Le nouveau design est installé ! Nous remercions chaleureusement l'Ecureuil pour son travail magnifique !
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
Le Deal du moment :
Cdiscount : -20% sur 2 jouets, -30% sur 3 jouets, -40% ...
Voir le deal

Partagez

La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Shannon O'Mahony

Shannon O'Mahony


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque
| HIBOUX POSTÉS : 502
| AVATARS / CRÉDITS : Diego Luna | suskindkore
| SANG : Né-moldu. D'ascendance irlandaise et colombienne.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, mort noyé, dévoré par les crabes.
| PATRONUS : Léopard des mers
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA  Empty
MessageSujet: La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA  129196351Mer 8 Juil 2020 - 22:20

Shannon n'avait aucun souvenir de la soirée de la veille. Une partie de beerquidditch. Incapable de savoir s'il avait gagné, ou perdu, il se souvenait simplement que la partie avait été longue avec son camarade du soir. Galaad et lui avaient ensuite bu. Et l'irlandais s'était réveillé dans sa tente avec un mal de crâne épouvantable. La journée s'était donc déroulée dans le calme le plus absolu. L'irlandais avait tout simplement décidé de ne pas sortir de sa tente pour rattraper un sommeil ravagé par l'alcool la nuit précédente. Le temps était lourd, quoiqu'humide, ne prêtait pas vraiment à faire la fête à son goût. Oh et puis il était complètement blasé de toute manière. Il n'avait pas envie de sortir. Le jeune homme s'était donc traîné d'un bout à l'autre de sa tente, tantôt pour se laver, tantôt pour manger, tantôt pour dormir et pour l'une des rares fois de sa vie, il remerciait le ciel d'être un sorcier pour avoir accès à un confort pareil grâce à la magie. Sa tente n'était pas immense, elle était d'une taille raisonnable mais largement suffisante pour lui. Finalement, c'est aux alentours de vingt heures que l'irlandais consentit à sortir pour voir le ciel. Il y avait peu de monde au camping, la plupart des gens étaient en train de manger à la buvette ou en train d'aduler le chanteur des Croque-Mitaines.

Un léger courant d'air agita ses cheveux et il fourra ses mains caleuses dans ses poches pour marcher dans le camping, en direction du lac. Quelle ne fut pas sa surprise en voyant une silhouette se découper dans la nuit sombre à quelques mètres de lui et de constater avec stupéfaction que c'était Glinda Crook qui se dirigeait dans la même direction : le bord du lac. Shannon hésita à la rejoindre pendant un temps, accéléra la cadence, avant de se raviser. La dernière fois qu'ils s'étaient vu, c'était lorsqu'il était allé lui dire merci à sa boutique. "Merci de m'avoir sauvé" ou "merci de ne pas m'avoir laissé mourir", c'était du pareil au même, et il avait fallu plusieurs semaines à l'irlandais pour enfin oser franchir le pas de sa boutique afin de lui parler. Ce n'était, pas pour une fois, un problème avec sa fierté stupide qui lui avait tant mis de freins dans la vie. Cela n'avait même rien à voir. Non, il avait fallu du temps au jeune homme, non seulement pour se remettre physiquement de ce qu'il avait enduré - car il avait été fatigué de nombreux jours après sa sortie de l'hôpital - mais aussi pour accepter, psychologiquement, qu'il était mort pendant un temps. Lui parler lui avait fait plus de bien qu'il n'aurait pu l'imaginer, la remercier s'était avéré nécessaire. Glinda aurait pu avoir toutes les raisons du monde de le laisser mourir par terre, elle ne l'avait pas fait, agitée peut-être d'une bonté d'âme qui ne le caractériserait sans doute pas. En situation similaire, l'aurait-il aidé ? Ses yeux bruns se posèrent sur sa silhouette et il sut qu'il aurait agit de la même manière, car de la même façon qu'il ne parvenait pas à se la sortir de la tête, Shannon avait toujours tristement un relent de sentiments pour elle. La présente situation pourrait paraître étrange, alors que la nuit tombait. On pourrait presque croire qu'il la suivait, alors que ce n'était pas nécessairement le cas. Finalement, il prit son courage à deux mains et en quelques foulées allongées, il se retrouvait à côté d'elle, à la même hauteur puisqu'ils faisaient la même taille et c'est d'une voix tendue qu'il prit la parole pour la saluer sobrement : « Bonsoir Glinda ». Shannon se trouva surprit à lui sourire gentiment. Son tempérament avait, d'une certaine façon, été apaisé par ce qui s'était passé à Pâques. Ajoutez à cela les années qu'il lui manquait pour avoir un soupçon de maturité, vous comprendrez pourquoi les deux passaient leur temps à s'arracher les cheveux jusqu'à il y a peu. Pourtant, il prenait sans doute des risques, mais il ne sentait pas d'humeur à se disputer avec elle, alors que la lune se levait et que le ciel de la nuit apparaissait. Shannon ne rêvait que d'une soirée tranquille pour succéder à celle plus mouvementée qu'il avait eu la veille. « Je te dérange ? » demanda-t-il simplement, sans lui demander si elle allait bien. Il préférait encore la quitter tout de suite que de passer pour le lourd de service. Il n'entendait pas la déranger. Il allait au lac de toute manière, l'irlandais se sentait ce besoin de sortir réfléchir, comme souvent ces derniers temps. Il n'avait aucune idée de l'endroit où se trouvait Athos, ou Magda, ou Galaad, aussi se retrouvait-il seul à marcher à côté de Glinda sur quelques mètres pour disparaître ensuite, ou bien pour passer une calme soirée avec elle. Finalement, ils débouchèrent devant le lac et la décision fut celle de savoir s'ils allaient passer du temps ensemble, ou s'ils allaient se séparer, ainsi qu'ils l'avaient toujours fait, quoiqu'avec plus de paix aujourd'hui que de larmes.


(845)
Revenir en haut Aller en bas
Glinda Crook

Glinda Crook


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 334
| AVATARS / CRÉDITS : Shelley Hennig (#chevalisse)
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Du vomi.
| PATRONUS : Une pie.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA  Empty
MessageSujet: Re: La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA  129196351Ven 10 Juil 2020 - 19:40

Une brise légère rafraîchissait le temps chaud et humide, faisant se soulever les cheveux et les pans de la jupe de Glinda. Mais qu'importe que quelqu'un voit sa culotte, Glinda était trop heureuse de ces quelques jours de vacances qu'elle avait pu s'accorder, malgré une activité qui repartait à la hausse à Gaichiffon depuis le début des beaux jours. Ce repos bien mérité la préparerait surtout à l'arrivée des clients de l'été qui voudraient renflouer toute la garde-robe de leurs enfants avant la rentrée.
Le soleil allait descendant dans le ciel ponctué de nuages, la nuit tombait lentement, rendant inutile ses lunettes de soleil qu'elle souleva dans ses cheveux. Elle avait délaissé les copines avec qui elle était venue au festival pour se promener tranquillement, savourant le silence de la nature, loin du vacarme qu'elle appréciait pourtant aussi en plein camping.

Elle sentit plus qu'elle n'entendit la présence qui se déplaçait silencieusement quelques mètres derrière elle. Sans se retourner pour autant, elle continua son chemin en glissant, savait-on jamais, une main dans la longue poche de sa jupe (qu'elle avait elle-même cousu !) où se trouvait sa baguette. Le geste, réalisé volontairement sans discrétion, avait pour but de freiner un éventuel agresseur en envoyant le message : attention, je suis armée. Elle avait appris l'astuce dans Sorcière Hebdo, comme quoi, on n'y lisait pas que des bêtises ! Quand elle entendit clairement la personne accélérer derrière elle, elle serra sa baguette, les doigts crispés sur le bois.

Le salut la fit sursauter, mais elle relâcha aussitôt sa prise quand elle constata qu'elle connaissait plus que bien l'homme qui était maintenant à son côté.
"Ah ce n'est que toi !" souffla-t-elle en posant une main sur son coeur.

Que toi... C'était quand même déjà beaucoup. Shannon. Elle avait été contente qu'il vienne la remercier quand il était sorti de Sainte Mangouste, non pas parce qu'elle avait le syndrome de l'héroïne (si quiconque pouvait d'ailleurs éviter de se retrouver mourant dans ses bras à l'avenir, elle en serait reconnaissante à l'univers) mais parce que l'image de son corps inanimé, le visage pâle et le sang répandu sur et autour de lui, était resté ancré sur sa rétine un moment. Elle savait grâce des connaissances communes qu'il était toujours vivant, bien sûr, mais n'avait pas estimé qu'elle aurait été à sa place en le visitant à son chevet : ce n'était plus son rôle depuis près de cinq ans maintenant.
Mais donc il avait lui-même fait la démarche et elle avait pu se rassurer de voir qu'il ne ressemblait pas à un fantôme, qu'il était bien sur pied et malgré tout le malheur qu'elle pouvait parfois lui souhaiter quand il l'énervait, elle avait été contente de le voir.

"Pas du tout !" se trouva-t-elle à déclarer sans avoir pris le temps de penser si oui ou non, elle voulait qu'il reste un peu avec elle. Sa frayeur passée, elle était finalement rassurée de ne plus être toute seule. "Tant que tu ne chantes pas en boucle le refrain de The Muggle Next Door..."

Le lac s'étalait devant eux. Immense et sombre, la nuit cachait sa rive opposée. Le calme s'installa quelques instants entre eux. Du bout du doigt, elle indiqua le ponton qui s'avançait sur l'eau. En s'y dirigeant, elle essayait de l'observer du coin de l'œil, se mordant l'intérieur des joues. Elle commençait à sentir poindre le malaise et déclara rapidement mais sincèrement : "Je suis contente de te voir."
Revenir en haut Aller en bas
Shannon O'Mahony

Shannon O'Mahony


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque
| HIBOUX POSTÉS : 502
| AVATARS / CRÉDITS : Diego Luna | suskindkore
| SANG : Né-moldu. D'ascendance irlandaise et colombienne.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, mort noyé, dévoré par les crabes.
| PATRONUS : Léopard des mers
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA  Empty
MessageSujet: Re: La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA  129196351Sam 11 Juil 2020 - 23:22

Shannon remarqua qu'il avait fait peur à Glinda et il se contenta comme toute excuse, d'afficher un sourire un peu gêné avant de détourner le regard. Il ne s'était sans doute jamais assez excusé avec elle. Leur relation en dent de cie avait été éprouvée par leurs tempéraments particuliers qui ne parvenaient qu'à se déchirer pour mieux se réconcilier au lit. Cela avait été le boulet de leur relation. Pas assez matures pour accepter les défauts de l'autre et leur impact sur eux-même, tous les deux s'étaient contentés de s'enfoncer dans leurs tranchées sans bouger. Pas d'efforts - en tout cas venant de lui - ne pouvait conduire qu'à un point mort et une rupture. Alors oui, ce n'était "que lui". La susceptibilité légendaire de l'irlandais subit un froid revers mais il mit de côté sa propre fierté. Auparavant, il aurait démarré au quart de tour. Maintenant... A quoi bon ? Tous les deux n'entendaient pas passer une soirée à se disputer pour se haïr encore plus, cela n'avait plus aucun sens. Shannon avait réalisé, en passant si proche de la mort, que le temps était parfois trop précieux pour se disputer avec les gens qu'il aime. Sans dire qu'il aimait la sorcière à la folie, il avait toujours un fond de sentiments amoureux pour elle et il ne pouvait rien y faire. Alors pourquoi se disputer, surtout lorsqu'elle l'avait sauvé ? Il lui devait plus qu'un merci. Pourtant, il se voyait mal remettre le sujet sur le tapis.
Son sévère PTSD lui avait pourri et lui pourrissait encore la vie. S'il acceptait maintenant de remettre un pied au Chemin de Traverse, il le faisait à la vitesse de l'éclair. Il n'y traînait plus, privilégiait au contraire les rues moldues, comme si elles étaient plus saines et plus sécurisées que les allées sorcières. Mais il ne pouvait pas empêcher les souvenirs de se planter dans sa rétine lorsqu'il passait devant le magasin de Quidditch. Un soulagement lui éreintait le coeur lorsqu'il s'en allait et il ressentit le même type de sentiment lorsque Glinda lui confiait qu'il ne la dérangeait pas. Il ne se rendit compte qu'il avait un poids dans l'estomac que lorsque celui-ci s'évapora. Il s'esclaffa à la remarque de la sorcière et répondit : « Non je ne t'infligerai pas ça. Je chante toujours aussi mal ». Ils avaient beaucoup ri à ce sujet lorsqu'ils se fréquentaient encore, parce que Shannon n'était capable de chanter correctement que les chansons paillardes qu'il entendait sur les bateaux où il avait grandi. Triste vérité.

Il n'y avait personne sinon eux au bord du lac. Shannon se dit qu'il poserait bien ses fesses sur le ponton et comme si elle avait lu dans ses pensées, Glinda pointa ce dernier. Il s'y avancèrent, d'abord en silence. L'irlandais ne savait pas quoi lui dire. Il lui semblait si étrange de marcher à côté d'elle sans qu'ils ne soient tous les deux en train de se cracher des vacheries. Ils avaient tellement pris l'habitude de se crier dessus qu'il était étrange, en tout cas pour lui, de redécouvrir sa voix sous de calmes intonations. C'était plaisant, logiquement. « Vraiment ? » répondit-il, surprit de son aveu en tournant enfin son visage vers elle pour regarder ses yeux, « ça me fait plaisir aussi de te voir. Je ne pensais pas te croiser ici, en tout cas, pas à cette heure de la soirée ». Il fit une pause pendant laquelle leurs pas sur le sol, de même que le bruit ambiant des animaux de nuit, rompaient le silence qui s'imposait doucement à eux : « Besoin d'être seule car trop entourée ? ». Un festival, c'était la nécessité de croiser des gens en permanence, de discuter tout le temps avec quelqu'un. Shannon se sentit d'autant plus intrus avec elle. Peut-être que Glinda avait besoin d'être seule, ou de ne pas discuter plus que cela. Ce n'était pas, de toute manière, comme si lui-même était quelqu'un de particulièrement bavard dans tous les cas. Ils arrivèrent au ponton et l'irlandais s'assit au bord. Ni une, ni deux, il retira ses chaussures pour tremper ses pieds dans l'eau. L'eau fraîche du Loch écossais lui saisit la peau et il pu empêcher un violent frisson de marquer ses jambes, alors qu'il levait la tête vers le ciel pour profiter de la nuit calme qui se profilait pour tous les deux.


(731)
Revenir en haut Aller en bas
Glinda Crook

Glinda Crook


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 334
| AVATARS / CRÉDITS : Shelley Hennig (#chevalisse)
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Du vomi.
| PATRONUS : Une pie.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA  Empty
MessageSujet: Re: La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA  129196351Sam 8 Aoû 2020 - 20:32

Rassurée de voir que la présence qu'elle avait senti n'était autre que Shannon, Glinda s'était aussitôt détendue. Elle n'avait jamais eu réellement peur de Shannon, malgré les accès de colère qui les gagnaient régulièrement quand ils étaient en couple et lors de leurs rares rencontres après. Si la violence de leurs mots pour l'autre avait existé sans aucun doute, Glinda n'avait jamais vraiment craint qu'il fut physiquement violent avec elle... Même quand elle l'avait giflé. Non, aujourd'hui, et après les évènements de Pâques, l'agacement qu'elle ressentait à son égard s'était transformé en soulagement de le savoir encore en vie après être passé si près de la mort. Et peut-être un peu d'attendrissement de l'avoir vu si vulnérable quand il était venu la remercier.
Pouvait-on dire que la hache de guerre était enterrée ? Il fallait croire que c'était en tout cas en bonne voie.

Glinda, en grande bavarde qu'elle était, avait du mal à supporter les longs silences, surtout en présence d'une personne qu'elle ne connaissait pas (plus) si bien. Mais le silence lui laissait aussi tout le temps de profiter du calme environnant. Les vaguelettes du lac s'écrasaient presque sans bruit au pied du ponton. Le vent ramenait parfois un bruit lointain de la foule qui se déchaînait encore au festival, couvrant le bruit de leurs pas sur les planches de bois.

A la question de Shannon, elle haussa d'abord les épaules, se laissant le temps de la réflexion. Rabattant les pans de sa jupe sous ses fesses, elle imita Shannon en s'asseyant à ses côtés, les jambes croisés en tailleur, remarquant le frisson qui parcourut le corps de Shannon quand il trempa ses pieds.

"Tu as déjà eu le sentiment d'être entouré des meilleures personnes, d'avoir tout pour être heureux, mais d'avoir besoin d'une petite pause de ce trop plein ?"

Sans être malheureuse, loin de là, elle était occasionnellement saisie de cette forme de mélancolie, notamment lors d'événements intenses tels que le festival. Un soudain besoin de calme l'avait poussé à s'éloigner de la foule. Pour autant, elle n'avait pas envie d'être seule maintenant qu'elle était tombée sur Shannon. Paradoxalement, Glinda n'aimait pas être seule, depuis toujours. Même à l'appart, quand Galaad l'exaspérait au plus au point, elle était capable de s'enfermer dans sa chambre en souhaitant qu'il ait disparu à son retour... Mais au bout d'une heure, elle cherchait déjà sa compagnie... ou celle de n'importe qui d'autre.

A son tour, abandonnant ses chaussures sur le côté, elle tendit les jambes pour immerger ses pieds dans l'eau. Profitant qu'il levait la tête vers les étoiles et plutôt que de l'imiter, elle se tourna à moitié, s'appuyant sur une main en arrière, pour observer en détails le visage de l'homme dans la semi-obscurité. Elle se remémorait son visage 5 ans plus tôt, tel qu'elle l'avait gravé inconsciemment dans ses souvenirs. Aux quelques légères rides s'ajoutaient surtout quelques cicatrices. Mais ce profil était toujours le même que dans ses souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas
Shannon O'Mahony

Shannon O'Mahony


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque
| HIBOUX POSTÉS : 502
| AVATARS / CRÉDITS : Diego Luna | suskindkore
| SANG : Né-moldu. D'ascendance irlandaise et colombienne.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, mort noyé, dévoré par les crabes.
| PATRONUS : Léopard des mers
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA  Empty
MessageSujet: Re: La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA  129196351Dim 9 Aoû 2020 - 11:19

De ces quelques mois passés avec Glinda, Shannon en avait certes retenu des cris, des injures et des disputes sans cesse plus stupides. Mais il avait également en mémoire les quelques moments partagés avec elle, trop rares sans doute pour faire tenir un couple de jeunes gens pas tout à fait assez matures pour une relation pareille. Tous les deux n'avaient su se focaliser que sur les disputes et non pas les bons moments passés l'un avec l'autre. L'irlandais avait relégué au fond de sa mémoire toutes les fois où il avait apprécié passer sa main dans les cheveux de Glinda, toutes les fois où il avait pris soin de lui embrasser le cou en affichant son fameux sourire narquois. La fin de leur relation avait été prévisible mais il n'aurait pu prévoir qu'il serait celui, quelques années plus tard, qui franchirait le pas de sa boutique pour la remercier de lui avoir sauvé la vie. Fierté mise à part - ce qui constituait en soit un réel miracle - Shannon avait ressenti un besoin comme vital de venir lui parler après l'attentat. Les souvenirs qu'il avait étaient flous, mais il savait dès son réveil à Sainte-Mangouste qu'il n'avait clairement pas imaginé le visage de son ex petite-amie alors qu'il était en train de mourir. Marcher aujourd'hui à ses côtés, comme si tout cela était bien lointain alors que les événements s'étaient produits cette année, paraissait irréel. Étrange. Bizarre.

Glinda et Shannon ne s'étaient jamais compris. Ils avaient fait reposer leur relation sur l'espoir que tout s'arrangerait avec le temps. Deux individus pourtant trop différents n'avaient rien à faire ensemble, tout comme deux individus trop similaires ne pouvaient s'entendre sur le long terme. Tous les deux s'étaient enfoncés dans quelque chose qui n'était pas pour eux. Ils n'avaient pas su faire les efforts nécessaires pour que tout fonctionne. C'était en tout cas, ce que s'était souvent dit Shannon à ce propos. Pourtant, les mots de son ancienne petite-amie le firent hocher la tête. Peut-être que pour l'une des premières fois de sa vie, il la comprenait. Réellement. Était-ce un sursaut de maturité qui faisait une telle chose ? Glinda venait de poser sans le savoir des mots sur quelque chose qui l'avait hanté pendant qu'ils étaient ensemble. Et il comprenait ce qu'elle ressentait, son besoin de partir même si elle était bien. Mais il la connaissait également suffisamment pour savoir qu'elle aimait aussi la compagnie. Parfois trop. « Oui » souffla-t-il comme s'il expirait la fumée d'une cigarette ingérée pour se soulager - « pourquoi... ». Il ne finit pas ce qu'il voulait dire. Ne risquait-il pas de remettre sur le tapis les sujets qui les avaient tant déchirés lorsqu'ils étaient ensemble ? « Pourquoi donc crois-tu que je partais toujours sans prévenir ? » osa-t-il finalement lui demander, sans néanmoins la regarder. Cela avait alimenté bon nombre de disputes entre eux. Shannon étant Shannon, qui partait pour plusieurs jours sans rien dire, et sans même voir le problème. Shannon qui rentrait pour retrouver une Glinda excédée, morte de trouille, alors qu'il ne voulait pas comprendre le problème. Ils avaient été dès le départ dans une mauvaise dynamique. « Je n'ai jamais su me satisfaire de ce qui me rendait heureux. L'attentat aura au moins eu le mérite de me faire réaliser cela ». Il avait conclu ses paroles sur des mots tout juste partagés. Shannon passait sa vie à bouger parce qu'il pensait toucher le bonheur de cette façon là. Comme si l'oiseau bleu était toujours ailleurs, dans d'autres pays, d'autres cultures. Il n'avait jamais su remarquer que cet oiseau bleu était chez lui. L'irlandais avait commencé à le réaliser lorsque Glinda avait quitté son appartement après leur dernière dispute. Mais pris dans sa propre fierté, il n'avait pas su voir la vérité en face. Passer bien proche de la mort en revanche - se sentir mourir, pour être honnête - lui avait fait comprendre qu'il faut parfois non seulement se contenter de ce que l'on a, mais aussi réaliser l'importance des choses qui sont dans nos vies. La jeune femme fit glisser ses pieds dans l'eau de la même façon et il suivit silencieusement ce geste du regard avant de faire remonter ses yeux vers le visage de Glinda. Le temps avait passé et tout semblait avoir changé.

(719)
Revenir en haut Aller en bas
Glinda Crook

Glinda Crook


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 334
| AVATARS / CRÉDITS : Shelley Hennig (#chevalisse)
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Du vomi.
| PATRONUS : Une pie.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA  Empty
MessageSujet: Re: La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA  129196351Ven 21 Aoû 2020 - 0:26

Glinda avait-elle été un trop plein pour Shannon ? Elle n'en doutait pas un seul instant et ne s’en vexait pas le moins du monde, avec le recul. Elle avait toujours eu le sentiment d'un déséquilibre à l'époque. Qu'elle était trop en demande et lui, qu'il n'était pas en capacité de combler cette demande, voire qu'elle l'oppressait. Signe indiscutable de sa tendance à la dépendance affective envers les hommes, Glinda avait rarement ce besoin d’une petite pause quand elle était avec un homme qu’elle appréciait. Et elle avait apprécié chacune des secondes à ne pas se disputer auprès de Shannon.

« Oui, tu partais sans prévenir… mais tu revenais toujours. » C’était elle qui était partie pour ne pas revenir, finalement. Il ne l’avait pas retenu mais elle aurait peut-être pu revenir. Après la rupture, elle avait imaginé pendant des jours, des semaines et peut-être même des mois qu’il viendrait la retrouver : qu’il apparaîtrait sur le pas de sa porte, désolé et attristé, pour lui déclarer son amour et s’excuser de son comportement. Elle lui aurait pardonné tout et leur histoire aurait pu continuer comme elle avait commencé, rythmée par les disputes incessantes et les moments doux-amer qui auraient indubitablement conduit à cette rupture définitive. Elle aurait pu, elle aussi, revenir : lui demander pardon, lui promettre qu’elle le laisserait respirer, qu’elle ne lui prendrait plus la tête avec son boulot et qu’elle ne serait plus la folle furieuse qu’elle était parfois. Des promesses vaines, mais elle aurait pu si ça n’avait été une question d’ego. Il lui avait dit de partir si elle n’était pas contente, elle avait pris la porte, elle n’était pas revenue, fin de l’histoire. Le cœur brisé au fond de son lit, elle n’avait plus eu qu’à se repasser en boucle chacun de leurs instants et pleurer sur ces derniers souvenirs.

Il y avait indubitablement un avant et un après l’attentat pour beaucoup de sorciers qui l’avaient vécu, parfois même pour certains qui n’y étaient même pas. Il y avait un avant et un après dans la manière dont Glinda voyait Shannon : elle n’avait plus envie de l’étriper à sa simple vue. Au-delà, le reste de l’événement n’avait pas beaucoup changé à sa vie : elle avait eu un peu peur de se balader sur le Chemin de Traverse pendant quelques semaines, comme beaucoup, avant de s’habituer à nouveau à force de venir y travailler. Elle sursautait quand les éboueurs claquaient un peu trop fort le couvercle d’une poubelle. Elle penserait peut-être à deux reprises sa prochaine sortie lors d’un événement rassemblant du monde... Mais hormis la petite robe tâchée du sang de son ex-petit-copain et une part de son innocence, elle n’avait rien perdu, contrairement à d’autres. Shannon avait manqué y perdre la vie : s’il était mort, ça n’aurait pas changé grand-chose à la vie de Glinda en pratique, même si elle aurait sûrement été traumatisée de l’avoir vu mourir dans ses bras. Elle ne pouvait qu’essayer imaginer ce que lui avait vécu, sans jamais avoir l’imagination suffisante pour. Les yeux perdus dans le vide obscur, elle se fit la réflexion qu’elle aurait pu se retrouver dans la même situation, mais que pour autant, elle n’avait jamais envisagé sa propre mort sérieusement, même pas avec les événements récents. Elle ne voulait pas y penser.
« Et alors, qu’est-ce qui te rend heureux, Shann ? » fit-elle finalement, plongeant son regard dans les yeux ténébreux de Shannon. Est-ce qu'il était trop tard pour qu'elle participe à sa modeste échelle à le rendre un peu heureux ?
Revenir en haut Aller en bas
Shannon O'Mahony

Shannon O'Mahony


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque
| HIBOUX POSTÉS : 502
| AVATARS / CRÉDITS : Diego Luna | suskindkore
| SANG : Né-moldu. D'ascendance irlandaise et colombienne.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, mort noyé, dévoré par les crabes.
| PATRONUS : Léopard des mers
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA  Empty
MessageSujet: Re: La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA  129196351Sam 22 Aoû 2020 - 2:23

Shannon avait toujours été un voyageur. C'était dans son ADN, ses origines les plus lointaines. Il avait toujours eu ce besoin de vagabonder sans port d'attache et sans nécessairement d'attaches affectives quelque part. C'était comme ça qu'il avait été élevé, lâché dans mille et un pays. "Débrouille toi, Shannon". Et il s'était toujours débrouillé, depuis l'enfance, jusqu'à ses vacances de baroudeurs pendant les étés lorsqu'il était étudiant à Poudlard. Oui mais voilà. La vie s'arrange parfois pour le forcer à lâcher l'encre pour l'amarrer dans un nouveau port. Contre son gré, la plupart du temps. Avec Glinda, cela n'avait pas été contre son gré non. Il s'était laissé entraîné dans le tourbillon d'une relation intense sans réaliser que ce n'était sans doute pas fait pour lui. Aveuglé probablement par les sentiments qu'il avait pour la jeune femme, il n'avait jamais su admettre qu'ils n'étaient peut-être pas faits pour être ensemble. C'était d'ailleurs pourquoi il pensait toujours épisodiquement à elle ces cinq dernières années, entre autre. Le fait qu'ils aient rompu si brusquement et violemment y jouait aussi. Il avait l'étrange et triste sentiment qu'ils n'avaient pas fini correctement ce qui aurait dû se construire entre eux. Et comme elle venait si bien de le dire : il revenait toujours indubitablement vers elle. Le jeune homme ne pouvait pas s'empêcher de revenir parce qu'il ressentait à son égard des sentiments parfois contradictoires. Un attachement neuf mais profond et intense, entaché toutefois de cet agacement indubitable que l'on ressent toujours avec ceux qui nous disputent tout le temps. Et la preuve en était. Il était venu ce soir vers elle.

L'attentat l'avait sérieusement calmé. Sérieusement, sérieusement calmé. C'était donc ça qu'il lui avait fallu, pour le faire mûrir ? Manquer de se faire exploser ? C'était ridicule, mais pourtant, depuis qu'il avait manqué d'y passer, l'irlandais s'était énormément remis en question. Il avait énormément cogité sur lui-même et le tableau qu'il dressait était peu reluisant. Shannon avait compris à rebours certains reproches que lui avait fais Glinda lorsqu'ils étaient ensemble. « Et alors, qu’est-ce qui te rend heureux, Shann ? ». Quelle utilise son surnom le surprit et le fit sortir de ses songes. Qu'est-ce qui le rendait heureux ? Les yeux perdus dans ceux de son ex petite amie, il se rendit compte qu'actuellement, il ne le savait pas. Il n'avait aucune idée de ce qui le rendait heureux en ce moment. Quoique ? Il ne pu empêcher son regard de dériver sur les lèvres de Glinda et finalement,  il s'allongea sur le dos, les pieds toujours dans l'eau. Le ciel les noyait sous de belles étoiles ce soir. « De manière générale, tu me poses une colle, Glinda » lui répondit-il d'abord alors qu'il croisait les bras sur son ventre, « mais je dois bien avouer que là, ça me fait plaisir de passer du temps avec toi, tout simplement ». Tout simplement. Pas besoin de vagabonder, pas besoin de disparaître du jour au lendemain. Shannon se sentait bien de discuter là avec elle, de la regarder tranquillement lui répondre sans qu'ils ne soient sur le point de se disputer. Il fit preuve, pour une fois, d'une honnêteté exemplaire, lui qui n'était pas vraiment connu pour savoir communiquer correctement. L'aveu était sans doute inattendu. Mais abandonnés tous les deux ce soir, il avait l'impression, au fond, qu'ils pourraient peut-être retirer quelque chose de bon de cette conversation.

(615)
Revenir en haut Aller en bas
Glinda Crook

Glinda Crook


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 334
| AVATARS / CRÉDITS : Shelley Hennig (#chevalisse)
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Du vomi.
| PATRONUS : Une pie.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA  Empty
MessageSujet: Re: La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA  129196351Mar 25 Aoû 2020 - 22:00

Difficile question qu’elle lui posait là. Aurait-elle elle-même été capable d’y répondre ? Elle était satisfaite de la vie qu’elle menait d’une manière générale, même si à l’époque de leur relation, jamais Shannon n’avait pu comprendre qu’elle se contente d’une vie relativement tranquille, faite de créations de couturière et de copines autour d’un verre de vin. Pour autant, elle ne se considérait pas heureuse, pas plus que malheureuse. Si elle devait faire des listes des choses qui n’allaient pas dans sa vie ou encore des rêves qu’elle voulait réaliser, l’une comme l’autre liste était plus longue que la liste des choses qui la satisfaisaient actuellement. Pas plus qu’elle n’était parfaitement heureuse lorsqu’ils étaient ensemble, elle ne l’était pas aujourd’hui, indépendamment de sa vie amoureuse catastrophique. Il lui fallait toujours plus, toujours penser à ce qu’elle aurait pu avoir plutôt que ce qu’elle avait et se plaindre de ce qu’elle n’avait pas.
Elle suivit du regard le mouvement de Shannon vers l’arrière et se tourna à moitié vers lui, incapable d’arrêter de l’observer : curieuse et troublée, elle lisait sur son visage les changements qui grandissaient en lui, sans pouvoir les saisir. Et pourtant, ses traits étaient les mêmes, il était toujours l’homme qu’elle avait aimé puis détesté, avec quelques années de plus seulement. Il n’était pas si changé, seulement un peu grandi par les événements de la vie. De toute façon, elle n’avait jamais réussi à le comprendre vraiment quand ils étaient ensemble et elle avait accepté il y a longtemps que jamais elle n’y parviendrait. Avant, elle aurait donné cher pour pouvoir être dans sa tête, aujourd’hui elle se doutait que ce qu’il s’y tramait ne devait pas être une partie de plaisir.
A sa déclaration, elle ne put empêcher un grand sourire de s’étaler sur son visage, sourire qu’elle retint en se mordillant la lèvre. L’aveu la surprenait d’autant plus qu’elle se surprenait à avoir le même sentiment. Que la hache de guerre soit enterrée était une chose, mais qu’ils puissent aimer à nouveau passer du temps ensemble en était une autre. C’est qu’ils en avaient parcouru du chemin depuis leur séparation… Jamais elle ne se serait doutée, quelques mois plus tôt, que leur relation puisse atteindre ce stade, et elle se doutait encore moins qu’elle apprécierait une soirée avec Shannon. Finalement, c’était un certain soulagement de voir cette relation s’apaiser, comme un poids dont elle n’avait pas conscience jusque-là et dont elle ne prenait conscience qu’en le sentant s’envoler. Leur haine mutuelle était laide après l’amour tumultueux mais passionné qu’ils avaient partagé.  
« Il est peut-être là le secret… » réfléchit-elle à haute voix. « Être heureux de l’instant présent, oublier un peu de penser à ce qu’il se passe à côté et à ce qu’il pourrait ou pas se passer plus tard... » Un peu comme les vacances d’été, un temps suspendu entre deux années, qui importait sans vraiment compter. A quoi bon se prendre la tête avec ce qu’ils ne pouvaient pas contrôler ? C’était de toute évidence un adage qu’elle n’avait jamais appliqué à sa propre vie jusque-là. Un des pieds de Glinda sortait de l’eau, les orteils effleurant l’eau fraîche, et un frisson lui parcourut le corps. L’espace d’une seconde, son pied frôla accidentellement le mollet de Shannon.
Revenir en haut Aller en bas
Shannon O'Mahony

Shannon O'Mahony


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque
| HIBOUX POSTÉS : 502
| AVATARS / CRÉDITS : Diego Luna | suskindkore
| SANG : Né-moldu. D'ascendance irlandaise et colombienne.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, mort noyé, dévoré par les crabes.
| PATRONUS : Léopard des mers
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA  Empty
MessageSujet: Re: La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA  129196351Mer 26 Aoû 2020 - 1:42

A vingt-neuf ans, on avait bien du mal à dire ce qui nous rendait heureux. Ce qui nous rendait malheureux était sans doute, un peu plus facile à définir. Ou alors c'était parce qu'il avait vécu trop de choses qui l'avaient rendues malheureux. Shannon devait bien admettre, toutefois, que Glinda, dans les moments où ils ne se disputaient pas, l'avait rendu heureux. C'était vrai. Leur relation de courte durée, mais intense et entrecoupée de chocs constants, avait eu du bon. Comme s'ils étaient deux voitures qui devaient nécessairement s'entrechoquer, à chacun des moments de leur vie. Ils n'étaient probablement pas faits pour être ensemble mais plus que jamais à cet instant, alors qu'il partageait un moment avec la jeune femme, il regrettait la relation qu'ils avaient eu. Il ne regrettait pas les disputes et les cris, il regrettait les moments où tout allait bien et où, trop jeune, trop con, il ne s'était pas aperçu qu'il était heureux. C'était tout le sens de ce qui se passait dans l'esprit du jeune homme, alors que couché sur le ponton, il laissait son imagination vagabonder un peu plus loin. Et sentir le regard de son ancienne petite amie sur lui ne l'aidait pas à se concentrer sur le présent. La nuit était toujours plus propice aux douces chimères d'un esprit vagabond. L'irlandais se sentait con d'avoir dû manquer d'y passer pour se rendre compte de cela. Il s'était sentit con en lui en parlant par ailleurs. Mais le grand sourire de Glinda effaçait presque tous ses regrets. La manière dont elle se mordillait la lèvre également. Il lui tendit la main pour qu'elle la lui serre et il lança : "On enterre enfin la hache de guerre ?". Shannon était sérieux. Il en avait assez des disputes et des insultes et des verres brisés sous l'émotion. Il ne rêvait aujourd'hui que de relations pacifiées et apaisées. Profiter de l'instant avec son ex petite-amie, aussi. Sentir aussi, curieusement, que ce soir, rien n'allait déraper - ou en tout cas, pas dans le sens le plus violent du terme. Sa réflexion à voix haute le fit sourire et les yeux posés sur sa bouche alors qu'elle parlait, l'irlandais ne pouvait que donner foi à ses paroles : "Je suppose qu'on était peut-être trop jeunes pour ça" partagea-t-il sa pensée, "trop jeunes pour vivre simplement les choses aussi, sans se préoccuper de ce qui nous attend le lendemain". Lorsqu'elle sortit son pied de l'eau, un frisson embrasa la peau du jeune homme et il se releva sur les coudes sans la quitter des yeux, comme s'il en était incapable. Peut-être était-ce un peu le cas ? Il y avait une drôle d'atmosphère entre eux ce soir, ou alors, c'était l'atmosphère du Loch. Ou alors il rêvait. Non, il ne rêvait pas.

   Shannon aurait ri au nez de quiconque lui aurait dit qu'il apprécierait passer un peu de temps avec la couturière pendant l'été. Et pourtant… Relevé sur les mains maintenant, l'irlandais était sans doute plus proche qu'il ne l'aurait voulu de son visage. Il en distinguait correctement les traits dont il n'avait pas oublié les formes malgré les cinq années à ne la croiser que pour la disputer. Le jeune homme se surprit à avoir envie de l'embrasser, malgré tout ce qu'ils avaient vécu et malgré toute cette soirée. Se préoccupait-il de ce qu'il adviendrait le lendemain ? Pas vraiment. Pas comme avant où chaque nouvelle journée semblait être une nouvelle page pour s'engueuler. Il était ravi, tel qu'il l'avait dit, de passer du temps avec elle. Et à en juger par le craquant sourire que Glinda affichait, c'était réciproque, non ? C'est peut-être l'esprit tourmenté par l'idée de ne pas profiter de l'instant qui le fit se pencher vers elle pour l'embrasser tendrement comme si tout était à faire bien que tout ait déjà été fait, comme si, tel qu'elle l'avait dit, il n'y avait pas de quoi se préoccuper de ce qu'il adviendrait le lendemain. L'irlandais glissa sa main de marin sur la joue de la jeune femme pour la lui caresser avec une délicatesse qu'on ne lui connaissait pas toujours. Leur relation n'avait que toujours été rythmée d'actes manqués. Peut-être était-il temps de ne pas en laisser filer un.


(765)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA  Empty
MessageSujet: Re: La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA  129196351

Revenir en haut Aller en bas

La douce fraîcheur d'un été écossais | GLINDA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» "Surprise par un écossais bavard" [Hestia et Moran]
» <Update> Nouvelle fiche d'Alexander, votre écossais préféré.
» Elissa • Une chanson douce que me chantait ma maman ...
» [Flash-Back] Une si douce rencontre [Razvan]
» Un hammam, deux femmes et leurs drames | Douce Neolina

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Les sujets de l'été
 :: 
Été 1978
-