Le nouveau design est installé ! Nous remercions chaleureusement l'Ecureuil pour son travail magnifique !
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
Le Deal du moment : -38%
PC Portable Gamer – LENOVO Legion 5 15ACH6H ...
Voir le deal
799 €

Partagez

Gribouillis et patatras w/Cecil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 504
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @mittwoch
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Gribouillis et patatras w/Cecil Empty
MessageSujet: Gribouillis et patatras w/Cecil Gribouillis et patatras w/Cecil 129196351Mar 9 Mar 2021 - 22:18

Le petit vent de mars s’engouffrait dans sa jupe alors que Neolina avait le nez levé en l’air pour admirer les échoppes alentours. Pré-Au-Lard avait cet aspect village qu’elle ne retrouvait guère plus qu’en retournant au pays, le côté austère en moins évidemment. Quoiqu’à vrai dire, à Sibiu, les façades étaient joliment colorées alors qu’ici, pas tellement. Mais ici, on pouvait acheter des choses alors qu’en Roumanie, l’argent coulait bien peu à flot - coucou communisme - et donc, les virées shopping, ça n’existait pas. Ça n’était pourtant même pas pour ça que Neolina avait pris un portoloin direction l’Ecosse, mais pour rendre visite à son amie Imani, qu’elle n’avait pas revue depuis au moins son anniversaire. Malgré le charme des écrits épistolaires, Neo avait proposé de la retrouver autour d’une boisson chaude, en écho à leur première rencontre, et Pré-Au-Lard s’était avéré le lieu parfait pour ça.

Fait suffisamment rare pour être notifié, Neolina était pour une fois en avance sur l’heure du rendez-vous. Miracle s’il en était ! Mais voilà, la roumaine avait eu sa journée et après un passage à Sainte-Mangouste pour autre chose que son groupe de parole - voler un baiser à Razvan dans l’intimité de son bureau lui plaisait beaucoup il fallait dire - elle avait disparu direction l’Ecosse. Le lieu lui avait plu à la minute même où elle avait posé les yeux sur la première façade. Tout ici semblait joli, dépaysant un peu, même si Neolina n’avait plus vraiment de pays à proprement parler… En tout cas, la curiosité naturelle de la sorcière était telle que découvrir les choses lui plaisaient bien, et en attendant d’avoir de la compagnie, elle se plaisait à déambuler dans les rues emplies de sorciers qui ne prenaient pas la peine de se cacher. Tout le village, disait-on, était magique. Voilà qui était curieux, et très en avance sur le reste de la communauté sorcière ! Elle avait manqué tomber déjà trois ou quatre fois, à force de ne pas regarder où elle mettait les pieds, évidemment, et s’était même agrippée à un homme immense pour éviter de manger les pavés - il avait grogné quand elle avait fait ça, pardon monsieur !

Malgré son avance, tout portait à croire que Neo allait certainement être en retard quand elle pousserait la porte des Trois Balais. Déjà, parce qu’elle avait passé quasiment une heure chez Honeydukes. Une bouche à sucre comme elle là-dedans, non mais imaginez un peu ! Si Neo avait connu Disneyland, elle aurait considéré que c’était son équivalent à elle, et il avait fallu qu’elle agrandisse ses poches pour y enfourner tous ses achats déraisonnables, qui risquaient de lui causer des caries mais chut. Après tout, elle était en couple avec un médicomage, il devait bien y avoir une potion pour ça, non ? Oh, elle verrait bien. Après avoir connu la tristesse culinaire roumaine, elle avait bien le droit à sa dose de sucre, non ? D’ailleurs, elle avait déjà avalé quelques douceurs en passant à la caisse, et payé donc pour le plaisir de pouvoir jeter les papiers, ce qui avait achever de faire fondre le petit coeur sensible de la vieille vendeuse.

Excitée par le sucre et la perspective de dépenser ses gallions durement gagnés, Neo fut bien vite attirée par une autre devanture, qui lui plut presque autant. C’était un espèce de bazar presque organisé de jolis papiers et de plumes, et pour quelqu’un qui entretenait quelques amitiés à distance - ça, plus ses soeurs et sa mère - le joli papier, ça comptait. Aussi entra-t’elle dans la boutique avec la ferme intention de s’enivrer de l’odeur de parchemin neuf. Hélas, comme toujours, son attention fut plus accaparée par son environnement que par ses pieds, qu’elle se prit dans le seuil de la porte. « Oh ! » Une chute de plus pour Neolina ? Pas des plus douloureuses, mais pas des plus discrètes, qu’on se le dise. Déséquilibrée, elle plongea en avant et ses quelques réflexes réveillèrent ses mains qui cherchèrent à s’agripper à quelque chose. Mais le grand type désagréable n’était pas là, et Neo chamboula une étagère qui ne s’effondra pas - ses os lui dirent merci - mais le contenu bien léger comme des plumes, et des parchemins donc, forma une espèce de pluie épistolaire autour d’elle avec qu’elle avait les fesses au sol, sur des parchemins violets. « Oh non, mince, mince, mince ! » pesta-t-elle contre sa maladresse pourtant légendaire en se mettant à quatre pattes alors qu’elle était en jupe, fort heureusement longue, pour ramasser un peu des dégâts qu’elle avait causés. « Pardon, je paierai ! » s’excusa-t-elle tout de suite au vendeur qu’elle ne voyait même pas de là où elle était. Non mais vraiment, Neolina…
Revenir en haut Aller en bas
Cecil Walsh

Cecil Walsh


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 84
| AVATARS / CRÉDITS : finneas | Squirrel
| SANG : mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Des milliers de vers
| PATRONUS : Un martin pêcheur
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Gribouillis et patatras w/Cecil Empty
MessageSujet: Re: Gribouillis et patatras w/Cecil Gribouillis et patatras w/Cecil 129196351Jeu 11 Mar 2021 - 18:00

Les journées se succédaient et se ressemblaient pour Cecil. Il fallait bien dire aussi qu'il ne faisait pas le métier le plus palpitant du monde. Comme tous les jours, ou presque, il avait ouvert Scribenpenne en retard. Son frère était parti depuis longtemps pour le Ministère, peut-être même qu'il avait essayé de le réveiller, sans grand succès, il ne savait plus très bien. De toute façon, c'était lui le boss, alors, il n'allait pas s'auto-réprimender, quand même, hein ? Quoiqu'il pourrait en fait. Bah ! Qu'importe. Il avait passé la journée à faire des illustrations de cartes postales pour les mettre en vente, comme si les étudiants allaient envoyer des cartes postales à leurs parents, m'enfin, vous voyez un peu l'utilité de la chose. Ça suffisait à cadrer l'attention défaillante du jeune homme. La journée était passée, il avait carrément oublié de manger à midi alors vers seize heures il avait fait réchauffer un vieux plat de choux fleurs pas très bon et pas très cuit. Ça faisait le taf. Il avait la bouche pleine quand la clochette de son magasin avait sonné et il avait dit un « B'jour Madame ! » ravi la bouche pleine sans vraiment capter qu'en fait, elle venait de s'étaler à l'entrée.Cecil venait de planter sa fourchette dans un chou en cherchant la tête blonde de la nouvelle cliente sans la trouver. C'est sa petite exclamation de souris prise au piège qui lui fit prendre conscience qu'elle avait dû disparaître sous un monticule de parchemins. Il posa son tupperware sur le bureau qu'il contourna avec ses grandes cannes pour s'approcher et ce qui devait arriver arriva. Cecil n'eut pas le temps de lui tendre une main pour la faire se relever sans problème qu'il se prit lui-même les pieds dans les fioles d'encre et il tomba dessus. Ce ne fut pas tant la chute elle-même que de sentir une plume se planter dans sa fesse gauche qui le fit pousser une exclamation de douleur. A tous les coups, la mine s'était cassée et - seigneur, Dexter allait le tuer. Les fesses endolories, il posa finalement ses grands yeux bleus sur sa cliente fautive : « Je crois qu'on va devoir payer à deux du coup » plaisanta Cecil avant de craindre qu'elle ne le prenne au sérieux : « Je plaisante, hein ». Il lui fit un gros sourire en se relevant difficilement. Il avait vraiment mal au cul. « Bienvenue à Scribenpenne en tout cas, vous avez pu avoir un superbe aperçu du catalogue d'en bas » continua-t-il en se baissant pour ramasser les produits qu'elle avait balancé au sol dans sa chute. Quelques pots étaient cassés mais bon, il ne les mettrait même pas dans les pertes dans son tableau de comptabilité. Il se releva finalement de toute la hauteur de son mètre quatre vingt treize en époussetant son pantalon marron tâché d'encre. « J'espère que vous ne vous êtes pas faite mal quand même » lui dit-il gentiment, c'est qu'il était un peu en retard pour s'inquiéter de ça, mais paraît-il, mieux vaut tard que jamais, hein.

(516)


Dernière édition par Cecil Walsh le Dim 28 Mar 2021 - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 504
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @mittwoch
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Gribouillis et patatras w/Cecil Empty
MessageSujet: Re: Gribouillis et patatras w/Cecil Gribouillis et patatras w/Cecil 129196351Mer 17 Mar 2021 - 22:56

Fallait-il être cruche pour ne pas savoir passer une porte sans tomber ! Encore que le mot soit drôlement choisi car si Neo était une cruche, elle se serait tellement cassée qu’elle ne tiendrait plus debout - était-ce vraiment le cas d’ailleurs ? Toujours était-il qu’elle n’avait rien, ce qui n’était pas le cas de quelques parchemins qui avaient salement morflé et s’étaient froissés au passage. Elle pesta donc, dans sa langue maternelle, en rassemblant le tout avec précipitation - ce qui n’arrangeait absolument rien, au contraire. Une ombre sur sa gauche lui fit lever la tête, enfin pas trop haut parce que ladite ombre se prit une gamelle quasi aussi impressionnante que la sienne, mais avec un supplément encre. « Oh ! » Elle n’avait su retenir sa petite exclamation surprise alors que l’homme en question lui répondait par une plus douloureuse. « Ca va ? » demanda-t-elle tout de suite, son empathie prenant sauvagement le dessus comme toujours. Mais l’homme n’avait pas l’air plus perturbé que ça et se fendit d’un commentaire qui la laissa perplexe. Décidément, tous les clients des lieux étaient-ils maladroits ? « Y’a-t-il un sortilège ici, ou…? » commença-t-elle en se relevant en même temps que lui, avant de comprendre très vite que son instinct aussi fiable que ses genoux l’avait trompée. Ca n’était pas un client ! Et la façon qu’il eut de se présenter lui fit bien vite oublier sa gêne. « Je vois toujours beaucoup de choses d’en bas… » confessa-t-elle dans un grand sourire alors qu’elle entassait les feuilles sur une étagère vide. Ça ne devait pas être le cas de cet homme, qui lui semblait atteindre le plafond tant il était immense. Heureusement qu’elle ne s’était pas tordu le coup dans sa chute, sinon, elle aurait été bonne pour le torticolis. Mais non, tout allait bien, et puisqu’il semblait s’en inquiéter… Elle fit une inspection grossière de ses coudes, ses épaules, ses genoux et ponctua le tout d’un sourire. « Aucune fracture à ajouter à la longue liste de mes exploits, tout va bien ! »

Alors qu’elle se battait avec une feuille coincée sur sa chaussure, qu’elle remuait pour la faire se décoller - tenter de l’enlever en se tenant sur une jambe aurait été du suicide - Neolina poursuivit la conversation de l’exact même ton qu’il avait lui même installé. « Vous personnalisez toujours votre accueil selon vos clients ? » Elle eut un rire qui contrastait avec l’agacement qu’elle ressentait à ne pas se débarrasser de l’intrus sous sa semelle. Finalement, elle sortit sa baguette et jeta un sort pour accomplir la tâche, avant que son regard ne se pose sur le pantalon joliment constellé de bleu du patron des lieux. Elle trouva ça bizarrement artistique, comme quoi la maladresse faisait parfois de belles choses. Sa baguette toujours en main, elle la leva un peu, machinalement. « Voulez-vous que je remédie à ça ? » dit-elle en pointant l’oeuvre improvisée sur le tissu. C’était que Neo avait développé une aptitude à réparer ses bêtises, et ses vêtements avaient tant souffert de ses chutes qu’elle savait les rapiécer et les détacher comme la femme au foyer parfaite qu’elle n’était pas. « Voilà qui me ferait un peu pardonner. Enfin, à moins que vous ne soyez fan d‘art abstrait. » Car à bien y regarder, Neo trouvait ce pantalon vraiment joli comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Cecil Walsh

Cecil Walsh


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 84
| AVATARS / CRÉDITS : finneas | Squirrel
| SANG : mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Des milliers de vers
| PATRONUS : Un martin pêcheur
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Gribouillis et patatras w/Cecil Empty
MessageSujet: Re: Gribouillis et patatras w/Cecil Gribouillis et patatras w/Cecil 129196351Dim 28 Mar 2021 - 19:16

Cecil avait toujours été l'original de service, trouvez-vous cela particulièrement étonnant ? Franchement, il suffisait de le voir se masser la fesse gauche endolorie par la pointe d'une plume plantée dedans pour bien comprendre à quel genre de personnage on avait à faire. En fait, son côté hurluberlu avait au moins le mérite de lui attirer généralement la sympathie des étudiants qui venaient acheter leurs fournitures chez lui et qui s'arrêtaient pour papoter. Tantôt le voyait-on occupé à sa calligraphie, tantôt à manger des plats que lui seul trouvait bon. Et franchement, la jeune femme et nouvelle cliente ne pouvait pas nier qu'au premier coup d'oeil, elle avait à faire à un sacré personnage... Et lui aussi ! Car rares étaient les clients à tomber en entraînant tout sur leur passage, comme un occamy qui prendrait toute la place - nulle critique à l'encontre du poids de Neolina, mais enfin, on pouvait dire qu'elle s'était faite remarquer bien comme il fallait. « Ça fait moins mal que lorsque je me prends le haut de la porte d'entrée » assura Cecil sans se rendre compte qu'il s'enfonçait. C'est qu'il était une tête en l'air de première et un homme maladroit, alors imaginez...

De nouveau sur ses deux cannes, il en profita pour se craquer le dos qui avait manqué, dans sa chute, de se bouger une ou deux vertèbres. Ça lui aurait fait une belle jambe de se retrouver à Sainte-Mangouste pour ça et il entendait déjà aisément la voix de Dexter en train de le réprimander - réprimande qu'il n'écouterait sans doute qu'à moitié. « N'est-ce pas ? » répondit-il comme si elle avait dit quelque chose de foncièrement intelligent, lorsqu'elle lui répondait juste qu'elle voyait toujours beaucoup de choses vu d'en bas, « moi je vois beaucoup de choses vues d'en haut, voyez ». Il faisait bien entendu référence à sa taille qui ne passait pas inaperçue, tout en rangeant ce qui devait être rangé - ou plutôt, entassé - sur l'étagère qu'elle avait presque entièrement vidée dans sa chute mémorable. « Vous m'en voyez ravi ! Imaginez un peu la réputation de la boutique si le bruit courrait que les clients s'y cassent des os » - il n'ajouta pas qu'en fait, on pourrait surtout faire passer le mot que le gérant se retrouvait avec une plume dans les fesses.

La jeune femme était de bonne humeur et de bonne compagnie autant que de bonne conversation, c'est qu'il avait peut-être touché le jackpot - ou fait tomber le jackpot, en l'occurrence. « J'essaie de ne pas leur briser les os » plaisanta Cecil sur le même ton qu'elle alors que la jeune femme se proposait maintenant d'être sa laveuse de jean. A dire vrai, l'irlandais n'avait même pas remarqué qu'il se l'était tâché en cours de route, cela voulait donc forcément dire que la plupart des pots d'encre étaient vides - car sur son tissu - donc qu'il devrait les changer mais oh ! Il n'y pensait déjà plus, le cheminement de pensées avait disparu presque au même moment que lorsqu'il était apparu. « Je ne sais pas » avoua-t-il d'un ton à demi pensif, « est-ce que ça me donne un air plus professionnel ? ». Sans doute pas, il ne fallait pas pousser. Il aimait bien les tâches, ça représentait bien son état d'esprit. Et puis, ce n'était pas comme s'il était supposé être réellement sérieux, non ? « Aviez vous besoin de quelque chose de particulier ou bien étiez vous poussée par une curiosité sans bornes ? Ou alors vous aviez senti que vous aurez l'opportunité de votre vie de tomber parmi plumes et parchemins et c'est le Troisième Oeil qui vous a conduit ici ? ». Voilà, il était encore parti dans son délire, bravo Cecil.


(631)
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 504
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @mittwoch
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Gribouillis et patatras w/Cecil Empty
MessageSujet: Re: Gribouillis et patatras w/Cecil Gribouillis et patatras w/Cecil 129196351Sam 3 Avr 2021 - 3:07

Etait-il possible que Neo soit tombée - c’était le cas de le dire - sur quelqu’un d’aussi maladroit qu’elle ? Enfin, elle n’était pas à proprement parler tombée sur lui, mais l’idée était là. Sa petite remarque lui arracha un sourire, et elle reconnut bien là la désinvolture des maladroits chroniques, capables de blaguer sur leurs petits dérapages sans conséquences. Neo lança même un regard à la porte comme si c’était là un véritable danger. « Et moi je m’y prends les pieds. Vous devriez penser à mettre une pancarte ! » s’amusa-t-elle, sachant très bien qu’aucun écriteau n’aurait rien changé à ce malheureux incident sans incidence. Mais au fond, tout ça était très logique. Neo dans son monde d’en bas se prenait les pieds dans les portes, et l’homme dans son monde d’en haut s'y cognait la tête. Il y avait comme de la cohérence dans ce qui ne l’était pas, pas vrai ? C’est vrai qu’il était grand, cet homme. Grand et doux, remarqua-t-elle à son ton chaleureux. Cette façon qu’il avait de s’enthousiasmer d’une broutille et de rebondir avec humour sur sa phrase la fit rire gentiment, elle qui trouvait parfois que les gens étaient un peu trop sérieux dans un monde qui l’était tout autant. « Je ne vous ferai pas de mauvaise pub, promis ! » Comment le pourrait-elle ? L’endroit était si charmant, et il se dégageait une certaine poésie dans l’amoncellement de choses qui l’entouraient. Vivant elle-même dans un appartement où elle avait créé son propre désordre organisé, tout ça lui parlait.

Décidément, les fractures - ou plutôt leur absence - semblait inspirer des conversations au jeune homme qui avait vraiment un humour à toute épreuve. Voilà qui la changeait de bon nombre de ses collègues qui n’aimaient pas trop plaisanter, et qui dénotait franchement aussi avec l’humour pince-sans-rire de Razvan qu’elle aimait beaucoup, mais cet autre registre avait quelque chose de rafraîchissant. « C’est gentil de votre part. » fit-elle remarquer dans un sourire avant de lui proposer ses services pour réparer les dégâts de son pantalon qu’elle trouvait pourtant très beau comme ça. Neolina avait un goût pour les vêtements originaux et habituée des friperies, elle n’avait pas tellement pour habitude de croiser des gens qui portaient la même chose qu’elle. Alors forcément, un pantalon unique comme ça, ça lui tapait dans l’oeil. La question du vendeur l’étonna autant qu’elle lui plut - si tant est qu’une question pouvait être plaisante. « Professionnel ? Hum… » Elle admira l’oeuvre d’art improvisée, une main sur le menton, l’autre posée sous son coude comme si elle était une amatrice d’art alors que franchement, elle n’y connaissait rien. « Disons qu’au vu de votre activité, on ne pourrait pas faire plus thématique que ça ! A part y coller quelques plumes, mais je pense que là, ça ferait franchement trop. » C’était qu’elle se l’était imaginé en le disant, en plus. Sacrée Neo. « En tout cas, moi je le trouve très bien comme ça. » Ce compliment était improbable, mais après tout, ça n’était pas comme si la conversation avait commencé de façon normale, alors…

L’homme sembla vouloir exprimer un peu de son professionnalisme en l’interrogeant sur sa venue ici, enfin… A sa façon. Ce garçon était décidément étrange et sa personnalité se reflétait dans toute la boutique, de façon assez inexplicable. « J’aurais peut-être effectivement besoin d’un troisième oeil pour éviter les obstacles ! » renchérit-elle en riant avant de répondre à sa question, ce qui était tout de même la moindre des politesses. « Mais non, je n’ai pu compter que sur mes deux yeux pour repérer votre vitrine ! C’est que j’écris souvent, à ma famille, et de jolis mots ont plus de portée sur du beau papier je trouve. » C’était vrai, Neo avait une boîte de papeterie tellement fournie qu’elle avait dû l’agrandir avec un sort pour éviter qu’elle ne déborde. « Vous auriez peut-être quelque chose à me conseiller ? Vu que vous avez plus de hauteur sur les choses, je vous fais confiance. » Après tout, la moitié des étagères étaient bien plus grandes qu’elle, aussi attendait-elle que Monsieur le professionnel du parchemin la conseille.
Revenir en haut Aller en bas
Cecil Walsh

Cecil Walsh


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 84
| AVATARS / CRÉDITS : finneas | Squirrel
| SANG : mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Des milliers de vers
| PATRONUS : Un martin pêcheur
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Gribouillis et patatras w/Cecil Empty
MessageSujet: Re: Gribouillis et patatras w/Cecil Gribouillis et patatras w/Cecil 129196351Mar 6 Avr 2021 - 20:18

Cecil éclata d'un rire sonore à la remarque de la jolie blonde sur le fait qu'elle se prenait les pieds dans l'entrée tandis que lui se tapait le haut du crâne. Il se demandait bien ce qui était préférable : tomber sur les fesses et se faire remarquer, ou se prendre si souvent la porte qu'on avait même plus de bleu sur le front. Il ne formula pas ses étranges pensées à voix haute cependant, à quoi bon ! A quoi bon souligner encore son insupportable maladresse qui finirait par causer sa mort - après avoir causée celle de son frère. Mais voilà ! L'attention volage du jeune homme se faufilait déjà ailleurs, comme un poisson qui s'échappait du bec d'un rapace. Hop là ! Finalement, c'était sans doute plus à propos - et professionnel ?! - de discuter de la façon dont il était habillé et tâché surtout par les pots d'encre qu'elle avait malencontreusement renversés. En fait, Cecil trouvait que ça lui donnait un certain style et s'il avait eu une âme d'entrepreneur, il aurait probablement utilisé le motif pour en faire un logo ou quelque chose comme cela. A la place, il songea qu'il pourrait le reproduire sur des enveloppes pour que ce soit joli et coloré. Mais son imagination toute fertile fut rappelée à l'ordre par sa cliente qui examinait son pantalon pendant qu'il se faisait la réflexion qu'il lui faudrait peut-être aller à Sainte Mangouste pour se faire retirer l'embout de la plume... « Alors je resterai comme ça pour la journée ! » fit-il joyeusement en claquant dans ses mains pour éluder le sujet. Bah oui, Cecil ne s'embarrassait pas vraiment de ce genre de tracas, des tâches, ce n'était pas bien grave, ça se lavait, ou ça ne se lavait pas et on faisait avec. Il n'était pas la meilleure ménagère de l'année, cela va de soi.

Ah et puis là ! La jeune femme tapa dans le mille de son coeur en lui parlant de lettres, de jolis mots, de beaux papiers et Cecil était content d'avoir une cliente qui avait probablement du goût. Il était véritablement ravi qu'une si déplorable mésaventure conduise cette belle âme à Scribenpenne. « Oh, vous êtes au bon endroit, ne vous en faîtes pas ! » chantonna-t-il de sa bonne humeur habituelle avant de sourire à la plaisanterie de la jeune femme. Il traîna sa carcasse dans la boutique et tira carrément un tiroir en faisant tomber ses lunettes sur le nez. Il sortit de là une petite pile de papiers un peu épais. Les couleurs étaient chatoyantes, certaines donnaient l'impression même qu'une peinture avait servie de base. C'était du beau papier, de qualité, pour écrire, comme elle le désirait, des lettres de qualité. « Certains produits, comme ces papiers à lettres, soulignent vos fautes si vous en faîtes » lui dit-il d'un ton tranquille en lui tendant les articles, « d'autres dégagent une odeur différente selon la personne qui le lit ou bien la vôtre, si vous voulez écrire à votre moitié ». Cecil se détourna pour farfouiller dans ses étagères en continuant de papoter : « J'ai les enveloppes qui vont avec... Par ici... Ou là... » - il avait fait passer son bras derrière un meuble pour récupérer une plume qui était tombée derrière et la remettre sur l'étalage - « Hum oui, voilà ». Cecil lui présenta les enveloppes tout aussi jolies que le papier qui allait avec. « Nous avons aussi des articles qui sont de jolis cadeaux, si ça vous intéresse » ajouta-t-il en souriant gentiment avant de fourrer ses grandes mains dans les poches de son pantalon joliment tâché.


(610)
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 504
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @mittwoch
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Gribouillis et patatras w/Cecil Empty
MessageSujet: Re: Gribouillis et patatras w/Cecil Gribouillis et patatras w/Cecil 129196351Lun 26 Avr 2021 - 1:33

Etait-ce que Neo avait un incroyable pouvoir de persuasion, ou l’homme était-il juste totalement fantasque ? En tout cas, le voilà qui se décidait à porter son bout de tissu tâché pour la fin de journée et à vrai dire, ça lui allait vraiment bien. Non pas que la roumaine s’amusait à porter sur lui un regard autre que bienveillant et désintéressé, mais tout ça collait si bien avec l’esprit de la boutique que l’ensemble était tout à fait cohérent. Comme quoi parfois, la maladresse donnait de jolis résultats… et ça n’était certainement pas elle qui dirait le contraire, car elle lui avait permis de faire de bien belles rencontres - à commencer par celle qui comptait le plus.

Le regard de l’homme sembla s’illuminer alors que la roumaine portait un véritable intérêt à son activité. Voilà d’ailleurs un moment qu’elle n’avait pas écrit à ses soeurs et tout de même, il fallait corriger ça. Elle avait beau être occupée, quand même, elle pouvait bien trouver quelques minutes pour prendre la plume et leur donner de ses nouvelles. En particulier à Iléana, qui était la seule pour l’instant à Sibiu qui connaissait le secret de sa relation naissante avec Razvan - et elle ne se privait pas pour lui en parler, évidemment. Aussi était-elle franchement emballée, au moins autant que lui, alors qu’elle le regardait sortir des papiers bariolés du plus bel effet. Alors ça, elle n’en avait jamais vu d’aussi beaux de sa vie ! Sa bouche entrouverte trahissait son émerveillement alors qu’elle l’écoutait parler avec passion de ses produits comme il disait, qui semblaient d’une excellente qualité. Fantasque oui, le mot semblait bien lui correspondre, et Neo aimait rencontrer des personnalités solaires et passionnées, parce que passionnantes, du coup. « Très joli… » commenta-t-elle sans trop l’interrompre alors qu’elle frôlait de ses doigts la surface d’un papier violacé. Le fait était que oui, elle en avait une tonne, des parchemins de belle qualité, mais jamais elle n’en avait acheté qui aient été ensorcelés de sorte à produire des effets aussi enchanteurs que ceux qu’ils décrivaient. Sous cette débauche d’informations, la créativité de Neo moulinait à plein tubes alors qu’elle s’imaginait déjà choisir la bonne couleur pour chacune de ses soeurs, mais pas que. « C’est incroyable, vraiment ! » commenta-t-elle une fois que le grand scribouilleur eut terminé. « C'est vous qui ensorcelez tout ça ? Ce sont de bien belles idées ! De quoi redonner un peu de chaleur aux échanges épistoclaires. » Comme souvent lorsqu’elle essayait d’employer des mots compliqués, Neo en écorcha un, évidemment.

« Oh tiens ! » s’exclama-t-elle finalement après quelques secondes, comme si elle avait eu l’idée du siècle. « Mes neveux n’arrêtent pas de me demander à quoi ressemble Londres. Est-ce que vos parchemins pourraient s’imprégner de l’odeur de quelques boutiques du Chemin de Traverse par exemple ? » Elle imaginait déjà les garnements se battre pour le papier, à savoir qui le garderait sous son oreiller parce que Tata Neo était à leurs yeux une sorte de modèle. Oui, ça leur ferait plaisir, et elle serait un peu triste de ne pas voir leur regard s’illuminer en découvrant ce prodige, mais c’était comme ça. « Par contre, je dois vous confesser mon plus gros défaut. » dit-elle d’un air faussement contrit. « Enfin le second, après mon manque d’équilibre ! » Son rire vint briser le sérieux qu’elle avait essayé d’instaurer, mais peine perdue après tout. Neo aussi était une originale, à sa façon. « Je suis incapable de me décider. Alors j’espère que vous avez votre après-midi ! » C’était un peu naïf de dire ça comme ça à un vendeur, qui aurait pu profiter de pareille confession pour lui extorquer tous ses gallions avec un bon discours commercial. Mais franchement, qui aurait pu croire que cet homme là, avec son pantalon tout tâché, aurait envie de l’arnaquer ?
Revenir en haut Aller en bas
Cecil Walsh

Cecil Walsh


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 84
| AVATARS / CRÉDITS : finneas | Squirrel
| SANG : mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Des milliers de vers
| PATRONUS : Un martin pêcheur
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Gribouillis et patatras w/Cecil Empty
MessageSujet: Re: Gribouillis et patatras w/Cecil Gribouillis et patatras w/Cecil 129196351Mer 19 Mai 2021 - 3:03

C'était aussi pour ce genre de moments que Cecil vivait. Le plaisir de rencontrer des clients qui le feraient sourire, parce qu'après tout, c'était là un homme qui souriait bien facilement. Totalement en contradiction peut-être avec ce qu'on aurait pu attendre de lui. Il avait eu une enfance difficile Cecil, une adolescence tout aussi douloureuse. Et pourtant, au lieu de se morfondre, il s'était naturellement réfugié dans la bonhomie et le rire. Curieux sans doute, cela expliquait pourquoi certains le traitaient de fantasque. Tout occupé qu'il était toute la sainte journée à faire sa calligraphie sur un livre de compte qui méritait surtout des calculs, il n'y avait guère que les clients, âgés comme jeunes, pour le sortir de son obsession passionnelle. Mais voilà, parfois les clients ne venaient pas, c'est qu'une plume ne claquait pas comme ça non plus. Et puis, il n'y avait pas eu de sortie à Pré-Au-Lard pour les étudiants de l'école ce week-end là. Le jeune homme avait l'impression qu'un jour où l'autre, ces sorties seraient interdites et ça le peinait beaucoup, parce qu'il se rappelait lui-même avoir particulièrement aimé cette époque, surtout sous la neige. Mais enfin, là n'était pas la question.
Sa cliente avait un léger accent qui laissait supposer qu'elle n'était pas britannique et qu'elle n'avait donc pas fait ses études ici. Dommage pour elle, car Poudlard était un lieu réconfortant pour ceux qui savent reconnaître la beauté du lieu. Le château avait permis à Cecil d'échapper à la maltraitance et pour cela, il serait probablement toujours reconnaissant à l'Institution qu'était Poudlard. C'était stupide, oui, car tout sorcier britannique allait à l'école située dans les Highlands. Mais qu'importe !

Sa cliente voulait donc dépenser ses gallions et si l'idée ne réveilla absolument pas le côté commerçant de Cecil, ce dernier tout de même, veilla à lui proposer un large choix de produits. Parce que bon, quand même, paraît-il qu'il est là pour vendre. Les cheveux en l'air à force de se contorsionner pour attraper ce qu'il voulait attraper, il eut un sourire miroir tout à fait sincère lorsque la jeune femme afficha clairement son enthousiasme. « Je ne suis pas très doué en magie » avoua-t-il naturellement, « mais j'ai un fournisseur que j'appelle pour faire ce travail ». Devait-il être honteux d'être un manche à balai avec sa baguette ? Absolument pas. L'anglo-irlandais avait toujours préféré les potions et les plantes, de toute façon. Peut-être aurait-il dû potioniste ? Non, mauvaise idée, cela laissait entendre qu'il serait assidu et toute personne connaissant un peu le gérant savait qu'il ne l'était absolument pas. « Ce serait tout à fait possible oui. Je peux passer commande si vous le souhaitez ! Et puis, peut-être que ça aura même du succès en boutique ! » - Cecil afficha un sourire content en ajoutant - « si mon pantalon et ces parchemins ont du succès, je devrais songer à vous embaucher ». Neolina pourrait presque dire qu'elle était en période d'essai. La jeune femme dont il ne connaissait toujours pas le nom continua de façon tout à fait enthousiaste et ciel, c'était si agréable d'avoir enfin quelqu'un d'heureux dans ce magasin ! Parce qu'en général, et à part pour les rats de bibliothèque de Poudlard, les étudiants qui venaient acheter une plume tiraient une tête de six pieds de long. Il fallait bien dire que le magasin de confiserie était plus appétissant que ses plumes - et il avait envoyé son curriculum vitae à Honeydukes pour se prendre une sale réponse négative. Depuis, le gérant d'en face ne le saluait pas. La jeune femme lui confessa son indécision et Cecil se mit à rire : « Oh ce n'est pas un problème ! » - non vraiment, papoter avec elle toute l'après-midi et toute la soirée si nécessaire, ça lui faisait plaisir - « vous savez quoi ? Je peux vous préparer une sélection de parchemins et vous ajouter dans le paquet des échantillons d'autres. Pour que vous puissiez essayer. Cela vous tente ? ». Et bien entendu, sans augmentation du prix, cela allait sans dire. Le jeune homme retourna à son bureau où il posa par terre son tupperware de choux fleurs pour chercher un parchemin et une plume à réservoir d'encre. Un bouquin dessous plus tard, il était de retour vers sa cliente et ajouta : « Alors, pour qui souhaitez vous ces parchemins ? Si je le sais, je pourrais vous proposer des choses plus pertinentes ».


(777)
Revenir en haut Aller en bas
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 504
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @mittwoch
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Gribouillis et patatras w/Cecil Empty
MessageSujet: Re: Gribouillis et patatras w/Cecil Gribouillis et patatras w/Cecil 129196351Mer 6 Oct 2021 - 4:12

Neolina avait toujours été du genre à s’extasier pour des choses qui paraissaient normales pour le commun des sorciers. Peut-être était-ce dû à son éducation toute communiste, où la fantaisie était cruellement absente, mais elle ne cessait de s’émerveiller devant tout ce qu’il était possible de faire avec la magie. Les sorciers londoniens étaient peut-être un peu blasés à ce sujet, mais toute créative qu’elle était, Neolina adorait voir à quel point ces aptitudes qui étaient les leurs pouvaient créer parfois de véritables merveilles. Peut-être était-ce aussi parce qu’elle côtoyait bien des moldus dans son travail, et qu’elle réalisait la chance qu’ils avaient de vivre dans un monde qui leur permettait tout un tas de choses extravagantes et fantastiques. Sa curiosité déborda un peu, et l’aveu de Cecil sur ses lacunes en magie ne changea absolument rien à son comportement. « Ce sont les idées qui comptent, pas vrai ? » Qu’importait qu’il ait besoin de déléguer, le simple fait que son esprit soit suffisamment ouvert pour penser à tout ça la rendait admirative. Décidément, elle aimait beaucoup ce vendeur, et son petit doigt lui disait qu’elle allait très certainement venir souvent ici pour papoter, et dépenser ses gallions durement gagnés. Ca n’était pas comme si elle était fort dépensière sur d’autres choses de toute manière, alors quoi ?

Parlant d’idées, Neolina en avait eu une qui semblait emballer le jeune homme, à tel point qu’il lui proposa même un poste pour plaisanter. La roumaine eut un rire tout aérien et franc, se disant que ça serait quand même un chouette travail - bien qu’elle n’aurait changé de carrière pour rien au monde. Pas étonnant qu’au coeur de la mère Patrie, elle ait eu tant de mal à trouver sa vocation. Si elle était née ici, aucun doute qu’elle aurait fini par travailler dans une boutique comme celle-ci, à papoter toute la journée avec des clients et à avoir des idées nouvelles tous les quatre matins. « Eh bien, sans entretien d’embauche ? Je suis flattée. » Elle lui adressa un petit clin d’oeil avant que son regard n’accroche d’autres fournitures qui lui plaisaient bien. « Mais commençons déjà par une commande. » Commande qui ne serait pas la dernière, elle aurait pu le parier.

Après lui avoir confessé son petit défaut dont elle s’amusait maintenant - et qui rendait parfois Razvan un peu chèvre, elle le savait - Neolina s’attendait à une réaction tout à fait sympathique, et elle eut même mieux que ça. Pour une indécise chronique, le coup des échantillons, c’était une idée de génie, et trop de peu de commerçants pensaient à résoudre son problème de la sorte. « Oh que oui ! Et croyez-moi, l’amie que je dois rejoindre vous dirait merci, si elle vous connaissait je veux dire. D’ailleurs, peut-être que c’est le cas. Vous devez avoir beaucoup de professeurs qui viennent ici. » continua-t-elle alors qu’il s’éclipsait un peu plus loin derrière son comptoir. Pour sûr, cela allait lui économiser un temps fou et peut-être, peut-être ne serait-elle pas en retard pour une fois - car le temps filait, et penser à Imani de cette façon le lui avait rappelé. Lorsqu’il revint donc avec une attitude tout à fait professionnelle, Neolina venait de jeter un coup d’oeil à sa montre et avait réalisé qu’il ne lui restait pas beaucoup de temps. « Mes neveux. Ce sont vraiment de petits curieux. Oh, et ils aiment aussi les créatures magiques ! Vous avez des choses avec des dessins ? » Non vraiment, les idées fusaient tellement que même elle avait du mal à suivre. Disant cela, Neolina s’embarqua dans un monologue sur ses neveux donc, et même ses nièces plus jeunes, dérivant ensuite sur ses soeurs, et Stubby - à qui elle écrivait rarement, mais ça arrivait - au point qu’elle perdit complètement la notion du temps - encore. « Zut, je suis en retard ! » s’écria-t-elle après avoir regardé  par accident l’heure à son poignet. « Je repasse après, c’est promis. » S’apprêtant à partir en se confondant en excuses, Neo jugea tout de même qu’il méritait bien un petit quelque chose pour patienter, et Imani aussi pour avoir patienté, du coup. Et puis de toute façon, en retard de 5 minutes de plus ou de moins. « Mais avant, je vais vous prendre cette plume. Une plume d’excuse ! » Son rire s’envola dans la boutique avant qu’elle ne disparaisse délesté de quelques gallions - pour l’instant. Car quand Neo faisait une promesse, ça n’était jamais dans le vent. Cet étrange garçon et elle étaient amenés à se revoir, parole de Neolina !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Gribouillis et patatras w/Cecil Empty
MessageSujet: Re: Gribouillis et patatras w/Cecil Gribouillis et patatras w/Cecil 129196351

Revenir en haut Aller en bas

Gribouillis et patatras w/Cecil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Cecil & Me
» L'homme et l'âme w/Cecil
» Le frère que je n'ai jamais eu w/Cecil
» Carnet personnel de Cecil W.
» Cecil Walsh, 22 carrefour du bonheur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1978-1979
-