en mémoire. Le Retourneur de Temps. Les innombrables tours. Lysander et elle, coincés dans le passé. Obligés de se rendre à Pré-au-Lard pour se ravitailler, et de dormir dans la salle de repos, complètement seuls dans un Poudlard désert.

Adele repart sur la pointe des pieds pour se lover dans son sofa. Elle a dormi dans ses vêtements de la veille, maintenant tout froissés, et elle se promets d'aller laver son linge une fois que Lysander serait réveillé ; étant une accro de la propreté, passer deux jours dans les mêmes habits l'horripilait horriblement. Dans son dortoir, elle devait avoir une dizaine de t-shirts et chemises identiques, au cas où elle aurait besoin de se changer plusieurs fois par jour ... c'est dire. Elle sort un petit carton de sa poche ainsi qu'un dé, son dé fétiche, et se coince une mèche derrière l'oreille droite. Puis derrière l'oreille gauche. Toujours des chiffres pairs. Toujours gestes à effectuer par deux. Voilà pourquoi, sur son petit carton, les bonnes choses sont associées à un chiffre pair, les mauvaises à un chiffre impair. Ça a toujours été comme ça. Bien que pour elle, le bien et le mal se mélangent, elle ne fait pas bien la distinction entre les deux ; pour elle, tout n'est que destinée.

Sur son petit carton, elle inscrit :
    → 1. Réveiller Lysander.
    → 2. Faire un tour dans le parc.
    → 3. Inviter Peeves à les rejoindre.
    → 4. Partir en exploration.
    → 5. Pleurer pour évacuer le stress.
    → 6. Embrasser Lysander.

    ADELHEID, soufflant sur son dé pour se porter chance : Destin, qu'as-tu planifié pour moi, aujourd'hui ?

Heidi a toujours eu une confiance aveugle en la destiné, a toujours remis sa vie entre les mains du karma. Pour elle, rien n'est choix, mais magie des nombres, jeu de forces bien supérieures à elle. Si sa mère est morte par sa faute, c'est parce que le destin l'a voulu. Si son père la déteste, c'est la faute du karma. Si elle s'est retrouvée coincée dans le passé avec Lysander, c'est que c'était écrit. Elle inspira un dernier coup, puis fit rouler le dé sur le sol.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Au vent en emporte le temps ; part 2 → Lysander. Lun 13 Fév - 14:54


Parce qu'on ne peut pas lancer le dé dans le premier message ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar



| HIBOUX POSTÉS : 4244
| SANG : Hasardeuse


MessageSujet: Re: Au vent en emporte le temps ; part 2 → Lysander. Lun 13 Fév - 14:54

Le membre 'Adelheid M. Rosenwald' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'le dé ' : 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Au vent en emporte le temps ; part 2 → Lysander. Mer 15 Fév - 13:06




ACTE I, scène I.
Salle de Repos ; Adelheid Rosenwald et Lysander Dawson.

Imaginez une salle de repos vide et sombre. Non, pas vide. Deux silhouettes sont discernables, chacune sur un des canapés. Et il ne fait pas complètement sombre, non plus. Car c'est le matin - tôt, certes - mais un filet de lumière pénètre déjà par les vitraux du château. L'une des silhouette assoupie, c'est Adelheid Maëlys Rosenwald. Une fille de mon année que je connaissais de vue avant de vraiment faire sa connaissance hier. Ou plutôt dans les semaines à venir ... Oui, c'est compliqué. Car Heidi et moi avons voyagé dans le temps. Contre notre gré, bien sûr. Heidi voulait simplement remonter d'un ou deux jours, histoire de rattraper les cours qu'elle avait loupés à cause d'une vulgaire grippe, ou autre maladie. Mais avec Lysander le pas doué dans les parages, la situation ... s'est compliquée. En gros, on a remonté le temps à deux et de plusieurs semaines ... jusqu'aux vacances d'été, en fait. Alors nous voilà, Adelheid et moi seuls dans le château de Poudlard, attendant la rentrée. Bien sûr, on a pensé à rentrer chez nous grâce aux nombreux passages secrets qui nous permettent de s'enfuir du château ; mais si on revenait chez nous ... on se retrouverait face à face avec nos "anciens nous" ! Vous saisissez le problème ? Oui, encore et toujours le paradoxe temporel. Donc on a décidé de rester ici, à Poudlard, où on ne peut pas risquer de croiser quelqu'un de notre connaissance, étant donné que le château est vide. Tout se compliquera une fois que ce sera la rentrée, ça c'est certain. On devra rester une semaine et demi cloisonnés dans la salle sur demande ou dans un placard à balais quelconque ... mais une chose en son temps. Pour l'instant, il nous reste un peu de temps - combien ? nous n'en savons rien - avant la rentrée, alors autant en profiter un maximum. Moi j'ai déjà plein d'idées : fouiller le bureau de Picott, tenter de pénétrer dans celui de Dumbledore, danser sur les tables de la Grande Salle ... toutes sortes de choses constructives, somme toute. Heidi ne semble pas du même avis, par contre. Elle est plutôt partisane de je-vais-me-rendre-à-la-bibliothèque-pour-commencer-déjà-à-réviser-mon-interrogation-qui-aura-lieu-trois-semaines-après-la-rentrée ... Mais je sais que je vais réussir à lui faire entendre raison. Parce que j'ai vraiment envie de m'amuser. Et que j'adore Heidi, aussi. Ça fait peut-être qu'un seul jour que je la connais, mais j'ai déjà le sentiment que c'est une fille extraordinaire.
Bref. Je m'égare.
Dans cette pièce sombre, il y a une deuxième silhouette - qui ronfle, celle-ci - et ... c'est moi. Étant donné que les mots de passe ne sont pas fonctionnels pour les salles communes l'été et aussi parce que, dans ce grand château vide, on préférait rester près l'un de l'autre, Adele et moi, on a élu la salle de repos comme dortoir. Il y a tout ce qu'il faut pour notre confort, par-fait. Je me tourne et me retourne sur mon sofa, dérangé par mes idées qui foisonnent dans mes rêves. Et ...

Spoiler:
 


___________________
• Faire un post de 500 mots ▬ 2 dragées
• Faire un sujet dans un style pièce de théâtre (Acte I, scène 1, Personnage1 :" ...", didascalies..) ▬ 10 dragées
• Faire un sujet aléatoire (entièrement dicté par les choix du dé) ▬ 6 dragées
Revenir en haut Aller en bas
avatar



| HIBOUX POSTÉS : 4244
| SANG : Hasardeuse


MessageSujet: Re: Au vent en emporte le temps ; part 2 → Lysander. Mer 15 Fév - 13:06

Le membre 'Lysander E. Dawson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'le dé ' : 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Au vent en emporte le temps ; part 2 → Lysander. Sam 25 Fév - 15:24





ACTE I, scène I.
Salle de Repos ; Adelheid Rosenwald et Lysander Dawson.

Heidi n'est pas très à l'aise dans la pénombre car, comme elle l'a dit à Lysander quelques jours plus tôt, elle a peur du noir. Et le fait que ce noir envahisse tout l'intérieur de l'immense château de Poudlard et qu'elle soit coincée dans le passé ne l'aide pas franchement à se calmer. Heureusement qu'elle n'était pas seule, sinon elle aurait déjà paniqué il y a longtemps, elle le savait. Elle aurait sûrement fait une crise de nerfs, aurait enfreint une règle de la remontée dans le temps, et aurait créé un véritable chaos. La présence seule de Lysander parvient à la raisonner et à relativiser la gravité de la situation. Et c'est vraiment de cela qu'elle a besoin pour ne pas péter un boulon.
Le problème, c'est que Lysander dort, et continue de ronfler tandis qu'elle est réveillée, épiant chaque recoin de la salle plongée dans l'obscurité, s'attendant à chaque seconde à y voir surgir un dragon cracheur de feu, ou un vilain scroutt à pétards. Ben quoi, il est connu que Poudlard regorge de secrets jalousement gardés. Secrets que Lysander meurt d'envie de découvrir. Ce n'est pas que l'idée ne tente pas Heidi, simplement qu'elle a peur de tomber sur quelque chose qu'elle ne devrait pas savoir. Ou qu'elle s'en repente ensuite. Parce que Heidi n'a jamais vraiment été aventurière dans l'âme, elle est plutôt du genre casanière amoureuse de son confort, parce qu'elle sait que chaque chose qu'elle entreprend connaît forcément une fin malheureuse ... Alors autant rester dans le confort sûr et sans danger de la salle commune ... quoique, elle serait bien capable d'éborgner quelqu'un avec l'embout de sa plume.
Elle se ronge les ongles dans la pénombre ambiante de la pièce, assise en tailleur sur le sofa de la salle de repos, hésitant encore quant à l'attitude à adopter. Finalement, elle sort un de ses petits cartons qu'elle garde sur elle pour mettre le destin à l'épreuve, et inscrit les différentes possibilités qui feront d'elle une personne chanceuse ou malchanceuse. Elle fait tourner le dé dans le creux de se main, puis le lance.


    ADELHEID, dans un murmure angoissé :
    Que la chance soit avec moi ! ... Sérieusement, j'envie Chuck Norris. Parce que Chuck Norris n'a pas besoin d'avoir de la chance ... La chance elle, a besoin de Chuck Norris.

Et le dé s'immobilise sur le chiffre un : réveiller Lysander. C'est évidemment la chose la plus sage à faire, et Heidi se sent confortée dans sa décision. Elle tient toujours son petit carton dans la main alors qu'elle s'approche de la silhouette ronflante de Lysander, puis se penche au-dessus de lui.

    ADELHEID, posant une main sur l'épaule du jeune homme :
    Lys ... Réveille-toi, Lys !

Mais Lysander reste plongé dans son sommeil - pire qu'un bébé, moi je vous dis - et se contente de se retourner, agacé, sur le canapé. Sauf que ... BADABOUM ! Le voilà qui s'écrase au sol, sur les pieds d'Adele, plus précisément ... De surprise, Heidi en lâche son petit carton et ...

    → 1. crie tellement fort que les tableaux se réveillent dans leurs cadres.
    → 2. se précipite pour l'aider à se relever.
    → 3. rigole en voyant Lysander tomber de son canapé.
    → 4. lui fait un bisou magique.
    → 5. engueule Lys de lui avoir fait mal aux pieds.
    → 6. se retient de rire et de le charrier.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



| HIBOUX POSTÉS : 4244
| SANG : Hasardeuse


MessageSujet: Re: Au vent en emporte le temps ; part 2 → Lysander. Sam 25 Fév - 15:24

Le membre 'Adelheid M. Rosenwald' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'le dé ' : 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Au vent en emporte le temps ; part 2 → Lysander. Sam 14 Avr - 19:47




ACTE I, scène I.
Salle de Repos ; Adelheid Rosenwald et Lysander Dawson.

Je ne sais pas ce qui est pire : découvrir que Honeydukes a fermé, ou se faire attaquer par une horde de lutins de Cornouaille déchaînés. Ah si. Se faire attaquer par des lutins de Cornouaille déchaînés en se baladant tranquillement dans les rayonnages de Honeydukes, et voir les abominables créatures bleues s'emparer de toutes les sucreries du magasin, forçant Honeydukes à fermer. Ça, c'est pire. Et c'est ce dont je suis en train de rêver.
J'envoie un lutin à terre - 1/0 pour Elijah -, cours en rattraper un autre qui menace de s'envoler avec mes chocogrenouilles. Heureusement, les cours de vol m'ont servi, même si je ne suis pas l'Attrapeur de mon équipe, et je referme une main de fer sur la patte de la bestiole. Haha, je t'ai eue, on fait moins le fier, maintenant ?! Règle numéro une : ne jamais sous-estimer son adversaire. C'est stupide. Et vous risquez de vous retrouver avec un bout de doigt en moins. Surpris par la douleur de ses petites dents aiguisées dans ma phalange, je desserre les doigts et ... le voilà qui file, le gredin ! Je prends de l'élan, prends appui sur mes deux jambes et sauuu ...

BAM. Ça, c'était ma tête sur le pavage noir et blanc de la salle de repos.


ACTE I, scène II.
Salle de Repos ; Adelheid Rosenwald et Lysander Dawson.

Là encore, je ne sais pas ce qui est pire : s'exploser la tête - non, non, je n'exagère pas ! - sur le carrelage faire un truc extrêmement débile devant une jolie fille qu'on vient de rencontrer. Aaaah, je sais. S'exploser la tête sur le carrelage devant une jolie fille qu'on vient à peine de rencontrer. Ça s'appelle l'Elijattitude ...

LYSANDER, se frottant le front :
Par la farce brisée de Merlin !
Euh ... Par la barbe frisée de Merlin !
Je lève les yeux, et je remarque que je suis tombé aux pieds d'une Heidi catastrophée. Je me redresse - laborieusement - et balaye ses inquiétudes d'un geste désinvolte de la main, genre t'inquiète poupée, je gère. Sans la grimace, ça aurait pu paraître crédible. Je prends appui sur le canapé pour me lever, et me retrouver face à Adele, qui doit certainement se demander quel type de phénomène je suis. Comme t'en as même pas idée, sweetie.

LYSANDER, faisant la bise à la rouquine :
Bonjour, toi. Bien dormi ?
J'espère que tu as eu un réveil plus doux que moi ... (rire)
J'ouvre les rideaux d'un coup et, alors que je suis sur le point de faire une nouvelle blague pas drôle pour faire passer le fait que je suis un gros maladroit, je remarque un petit papier au sol. Devinant qu'il s'agit d'une propriété de Heidi, je le ramasse.

LYSANDER, le tendant à la jeune fille
Tiens, je crois que tu as perdu ça ...
Puis, lisant le bout de papier :
Qu'est-ce que c'est ?
Loin de moi l'idée de fouiner dans ses affaires, mais les différentes phrases rédigées dessus à l'encre violette m'ont inévitablement attiré le regard.


Spoiler:
 

__________________
• Faire un post de 500 mots ▬ 2 dragées
Revenir en haut Aller en bas
avatar



| HIBOUX POSTÉS : 4244
| SANG : Hasardeuse


MessageSujet: Re: Au vent en emporte le temps ; part 2 → Lysander. Sam 14 Avr - 19:47

Le membre 'Lysander E. Dawson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'le dé ' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Au vent en emporte le temps ; part 2 → Lysander. Dim 27 Mai - 0:58





ACTE I, scène II.
Salle de Repos ; Adelheid Rosenwald et Lysander Dawson.

    ADELHEID, les yeux agrandis par la peur :
    Oh mon Dieu, Lys, est-ce que ça va ?
    Parlant très vite et ne lui laissant pas le temps de répondre :
    C'est là que tu t'es tapé ? Ouille, tu vas avoir une bosse !
    Attends que je te fasse un bisou magique,
    C'est un remède vachement plus efficace que tous les onguents de Pomfresh ! (rires)

Elle lui fait un bisou sur le front comme une mère qui consolerait son enfant, et tente de l'aider à se relever. Mais il la dissuade en la rassurant d'un geste de la main. Ah, ces garçons, toujours à vouloir faire les gros durs ! Alors qu'on sait tous que les filles préfèrent les sensibles, de toute façon ... Une fois redressé, le Poufsouffle masque sa gêne en faisant la bise à la jeune fille pour la saluer.

    LYSANDER :
    Bonjour, toi. Bien dormi ?
    J'espère que tu as eu un réveil plus doux que moi ... (rire)

    ADELHEID, répondant à Lysander :
    Je dois avouer que les lits de la salle commune sont plus confortables,
    Mais si c'est soit ça, soit dormir à la belle étoile, les orteils léchés par des bébêtes poilues,
    Moi je dis je fonce ! Et tant pis pour mon dos qui proteste !

Comme pour appuyer ses paroles, la jeune fille se met à s'étirer de tout son long pour décoincer son dos douloureux. CRAC. Ça fait le bruit d'une vieille branche. Alors qu'elle a les deux bras au-dessus de la tête, Heidi observe, impuissante, son ami ramasser son petit carton.

    LYSANDER :
    Tiens, je crois que tu as perdu ça ...
    Qu'est-ce que c'est ?

    ADELHEID, voulant arracher le bout de papier à Lysander :
    C'est rien du tout ...

Mais Lys a mis le bout de papier hors de sa portée au dernier moment, et elle le regarde jeter un coup d’œil au petit carton. Sans attendre, elle se met à rougir jusqu'aux oreilles. Parce que cette manie de tester le destin est ridicule, on le lui a d'ailleurs souvent dit. Et parce qu'il y a marqué "embrasser Lysander" sur le carton, et que loin d'elle l'idée de passer pour une traînée ou une romantique à deux noises. Alors elle saute pour attraper le bout de papier que Lysander tient toujours entre ses doigts serrés. En vain.

    ADELHEID, tendant le bras pour attraper le carton :
    Lys, rends-moi ça, c'est pas drôle !
    Puis, voyant que ses efforts ne mènent à rien :
    Je ... C'est rien. Une vieille habitude, c'est tout ...
    Baissant les yeux au sol :
    Je suis, disons ... superstitieuse.
    Je crois au karma, au pouvoir des nombres, ce genre de choses.
    Ce petit bout de carton, c'est mon repère, mon guide.
    Ça me dit dans quelle direction je dois aller,
    Dans quelle direction le destin veut que j'aille.
    C'est bête, je sais ...

Heidi n'a toujours pas relevé les yeux, de peur de voir le regard de jugement que Lys pose désormais sur elle. Du coup ...

    → impair. de honte, elle s'enfuit en courant.
    → pair. elle profite de cette petite séquence émotion pour lui piquer le carton.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



| HIBOUX POSTÉS : 4244
| SANG : Hasardeuse


MessageSujet: Re: Au vent en emporte le temps ; part 2 → Lysander. Dim 27 Mai - 0:58

Le membre 'Adelheid M. Rosenwald' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'le dé ' : 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Au vent en emporte le temps ; part 2 → Lysander. Mer 27 Juin - 11:21




ACTE I, scène II.

Salle de Repos ; Adelheid Rosenwald et Lysander Dawson.

Je regarde Heidi sautiller pour attraper son bout de carton, et je dois dire que ça m'amuse. Bon, comme je fais attention à ce qu'elle ne parvienne pas à l'attraper, je n'arrive pas à lire ce qu'il y a marqué dessus, c'est l'inconvénient ... Faire la cour au porc ? Ah, non, j'ai mal lu, c'est faire un tour dans le parc. C'est plus logique, d'un coup. Et moins bizarre. Quoique, vu le drôle de spécimen que j'ai devant moi ... Mais c'est justement pour ça que je l'aime bien, je la trouve drôle. Et totalement imprévisible.
Finalement, elle abandonne la partie, ce qui me laisse le temps de lire les deux prochaines lignes : inviter Peeves à les rejoindre - elle est malade, ou quoi ? Bon, c'est vrai qu'il peut être drôle ... mais en petites doses ... - et partir en exploration - la base. Je ne comprends toujours pas le principe de ce carton mais Adele se met à m'expliquer.
    ADELHEID, les yeux baissés comme si elle a honte :
    Je ... C'est rien. Une vieille habitude, c'est tout ...
    Je suis, disons ... superstitieuse.
    Je crois au karma, au pouvoir des nombres, ce genre de choses.
    Ce petit bout de carton, c'est mon repère, mon guide.
    Ça me dit dans quelle direction je dois aller,
    Dans quelle direction le destin veut que j'aille.
    C'est bête, je sais ...
Non, c'est pas bête, c'est juste ... étrange. Mais plus je découvre Heidi, et plus je la trouve étrange. Et intéressante, du coup. C'est peut-être moi le plus étrange dans l'histoire, du coup ... Je contemple encore le petit bout de papier et j'ouvre la bouche pour la rassurer lorsque, sans prévenir, elle détale comme un lapin. Encore sous le choc de la soudaineté de sa disparition, je reste immobile, la bouche ouverte, comme un poisson hors de l'eau. Puis les connexions synaptiques se font et je m'élance dans le couloir à la suite d'Adele, lâchant le parchemin au passage.
    LYSANDER, prenant les jambes à son cou :
    Heidi, attends !
    C'est pas bête du tout !
    HEIDI !
Mais elle a déjà filé et je cours comme un dératé pour la rattraper. Faut comprendre, le sport n'a jamais été mon fort. J'arrive finalement à sa hauteur parce qu'elle s'est arrêtée, ne sachant pas quelle direction prendre. Je m'arrête aussi, reprenant ma respiration.


ACTE I, scène III.
En embranchement de deux couloirs ; Adelheid Rosenwald et Lysander Dawson.
    LYSANDER, posant une main sur l'épaule de Heidi :
    Faut pas que tu croies que ce qui te rend différente fait de toi une personne à moquer.
    Au contraire, c'est ce qui te rend unique et dont tu dois être fière.
    Ma copine est métamorphomage,
    Et moi j’aimerais être un flan. Un flan aux abricots.
    Crois-moi, j'en connais un rayon, question différences.
    Et toi tu crois au destin ; qui n'y croit pas un peu ?
    Mais faut que tu agisses quand même, que tu prennes tes propres décisions.
    Ne laisse pas le destin tout décider pour toi et n'attends pas qu'il fasse tout à ta place ...
    N’oublie jamais, quand tu veux quelque chose dans la vie, tu n’as qu’à tendre la main et tu le prends.
    C'est ça la liberté.
    Puis, après une brève pause :
    Tiens, à toi de déterminer notre programme de la journée ; que veux-tu que l'on fasse ?
    Et aucun jeu de dé pour décider !
Pour une personne comme elle, avoir le choix doit sembler déstabilisant, peut-être même un motif de crainte. Mais je suis là pour lui suggérer des idées tout de même ; les amis sont là pour ça. Du coup, je ...


Spoiler:
 

___________
• Faire un post de 500 mots ▬ 2 dragées
• J’aimerais être un flan. Un flan aux abricots. ▬ 3 dragées
• N’oublie jamais, quand tu veux quelque chose dans la vie, tu n’as qu’à tendre la main et tu le prends. ▬ 1 dragée
Revenir en haut Aller en bas
avatar



| HIBOUX POSTÉS : 4244
| SANG : Hasardeuse


MessageSujet: Re: Au vent en emporte le temps ; part 2 → Lysander. Mer 27 Juin - 11:21

Le membre 'Lysander E. Dawson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'le dé ' : 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Au vent en emporte le temps ; part 2 → Lysander. Mar 10 Juil - 19:29




ACTE I, scène II.
Salle de Repos ; Adelheid Rosenwald et Lysander Dawson.

Heidi n'attend pas la réaction d'Elijah qui tarde à venir et s'enfuit en courant, honteuse. Elle l'entend se mettre à sa poursuite et hurler son nom, histoire qu'elle s'arrête. Mais elle ne s'arrête pas. Elle continue. Elle en a marre d'être prise pour la fille qui a des tocs, la fille dérangée qui croit au destin et compte le nombre de pas qu'elle fait. Elle pensait qu'avec Lysander, ce serait différent. Il avait l'air si gentil, si compréhensif avec elle. Mais vu la tête qu'il a faite, elle est sûre d'avoir éloigné d'elle encore un autre à qui elle tenait. D'abord son père, ensuite ses amis. Elle va finir par croire son père : elle est maudite. Et sa présence n'est bénéfique à personne.
    LYSANDER, dans la distance :
    HEIDI !
Mais elle ne s'arrête pas. Il vaut mieux pour lui qu'il ne la côtoie pas. Elle en est certaine.


ACTE I, scène III.
A l'embranchement de deux couloirs ; Adelheid Rosenwald et Lysander Dawson.
Elle s'arrête alors, cherchant son chemin. Elle regarde à droite, à gauche, veut repartir pour mettre le plus de distance entre elle et Lysander. Mais c'est trop tard, il l'a rattrapée ...
    LYSANDER, une main sur son épaule :
    Faut pas que tu croies que ce qui te rend différente fait de toi une personne à moquer.
    Au contraire, c'est ce qui te rend unique et dont tu dois être fière.
    Ma copine est métamorphomage,
    Et moi j’aimerais être un flan. Un flan aux abricots.
    Crois-moi, j'en connais un rayon, question différences.
    Et toi tu crois au destin ; qui n'y croit pas un peu ?
    Mais faut que tu agisses quand même, que tu prennes tes propres décisions.
    Ne laisse pas le destin tout décider pour toi et n'attends pas qu'il fasse tout à ta place ...
    N’oublie jamais, quand tu veux quelque chose dans la vie, tu n’as qu’à tendre la main et tu le prends.
    C'est ça la liberté.
Finalement, elle avait tort. Lysander se souciait d'elle. Et ce malgré ses défauts et ses psychoses. Peut-être le seul de Poudlard qui ne voyait pas en elle une dérangée. Elle prend sa respiration, veut répondre. Mais ne sait pas quoi dire. La réaction de Lysander est inespérée, a tellement d'importance à ses yeux. Personne ne l'a jamais consolée de la sorte. Tous les mots qu'elle pourrait trouver ne parviendraient pas à exprimer l'immense gratitude qu'elle éprouve en ce moment pour Lysander. Il est sa bouée de sauvetage, mais ça il ne le sait pas. Elle sourit, et répond de la seule manière qui lui semble appropriée.
    ADELHEID, faisant un bref câlin à Lysander :
    Merci ...
Lysander est radieux. En quatre ans qu'ils se connaissent, Heidi ne l'a jamais vu déprimé. Il est comme une boule d'énergie qui ne s'éteint jamais. Elle a eu de la chance - le comble pour elle - dans son malheur, de remonter par accident le temps avec lui. Elle n'a pas peur d'être abandonnée ou de rester d'humeur maussade trop longtemps. Elle lui fait confiance. Peut-être comme elle n'a jamais fait confiance auparavant. Aussi elle ne panique pas quand il lui dit :
    LYSANDER :
    Tiens, à toi de déterminer notre programme de la journée ; que veux-tu que l'on fasse ?
    Et aucun jeu de dé pour décider !
Elle veut se montrer digne de la confiance qu'il porte en elle. Elle veut lui montrer qu'elle peut être plus forte que ses peurs, elle veut lui montrer qu'elle est bien plus que toutes les rumeurs horribles que l'on peut diffuser sur elle. Et puis l'entendre chanter les Beatles ne peut que la motiver. Alors elle prend son inspiration et...
    ADELHEID, prenant son courage à deux mains :
    Je propose qu'on aille manger un bout ; il nous reste du saucisson de Pré-au-Lard dans nos provisions.
    Ensuite ...
    Après un bref temps de réflexion :
    On pourrait ... faire une bataille d'eau dans le bureau de Mr. Binns ?
    Ou alors on ...
Elle s’interrompt. Elle a entendu un bruit suspect alors elle tend l'oreille. Elle hausse les sourcils à l'intention de Lysander mais il ne semble pas savoir de quoi il s'agit non plus. Elle s'engage en trottinant dans une salle de classe et passe la tête à travers de la fenêtre de pierre. Elle voit des petits points noirs remonter la pente en direction de Poudlard. Les diligences ! Finalement, ils n'étaient pas remontés tellement avant la rentrée, parce que la voilà qui arrive ! Elle retire sa tête et affiche un air catastrophée à l'intention de Lysander qui semble avoir compris la même chose qu'elle.
    ADELHEID, d'une voix hachée :
    Vite ! Il faut aller chercher les provisions dans la salle de repos et se cacher ! Nos "futurs nous" ne doivent en aucun cas nous voir ! Où pourrait-on trouver refuge ? ...
La voilà qui prend les choses en main. Lysander peut être fier d'elle.
    → pair. elle s'élance dans le couloir qui mène à la salle de repos.
    → impair. elle fait une panic attack.

Spoiler:
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



| HIBOUX POSTÉS : 4244
| SANG : Hasardeuse


MessageSujet: Re: Au vent en emporte le temps ; part 2 → Lysander. Mar 10 Juil - 19:29

Le membre 'Adelheid M. Rosenwald' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'le dé ' : 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au vent en emporte le temps ; part 2 → Lysander.

Revenir en haut Aller en bas

Au vent en emporte le temps ; part 2 → Lysander.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Au vent en emporte le temps ; part 2 → Lysander.
» Au vent en emporte le temps → Lysander.
» Aller partout où le vent nous emporte... [PV Rohkea]
» Cinéma - Autant en emporte le vent.
» Les hommes rêvent du retour plus que du départ. | PV C. J. Denforth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Les oubliettes
 :: 
Les souvenirs de Poudlard
-