Bon mois d'Octobre ! Pensez à vous hydrater.
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
Le deal à ne pas rater :
Légendes Pokémon: Arceus Nintendo Switch – Précommande à ...
49.99 €
Voir le deal

Partagez

On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 222
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (draiochta)
| SANG : Pureté et noblesse dans ses veines


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) Empty
MessageSujet: On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) 129196351Ven 26 Fév 2021 - 18:05

10 mars 1979

Tu penses qu'elles s'entendront ? ” Perseus écrasa sa cigarette dans le cendrier trônant sur la table basse alors que sa sœur faisait les quatre cent pas dans la pièce.“C'est ton anniversaire, elles feront l'effort de s'entendre. Et si ce n'est pas le cas, elles savent que je les jetterai dehors...” A vrai dire, s'il s'était enfilé cette deuxième cigarette en moins d'une demi-heure, cela signifiait bien une chose... Lui aussi s'inquiétait et par Morgane, il détestait cela. Il aimait toutes ces femmes de sa vie : la petite sœur déchue, le vestige du passé et la fille que son cœur avait adopté. Mais il ne faisait aucun doute qu'à choisir, entre ces trois-là, il prendrait parti pour Briseis. Toujours. D'ailleurs, cette célébration en était la preuve. Il faisait n'importe quoi. Une bien belle connerie si vous voulez mon avis. “Morty est.. enfin du tu vois. Et Meri, elle est... Enfin je les aime toutes les deux. ” Il n'avait pas vu sa cadette aussi stressée depuis bien longtemps. Depuis les partiels à la fac surement, ce qui remontait à quelques années maintenant. Préférant ne pas demeurer statique davantage, l'auteur à succès choisit de se lever pour aller chercher ce qu'il avait préparé pour l'apéritif. Il récupéra sa baguette qu'il avait posé précieusement sur une des commodes afin d'amener jusque dans le petit salon les verres et petits plats prévus pour l'apéritif. Du coin de l'œil, il aperçut sa sœur se saisir du cendrier pour le poser sur le rebord de la cheminée en marbre. Elle avait toujours détesté cette manie, l'odeur du tabac l'ayant toujours horripilée, et ne se gardait pas de lâcher quelques grimaces et remarques désapprobatrices.

Pour faire plaisir à sa sœur, Perseus avait enfin accepté d'inviter Meredith et Morticia en même temps pour les présenter. Il savait que Fenella aurait détesté qu'une telle personne soit dans la vie de sa fille. Mais maintenant que cette dernière était indépendante et ouvertement contre sa mère, Flint avait pensé qu'il était grand temps de donner à Briseis la chance de réaliser l'un de ses grands rêves : fêter son anniversaire en compagnie des deux sorcières. Il avait tout préparé lui-même. Il s'était placé derrière les fourneaux pour préparer ce repas... Briseis l'aurait assurément massacré s'il avait fait appel à un traiteur pour l'occasion.  “Tu as bien pensé à mon cadeau ? ” Il leva les yeux au ciel. Bien sûr que oui ! Pour qui le prenait-elle ? Il inclina légèrement la tête pour la regarder avec plus d'attention. A son sourire, il pouvait voir qu'elle se moquait... Evidemment. C'était bien la seule qui se permettait de rire de lui. Et c'était bien la seule qui pouvait le faire sans s'attirer ses foudres.  “J'espère que ce n'est pas encore un de tes livres dédicacé. ” Alors là, il fit une mine faussement outrée. Mais dans le fond, il ne le prenait pas mal. Ils savaient tous les deux qu'il s'agissait là d'un mensonge éhonté. “Cela n'est arrivé qu'une fois. Et c'était mon premier livre.

Quelques secondes suivantes, on sonna à la porte. Laquelle était-ce ? Il ne saurait dire. Meredith était toujours ponctuelle, en toute occasion. Morticia l'était toujours pour lui. Ils placèrent ensuite le cendrier sur la terrasse. Et il fallut ouvrir. Les salutations furent chaleureuses. Briseis étant une véritable boule de tendresse - bien loin de son frère ainé - elle prit chacune des invitées dans ses bras. Les deux arrivèrent à intervalle assez minime. Lorsque tout ce beau monde fut réuni dans le salon, Perseus eut la bonne idée de finalement les présenter... parce que au bout d'un moment, cela s'avérait nécessaire tout de même. “Morticia, voici Meredith ma filleule. Et Meri, voilà Morty, mon amie d'enfance.”  L'une des rares qu'il lui restait. Une des rares qu'il oserait présenter à Meredith. Jamais il n'aurait fait l'outrage à cette jeune fille de lui montrer Thorfin. Déjà parce que ce garçon était terriblement bête, mais aussi car il le trouvait inintéressant. “Alors... Qu'est-ce que je vous sers pour l'apéritif ?” Demanda-t-il en se levant. Des alcools de qualité il en avait à foison qu'il faisait venir des quatre coins du monde s'il le fallait. C'était une bien belle occasion pour déboucher les meilleures bouteilles.
Revenir en haut Aller en bas
Morticia M. Morrison

Morticia M. Morrison


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 70
| AVATARS / CRÉDITS : Beth Hart / @Laura
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Ses parents retrouvant leur emprise
| PATRONUS : Loup gris
| POINTS DE COMPÉTENCE :

On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) Empty
MessageSujet: Re: On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) 129196351Dim 28 Fév 2021 - 21:00

Une dernière retouche à son rouge à lèvres et elle serait prête. Si aller rendre visite à ces deux amis pouvait se faire parfaitement sans trop de chichis, ce jour-là c’était différent. Briseis allait avoir 28 ans… déjà! Morticia se souvenait de l’époque où la pauvre jeune fille avait disparu de la vue de tous, cachée dans un recoin pour ne pas être comme les autres. Pour ne pas être comme ses parents l’auraient voulu. A cette époque la jeune Morrison n’avait pas même tellement eu son avis sur la question, constatant sa disparition comme les autres et voyant peu à peu le tabou s’installer à son sujet. Elle n’aurait rien changé de toute façon, quoi que la jeune fille qu’elle était à l’époque puisse dire, cela n’aurait rien changé pour la cracmol. Pauvre enfant. Il n’était pas rare que Morticia ressente encore aujourd’hui une forme de soulagement que Perseus ait décidé de s’occuper d’elle. Il était si jeune, et ne parlons pas des réactions de la famille qui avaient certainement été salées. Pour cette partie elle n’avait pas constaté, déjà bien trop éloignée de tout ce charmant petit monde. Mais Perseus avait été la chance de sa soeur et cette dernière s’en était si bien sorti par la suite. Quelle petite famille charmante ils faisaient tous les deux.

Alors pour fêter avec eux cette date importante, Morticia avait fait un bel effort vestimentaire, souhaitant marquer le coup. Elle portait donc une longue robe crème au tissu fluide et léger accompagnée d’une étole noire. Simple mais efficace. Nouant une partie de ses cheveux dans une demie-queue laissant échapper une mèche plus courte libre à l’avant. Une paire de talons hauts pour lui redonner quelques précieux centimètres et elle était prête. Même Luna, sa fidèle berger allemand argenté charbonné, avait été préparée pour l’occasion, une joli ruban large de la même couleur que la robe de sa maîtresse noué autour du cou, parfaitement brossée. Si elle l’emmenait, ce n’était pas pour rien. Luna la suivait partout (ou presque), depuis toujours, c’était sa mission. Rapidement angoissée et surtout terrifiée à l’idée d’être seule, Morticia comptait sur sa compagne à pattes pour lui épargner cet état, l’animal ayant pris l’habitude de repérer les peurs de sa maîtresse et de se manifester auprès d’elle si besoin. Ni Perseus ni Briseis n’avaient été contre jusqu’à maintenant, l’animal se tenant généralement très tranquille et plutôt sage. Réajustant le ruban de sa belle complice, Morticia sourit en lui accordant une nouvelle caresse. Jetant un oeil à l’horloge, il était visiblement l’heure de se mettre en route. Hors de question d’être en retard pour Perseus et Briseis. La belle pris donc son sac, s’assurant que le cadeau de la jeune fille y était, avant de prendre la route. Elles marcheraient, laissant à la musicienne le temps de fumer une cigarette qu’elle épargnerait à Briseis, la jeune femme étant peu amatrice de l’odeur du tabac. Sur le chemin elle se posa tout de même la question, pas totalement sûre que son cadeau lui plairait. C’était un petit peigne à cheveux orné de nacre. Il irait merveilleusement avec la couleur des cheveux de Briseis, Morticia en était persuadée, mais le porterait-elle? C’était une autre question. Elle ne changerait pas de cadeau sur la route de toute façon.

Une fois devant leur habitation, légèrement en avance, Morticia avait attendu quelques instants, terminant sa cigarette avant d’aller sonner. Une fois entrée elle reçu un accueil chaleureux dont elle avait l’habitude et qui lui convenait parfaitement, prenant Briseis dans ses bras avec un grand sourire. Perseus était toujours beaucoup plus réservé, il en avait toujours été ainsi. Mais c’était une mission à la hauteur de Luna! Cette dernière était venue se planter devant Perseus, les oreilles en arrière, trépignant légèrement sans oser ni donner de coup de museau ni lui sauter dessus, attendant un salut ou un petit geste amical vers elle, faisant visiblement un gros effort pour se retenir de déverser une dose d’affection sur le sorcier. Très vite on avait sonné à nouveau. C’était sans doute cette jeune femme dont Perseus lui avait parlé. Une personne que Briseis appréciait beaucoup il paraît. Morty n’avait rien contre et ferait les efforts nécessaires pour s’en faire apprécier ou à défaut éviter de se faire détester. La soirée était importante, elles étaient là sur demande de Briseis, et elle s’en voudrait de la décevoir par une quelconque maladresse avec cette jeune blonde qui était saluée elle aussi à grands renforts d’accolade.

-Morticia, voici Meredith ma filleule. Et Meri, voilà Morty, mon amie d'enfance.

Perseus avait donc lui aussi un lien fort avec cette jeune femme. Bien, elle prenait bonne note. Meredith. Morticia lui tendit une main plutôt amicale après ces présentations, attendant d’en apprendre d’avantage sur cette jeune femme pour s’en faire sa propre idée. Elle n’en oubliait pas de noter la présentation flatteuse de Perseus. Ils étaient amis de longue date, cousins bien qu’un peu éloignés, et malgré une longue coupure dans leur relation, il la gardait comme de ces personnes que l’on connais depuis toujours. Si elle s’était toujours estimé chanceuse de l’avoir à ses côtés, elle n’en changerait pas ce soir.

-Enchantée Meredith.

Morticia restait relativement distante bien que souriante. C’était ses habitudes, préférant généralement attendre un peu avant de se faire une idée sur son interlocuteur et exprimer son avis. Elle se doutait d’ailleurs que Briseis saurait lier un peu tout ce beau monde, car après tout c’était pour elle qu’ils se retrouvaient tous dans ce salon. En revanche Luna attendait rarement et s’était déjà approché pour évaluer à sa manière et par sa truffe affutée la jeune inconnue.

-Luna, laisse-la arriver, viens par-ici… Désolée Meredith, elle est assez amicale dans son genre, mais pas du tout agressive, je vous le promet.

Un ton ferme, comme souvent lorsqu’il fallait l’arrêter. Il faut dire que c’était un chien assez imposant qui pouvait effrayer, Morticia le comprenait bien. Dans le doute elle préférait donc rassurer de façon préventive. Il serait dommage de se faire déprécier de cette jeune femme avant même d’avoir échangé. Luna avait sagement rejoint sa maîtresse assise pour se coucher à ses pieds, observant l’assemblée avec attention.

-Alors... Qu'est-ce que je vous sers pour l'apéritif ?

Voilà une question intéressante. Et Morticia connaissait la qualité de la cave de son ami. Il était probable qu’aujourd’hui il leur offre un aperçu sympathique.

-Peut-être un cognac pour moi si tu en as?

Ce soir encore elle ferait preuve de raison. Une consommation réduite, raisonnable, deux ou trois verres en tout, c’était une bonne moyenne. Assez pour apprécier mais pas encore suffisant pour faire tiquer Briseis ou Perseus qui connaissaient tous deux ses quelques travers. Un petit verre pour commencer, avec les autres.

-Alors Briseis, quel moment choisi-tu pour ouvrir tes cadeaux? On attend encore un peu?

L’oeil taquin, Morticia lançait un sujet qu’elle savait parfaitement innocent et sans risque de déraper, quel que soit le tempérament encore inconnu de la jeune Meredith. Bien que pour le moment elle lui semblait plutôt tranquille et sympathique. De toute façon si Perseus y tenait tant elle n’était sans doute pas très problématique. Quoi qu’il était bien l’un de ses proches à elle…
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 522
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - samounette
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : La perte de Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) Empty
MessageSujet: Re: On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) 129196351Lun 1 Mar 2021 - 13:42

Meredith Hawthorne avait fait exprès de se préparer en avance.
Du moins, d’aller repérer une tenue qui serait parfaite, pour l’anniversaire de Briseis Flint, la jeune sœur de son Parrain. La demi-Vélane avait arpenté les rues du Londres moldu à la recherche là aussi, du futur présent pour celle qu’elle considérait comme une grande sœur, qu’elle n’avait jamais eue. C’était dans une boutique vintage, qu’elle avait opté pour ce cadeau unique. Satisfaite de sa trouvaille, liée à sa forte intuition, la belle blonde était repartie en croisade pour ses propres achats vestimentaires. Elle en était alors ressortie avec divers paquets, tous aussi luxueux les uns que les autres. En plus de l’argent de la paye offerte par Ronan Malone, -paye qui était dérisoire en comparaison de la fortune familiale-, l’aspirante Auror conservait ce plus comme ici, lors d’achats qui sortaient de leur contexte premier. Et surtout, cela lui faisait admirablement plaisir, de faire en sorte de présenter à la sœur de son Parrain, le fruit de son travail. L’emploi de l’homme acariâtre avait tout de même un salaire, même s’il n’était pas mirobolant.

Rentrant avec ses trouvailles, Meredith Hawthorne les déposa dans le canapé où Gauwain Robards était assis, lisant un livre de cours. Elle vint déposer un baiser sur son front avec un petit sourire avant d’aller prendre une tasse de thé, le saluer comme il le méritait et de partir se changer. Tout comme l’Auteur à succès, elle était ponctuelle et souffrir d’un retard : il en était hors de question. Dévoilant la robe, qu’elle allait porter pour l’occasion, la bouche rouge s’entrouvrit sur un petit rire de satisfaction. La robe étant enfilée, elle se plaça devant le grand miroir en psyché, s’admirant. Allait-elle plaire à Parrain et à Briseis surtout ? Vu que c’était elle, qui était au centre de l’attention en ce jour. Visiblement, elle plaisait déjà à l’aspirant Auror qui l’avait rejointe devant la glace, ne se privant nullement de caresser la peau découverte. Alternant avec le tissu, onéreux ceci dit. Mais ce fut, une petite tape sur la main qui le fit se stopper.

Pas pour longtemps, à en croire les quelques soupirs qui s’échappèrent de la cuisine.
Où, étroitement lovée contre le corps musculeux du jeune homme qui vivait désormais avec elle, l’ancienne Serpentard se laissait dominer par le désir, quelque peu présent. Se dérobant à la hâte, non sans lui donner un dernier baiser amoureux, Meredith Hawthorne enfila rapidement ses escarpins, prit son sac à main et ne tarda plus à transplaner. Elle n’était pas en retard du tout, mais elle voulait arriver la première, sauf qu’apparemment ce ne fut pas le cas. Une autre femme, était déjà là. Sa venue, n’avait été de fait que de quelques secondes, avant celle de la demi-Vélane qui affichait un sourire plus que poli. Une énorme embrassade pour Briseis, qui l’avait invitée et une autre pour son Parrain. Lui murmurant tous ses remerciements et lui renouvelant ses vœux de tendresse. Enfin, Perseus Flint fit les présentations. Sa filleule pouvant alors mettre une identité sur cette dame, très élégante et très en beauté. La belle blonde fut ravie que la dite Morticia lui tende une main qui se voulait amicale. Main, qu’elle serra. Bien évidemment.

- Enchantée Morticia. Répétait Meredith Hawthorne, avec un petit sourire entendu. Consciente, qu’il y avait alors, un autre individu qui voulait la saluer. Souriante, elle laissa approcher Luna. Ne vous en faites pas Morticia, Luna ne me dérange pas. Avait-elle dit en souriant, se laissant passer au radar olfactif par la truffe de la chienne. Bien plus impressionnante que Munnin, la jolie petite fouine de Freya Bakke.

Perseus Flint, en hôte impeccable, proposait quelque chose à prendre en apéritif. Faisant la moue, en proie à une réflexion intense, Meredith Hawthorne ne savait que choisir. Se laisserait-elle tenter par le même alcool que la prénommée Morticia ? Ou quelque chose de plus sirupeux avec des fruits ? La tentation était grande. Ou peut-être un cocktail, préparé par son Parrain ? Se mordillant le pouce, la demi-Vélane demeurait indécise. Et, Briseis, que prenait-elle pour saluer son anniversaire ? Ses vingt-huit ans ?

- Je ne sais pas encore si vous êtes une bonne conseillère Morticia, mais je vais prendre comme vous. Un Cognac. Avait-elle dit, tout en prenant place dans un fauteuil du grand salon. Fouillant dans son sac, à la recherche du présent pour la jolie brune, sœur qu’avait adopté l’Auteur à succès, la sauvant de cette vie, qui n’était pas à la hauteur de cette demoiselle. C’est à Briseis de nous le dire. Avait conclu la belle blonde, son sachet en organza sombre dans une main.

Sachet, où le cadeau était bien présent.
Attendant d’être découvert.
Est-ce qu’il plairait à Briseis Flint ?
Revenir en haut Aller en bas
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 222
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (draiochta)
| SANG : Pureté et noblesse dans ses veines


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) Empty
MessageSujet: Re: On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) 129196351Mar 2 Mar 2021 - 3:45

L'échange entre Morticia et Meredith était plus que cordial. Elles faisaient respectivement des efforts. Pour Briseis. Pour sa douce et intelligente soeur. Celle qui avait tant souffert, tant vécu pour un si jeune âge. Il avait tout fait pour lui rendre le sourire, pour lui donner une meilleure vie. Il était fier d'elle et plus que ravi d'observer la joie qui apparaissait sur son visage à la vue des deux jeunes femmes. Et par Morgane, il craignait le jour où elle apprendrait son allégeance, et la marque qui lui brûlait le bras lorsque le seigneur des ténèbres les appelait. C'était pour elle qu'il faisait ça. Et pour sa propre suivie aussi. “Perseus, peut-être que Luna pourrait jouer avec Maximus ?” Il lui jeta alors un regard en biais peu certain d'être ravi de ce rappel. Cela faisait trois mois qu'il le possédait. Trois mois qu'il était entré dans sa vie. Et très honnêtement, le sorcier n'était pas exactement certain de l'apprécier. “Je vais le chercher.” Dit-il dans un soupir. Il ne martyrisait pas le pauvre animal, bien au contraire. Mais c'était un chiot encore, un animal qu'il avait à éduquer. Et il devait admettre qu'il n'était pas certain de savoir s'il pouvait le "libérer" en présence de tant de monde. Sans trop savoir pourquoi, il lui avait attribué une pièce... Enfin, Maximus avait adopté le bureau. Cette salle était pratiquement aussi grande que le salon. Lorsqu'il se retrouva face au petit chien, il s'accroupit pour lui caresser les oreilles et le prit doucement dans ses bras. Il avait saisi un jouet au passage - car oui, il avait aussi fait l'erreur de lui en acheter plusieurs - et le ramena là toute l'assemblée se trouvait. Il le posa par terre. “Il est encore petit. Il faut faire attention.” Dit-il réellement inquiet de cette rencontre avec Luna. Car oui, il l'aimait ce cabot. Plus qu'il ne l'avouera lui-même.

Après cette scène qu'un regard extérieur aurait trouvé tout particulièrement étrange - qui s'attendait à ce qu'un tel homme s'attache à un animal domestique ? - Perseus eut la bonne idée de proposer des boissons. Il avait une cave parfaitement bien fournie. Cognac... Il n'était pas réellement étonné par la réponse de Morticia. Il la sentait raisonnable ce jour-là. Il n'y avait décidément rien de surprenant. Elle voulait faire bonne impression. Meredith suivit le mouvement et porta son dévolu également sur un verre de cognac. Quant à Briseis, il la savait différente... Toujours !  “Tu sais que j'aime toujours une bonne bouteille de vin.” Du vin blanc. C'était cela alors. D'un hochement de tête, il leur signifia de l'attendre et qu'il reviendrait très vite. Avant d'aller chercher les alcools, il jugea nécessaire de se laver les mains. Il aurait sans doute pris moins de temps si sa sœur n'avait pas proposé de laisser Maximus jouer avec Luna. Etant un habitué de cognac, Perseus savait très exactement quelle bouteille prendre. A vrai dire, il conservait ce bon cognac dans de la vaisselle en cristal qu'il avait prévu rien que pour cela. Il se saisit ensuite de la bouteille de vin blanc qu'il destinait à sa sœur Briseis et retourna auprès d'elles.

Elles avaient manifestement l'air de vouloir déballer les cadeaux qui revenaient évidemment à sa cadette. Il aperçut l'hésitation dans le regard de sa sœur. Il y avait là trois paquets. Elle se mordit la lèvre inférieure avant de céder dans un grand éclat de rire. Aussi elle prit d'abord le paquet de Morticia. Il s'agissait d'un peigne orné de nacre. “Mais Morty, il est divin. Tu n'aurais pas dû ! ” Elle aimait les grands mots pour décrire ce qu'elle ressentait. Une vraie libraire en herbe. Aussi, elle l'embrassa sur la joue et la prit dans ses bras. Elle observa l'objet sous toutes ses coutures avec une admiration non feinte. Ce fut ensuite au tour du présent de Meredith. Elle trouva alors un serre-tête. Elle eut évidemment envie de l'essayer presque aussitôt. Elle le glissa sur le sommet de son crane. “Est-il bien mis ?” Demanda-t-elle à Meredith prête à faire des raccords si cela s'avérait nécessaire. “J'en suis plus que comblée ! Je t'en remercie.” Elle garda l'objet sur ses cheveux. Il lui convenait bien selon les dires des invités. Alors pourquoi s'en débarrasser ? Après cela, elle se dirigea vers le dernier cadeau... le plus imposant. Evidemment, ce n'était pas forcément Perseus qui lui offrait des bijoux. Il lui arrivait d'avoir un éclair de génie, mais le plus souvent, il se penchait sur des présents... plus utiles, mais toutefois raffiné. Comme ce fut le cas une fois encore. Un service à théière tout en porcelaine. “Tu as vidé ton portefeuille, c'est ça ?” Rit-elle doucement avant de parcourir la distance qui la séparait de son frère pour le prendre dans ses bras.

Lorsqu'elle mit fin à l'étreinte, il se posa sur le canapé pour verser les alcools dans les différents verres. Il était raisonné et responsable, et fit attention à ne pas trop en mettre. Car un verre de cognac ne se remplissait assurément pas à ras bord. “Je crois que nous pouvons trinquer à ton anniversaire et tes 28 ans.” Dit-il en levant doucement son verre. Mais elle avait une petite correction à faire manifestement. “Et à tous les autres anniversaires que nous passerons tous ensemble.” Qu'elle espérait très nombreux. Elle était la star de la soirée, cela ne faisait aucun doute. Elle illuminait comme jamais. Aussi, il lui céda bien volontiers la scène. “Voulez-vous trinquer à quelque chose les filles ?” Meredith était presque comme une petite sœur pour elle, Morticia comme une grande sœur.  
Revenir en haut Aller en bas
Morticia M. Morrison

Morticia M. Morrison


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 70
| AVATARS / CRÉDITS : Beth Hart / @Laura
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Ses parents retrouvant leur emprise
| PATRONUS : Loup gris
| POINTS DE COMPÉTENCE :

On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) Empty
MessageSujet: Re: On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) 129196351Mer 3 Mar 2021 - 20:29

C’était une ambiance presque familiale qui se faisait dans cet appartement. Une vraie, pas celle à laquelle ils avaient été habitués enfants. Perseus tout comme elle avait eu droit à la distance des parents, la rigueur, Briseis pire encore. Mais à eux-trois ils avaient trouvé ces petites marques, se prenant comme des proches. Ils étaient bien cousins un peu éloignés, il existait techniquement un lien entre eux. Ils avaient simplement décidé de se rapprocher… beaucoup.

La présence de Meredith dans ce petit cercle établis ne la perturbait pas vraiment finalement. Bien sûr cela la changeait et elle ne pouvait s’empêcher d’être un peu plus réservée qu’à son habitude. Morticia avait été quelque peu surprise par le choix vestimentaire de cette dernière, une robe certes très jolie mais qu’elle-même aurait sans doute choisi plutôt dans un contexte de soirée mondaine ou en tout cas un endroit où il serait avantageux pour elle de se faire remarquer, d’attirer le regard. Car il fallait bien admettre qu’avec si peu de peau couverte on aurait du mal à la manquer. Passé cette légère surprise et le plaçant sur le compte de sa jeunesse et de leur éducation sans doute bien différente, elle avait l’air tout à fait sympathique cette jeune femme. C’est donc sans un commentaire et avec le sourire que Morticia lui avait serré la main.

-Ne vous en faites pas Morticia, Luna ne me dérange pas.

Luna étant fidèle à elle-même n’avait pas résisté à l’envie de s’approcher faire connaissance avec la jeune femme inconnue. Consciente de la taille imposante de l’animal Morticia avait souhaité la rassurer. Mais visiblement ce n’était pas forcément nécessaire. La belle brune en était plutôt rassurée et satisfaite. Luna n’était en rien dangereuse et menaçante. Meredith ne risquait rien. Mais ne pas avoir à gérer un éventuel stress pourrait être un point très positif. Autant pour elles que l’animal d’ailleurs. Luna en attendant s’était placée sagement aux pieds de sa maîtresse selon sa demande.

-Perseus, peut-être que Luna pourrait jouer avec Maximus ?

Briseis dans ses habitudes de gentillesse et de spontanéité avait encore là une idée sans doute tout à fait pertinente. Le fameux Maximus isolé quelque part dans une autre pièce serait sans doute heureux de sortir un peu et Luna était toujours partante pour un nouveau jeu.

-Oh tu feras sans doute des heureux, effectivement. Belle idée Briseis.


Luna s’était assise en comprenant qu’elle était impliquée dans l’affaire sans trop savoir comment, restant donc en attente de précisions alors que Perseus quittait la pièce. Il était revenu rapidement, portant un chiot ridiculement petit par rapport à lui, le tenant avec grand soin. Il n’avait pas fallu beaucoup de temps à la chienne pour remarquer la présence de ce nouvel animal, remuant la queue immédiatement sans oser quitter la position que lui avait indiqué plus tôt sa maîtresse.

-Il est encore petit. Il faut faire attention.

Perseus s’adressant à elle, Luna avait quitté sa place pour venir à la rencontre de ce qui ressemblait à une croquette à poils à côté d’elle. Morticia était assez amusée par la scène, ne voyant pas souvent Perseus dans cet état. Surtout pour un chien qu’il prétendait ne pas apprécier. Assez pourtant pour le manipuler avec beaucoup de soins et penser à sortir un jouet. Parce que Morticia le soupçonnait de s’en être procuré plus d’un… C’est donc rapidement et pour le rassurer que la belle s’était adressé à sa chienne pour éviter un geste un peu trop volontaire. Ce qui était très possible à la voir agiter la queue frénétiquement.

-Luna, tu as entendu? Doucement…

Connaissant le mot et ce qu’il signifiait, Luna s’était docilement couchée devant Maximus, plaquant autant son ventre que sa tête au sol, oreilles en arrière, balayant le sol de sa queue pas encore calmée. Mais elle avait compris le principe, “doucement”. D’un caractère très facile, cela devrait bien se passer. Morticia garderait un oeil sur eux tout de même par précautions. Pour le moment il semblerait que Maximus soit assez curieux pour tenter de faire les présentations le premier, laissant Luna garder sa position bien que laissant parfois échapper un coup de langue sur son nouveau compagnon de jeu. De quoi permettre aux êtres humains de la pièce l’occasion de passer à la suite. Et quelle suite! Il était temps de s’occuper des boissons. Un sujet important. La musicienne n’avait sans doute surpris personne dans son choix, et à en croire les regards de ses amis, ils la pensaient assez sereine ce jour-là, assez calme pour ne pas même s’en inquiéter.

-Je ne sais pas encore si vous êtes une bonne conseillère Morticia, mais je vais prendre comme vous. Un Cognac.

La belle eut un sourire à cette remarque. Il y aurait sans doute plusieurs points à donner en réponse. Sa propre consommation pour commencer, mais ce n’était probablement pas un sujet à aborder, pas dans ces circonstances heureuses. Il y avait ensuite sa courte mais néanmoins présente carrière en barmaid au Gentleman Assoiffé, lui donnant une certaine connaissance supplémentaire dans le domaine des alcools. Et puis restait la connaissance tout aussi précise de leur hôte et ainsi la qualité de sa cave ne laissant que peu d’hésitations au moment de consommer quoi que ce soit. Après un très léger et court rire Morticia se décida donc à répondre toute de même sur le ton de l’humour.

-Je ne sais pas si je suis effectivement bonne conseillère, mais je peux vous assurer de la qualité des réserves de notre cher Perseus. Il a un goût très sûr en cognac.  

Dans le même temps Briseis avait décidé de profiter d’un bon vin. Sans doute un très bon choix également. Morticia restait sur sa position pourtant, et un cognac lui plairait certainement beaucoup. Rapidement donc Perseus avait à nouveau quitté la pièce, laissant les trois femmes seules. Moment que la chanteuse avait choisi pour proposer à la jeune Briseis de s’intéresser à ses cadeaux. Il n’était bien entendu pas question de commencer sans Perseus, simplement de lancer la proposition.

-C’est à Briseis de nous le dire.

Son cadeau également en main, Meredith ne semblait pas contre elle non plus. Morticia sourit un peu amusée à son intervention, répondant ainsi dans son sens et appuyant sa proposition. Ainsi les trois paquets s’étaient rapidement retrouvés face à la jeune femme encore hésitante. Perseus était revenu, elle pourrait se lancer… se mordillant les lèvres, elle semblait déjà presque décidée. Morticia s’en amusait, la trouvant assez craquante ainsi. Un éclat de rire et tous les trois savaient qu’elle craquait. La belle brune avait donc eu un léger rire elle aussi de la voir se lancer comme une enfant. Elle commençait d’ailleurs par son paquet, Morty gardant le silence en espérant ne pas s’être trompé. Son peigne semblait faire son effet finalement.

-Mais Morty, il est divin. Tu n'aurais pas dû !

Soulagement. Briseis allait même jusqu’à venir l’embrasser et lui offrir une nouvelle étreinte, Morticia la prenant à son tour tendrement dans ses bras avec un grand plaisir.

-Mais si, il ira si bien dans tes cheveux, je ne pouvais pas le laisser passer. Et puis c’est aussi un peu de la part d’Eupie, elle aussi pensait qu’il t’irait à merveille.

Eupraxia souvent impliquée dans toutes les petites activités de sa mère avait été présente pour choisir le cadeau de Briseis. Morticia avait eu la forte volonté d’impliquer Perseus dans la vie de sa fille. C’est avec un grand naturel qu’il en avait été de même pour Briseis. Ils étaient un peu un oncle et une tante pour l’adolescente qui devait son absence à ses cours qu’il était hors de question de lui faire manquer même pour un tel évènement. Briseis s’était ensuite attaqué au présent de Meredith. Décidément elles avaient eu des idées communes. Il s’agissait d’un serre-tête cette fois, aux matière visiblement moins nobles mais d’un goût tout aussi exquis. La jeune cracmol n’avait d’ailleurs pas résisté à l’envie de l’essayer, demandant l’avis de son entourage sur son ajustement.

-Parfaitement, il te va très bien, c’est très joli.

Après avoir remercié la jeune blonde pour son cadeau elle semblait décidée à le garder. Morticia n’était en rien vexée par le fait qu’elle garde celui-ci sans avoir essayé le sien. Il faut dire qu’un peigne demandait un peu plus d’ajustements et de préparation qu’un serre-tête qui se plaçant assez facilement. Et puis il lui allait effectivement bien, Briseis aurait l’occasion de porter son peigne en argent une autre fois, elle n’en doutait pas. Quand au dernier cadeau, celui de son frère, c’était le plus volumineux. Il avait choisi un service à thé très ouvragé, d’une matière noble et à la décoration tout à fait raffinée. La jeune femme semblait apprécier, ce qui n’était pas surprenant. Elle avait donc à son tour remercié son frère de façon toute tactile, complétant le tableau de façon chaleureuse.

Par la suite ce fut Perseus qui avait décidé de faire le service, restant très raisonnable comme à son habitude, ce qui pour cette fois convenait très bien à Morticia. Elle pris donc avec un sourire le verre tendu par son ami, faisant ensuite tourner le liquide dans le verre. Avec la contenant rapporté il était forcément de bonne qualité. Ce n’était qu’une première façon d’apprécier la boisson. A l’odeur, il était définitivement satisfaisant.

-Je crois que nous pouvons trinquer à ton anniversaire et tes 28 ans.

La belle brune avait donc levé son verre avec les autres, heureuse de trinquer à cette belle occasion avec des personnes qu’elle aimait… et Meredith, qui ne faisait pas partie de ce cercle proche, ou pas encore, mais qui sait, elle y arriverait peut-être.

-Et à tous les autres anniversaires que nous passerons tous ensemble.

Visiblement Briseis ne serait pas contre un rapprochement significatif entre ses deux amies. C’était plutôt touchant à vrai dire. Et à vrai dire Morticia n’avait pas tellement d’oppositions à donner à l’idée de passer de nouveaux moments aux côtés de Meredith, surtout si cela faisait si plaisir à Briseis. Perseus toujours un peu plus délicat à lire s’en trouvait peut-être satisfait lui aussi d’ailleurs? Il s’agissait après tout de sa filleule.

-Voulez-vous trinquer à quelque chose les filles ?

Les belles choses à célébrer on en trouvait certainement toujours. Surtout dans les périodes favorables. Morticia s’était donc levée en souriant, allant placer un bras autour des épaules de Briseis pour lui offrir une de ces étreintes qu’elle appréciait généralement pour lui répondre.

-Oui, à toi, et à toutes tes réussites des dernières années. Je crois que je ne m’avance pas trop en disant que nous sommes tous fiers de toi ici.

Si elle ne souhaitait pas spécialement revenir verbalement et ouvertement sur les années noires de la jeune cracmol, Morticia ne pouvait pas les oublier et était sincèrement plus qu’heureuse de voir la jeune femme aujourd’hui diplômée, installée, ayant visiblement trouvé sa place et son bonheur. Elle-même perdue de nombreuses années pensait la chose particulièrement importante et assez pour vouloir le marquer.

-Meredith?

La jeune blonde avait peut-être elle aussi de quoi ajouter à ces belles paroles?
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 522
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - samounette
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : La perte de Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) Empty
MessageSujet: Re: On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) 129196351Mar 16 Mar 2021 - 12:24

Morticia Morrison.
Meredith Hawthorne ne la connaissait nullement et ne l’avait jamais vue. Du moins jusqu’à ce jour, qui était la célébration de Briseis Flint. Il n’y avait aucune jalousie chez la belle blonde, car cette dernière savait plus ou moins l’importance qu’avait cette femme artiste pour son Parrain et sa jeune sœur. Et, pour rien au monde la demi-Vélane ne se serait permis d’émettre une objection quant à la venue de cette belle dame brune dans les appartements de l’Auteur à succès. Néanmoins, l’aspirante Auror était curieuse quant au déroulé de cet anniversaire où la jeune femme de vingt-huit ans était la reine. Morticia Morrison, lui semblait sympathique et elle ne changerait cette idée pour rien au monde. En plus, cette dernière avait une chienne réellement magnifique, qui était à l’écoute et obéissante et qui ne gênait en rien la fille unique de la Comtesse de Vermandois.

Briseis Flint avait quant à elle, émit une proposition intéressante. Si la dénommée Luna pouvait alors jouer avec le petit Maximus, débordant d’énergie. Le regard d’absinthe pure, vit la haute silhouette du Parrain se redresser pour aller chercher le chiot. Fronçant les sourcils, la belle blonde semblait inquiète. Non pas que la chienne de l’amie de l’Auteur à succès présente un danger mais elle était imposante face au petit être que Perseus Flint venait de ramener. Comme pour attester ses pensées, l’ancien Serdaigle avait verbalisé celles de l’ancienne Serpentard. Il était encore petit, et il fallait faire attention. Avec un léger sourire, Meredith Hawthorne scrutait l’échange qui était en train de se produire avec Luna d’un côté et Maximus de l’autre. Or, il n’y avait pas lieu de s’inquiéter outre mesure, Morticia Morrison se faisait extrêmement bien comprendre de sa chienne.

La jeune sœur de l’Auteur à succès avait opté pour une bouteille de vin, sûrement blanc, la connaissant. La belle blonde aurait pu faire de même, mais en cette journée, elle avait eu envie d’écouter quelqu’un d’autre. Et de faire en sorte, qu’elle soit sa conseillère en matière de Cognac. La demi-Vélane était pour le moins assurée de faire confiance en cette femme d’expérience. Qui lui semblait pour le moins sympathique au fur et à mesure de cette découverte. Elle n’était pas déçue d’être venue et d’avoir accepté cette invitation. Malgré un Gauwain Robards, qui aurait préféré qu’elle reste chez eux, dans la demeure victorienne Hawthorne.

- Ça, je ne peux vous contredire Morticia. Parrain a du goût et il est une référence en matière d’alcool. Je n’ai pas encore eu le loisir de tester son choix de Cognacs. Ce sera une première. Avait dit la belle blonde à la belle brune, avec un large sourire.

Il était l’heure pour la reine de cette journée d’anniversaire d’ouvrir ses présents. En commençant par celui de l’amie de Perseus Flint. Intriguée, l’aspirante Auror contemplait la jeune cracmol déballer son cadeau et en sortir un magnifique peigne. Un peigne qui était de facture noble et savamment ouvragé. Parfaitement bien choisi et avec un certain raffinement. Morticia Morrison avait du goût, c’était indéniable. Avec un léger sourire, la demi-Vélane tendit sa trouvaille à la jeune sœur de son Parrain. Cette dernière, visiblement satisfaite, essaya le serre-tête, à peine celui-ci dépaqueté. Applaudissant, Meredith Hawthorne était comblée. Car Briseis Flint, le portait à merveille dans sa chevelure brune.

- Il est parfaitement bien mis. Et, il te sublime Briseis. Avait dit la belle blonde avec un sourire tendre avant de prendre celle qu’elle considérait comme sa grande sœur dans ses bras. Heureuse, que mon cadeau te plaise.

Le moment était venu du cadeau de Perseus Flint.
Qu’avait-il bien pu offrir à sa jeune sœur ?

Le Parrain de l’aspirante Auror avait un palais raffiné et affûté, en ce qui concernait les belles trouvailles. L’offrande pour sa jeune sœur ne ferait sûrement nulle exception. Un magnifique service à thé en porcelaine, venait de faire son apparition. Il rappelait à Meredith Hawthorne, quelque chose de similaire, cet homme important lui en ayant octroyé un de la même essence, le jour de sa dix-huitième année et de l’obtention de la maison Hawthorne. Service, qu’elle ne sortait qu’en de rares occasions. Il était bien trop précieux pour être exposé. Et, elle y tenait fermement. Car, elle le considérait comme un trésor. Et, c’était véridique. En réponse à ce doux présent, la jeune sœur avait embrassé son grand frère. Tout était vraiment parfait !

Comme un hôte qui se respectait, Perseus Flint fit le service. Avec un sourire chaleureux, Meredith Hawthorne gratifia son Parrain, scrutant le splendide verre que celui-ci lui tendait. A l’odeur, le breuvage alcoolisé semblait appréciable. Et, levant son verre à la couleur ambrée par le liquide comme les autres, la belle blonde portait un toast. Tout en jetant un regard à la dérobée à Morticia Morrison. L’aspirante Auror avait hâte de s’en faire une idée. Enfin, une plus poussée. Visiblement la jeune sœur de l’Auteur à succès voulait célébrer d’autres anniversaires en leur compagnie. Si tout se passait au mieux en cette journée, cette idée ne serait pas à exclure. Au contraire.

- Que tout aille pour le mieux dans ta vie Briseis. Tu le mérites ! Et ce, plus que quiconque. Comme le dit si bien Morticia, nous sommes tous fiers de toi ici ! S’était-exclamée l'étudiante de l'EMS en souriant, avant de venir déposer un baiser sur la joue de la bien nommée.

Si elle voulait rajouter quelque chose d’autre ?
Cela concernerait Morticia Morrison, sans équivoque.

- Si je peux me permettre, je suis comblée d’avoir fait cette rencontre avec Morticia. Et, je suis sincère. Merci.

Ce dernier mot était important pour elle.
Parce que Meredith Hawthorne n’exprimait pas facilement ses sentiments.
Avec un petit sourire, elle trempa ses lèvres rouges pour venir savourer le breuvage.
Décidément, ce dernier était succulent.
Revenir en haut Aller en bas
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 222
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (draiochta)
| SANG : Pureté et noblesse dans ses veines


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) Empty
MessageSujet: Re: On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) 129196351Dim 4 Avr 2021 - 20:24

Luna était une chienne parfaitement éduquée, destinée à tenir compagnie à sa maitresse. Maximus, un chiot encore excité comme une puce, qui avait été offert par une sœur à son frère pour qu'il ne soit pas "seul". Il ne faisait aucun doute que cette rencontre entre les deux congénères se révèlerait plus qu'intéressante. De son regard d'habitude glacial, Perseus observait la scène. Il devait avouer qu'il trouvait la scène particulièrement étonnante, mais n'en fit pas grand cas. Il se concentra plutôt sur l'apéritif et l'alcool. Ses réserves étaient bel et bien d'une qualité rare. Evidemment. Un tel homme ne se contentait pas du minimum ou du premier prix comme tant d'autres.  “Tout ce que je peux dire, c'est qu'il fait venir son vin des meilleurs vignobles.” Surenchérit sa sœur alors qu'il revenait avec les dites bouteilles. Briseis allait à présent déballer ses cadeaux. Elle découvrit tout d'abord un peigne à cheveux qui la ravit. “Tu la remercieras également de ma part.” Répondit-elle à Morticia lorsqu'elle lui avoua ne pas l'avoir "choisi" seule. Voilà quelque chose qui arrivait bien souvent. Lui-même demandait l'avis de ses sœurs - Briseis plutôt qu'Iris - lorsqu'il était amené à offrir des cadeaux. Il avait un certain goût qui lui permettait de faire des choix pas trop mauvais, mais aussi une mémoire excellente qui lui servait bien également. Le serre tête sur ses cheveux semblait trouver grâce aux yeux de tout le monde et Perseus écoutait et observait cette scène avec attention. Il n'était pas vraiment doué pour ça. Dire aux gens que quelque chose leur allait bien. Non pas qu'il ne savait pas le reconnaître, mais l'admettre à voix haute était un exercice auquel il ne s'appliquait que très rarement. Prononcer ne serait-ce qu'un compliment relevait complètement du miracle... Après ouvert le paquet contenant un magnifique service à thé, Briseis considéra qu'il était temps de faire les remerciements de "groupe". “C'est le plus bel anniversaire que j'ai eu. Je vous remercie énormément.” Elle exagérait peut-être un peu, ou peut-être pas. Etait-ce réellement important ? On lui avait offert bien plus à présent que lors de tous ses anniversaires. Elle qui avait toujours souhaité voir Meredith et Morticia côte à côte, elle était servie.

Trinquer en l'honneur de sa sœur, il le faisait bien volontiers. Comme il s'y attendait, elle souhaita qu'il y ait d'autres anniversaires comme celui-ci.  “Oui sans nul doute possible.” Elle était pour ainsi dire sa plus grande fierté. Il ne l'avouerait jamais. Pas même à Briseis. Ce serait comme reconnaître qu'il avait fait quelque chose de bien, qu'il y était pour quelque chose dans sa réussite. Il ne lui avait permis que de sortir de sa cage. Rien d'autre. “Je crois être fière de moi aussi.” Rit alors Briseis. Elle ne comptait pas cacher sa satisfaction à l'idée d'être gérante d'une librairie à seulement 28 ans, ni d'avoir réussi à parfaitement s'intégrer aux moldus. “J'aurais dû vous présenter avant toutes les deux.” Reconnut-il après avoir bu une gorgée de son cognac. Mais il y avait eu Fenella. Si Briseis n'était pas une gêne pour elle, il doutait très sincèrement que la mère de sa filleule porterait Morticia dans son cœur, ou considérerait cette dernière comme une exemple pour sa fille. Non pas qu'elle soit toujours très avisée quant à l'éducation de cette dernière... “S'il n'y en a pas assez, j'en ai d'autres en cuisine.” Dit-il en désignant les verrines, les feuilletés et autres amuse-gueule. Il savait cuisiner. De puis le jeune âge de 20 ans. C'était là une chose bien étrange pour un sang pur qui possédait un elfe de maison (enfin deux si on comptait Paillette). “Tu en as fait un régiment. Je le sais.” C'était sa sœur. Elle avait le droit de le taquiner, et le teaser sans s'attiser ses foudres. Mais la vérité, c'est que Perseus Flint ne faisait pas les choses à moitié pour sa cadette. “C'est un anniversaire après tout, pas un encas qu'on mange sur le pouce.” Il n'en faisait pas de même pour son anniversaire, puisqu'il ne le célébrait pas. Mais vous comprenez ce qu'il sous entendait.
Revenir en haut Aller en bas
Morticia M. Morrison

Morticia M. Morrison


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 70
| AVATARS / CRÉDITS : Beth Hart / @Laura
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Ses parents retrouvant leur emprise
| PATRONUS : Loup gris
| POINTS DE COMPÉTENCE :

On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) Empty
MessageSujet: Re: On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) 129196351Sam 24 Avr 2021 - 16:23

Depuis toutes ces longues années où ils se connaissaient, Morticia avait appris à s’amuser de cette attitude que pouvait avoir son ami. Perseus était de ces garçons parfaitement éduqués qui ne s’accordaient qu’assez rarement quelques incartades. De son côté Morticia avait toujours été différente et plus expansive. Que ce soit en bien ou non d’ailleurs. Il était l’enfant sage et elle la gamine intenable. Si elle avait appris à se tenir avec le temps (ou en tout cas un peu), lui n’avait pas changé tant que cela. Ainsi, lorsqu’il regardait les deux chiens faire connaissance, il semblait très distant et presque indifférent. La musicienne ne doutait pourtant pas un instant que les personnes présentes avec eux connaissaient assez bien Perseus pour savoir qu’il s’était sincèrement inquiété pour son chiot malgré la connaissance approfondie qu’il avait de la belle (et certes imposante) Luna. Morticia était donc plus amusée par l’attitude de Perseus qu’inquiète pour le petit Maximus.

Par la suite ils en étaient venus à partager leurs avis sur les réserves d’alcool de Perseus. Morticia amatrice de cognac (entre autres) se trouvait suivie par la jeune Meredith dans ce choix, cette dernière lui donnant le rôle de conseillère. Amusant. Morticia n’était généralement prise comme conseillère que de ceux qui ne la connaissaient pas ou peu. Ou alors dans des sujets très précis et finalement assez restreints.On pouvait la prendre en modèle pour la musique par exemple. Pourquoi pas l’éducation canine. Eventuellement l’éducation humaine. Mais pour la consommation d’alcool… La belle brune était rarement admirable dans ce domaine. Si elle pouvait reconnaitre un alcool de qualité cela ne pouvait pas même être à prendre en compte à tout moments.

-Ça, je ne peux vous contredire Morticia. Parrain a du goût et il est une référence en matière d’alcool. Je n’ai pas encore eu le loisir de tester son choix de Cognacs. Ce sera une première.

Dans ce cas bien précis, si la mère de famille pouvait sans doute être suivie dans son choix, Perseus restait tout à fait sûr. Briseis, si elle n’avait pas suivi ce mouvement, restait sûre d’apprécier le contenu de son verre.

-Oh il y bien bien pire comme première. Tant que vous savez que cette qualité ne sera pas respectée partout vous devriez pouvoir en faire une bonne référence.

Pour le cognac comme pour le reste il existait de nombreuses qualités en fonction des fournisseurs. Si Perseus ou elle-même pouvaient choisir leurs alcool avec goût suite à une bonne expérience, Meredith n’était peut-être pas encore dans ce cas. Il était sans doute plus prudent ainsi de le lui rappeler, juste par précautions. Si elle appréciait le contenu de son verre ce soir cela ne serait peut-être pas toujours le cas. Comme les autres elle se ferait sans doute son idée avec le temps.

-Tout ce que je peux dire, c'est qu'il fait venir son vin des meilleurs vignobles.

Briseis était bien plus amatrice de vin, ce qui expliquait son point de vue sur le sujet. Une fois tout ce petit monde servi, ils y trouveraient de toute façon très certainement leur compte. Décidée à se faire raisonnable et même plutôt sage ce jour-là, Morticia ne viderait certainement pas son contenu d’un coup. La belle brune prenait donc le temps de le savourer alors que la reine de la soirée se préparait à ouvrir ses cadeaux. Elle avait d’ailleurs commencé par le sien. C’était un peigne délicat qui s’accorderait parfaitement avec sa chevelure. La chanteuse lui avait donc avoué sans grande honte que sa fille avait participé à ce choix. Après tout, Eupraxia connaissait aussi bien Perseus que Briseis, cela ne devrait pas tellement les surprendre.

-Tu la remercieras également de ma part.

La belle avait hoché la tête dans un sourire. Les remerciements seraient bien sûr transmis et lors de son prochain retour de Poudlard il était probable qu’Eupraxia ne souhaite venir par elle-même souhaiter un bon anniversaire à Briseis. Le cadeau suivant était celui de la jeune Meredith. C’était également un ornement pour la jolie chevelure de la jeune cracmol. Un cadeau qu’elle s’était empressé d’essayer d’ailleurs. Il lui allait effectivement très bien. Ce qui semblait avoir réveillé une certaine excitation chez la jeune blonde. Morticia de son côté restait plutôt calme. Là encore ce n’était pas toujours le cas mais il lui semblait que la situation l’impliquait.Sans être austère c’était une retenue polie.

-Il est parfaitement bien mis. Et, il te sublime Briseis. Heureuse, que mon cadeau te plaise.

Visiblement cette petite célébrations aux allures presque familiales était une réussite. Ou c’était ce que la belle musicienne percevait des réactions de la première intéressée. Briseis était une jeune femme qui avait passé de douloureuses années de solitude mais qui se rattrapait bien maintenant qu’elle en avait la liberté. Et cette soirée d’anniversaire semblait la combler.

-C'est le plus bel anniversaire que j'ai eu. Je vous remercie énormément.

C’était le genre de moments où Morticia la trouvait particulièrement craquante. Briseis comptait à ses yeux, et comment ne pas apprécier ce genre de paroles. Alors comme souvent au moment de trinquer Morticia avait laissé parler son affection pour la jeune femme, la prenant une nouvelle fois dans ses bras. Visiblement ils seraient amenés à passer de nouvelles soirées dans cette configuration inédite. Cela plaisait énormément à la jeune femme. Et à vrai dire la jeune mère n’était pas tellement contre. Si son affection pour Perseus et Briseis ne faisait plus tellement de doute, elle n’était pas contre la compagnie de la jeune Meredith. Même si elles gardaient encore une certaine distance. C’était plutôt normal pour une première rencontre d’après l’ancienne Serpentard. Morticia avait donc exprimé le fond de sa pensé au sujet de la belle et brillante jeune femme qu’était devenue Briseis, rapidement rejointe par d’autres douces paroles.

-Que tout aille pour le mieux dans ta vie Briseis. Tu le mérites ! Et ce, plus que quiconque. Comme le dit si bien Morticia, nous sommes tous fiers de toi ici !

La belle Briseis s’amusait de ces compliments. C’était prévisible venant d’elle. D’une humeur charmante elle finit par leur dire être assez fière d’elle également. Ce fut à Morticia d’avoir un très léger rire, satisfaite par cette réaction aussi spontanée que touchante.

-Et tu as bien raison! Il faut savoir être fier de soi. Surtout lorsque c’est justifié!

Un principe que la belle brune ne savait pas toujours appliquer à elle-même, mais qu’importe. Briseis était heureuse et c’étai l’important actuellement. Quand à savoir si Meredith avait quelque chose à ajouter, cela n’avait pas traîné à se savoir.

-Si je peux me permettre, je suis comblée d’avoir fait cette rencontre avec Morticia. Et, je suis sincère. Merci.

Surprenante déclaration mais tout à fait agréable. Un signe de tête tout à fait respectueux lui fut adressé, la brune levant également un peu son verre dans sa direction en signe de remerciement.

-Me voilà tout à fait charmée par ces paroles, merci également.

Il était toujours agréable de se savoir apprécié lors d’une première rencontre. Surtout quand ce n’était pas toujours (voire pas souvent) le cas. Et Morticia était loin de faire l’unanimité. Il faut dire que la situation particulière jouait en sa faveur! Morticia repris sa place assise, prenant une nouvelle gorgé du délicieux cognac offert par son ami.

-J'aurais dû vous présenter avant toutes les deux

Il y avait des moments dans la vie comme ça où les choses se faisaient plus facilement que d’autres. C’était ainsi et Morticia le comprenait sans difficulté. Elle ne ferait aucun reproche quand à ce choix, même si il se trouvait finalement que les deux femmes s’entendent à merveille. Mais ça, le temps seul pourrait le dire. Pour le moment la musicienne choisit de le prendre avec humour.

-Sans doute, nous ne manquerons pas de te le reprocher à l’occasion, ne t’en fais pas.

Un ton qui se voulait sérieux mais ne saurait tromper ceux qui la connaissaient depuis si longtemps. Perseus avait assisté aux premières fois où elle avait utilisé ce ton qui faisait illusion. Comment pourrait-il se laisser prendre par cette vieille méthode?

-S'il n'y en a pas assez, j'en ai d'autres en cuisine

Oh il y aurait largement assez, comme toujours. C’était tout à fait touchant de le voir effrayé à l’idée qu’ils puissent mourir d’inanition sous sa responsabilité. Il n’y avait pourtant aucun risque avec la coeur qu’il mettait à la chose. Il était d’ailleurs meilleur cuisinier que celle qui avait pourtant été mariée à un cuisinier formé en France. Elle se débrouillait, bien sûr, ce n’était plus la catastrophe culinaire qu’elle avait été à une époque, mais Perseus restait meilleur… et plus raffiné la plupart du temps dans ses préparations.

-Nous n’en doutions pas, ne t’en fais pas… Vous allez encore en avoir pour les trois jours à venir sans doute. Heureusement pour vous c’est délicieux!

Un feuilleté en main pour illustrer son propos, il était effectivement très bon. La petite assemblé aurait sans nul doute de quoi remplir leurs estomacs sans difficulté et sans se faire prier. Mais c’était habituel chez Perseus de s’inquiéter de ce genre de choses.

-C'est un anniversaire après tout, pas un encas qu'on mange sur le pouce.

Morticia amusée par cette réponse avait tout de même tourné un regard vers les animaux un peu plus loin, curieuse face à un silence alors qu’ils avaient peu de temps avant décidé de jouer. Là elle eut un nouveau rire rapide face à la scène. Les deux chiens étaient parfaitement calmes, Luna semblant avoir décidé qu’elle était en charge de ce jeune chiot, le léchant avec attention alors qu’il se trouvait étendu de tout son long entre ses pattes. La musicienne s’était donc tourné à nouveau vers son vieil ami.

-Je crois que tu peux être rassuré, ils ont l’air de s’entendre…
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 522
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - samounette
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : La perte de Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) Empty
MessageSujet: Re: On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) 129196351Mer 19 Mai 2021 - 15:30

Comment Perseus Flint, pouvait connaitre Morticia Morrison ?
Meredith Hawthorne était en train de se le demander, innocemment et intérieurement. Avaient-ils eu une romance par le passé, que l’Auteur à succès avait préféré passer sous silence ? Une histoire de cœurs amoureux, qui n’avait pas eu de suite, à cause de leurs familles respectives ? La belle blonde savait que la famille de son Parrain était d’une lignée illustre de Sang-Pur, ternie par l’histoire de celle à qui l’on célébrait l’anniversaire en ce jour. Briseis Flint avait été la « honte » de cette famille renommée, cachée au regard du monde. Par honte et par dédain, parce que la belle brune ne possédait nul pouvoir, alors que toute sa famille sans exception, en était pourvue.

C’était aussi pour cette différence, qui n’en était pas une foncièrement, que la demi-Vélane portait une affection somme toute particulière à la jeune sœur de l’ancien Serdaigle. Et, enchantée de par une rencontre improbable avec la chanteuse et amie de cet homme qui parfois, faisait office de figure paternelle et distillait ses conseils avisés à l’aspirante Auror. Avec un sourire rouge éclatant et rempli d’une lueur enchantée, l’ancienne Serpentard avait opté, sous les conseils de son interlocutrice, pour un Cognac. Cole Bronson, en était un amateur discret. Ayant fait goûter à la jeune femme, quelques produits issus de son Écosse natale. Produits qui étaient trop forts en saveur et qui n’avaient pas trouvé grâce au regard couleur de fée verte de celle qui l’employait.

- Mon palais n’est pas si ignorant. J’ai eu des dégustations de cet alcool, mais je sais que mon Parrain a le meilleur qui soit. Car, il sait le choisir avec goût et avec finesse. Rétorque avec un sourire tendre la Présidente du BDE de l’EMS, qui, réservera son prochain verre pour un alcool bien plus apprécié. Un vin blanc, sûrement.

Jouant de ses ongles d’un rouge bordeaux sur le verre délicat, contenant le breuvage aux reflets ambrés, Meredith Hawthorne observait avec son regard vert acéré et peu commun, la suite des évènements. Celle qui était la reine, s’employait à découvrir ses présents avec un fort intérêt et une intense conviction. L’amie de Perseus Flint, avait eu un certain raffinement pour le choix de son cadeau, car il était réellement ravissant. Sublimant à merveille la belle libraire, qui eut tôt fait d’ouvrir l’emballage contenant sa deuxième offrande. Celui-là même qui contenait celui de la belle blonde. Et qui, là encore, rendait la petite sœur du Parrain de la fille unique de la Comtesse de Vermandois, d’une beauté sans nulle autre pareille. L’ambiance à cette fête était telle, qu’un verre en l’honneur de la jeune femme brune avait été levé. Parce qu’elle s’était accomplie. Seule. Mais, avec l’aide aimante de ce grand frère, si important.

- Merci à vous, parce que vous comptez à la fois pour mon Parrain et pour Briseis. Une pause. Et, il me tarde de vous revoir dans bien d’autres circonstances. Un froncement de nez adorable et un sourire rouge qui allait de pair.

Pour ce qui avait été de mettre dans la même pièce, la musicienne et l’aspirante Auror, cela ne s’était produit qu’aujourd’hui. La faute en résultait à Fenella de Vermandois, peu satisfaite de cette « fréquentation » quelque peu dissolue. Interdisant à sa fille unique de rencontrer cette femme, qui évoluait dans le cercle fermé des connaissances de cet homme qu’elle avait choisi comme Parrain de sa descendance. De toute manière, il était idéalement certifié que la belle blonde n’en toucherait nul mot. Satisfaite, de cette première entrevue où l’ombre de sa Mère ne planait pas au-dessus d’elle.

- Je me permets de goûter l’une de tes préparations Parrain, qui doit être excellente ! Comme toujours … Joignant le geste à la parole, la filleule de l’Auteur à succès mordit dans une délicieuse bouchée. Aux notes de velours. Qui, au vu de la quantité astronomique présente sur les plateaux dressés avec raffinement, ne serait pas terminée en ce jour d’anniversaire.

En espérant que le petit ami présent et esseulé dans la demeure Hawthorne ne se laisse pas mourir de faim idiotement. Ce à quoi, la demi-Vélane s’en voudrait atrocement. Une nouvelle bouchée délicate entre les labiales vermeilles, l’aspirante Auror contemplait le charmant tableau qu’offraient Maximus et Luna, la chienne de cette invitée si charmante. Les deux animaux s’entendaient à merveille et jouaient ensemble. Bien que Maximus, quand Meredith Hawthorne rendait visite à Perseus Flint, ne s’épuisait pas facilement. Malgré les baisers, les caresses et les jeux.

- Sinon Morticia, dans quoi travaillez-vous au quotidien ? Demanda la jeune femme blonde, tout en buvant une gorgée de ce Cognac aux fragrances attrayantes, suspendue aux lèvres de son interlocutrice.
Revenir en haut Aller en bas
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 222
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (draiochta)
| SANG : Pureté et noblesse dans ses veines


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) Empty
MessageSujet: Re: On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) 129196351Dim 4 Juil 2021 - 14:55

L'amitié qui existait entre Perseus et Morticia remontait à des temps immémoriaux - pour les deux artistes en tout cas. Il n'y avait pas eu de romance, rien de tel. Juste des promesses de fiançailles par des parents beaucoup trop avides de pouvoir et de grandeur. Unir Perseus et Morticia aurait été une petite victoire aussi bien pour les Flint que les Morrison. Il lui semblait que Briseis était au courant. Evidemment, Meredith n'en savait rien. Cela laissait donc à son esprit curieux d'imaginer tout un tas de choses. Mais si elle ne le demandait pas elle-même, elle n'obtiendrait jamais la vérité. Vérité qu'il se tenait bien d'énoncer à voix haute. Car, quelque part, Morticia, il l'avait abandonnée même si cette dernière ne semblait pas de cet avis. Et il s'agissait là d'une faiblesse, d'une erreur, d'une trahison, qu'il ne viendrait jamais à reconnaître à voix haute auprès de Meredith. Il n'était pourtant pas honteux de la lui présenter. A vrai dire, maintenant que Meredith était une adulte et que les décisions de Fenella n'influençaient plus exactement la vie de Meredith - du moins moins qu'avant - Perseus pouvait se permettre de les inviter à l'anniversaire de sa sœur sans causer des dommages. Et c'était une belle fête en vérité. Tranquille, chaleureuse. Avec alcool de qualité à foison et évidemment cuisine du même niveau. Il n'y avait pas tellement de débat à avoir. Perseus savait où trouver ses fournisseurs. Il avait toute sa vie été habitué à toujours se saisir du meilleur. Il avait suffisamment vécu et voyage pour savoir que le meilleur vin ne se trouvait pas à côté de chez lui. Et tout le monde était conscient de la peine qu'il prenait pour dénicher les meilleurs alcools. Perseus observait la scène sans pomper un seul mot. Il avait l'impression que c'était "entre Meredith et Morticia". Briseis semblait de cet avis puisqu'elle maintint également le silence. Il y avait quelques sujets sur lesquels ils n'étaient pas forcément les bienvenus car les deux femmes apprenaient à se connaitre, à coexister ensemble. Il était donc normal de les laisser communiquer seules.

La suite fut plus centrée sur la reine de la fête puisque cette dernière se félicitait de ses quelques exploits et remerciait ses invités d'être présents. Un anniversaire qui s'annonçait sous les meilleurs auspices et que Perseus ne cesserait de regretter de ne pas avoir "provoqué" avant. “J'espère bien que vous lui reprocherez. ” Intervint Briseis en adressant à son amie un clin d’œil complice. Elle était probablement l'une des seules personnes qui pouvaient se moquer de lui. Plus encore, elle était l'une des seules à se le permettre. Perseus n'était pas quelqu'un dont on riait facilement ou qu'on taquinait. Et ce pour diverses raisons plus qu'évidentes. Mais dans le fond, Perseus avait du cœur, quelque part, bien caché. Preuve en était l'attachement qu'il avait pour Briseis, Morticia et Meredith et des concessions qu'il était à prendre pour elles malgré le fait que cela lui soit humainement difficile. Rarement dans l'excès, pourtant, il avait cuisiné suffisamment pour une dizaine de personnes. Les trois jeunes femmes pourraient toutes ramené chez elles quelques extras sans que Perseus s'en émeuve une seule seconde. “Vous pouvez en ramener aussi chez vous, tu sais ?” Répondit-il du tac au tac en haussant les sourcils. Une part finirait sans nul doute dans l'assiette de Pepito le soir-même. Perseus ne nourrissait pas tant que ça en vérité. Il savait se contenir. “Moi, je suis preneuse en tout cas. ” Ajouta Briseis en attrapant un feuilleté comme si de rien n'était. Meredith se servit également et complimenta son parrain comme elle le faisait si souvent. Elle avait toujours été plus spontanée sur ces sujets que lui. Cependant, à son image, quand elle aimait ou détestait quelqu'un, elle ne faisait pas dans la demi-mesure. La seule différence était plutôt la manière dont ils le montraient. Il lui adressa donc un sourire entendu alors que sa sœur se régalait.  

De leur côté, les deux chiens semblaient s'entendre très bien. S'ils avaient été de la même race, on aurait pu croire qu'ils étaient de la même lignée, de la même famille. A croire que Luna avait un instinct maternel que Perseus ne lui connaissait pas vraiment. Il n'eut pas réellement l'occasion de dire quoique ce soit. Briseis le doubla, satisfaite et fière comme un paon, en prenant la parole : “J'ai peut-être fait une belle action en te l'offrant. ” Oh ça Perseus n'était pas prêt à le reconnaître ni dans sa tête ni à voix haute. Pour qui avait-elle une bonne action ? Le chien ou Perseus ? Ou les deux peut-être ? Il était évident toutefois que le chiot ne le sauverait pas, mais lui donnerait du sacré fil à retordre. “Parce que tu ne le pensais pas déjà quand tu me l'as amené ?” Questionna-t-il l'air de rien. Il avait parfaitement en mémoire ce moment. Il ne l'oublierait jamais, ô grand jamais. “Disons que j'en ai la confirmation aujourd'hui. ” Sourit-elle revancharde, assez peu prête à lâcher le morceau. Elle n'aimait pas tellement qu'on relève ses contradictions, un point en commun important avec son frère. Mais leur discussion fut vite détournée par la question de Meredith à l'attention de Morticia. Il eut un sourire en coin alors qu'il buvait une gorgée de son cognac. Briseis prit juste la peine de préciser pour Meredith : “Morticia est une artiste.
Revenir en haut Aller en bas
Morticia M. Morrison

Morticia M. Morrison


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 70
| AVATARS / CRÉDITS : Beth Hart / @Laura
| SANG : Pur


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Ses parents retrouvant leur emprise
| PATRONUS : Loup gris
| POINTS DE COMPÉTENCE :

On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) Empty
MessageSujet: Re: On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) 129196351Dim 5 Sep 2021 - 0:32

Si il fallait commencer quelque part une conversation lorsqu’on ne connaissait pas une personne, finalement l’alcool était un début comme un autre. Surtout qu’il ne s’agissait en rien de conversation de comptoir. Il s’agissait d’alcool de qualité choisi avec soin par leur ami commun. Un ami que Morticia comptait comme l’un des plus précieux si ce n’était le plus précieux de ceux qu’elle pouvait avoir. Il restait quoi qu’il arrive, quoi qu’elle fasse, toujours prêt à l’aider et aller de son côté. Ils avaient eu quelques passages mouvementés, c’est vrai, surtout dans leur petite enfance. Une enfance de toute façon assez animée. Et après une absence que l’on devait surtout aux charmants géniteurs de Morticia, il avait réussi à lui remettre la main dessus, l’ayant de façon terriblement touchante cherché jusqu’à la retrouver malgré les parents Morrison et leurs efforts pour la faire oublier. La surprise de l’époque avait été intense, au moins autant que le bonheur qui avait suivi. Il était son plus vieil ami son confident, et il lui semblait qu’il la pensait de la même manière par moments. Un frère qui remplaçait plus que merveilleusement celui qu’elle avait réellement eu à une époque. C’était avec un grand naturel que l’entente s’était faite avec Briseis, les menant ce jour-là à l’anniversaire de la jeune cracmole, se réjouissant tous ensemble pour elle avec cette femme qui était encore inconnue pour Morticia et avec qui elle partageait son goût pour le cognac.

-Mon palais n’est pas si ignorant. J’ai eu des dégustations de cet alcool, mais je sais que mon Parrain a le meilleur qui soit. Car, il sait le choisir avec goût et avec finesse.

Pour le coup c’était assez vrai. Perseus avait du goût. Pas seulement en alcool d’ailleurs mais ce n’était pas le sujet. Meredith semblait le savoir très bien. Briseis ne viendrait très certainement pas les contredire. Elle qui dégustait maintenant un sans doute savoureux vin blanc.

Il y avait ensuite eu le fameux moment des cadeaux pour tous les détourner de leurs verres. Il ne restait ainsi plus que Briseis et ses présents pour concentrer leurs regards à tous. Et cette dernière n’était pas chiche en remerciements ou en compliments. Pas non plus en accolades. Morticia pour le moment se laissait sagement porter par le déroulement simple et efficace de la petite fête. Jusqu’à ce que Meredith ne se dise enchantée par leur rencontre. Forcément elle avait répondu de suite. Moindre des politesse. En plus de trouver effectivement cette jeune femme agréable pour un début de rencontre.

-Merci à vous, parce que vous comptez à la fois pour mon Parrain et pour Briseis. Et, il me tarde de vous revoir dans bien d’autres circonstances.

Et bien elle semblait pleine d’enthousiasme en tout cas cette jeune femme. Mais une fois encore elle n’avait sans doute pas tord. Morticia avait ce bonheur de se savoir appréciée par Perseus et Briseis. Alors finalement, si elles se retrouvaient pour un anniversaire, pourquoi ne pas se retrouver autrement avec ces deux mêmes personnes qui les appréciaient toutes les deux?

-Cela me semble possible, le premier contact est certainement le plus difficile à faire. Il aura pris du temps mais après tout… Maintenant qu’il est fait, cela paraît plus que probable. N’est-ce pas?

Morticia s’était tournée principalement vers Briseis qui ne manquerait sans doute pas une nouvelle occasion de réunir ainsi deux amies à ses côtés.  Quoi que Perseus lui-même semblait se dire que des présentations auraient pu se faire avant, ce que Morticia ne manquait pas de souligner avec humour, bientôt rejoint par Briseis qui elle non plus ne manquait que rarement une belle occasion comme celle-ci…

-Je me permets de goûter l’une de tes préparations Parrain, qui doit être excellente ! Comme toujours …

-Vous pouvez en ramener aussi chez vous, tu sais ?

-Moi, je suis preneuse en tout cas

C’était effectivement très bon, Morticia n’avait rien à redire à ce sujet. Elle appréciait ce qu’elle mangeait et ne manquerait sans doute pas non plus de prendre sa part en partant.

-Avoue Perseus, tu avais prévu de nous nourrir pour des jours, c’était parfaitement prévu, n’est-ce pas?

Ce n’était pas certain, mais possible dirons-nous. En tout cas deux qui n’avaient pas grand chose à faire des petits fours, c’était les deux chiens qui semblaient s’entendre parfaitement. Voire même un peu plus. Luna laissait s’exprimer là cet instinct maternel qu’elle avait sans trop que Morticia ne sache vraiment pourquoi. Actuellement c’était surtout adorable, la voyant dorloter un  chiot qui ne semblait pas du tout s’en plaindre. Le petit Maximus était adopté par la chienne, ce n’était pas à discuter. Ce qui était une bonne nouvelle puisque Morticia ne laissait pour ainsi dire jamais sa compagne à poils trop loin, comptant bien trop sur sa compagnie rassurante et son affection. Une affection qui déferlait actuellement sur le chiot. Ce qui semblait rendre assez fière Briseis, celle qui avait offert ce cadeau en premier lieu. Ce qui avait donné de nouveaux échanges assez amusants entre le frère et la soeur.

-En tout cas Luna l’aime bien ce chiot…

Morticia l’avait glissé l’air de rien, les lèvres au bord de son verre, avant de prendre une nouvelle gorgé de son breuvage. Il ne le prendrait certainement pas mal… probablement pas… ou en tout cas il ne pourrait pas s’opposer à l’alliance qu’allait probablement créer Briseis en rejoignant l’avis de son amie. Impossible… Il n’avait aucune chance…

-Sinon Morticia, dans quoi travaillez-vous au quotidien ?

Ah, question assez courante, elle tombait forcément à un moment ou un autre. Mais pour le coup la belle n’avait pas grand chose à cacher ou à regretter. Ou en tout cas pas tant qu’on remontait juste un peu. Les débuts avaient été délicats, très délicats. Mais sur les derniers temps ce n’était vraiment pas si mal. Sauf qu’elle fut prise de court. Briseis avait été plus rapide.

-Morticia est une artiste.

C’était certainement une façon de voir la chose, au moins dur une partie de sa carrière. Etait-ce encore le cas? A vrai dire Morticia en doutait elle-même. Oh elle savait toujours jouer et avait bien quelques concerts de programmés. Mais ce n’était clairement plus le centre de son activité, ou ce n’était plus son point de vue. Plus depuis cet échec cuisant de son dernier album. Y repenser pouvait encore lui donner des frissons.

-On peut dire ça oui. J’ai une petite expérience de chanteuse interprète à mon actif. Ces dernières années je suis surtout productrice… gestionnaire d’une maison de disque.

Meredith était sans doute un peu jeune et pas du bon côté de la vie pour connaître ses titres, quoi qu’on pouvait toujours être surpris. Morticia en doutait très sincèrement ceci dit. D’ailleurs, ne l’aurait-elle pas déjà signalé si cela avait été le cas? Probable. A moins qu’elle n’ait pas osé. Ce qui était peu probable.

-Et vous Meredith? Où vous mènent vos jeunes années?

A vue,la belle blonde était à peine plus âgée que sa propre fille. Elle était sans doute en âge de faire des études ou de se lancer dans les grands projets de la jeunesse.

Quoi qu’il en soit, il y avait bien quelque chose que Morticia retenait mais qui devrait bien finir par se faire. Et ça, elle savait que cela serait contre Briseis… Cherchant un peu dans son sac, elle en avait tiré son paquet de cigarettes et ses allumettes… Lui accordant un regard presque plein de supplications, Morticia espérait qu’elle ne l’oblige pas à aller dehors et quitter ainsi la conversation… même si c’était bien plus qu’improbable…

-Est-ce que… tu… me permet?..


Presque la voix d’une enfant qui demandait la permission. Mais c’était finalement ce qu’elle faisait. Demander à Briseis qui détestait cela la permission de fumer en leur présence…
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Hawthorne

Meredith Hawthorne


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 522
| AVATARS / CRÉDITS : Ester Exposito - samounette
| SANG : Plus que mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : La perte de Gauwain Robards
| PATRONUS : Une hermine blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) Empty
MessageSujet: Re: On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) 129196351Mer 8 Sep 2021 - 14:10

Fenella de Vermandois avait eu tout intérêt à éloigner Meredith Hawthorne de Morticia Morrison.
Or, la demi-Vélane n’avait jamais su pourquoi sa Mère avait eu de tels préjugés envers une femme qui pourtant, était assez importante pour Perseus Flint. Ce dernier la connaissait depuis des années et la Comtesse de Vermandois faisait intimement confiance à celui qu’elle avait promu au rang de Parrain. Alors pourquoi de tels sentiments néfastes à l’égard d’une femme qui avait tout d’une Lady ? Il était certain que la grande blonde avait eu ses raisons d’éloigner sa seule et unique descendance des agissements d’une femme, qui selon elle, ferait étalage d’une mauvaise vie. Cependant, la Mère protectrice n’avait pas été mise au courant de cet anniversaire. Ce que l’aspirante Auror lui avouera bien plus tard, mettant en exergue la rencontre avec la femme brune plus âgée qui avait de solides manières en société. Éduquée sûrement par une famille de Sang-Purs.

Réajustant sa robe fleurie, la Présidente du BDE de l’EMS, souriait d’un sourire grenat intensément plaisant. La découverte d’une telle personnalité était somme toute intéressante, pour une éventuelle suite. La perspective de revoir cette amie de l’Auteur à succès n’était potentiellement pas à exclure. Étant donné qu’il y avait eu des mots échangés avec grâce et que cette fête dont Briseis Flint était l’occasion parfaite pour faire se rencontrer les deux femmes évoluant étroitement autour de l’ancien Serdaigle. Avec un hochement de tête blonde, tout en gardant sa boisson en main et croisant ses jambes galbées, afin de poser sa main libre dessus, la jeune et belle blonde eut un léger rire à la diatribe de son interlocutrice. En effet, cela avait été long à se mettre place mais maintenant que tout cela avait été fait, pourquoi s’en priver ? Cela serait idiot, au vu des deux parties en présence qui avaient l’air de s’entendre.

- Je suis entièrement d’accord avec vous, Morticia. Le premier contact est souvent le plus laborieux à mettre en place. Mais, maintenant qu’une telle rencontre s’est produite sous l’égide de Briseis et de Parrain, pourquoi ne pas continuer ? Un froncement de nez joli et taquin, avant une gorgée alcoolisée. Je suis alors assurée, que nous nous reverrons.

Une œillade couleur de fée verte destinée à celle qui était la Reine de cette journée, parce que tout venait d’elle et de sa volonté de réunir les deux femmes importantes à ses yeux, dans une seule et même pièce. Toujours souriante, l’ancienne Serpentard s’était laissée aller à goûter l’une des préparations de son Parrain. Qui excellait dans l’art de sublimer les ingrédients et de les assaisonner. Tout comme Cole Bronson, pour qui, il serait aisé de reproduire pareille recette. Malgré que le chef en question, avait émis l’idée de ramener certaines de ses préparations. Un petit rire en pensant à Gauwain Robards, qui serait certainement enchanté de savourer dès lors que Meredith Hawthorne serait rentrée, les mets délicats de Perseus Flint. Et un éclat de rire, occulté par une main fine et gracile, à l’occasion des termes employés par Morticia Morrison. Celle-ci avait amplement raison.

- Je ne serais pas contraire à faire déguster tes préparations à Gauwain. Et même à Cole, pour qu’il puisse les tester et tenter de les reproduire. Tu sais, qu’il prend exemple sur toi Parrain ? Tu es une sorte de figure culinaire, pour lui. Un petit rire. Encore. En revanche, ne lui dis jamais ce que je viens de te dire … il serait si gêné.

Une pensée pour le Majordome exemplaire qui ne saurait plus où se mettre, si par malheur l’Auteur à succès vendait la mèche, à sa future venue dans la demeure Hawthorne. Observant avec son regard à la couleur d’absinthe pure ce qui se déroulait sous ce dernier, la Franco-Galloise ne put qu’être attendrie devant le spectacle qu’octroyait la complicité sincère de Luna et de Maximus. Sa tête blonde reposant dans la paume de l’une de ses mains fines, la fille unique de Fenella de Vermandois contemplait la saynète. Avec un sourire sur ses labiales pleines et couleur vermeille. Avant de poser une interrogation sur cette femme encore inconnue qui possédait cette chienne d’une beauté sans nulle autre pareille. Toutefois, ce fut Briseis Flint qui fut plus rapide. Occasionnant à Meredith Hawthorne un léger rire, taquin. Alors, Morticia Morrison était donc une artiste, évoluant dans la musique ? Peut-être que Fenella de Vermandois, s’était prise d’affection pour sa voix et ses chansons ? Là, était la question.

- Oh, vous avez un parcours de vie, ma foi assez riche et impressionnant. En revanche, je tiens à m’excuser. Je ne connais point votre répertoire. Mais, je souhaiterais le découvrir ultérieurement. Peut-être que Mère le connait, je lui demanderais à l’occasion. Une pause. Longue. En entendant l’interrogation de sa vis-à-vis. D’ordinaire, l’aspirante Auror ne divulguait pas cette information si facilement. Surtout, lors d’un premier contact. Aussi enthousiaste, soit-il. Je me destine à être dans la plus haute sphère du monde magique. Fut la seule réponse allouée avec le sourire, néanmoins. Avant de froncer quelque peu les sourcils, suite à la supplique.

Perseus Flint, ne fumait jamais en présence de sa filleule.
Et cette dernière, le remerciait chaleureusement. A chaque fois.
Si Morticia Morrison était autorisée, Meredith Hawthorne irait prendre l’air.
Sans nulle offense pour cette dernière.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) Empty
MessageSujet: Re: On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty) 129196351

Revenir en haut Aller en bas

On devrait toujours être légèrement improbable. (Meri & Morty)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» G - "With or Without You" [HENTAÏ] [PV Mina]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Royaume-Uni :: Angleterre :: 
Les lieux d'habitations
-