Bon mois d'Octobre ! Pensez à vous hydrater.
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
Le Deal du moment : -42%
Hot Wheels Coffret 20 véhicules
Voir le deal
19.99 €

Partagez

Alcool et Pizza | Ft. Perseus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 222
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (draiochta)
| SANG : Pureté et noblesse dans ses veines


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alcool et Pizza | Ft. Perseus Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 129196351Ven 2 Juil 2021 - 14:14

Perseus était l'exemple typique du fils de riche qu'on ne soupçonnait pas capable de s'abaisser à une tâche aussi "ingrate" que la cuisine. Il avait été servi longtemps. Avait-il fait une seule fois son lit durant son enfance ? La réponse s'approchait largement du non. Aussi, quand il avait décidé de s'improviser cuisto, il avait eu la même pensée que Stubby. Facile. Cela paraissait si facile. En apparence seulement.  “Quand tu fais un performance sur scène, je suis certaine que beaucoup se disent que c'est facile sans réaliser tout le travail que tu fais.” Par le travail, Perseus avait voulu se différencier, devenir quelqu'un. S'il avait seulement souhaité remplir l'assiette de Briseis ou la sienne, il aurait accepté un emploi de bureau ou de devenir le pantin de son père au casino. Il ne serait pas devenu journaliste, puis ensuite auteur à succès. On avait ce qu'on l'on méritait. Perseus en était bien conscient : d'où son argent et son succès. Il avait travaillé dur pour y parvenir et ne laisserait jamais personne lui enlever ça. Il faisait un excellent écrivain, un cuisinier plus que convenable qui ne serait pourtant pas embauché dans un restaurant cinq étoiles. “Aux baguettes dorées ? Le restaurant français sur le chemin de traverse ?” Non Perseus ne vivait pas totalement dans une grotte. Il savait de quoi il s'agissait. Avec un haussement de sourcils, il ajouta : “Ma filleule l'aime bien, mais j'ignore ce que ça vaut. ” Et pour cause, cela ne l'intéressait pas outre mesure. Bien que sa grande tante vive dans le sud de la France que sa filleule soit franco-galloise, il ne portait pas la France dans son cœur. Mais il fallait avouer que la gastronomie française était plutôt agréable; moins que la cuisine italienne toutefois, qui n'était pas bien mise à l'honneur ce soir-là. Tant pis, il comptait rattraper le coup. Il aurait bien volontiers proposer des pâtes carbonara ou à la sicilienne, mais les spaghetti bolognaise s'étaient imposées à lui naturellement. Il n'avait pas été totalement certain que Stubby accepterait sa suggestion. Il aurait été naturel après tout de faire appel à Pomelo - celui-ci faisait manifestement la nourriture - ou à un traiteur. Cela lui arrivait quelques fois de se faire livre. Mais il préférait faire tout, seul, sans l'aide de personne. Il employait une assistance, qui était à ses yeux un énorme effort. “S'il y a une chose que je n'arriverai jamais à faire, c'est déléguer. j'admire presque ceux capables de le faire.” Commenta-t-il en le suivant vers la cuisine. Il était presque sincère. Car il n'était pas facilement admiratif ou impressionné. Disons que cela le laissait sans voix.

Il regarda un instant Stubby alors qu'il essayait de s'y retrouver dans cette cuisine. A croire qu'il n'y mettait jamais les pieds; Il afficha toutefois un rictus amusé et se mit à chercher les ustensiles de cuisine. L'hôte lui avait vaguement indiqué un endroit. Aussi il ouvrit placards et tiroirs pour dénicher son futur matériel de travail. Une casserole et une poêle. Il avait qu'ils trouvent tous les ingrédients. Ce qui ne devrait pas être très difficile. Pomelo semblait être un elfe compétent. Il eut un sourire moqueur à l'idée que la gentille créature qu'il avait pu rencontrer tantôt puisse dépenser la moitié de la fortune de Stubby. “Il a l'air loyal.” Nota-t-il plus pour faire la conversation qu'autre chose. Puis il précisa : “Tu le traites bien.” Plus qu'un compliment, il s'agissait là d'un fait. Mais il avait dit la chose de manière si neutre que cela semblait normal. Alors qu'en vérité, les elfes de maison étaient, pour la plupart, traités comme des moins que rien. Il savait en vérité que Stubby agissait davantage comme un employeur qu'un maître, et en effet, l'elfe était libre et payé.  

Dans plus grand silence, il se lava les mains, attrapa ensuite l'oignon pour l'émincer. Assez peu bavard d'ordinaire, Perseus se rendait muet, comme une porte de prison, lorsqu'il cuisinait. Il avait l'habitude d'écrire, de manger, de réfléchir, marcher, préparer des potions, compter son argent et cuisiner dans le calme. Il n'était pas une esthétimage qui, en s'exécutant, se transformait en moulin à parole. Le silence était d'or selon lui. Il se savait observé. Il aurait été sûrement impoli de la part de Stubby de retourner dans la salle à manger à attendre. Et cette situation ne dérangeait pas Perseus. Il appréciait même d'avoir un public ce soir-là. Après avoir émincé l'oignon, il s'attaqua donc à la cuisson du légume et de la la viande qui avait été soigneusement emballée. Notant du coin de l’œil que Stubby était toujours en position de spectateur, il choisit d'entamer à nouveau la conversation. Et quelle meilleure manière de le faire que de discuter de sa passion, de son travail ? “Ne te sens pas obligé de répondre si tu ne le souhaites pas, mais quelle chanson de ta discographie préfères-tu ?” Qu'on se le dise, il ne les connaissait pas toutes. Mais à vrai dire, il avait une petite idée derrière la tête. Encore que... Cela dépendrait réellement de la réponse Stubby et de sa réaction bien évidemment. “Ou lesquelles ? Je comprendrais que tu en aies plusieurs.” Tout comme lui ne saurait nommer un seul de ses écrits comme son favori. Il était curieux en tout cas, car sans surprise, Stubby l'intéressait évidemment pas mal. Il ne serait pas là si ce n'était pas le cas.  
Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 661
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Chaud bouillant


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alcool et Pizza | Ft. Perseus Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 129196351Dim 4 Juil 2021 - 13:34

Les gens talentueux avaient cette capacité à tout rendre facile en apparence. Dans les arts du spectacle, on entendait souvent qu’une étoile devait briller sans effort, peu importe la fatigue ou la douleur. C’était une tâche difficile. Stubby ne pouvait pas chanter sur scène en ayant l’air à bout de souffle et d’énergie.
« Pas tant de travail que ça… Enfin si. Mais le talent aide beaucoup aussi. »
Le talent était inné, il ne s’obtenait pas à force de travail. Mais il se cultivait avec le travail. Stubby avait toujours su qu’il avait un temps brut qu’il lui fallait affiner pour en retirer quelque chose. Et aujourd’hui, il ne se reposait pas sur ses lauriers non plus car il voulait briller toujours d’avantage.
« Au début, quand Pomelo m’en avait parlé… Vas-y, tu pourras te moquer de moi… Je croyais que c’était un restaurant asiatique. » avoua-t-il en souriant.
En comprenant qu’il s’agissait d’un restaurant français, il s’était senti plutôt bête. Pomelo devait bien se moquer de lui intérieurement ! Il avait trop de respect pour Mr. Stubby pour lui rire au nez de la sorte.

Acceptant tacitement la proposition de Perseus, Stubby l’emmena dans la cuisine.
« Il paraît que l’on est jamais mieux servi que par soi-même. » dit-il en haussant les épaules et fouillant dans les placards. « Mais j’suis pas d’accord avec ça. Si j’étais vraiment toujours mieux servi par moi-même, je ne mettrais pas autant de temps à trouver des spaghetti. »
Stubby n’avait aucun problème à déléguer tout ce qu’il n’aimait pas faire à la maison à ce fidèle Pomelo qui était, après tout, là pour ça. Il lui accordait une confiance aveugle.
Après un petit moment, il rassembla l’ensemble des ingrédients nécessaires à la préparation. Au fond, cette cuisine n’était non pas celle de Stubby, mais celle de Pomelo. C’était même l’elfe qui avait en grande partie décidé de la rénovation de la pièce deux ans auparavant.
« Je suis très content de l’avoir avec moi. Qu’est-ce que je deviendrais sans lui ? »
Une épave, sûrement. Vivant dans un appartement désordonné et chaotique et se nourrissant de malbouffe.
Méticuleux, Perseus se lava les mains avant de se mettre à l’ouvrage. Stubby repassa dans le salon juste pour prendre les verres qu’il remplit de nouveau avec du rosé avant de poser celui de son invité sur le comptoir.
« Si tu as besoin d’aide, n’hésite pas. »
Il s’adossa contre le mur face à Perseus qui s’activait en silence. Stubby le regardait faire en sirotant son verre de rosé. Ses yeux se promenaient sur les traits de son visage, ses vêtements élégants puis sur ses grandes mains. Ah ces mains ! Il les regarda longtemps. Elles avaient un attrait tout particulier dans leur masculinité, avec leurs longs doigts. Quand Perseus se retourna pour entamer la cuisson. Perdant ses mains de vue, Stubby réfugia son regard sur le reste de son corps avec intérêt et détachement.  Eventuellement, il finit par quitter son spot pour s’asseoir sur le comptoir à proximité de la gazinière pour regarder un peu ce qu’il se passait dans la poêle. Il lui fallut un petit laps de temps avant de réaliser que Perseus s’adressait à lui. « Hm ? » Il eut tout juste le temps d’entendre sa question. Elle donnait matière à réflexion. Stubby n’était même pas sûr de savoir y répondre.
« Elle est dure ta question ! » geignit-il. « C’est drôle parce que je passe toujours par cette phase, quand je travaille une chanson, pendant laquelle je la déteste de toute mon âme. Tu sais, à force de la travailler, de la chanter et l’entendre encore et encore… Mais ça finit par passer la plupart du temps. »
Il avait évidemment des chansons qu’il préférait à d’autres… Mais lesquelles préférait-il plus que toutes les autres…
« J’aime beaucoup chanter Papaya Split. Ca m’amuse. J’ai l’impression que je ne vais jamais pouvoir m’arrêter comme si c’était une roue sans fin. »
Il réfléchit à une meilleure et plus pertinente réponse.
« Hmm… Your Melody. Je l’aime beaucoup. »
Il s’agissait d’une chanson figurant dans le troisième album des Croques Mitaines, diffusé au début de la décennie. Elle comptait parmi les plus populaires de l’album bien qu’elle fut discrète par rapport à d’autres titres beaucoup plus catchy. Elle avait une instrumentale très douce.
« Il n’y a pas trop de fioriture. C’est juste ma voix et la musique. Elle parle d’amour d’une façon que je trouve universelle, intemporelle mais aussi très personnelle. »
C’était par ce genre de chanson que l’on appréciait vraiment le talent d’un chanteur dont la voix était mise à nu.
Revenir en haut Aller en bas
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 222
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (draiochta)
| SANG : Pureté et noblesse dans ses veines


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alcool et Pizza | Ft. Perseus Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 129196351Jeu 5 Aoû 2021 - 14:44

Le talent était une chose et le travail une autre. Mais l'un n'allait pas sans l'autre. Il était bien placé pour le savoir. Il ne suffisait pas d'écrire pour en venir à la qualité de ses ouvrages. Il ne contredirait pas Stubby à ce sujet. Tout comme, il ne dirait rien quant à la confusion de son hôte par rapport au restaurant Aux baguettes dorées. A vrai dire, il ne put s'empêcher d'aller en son sens. “Cela porte à confusion.”Et allez savoir ce que les français avaient dans la tête. Ils mangeaient des baguettes de pain, chérissaient une pyramide en métal - la formidable Tour Eiffel pour laquelle il n'avait que du désintérêt - et prenaient tout leur temps pour déjeuner. Sans parler des parisiens aussi polis que des détraqueurs, les gardiens d'Askaban. Il ne reconnaissait à ce peuple que quelques rares bienfaits : leurs alcools, leur culture artistique et leur gastronomie. Le reste était bon à jeter.

Mais aussi respectable fût la cuisine française, Perseus s'apprêtait plutôt à s'attaquer à un plat italien. Il n'y avait rien de bien surprenant à cela puisqu'il pu visiter ce pays bordé par la mer Adriatique à de multiples reprises : “L'avantage de faire les choses seul est que je sais précisément ce que j'ai fait. Et si je commets une erreur, je ne peux m'en prendre qu'à moi-même.” Il se surprit à prononcer ces mots. D'où tenait-il un tel argument ? Il ne déléguait jamais car il ne voulait pas perdre le contrôle de ses affaires. Et il n'aimait pas que quelqu'un d'autre que lui mette son nez dans ses papiers ou sa cuisine. Il faisait les choses mille fois mieux que les autres. A n'en pas douter. “Et cela n'arrive que très rarement.” Ajouta-t-il l'air de rien.

Que deviendrait Stubby sans Pomelo en effet ? Il n'avait pas, en sa possession, la réponse, et dans le fond, il préférait ne pas présumer. Il supposait simplement qu'il survivrait. Autant ne pas dépendre d'un employé. Perseus était toutefois trop fier pour reconnaître qu'Ambre pourrait le décharger d'un poids colossal s'il lui laissait davantage d'opportunités de faire du zèle. Il faisait tout, y compris sa nourriture. Des spaghetti à la bolognaise, il maitrisait sans mal. Et malgré la proposition fort généreuse de Stubby de l'aider, il s'exécuta, ne donnant aucune consigne à ce dernier. Il sentait évidemment le regard sur lui et ce n'était pas déplaisant C'était un peu comme au spectacle finalement et il ne devait pas rater sa représentation. Comme s'il avait été un comédien s'adressant directement à son public, Perseus crut bon de poser une question à la fois personnelle et professionnelle à Stubby. Il avait conscience de la complexité de sa demande. Il ne serait pas Perseus Flint s'il ne posait pas des questions relativement difficiles.

La réponse n'arriva pas de suite. Mais ce qu'il entendit tout d'abord lui parut intéressant, plus intéressant que n'importe quelle réponse. “Et si cette phrase ne prend pas fin, cela signifie-t-il que la chanson ne doit pas être incluse dans l'album ?” Il avait ressenti cela à la publication des enquêtes d'Alexan Peverell. Il avait accepté de le montrer à la phase du monde, pour Eileen seulement. Et parfois, il le regrettait encore. Moins avec les années. Mais tout de même ! Stubby vint à citer deux chansons. Il connaissait le premier titre - il fallait vraiment vivre sous un rocher - moins le second. Il l'avait entendue quelques fois. “Juste ta voix et la musique ?” Répéta-t-il avec un sourire alors qu'il avançait sa préparation sûrement. Il constatait que Stubby ne semblait pas fermé à l'idée de parler de sa musique. Mais cela n'avait guère rien de surprenant. Il s'était déjà montré ouvert et assurément passionné sur le sujet. “Et accepterais-tu de chanter l'une d'elles si je te le demandais ? Ou une autre... Je ne suis pas difficile, au contraire. Tant que j'entends ta voix...” Il laissa volontairement sa phrase en suspens. Il lui lança un regard qui sous entendait que peu importait le texte, tout ce qui comptait était la voix qui la chantait. A vrai dire, cela laissait peu de place à l'interprétation...


Dernière édition par Perseus Flint le Mer 1 Sep 2021 - 4:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 661
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Chaud bouillant


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alcool et Pizza | Ft. Perseus Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 129196351Sam 7 Aoû 2021 - 22:51

Stubby se considérait comme suffisamment indépendant. Il ne comptait plus sur personne pour l’entretenir financièrement, il faisait – très bien – sa part de travail au sein des Croques-Mitaines. C’était irréaliste, dans son cas personnel, de vouloir tout faire tout seul. Il n’aurait pas eu assez avec une seule vie pour accomplir n’aurait-ce été qu’un tier du travail à réaliser.
Les propos de Perseus le firent donc un peu sourire.
« Tu sonnes comme un maniaque du contrôle. » se moqua-t-il avec gentillesse en trouvant un paquet de spaghetti.
Il posa les pâtes à côté de Perseus sur le comptoir.
« Tu devrais lâcher un peu de lest… » Il passa derrière lui en effleurant languissamment le dos de Perseus. « Te relaxer. Ca fait du bien, de temps en temps. »
Il lui adressa un sourire avant de se détourner pour aller dans le salon récupérer les verres. En revenant, il reprit sur un terrain plus sage.

Perseus commença à cuisiner sous le regard très intéressé de Stubby. L’auteur savait y faire avec ses mains, il semblait. Ses grandes mains avec ses longs doigts. Ils restèrent silencieux jusqu’à ce qu’il lui pose une question concernant sa musique. Elle n’était pas facile, comme question et il fallut un petit temps de réflexion au chanteur.
« Non. Si on devait s’arrêter à ça, sortir un album prendrait beaucoup trop de temps. La maison de disque ne serait pas très contente. On a déjà du mal à respecter les délais… Et peut-être que les Croques-Mitaines n’en seraient pas là aujourd’hui non plus. »
Il avait bel et bien des morceaux qu’il continuait à détester même des années après. Mais bien plus pour des raisons personnelles que pour leur qualité objective. On apprenait à faire des concessions, particulièrement quand on travaillait en groupe, même si c’était très difficile pour un individu tel que lui. Il s’était rendu compte que son désir de réussite était plus fort que son désir de tout dicter. Finalement, il cita quand même deux titres pour ne pas laisser Perseus sans réponse.
« Juste ma voix et la musique. Pas de poudre aux yeux. »
La plupart du temps, les musiques les plus dynamiques demandaient plus d’artifices, que ce soit en live ou en studio. Il était donc plus facile de détourner l’intention de l’auditeur de la qualité du chant en lui-même.
La demande, émanant bel et bien de Perseus Flint, qui suivit surprit un peu Stubby tout en le faisant jubiler.
« Et j’ai quoi en échange ? » demanda-t-il, plaisantin.
Il n’attendait rien en retour, en vérité. Cela lui faisait plaisir de jouer à la parade nuptiale de l’oiseau chanteur.
« A cappella ? »
Il y avait un piano dans le salon mais il pouvait très bien faire. Et c’était ce qu’il comptait faire. Il prit quelques secondes pour se remettre en tête le tempo, la mélodie et la gamme. Cela faisait un certain temps qu’il ne l’avait pas chanté. Quand il eut trouvé la bonne mesure, il commença à chanter Your Melody. Il chantait d’une voix claire et juste. Il prenait quelques libertés avec la version de base, mais Perseus n’allait probablement pas le noter.
Tout du loin, il lui lança des petits regards et sourire. Il chanta ainsi jusqu’à la fin du premier couplet. C’était un très beau texte, brillant par sa simplicité. Il s’éloignait de l’image que certains avaient des Croques-Mitaines, ne chantant que des banalités creuses. Ces personnes omettaient le fait qu’ils avaient évolués depuis leur premier album. Théâtralement, il salua son public.
Revenir en haut Aller en bas
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 222
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (draiochta)
| SANG : Pureté et noblesse dans ses veines


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alcool et Pizza | Ft. Perseus Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 129196351Mer 1 Sep 2021 - 4:34

Il était assez peu recommandé de critiquer Perseus Flint sur sa manière de diriger sa vie. Il n'aimait pas perdre le contrôle. Cela était arrivé par le passé. Plusieurs fois. Suffisamment pour lui passer l'envie de réitérer l'expérience. Mais contrairement à ce que Stubby semblait penser, il savait se détendre. Il n'était évidemment pas assez bête pour ne pas déceler le message caché derrière. Il se rendit compte, à nouveau, qu'il avait besoin de sa dose de nicotine pour la soirée. Il n'avait plus qu'a espérer que ce petit tour en cuisiner li occuperait suffisamment l'esprit. “Et quelle solution me proposerais-tu pour me relaxer ?” Demanda-t-il l'air de rien. Quelque part, il se testait lui-même pour voir jusqu'où il était capable d'aller. Et peut-être avait-il besoin de constater où se trouvaient les limites. Il était assez rare qu'il n'existe pas de frontières et de points de non retour. Il devait avoir cette connaissance, ce filet de sécurité...

Stubby revint plus tard avec les verres d'alcool. La musique était un sujet de conversation plus aisé à aborder avec son hôte. Il ne prenait aucun risque particulier et plus encore, il avait l'impression de mieux s'en sortir que précédemment. Et sans de problème majeur, Perseus guidait son hôte là où il le désirait. Il ne rencontrait aucune embûche, aucune résistance sur son chemin. Il empruntait la bonne route, semblait-il. Alors qu'il s'occupait de sa préparation, il lâcha avec une touche d'humour dans la voix : “Les délais, c'est surfait.” Il ne s'en imposait que très rarement. Et sa maison d'édition avait appris à travailler avec le drôle d'animal qu'était Perseus Flint. Il faisait comme il l'entendait. Il était d'ailleurs un auteur suffisamment prolifique pour qu'ils n'aient pas à se plaindre. “Tu es un artiste, pas un employé de bureau.” Il avait une très mauvaise vision des emplois de bureaux : dépendre d'une autorité, un travail répétitif et abrutissant, des collègues encombrants et méprisables, une vieille odeur de renfermé, un lieu de travail froid et impersonnel. Toutes ces choses ne lui donnaient guère envie. Lui derrière un bureau aurait pu être la forme de son épouvantard si son attachement pour sa famille - certains membres seulement - n'avait pas pris le dessus.

Finalement, Perseus dit à haute voix ce qui lui trottait en tête depuis un moment. Sa requête eut son petit effet et il parvint au bout de son objectif. Il prit d'abord le ton de la plaisanterie, ce à quoi Perseus répondit : “Un plat de pâtes contre une chanson n'est pas un échange viable si je comprends bien ? ” Il était tout à fait prêt à se plier à son jugement s'il le fallait. Mais encore une fois, il jouait avec le feu et s'y faisait étrangement bien. Il se cherchait sûrement aussi. Ainsi, il laissa Stubby s'installer à son piano et chanter la chanson de son choix. A l'écoute, il pouvait dire qu'il l'avait déjà entendue. Au moins une fois. Il ne remarqua pas les quelques changements apportés par le chanteur. Il fut un spectateur plus qu'attentif toutefois. Il se fit la réflexion que le piano produisait un son nettement plus agréable quand Stubby en jouait que tous les élèves de sa mère. Ce qui ne représentait probablement pas un véritable miracle - car la plupart apprenaient justement. Mais il y avait quelque chose de presque enchanteur ici... Ce qu'il se garda bien de dire. Quand la mélodie s'arrêta, Perseus releva les yeux et put apercevoir que Stubby remerciait son public. S'il avait été plus joueur et moins "prude", il se serait sûrement perdu un sifflement d'admiration de circonstance. Cependant, avec un flegme tout britannique, il s'autorisa quelques applaudissements plus que mérités. “Juste la musique et ta voix, je dois admettre que cela sonne admirablement bien. ” D'autres se seraient perdus en compliments, mais cela ne signifiait pas que celui de Perseus ne valait rien. Bien au contraire d'ailleurs. Il suffisait de le deviner. Juste un tantinet. “Je suis bien chanceux, ce soir.” Dans sa tête, il finit sa phrase "si on oublie les pizzas grillées". Ce ne fut qu'un moment gênant à passer. Et ce qu'il préparait devrait remplacer plus que bien les pauvres pizzas qui avaient rendu l'âme.

1 - 2 : “J'aurais fini d'ici un quart d'heure.”Indiqua-t-il à Stubby avec un sourire. C'était une information comme une autre à prendre. Et sur ce, il reporta toute son attention sur le plat en devenir. Il voulait accélérer le pas pour être dans les temps...
3 - 4 : Chanceux, ça il l'était. Et pris dans l'euphorie du moment, il ajouta : “Je serais doublement chanceux si tu pouvais te placer juste là...” Dit-il en lui montrant une place assez près de lui qui lui offrirait une vue imprenable sur son hôte s'il acceptait de s'exécuter. “Ainsi, je pourrais mieux te voir.” C'est qu'il devenait un brin plus audacieux...
5 - 6 : Mais malgré tout, Perseus attendait surtout une réponse à une question qui était restée quasiment muette... “Et donc, que souhaiterais-tu en échange de cette chanson ? ” Il tendait une belle perche. A Stubby de la saisir...


Dernière édition par Perseus Flint le Mer 1 Sep 2021 - 4:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6913
| SANG : Hasardeuse


Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alcool et Pizza | Ft. Perseus Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 129196351Mer 1 Sep 2021 - 4:34

Le membre 'Perseus Flint' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé ' : 3
Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 661
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Chaud bouillant


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alcool et Pizza | Ft. Perseus Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 129196351Lun 6 Sep 2021 - 21:51

Stubby haussa les épaules avec désinvolture et un petit sourire à la question de Perseus en apparence toute innocente.
« Je ne suis pas un mage en la matière… Mais il paraît que l’exercice physique aide à se relaxer. »
Il ne parlait pas du footing matinal en plein air. Mais ça, pas besoin d’avoir obtenu un Master Degree en perspicacité pour le comprendre. Perseus n’était pas dupe et c’était bien pour cela qu’il avait posé la question, non ? D’un geste souple et désinvolture, Stubby se retourna pour retourner dans le salon récupérer leurs verres.

A son retour, ils entamèrent une conversation autour de la musique. Il s’agissait d’un sujet sur lequel ils s’entendaient facilement. Stubby sourit quand Perseus l’appela artiste – n’était-il pas en train de rougir ? Cela le touchait vraiment. On ne le qualifiait pas souvent de la sorte, à vrai dire. On préférait l’appeler chanteur, interprète, ou pire : intermittent du spectacle. Comme s’il n’était que l’exécuteur de l’œuvre d’autrui, un divertisseur. Comme s’il ne créait rien, qu’il ne laissait pas un peu de lui-même dans le processus de création. C’était Desmond Lowe, le parolier génial, le pianiste torturé, que l’on appelait artiste, pas Stubby Boardman, aussi merveilleux et flamboyant fut-il.
« Le plus consternant, c’est que ce n’est pas le label qui nous donne un délai. C’est nous qui venons à eux pour leur dire « Ok comptez sur un album d’ici telle date ». » précisa-t-il.
C’était du typique Croques-Mitaines de ne pas respecter leurs propres délais. L’écriture et la composition leur prenaient du temps. Se mettre d’accord encore plus.

Perseus demanda à Stubby de lui chanter quelque chose. L’artiste en profita pour le taquiner.
« Hmm… Peut-être que l’on pourra s’arranger. »
Stubby ne faisait pas payer ses amis et sa famille pour son talent. Cela allait de soi. Mis s’il en venait à faire des concerts privés, chose qu’il avait toujours refusée, l’addition aurait été très salée. On l’aurait payé pour son talent mais plus encore pour sa popularité. Seules les personnes aisées auraient pu se le permettre. Or, ce n’était même pas le public le plus intéressé par leur musique certainement trop populaire à son goût. Quel aurait été l’intérêt, alors ?
Stubby accéda finalement à la demande de Perseus. Il s’installa au piano et lui chanta quelque chose. Il était moins bon pianiste que Desmond. Mais il n’en savait pas moins jouer très joliment de ses longs doigts. Sa voix et l’usage qu’il en faisait était ce qui le distinguait. Quand il eut fini, il salua son public et reçut des applaudissements.
« Seulement admirablement ? » s’outra Stubby en souriant et quittant son piano. Mais plaisantait-il vraiment ?
Il retourna près de Perseus.
« Je suis bien chanceux, ce soir. »
« Tu n’as pas idée… »
« Je serais doublement chanceux si tu pouvais te placer juste là… »
Alors ça… Il ne l’avait pas vu venir.  Il regarda là où Perseus voulait qu’il se place puis ce dernier d’un air intrigué. Mais il s’exécuta malgré tout avec lenteur.
L’auteur lui avait demandé de se placer contre la fenêtre ? De là où il se trouvait, il n’y avait aucun obstacle visuel entre son regard et Stubby qu’il pouvait donc voir de la tête aux pieds. La luminosité y était également très appréciable.
« Tu ne me voyais pas déjà assez ? » demanda-t-il, badin.
Il appuya son dos contre la fenêtre avec presque lascivité, croisant les bras contre son torse avec une fausse pudeur.
« Mais tu es loin maintenant. J’ai l’impression que tu m’as mis au coin ! Au coin sous mon propre toit. »
Ils étaient à quelques mètres l’un de l’autre, alors oui, cela donnait cette impression. Avec une négligence légère, il s’assit sur le comptoir en regardant Perseus de haut en bas d’un air intéressé.
« Tu sais que tu n’as pas besoin de me mettre au coin pour me regarder ? »
Revenir en haut Aller en bas
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 222
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (draiochta)
| SANG : Pureté et noblesse dans ses veines


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alcool et Pizza | Ft. Perseus Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 129196351Ven 24 Sep 2021 - 4:01

Un sourire narquois naquit sur son visage à la proposition à peine voilée de Stubby. Il était conscient que le chanteur ne faisait pas référence à la marche rapide ou la course à pieds. Et il le soupçonnait de ne pas s'y adonner énormément. L'autre exercice physique en question en revanche... “Intéressant.” Souffla-t-il. Se relaxer, se détendre, autant de mots qui n'étaient plus réellement courants aussi bien dans son vocabulaire que dans sa vie.

Il existait un certain nombre de définitions de l'art qui se recoupaient. On différenciait l'artisan de l'artiste, et même parlait-on du cinéma - cette invention moldue - comme d'un septième art. Perseus avait décidé de son propre chef qu'il nommerait art et artiste ce qu'il voudrait. A bien des niveaux, il était plus facile pour lui de jouer selon ses propres codes. Il s'en donnait le droit. Une telle prétention trouvait sa source dans son éducation et son milieu. Le succès de ses œuvres ne faisait qu'exacerber ce phénomène. A se demander comment il faisait pour passer entre les portes. Aussi confiant fut-il, il savait qu'il ne tenait pas de délai. Il était bien incapable de dire qu'à telle date il finirait un livre.  “Mais comment faites-vous pour estimer une date ? Même approximative...” Cela lui paraissait fou de dire "dans deux moins, j'aurais écrit ceci". Si Perseus écrivait relativement vite - quand il était inspiré - il n'imposait pas une date avant que le produit ne soit fini. Il ne put d'ailleurs s'empêcher de demander des précisions.  “A quel moment vous leur dites "attendez un album à telle date" ?” Et encore, Perseus était avec lui-même. Il était le seul maître à bord pour décider...

Il tenta ensuite un changement d'ambiance et réussit plutôt bien son coup. Stubby se plia à sa demande sans broncher et s'exécuta avec application. Naturellement, Perseus l'applaudit et le complimenta. Il avait eu un extrait de concert privé. Ce qui était sans nul doute une chance. Il le nota aussi bien dans sa tête qu'à voix haute - il devenait miraculeusement audacieux. Mais de quelle manière aurait-il dû décrire cette composition ? Il existait bien des mots comparables à "admirablement" qui lui venaient à l'esprit. Trop indécis quant à la façon d'interpréter les paroles et le ton de Stubby, il choisit de les garder pour lui.  “Ce terme me semblait approprié, mais qu'aurais-tu préféré ? ” Répondit-il sur le ton de la plaisanterie. Il craignait un débat enflammé sur la question, mais l'occasion avait été trop belle. Ne pas pousser la taquinerie aurait été un choix regrettable.

D'ordinaire si prudent, Perseus s'aventurait de plus en près du soleil. Il n'avait toutefois pas l'intention de se brûler les ailes comme Icare. Et toutes ses tentatives portaient leurs fruits. Il ne savait pas vraiment ce qui lui avait pris de lui demander de se placer plus loin près de la fenêtre. La luminosité offrait un tableau des plus agréables. Mais cela ne semblait tout à fait plaire au chanteur, ou alors s'en plaignait-il pour la forme ? Dans tous les cas, la distance mise entre eux se réduisit considérablement en l'espace de quelques instants. Il eut envie de lui faire remarquer que personne ne l'avait forcé à se mettre au coin. “Une erreur que tu as tôt fait de réparer. C'est bien mieux ainsi.” Observa-t-il avec un sourire malicieux. On ne domptait pas un lion, il paraissait, ni on ne l'obligeait à quoique ce soit. Il en avait eu la preuve à l'instant. Après un moment de silence et de réflexion, il choisit de prendre à nouveau la parole. “Et ce que tu vois te plait-il ?” Demanda-t-il toujours aussi taquin en finissant la préparation. La stupidité ne faisait pas partie de de ses traits de caractère. Il avait conscience que Stubby ne s'était pas rapproché ainsi sans raison.

Les pâtes à la Bolognaise furent ensuite disposées dans un saladier. Il ne restait plus qu'à servir... 
Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 661
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Chaud bouillant


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alcool et Pizza | Ft. Perseus Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 129196351Mer 29 Sep 2021 - 23:32

L’art se ne faisait pas d’un claquement de doigts. En tout cas, pas la musique. Il ne leur suffisait pas de signer leur nom sur un bidet ou de saigner du nez sur une toile et appeler ça de l’art. Cela leur demandait un vrai travail requérant un vrai savoir-faire qui ne s’improvisait pas. Et les Croque-Mitaines étaient perfectionnistes.
« Baaaah… On leur dit quand l’album a presque fini d’être écrit et qu’on a déjà commencé à enregistrer des démos. Et on se fixe une date qui, on pense, nous laisse une large marge pour tout terminer et apporter éventuellement des modifications. » expliqua-t-il avant de lâcher un rire presque embarrassé d’à quel point c’était risible. « Mais au final, on n’arrive jamais à tenir ce délai. On arrive devant le directeur du label avec la moitié du travail fait. Le problème étant que… plus on se laisse de temps, plus on en prend. »
Être quatre décisionnaires ne facilitait pas le travail non plus. Chacun avait son mot à dire et, des fois, ça irritait Stubby.
Perseus eut le droit à un petit concert privé. Rien de bien prétentieux car très improvisé. Stubby reçut les compliments de son public. Mais cela ne lui suffisait pas. La star en voulait toujours plus.
« Hmmm… Magnifiquement. Incroyablement. Merveilleusement. Splendidement. … Somptueusement. »
Il aurait pu lui citer tous les éloges du dictionnaire. Il ne se lassait jamais des compliments. Plus il en recevait, mieux il se portait. En outre, il aimait également qu’on le voit ; mieux : qu’on le regarde. Se mettre en scène ? Cela le dérangeait le moins du monde – en admettant qu’on ne le prenne pas pour sa marionnette. Il ne resta pas bien longtemps là où Perseus lui avait demandé de se placer comme ses désirs l’attiraient ailleurs. Il réduisait par cette occasion la distance entre l’auteur et lui.
« C’est bien mieux ainsi. »
« N’est-ce pas ? »
Stubby n’avait aucune pudeur à promener ainsi son regard sur Perseus. Il estimait être dans son bon droit et on aurait été bien culotté de lui reprocher. Cela ne paraissait pas déranger l’auteur, d’ailleurs. Mais une question traversa soudain l’esprit de Stubby. Il constatait que Perseus semblait drôlement à l’aise avec la situation. Il en venait à se demander s’il avait déjà fréquenté des hommes dans le passé. Cela avait paru évidemment à Stubby que non. Mais maintenant il doutait et n’était plus du tout aussi sûr de sa première intuition. Il aurait bien aimé savoir. Il préférait savoir où il mettait les pieds pour éviter la chute.
« Je pourrais te retourner la question. » répondit-il, esquissant un sourire curieux. « Je crois que toi tu connais déjà la réponse… »
Ce qu’il voyait lui plaisait beaucoup, cela allait de soi. Perseus était un homme charismatique et il savait bien se présenter. En plus, il cuisinait. Qu’est-ce que Stubby pouvait demander de plus ? A part quelques vêtements en moins ?
Il descendit du plan de travail pour aller dresser la table tandis que Perseus finissait de cuisiner. Il dût fouiller dans quelques placards et tiroirs pour trouver ce qu’il lui fallait mais il parvint à bout de sa tâche. Il rejoignit son invité pour prendre le fruit de son travail.
« Merci, pour la cuisine. » le remercia-t-il en lui caressant presque l’avant-bras. « Promis, la prochaine fois je ferai quelque chose de mangeable. »

Il l’invita ensuite à le rejoindre dans la salle à manger pour déguster ce plat de pâtes. Pendant le repas, ils parlèrent de leurs voyages respectifs en Italie, de ce qu’ils y avaient visité et mangé. La conversation amena Stubby à parler de la cuisine orientale de sa mère et du fait qu’elle ne faisait pas si souvent que ça de plats occidentaux. Cependant, toute la conversation ne fut pas si innocente que cela. Il arriva au chanteur de glisser quelques sous-entendus, de lancer quelques regards, d’effleurer Perseus sous la table… Cela restait dans la continuité de l’ambiguïté instaurée précédemment.

1-2 : Stubby proposa de continuer la discussion dans le salon. Alors, ils s’installèrent tous les deux et parlèrent encore quelques minutes. Puis, soudainement, Stubby interrompit leur discussion en cours. « Dis, je peux te poser une question indiscrète ? » commença-t-il soudain avec un petit sourire. « Est-ce que tu as déjà fréquenté, intimement je veux dire, des hommes ? » C’était une question cash, posée avec beaucoup de curiosité et d’intérêt.

3-4 : Quand ils eurent tous les deux finis leur repas, Stubby entreprit de débarrasser la table à l’aide de la magie. Perseus s’apprêta à mettre la main à la pâte mais Stubby l’arrêta : « Non, reste assis. ». Le chanteur finit sa tâche avant de revenir vers son invité. Il lui sourit en passant sa main dans ses boucles. « C’était vraiment très bon. Merci encore. » Ils se regardèrent quelques secondes sans rien dire. Puis, Stubby s’approcha de Perseus. Il se pencha doucement pour l’embrasser en le prenant par les épaules. Mais il se redressa aussi vite qu’il s’était penché comme si ce geste n’avait que pour objectif de le remercier chastement. « On retourne dans le salon ? » demanda-t-il, avec un regard et un sourire ingénus qui ne trompaient personne.

5-6 : Quand ils eurent tous les deux finis leurs repas, ils allèrent dans le salon pour continuer leur discussion. « Je te sers de nouveau quelque chose à boire ? » demanda Stubby en souriant. « Ou tu as besoin de quelque chose ? » Peut-être que Perseus avait besoin d’aller fumer ou autre. « N’hésite pas. » N’hésite pas. Si Perseus avait besoin de quelque chose, il allait bien savoir le lui faire comprendre, non ?


Dernière édition par Stubby Boardman le Mer 29 Sep 2021 - 23:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6913
| SANG : Hasardeuse


Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alcool et Pizza | Ft. Perseus Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 129196351Mer 29 Sep 2021 - 23:32

Le membre 'Stubby Boardman' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé ' : 4
Revenir en haut Aller en bas
Perseus Flint

Perseus Flint


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 222
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hiddleston (draiochta)
| SANG : Pureté et noblesse dans ses veines


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Les cadavres de sa mère, sa sœur Briseis et son elfe de maison
| PATRONUS : Il n'est pas capable de produire un patronus corporel.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alcool et Pizza | Ft. Perseus Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 129196351Dim 10 Oct 2021 - 4:46

Ajoute à cette petite liste "magistralement" et "superbement". ” Ajouta-t-il d'un ton faussement sérieux. Plutôt avare de compliments, il ne se laissait que très rarement aller à quelques hyperboles. Non pas que Stubby était dépourvu de talents, loin de là, mais il n'aurait sûrement utilisé aucun de ces termes avec sérieux. La retenue dont il faisait preuve bien souvent en déroutait plus d'un. Il ne pensait pas à mal la plupart du temps. A son âge, on ne cédait plus réellement aux sirènes du changement. Il n'était plus le sable qui se mouvait au grès des marées. Le voilà inflexible, rigide comme du métal. Et pourtant, quelque chose d'indescriptible se jouait ce soir-là. Un infime détail, un petit rien qui faisait qu'il s'adaptait à une situation nouvelle. Pire encore, il modifiait son comportement de son propre chef sans craindre les différentes issues possibles à cette soirée à la fois banale et particulière. Curieux comme un simple élément pouvait rendre un homme tel que lui aventureux !

Il se jugeait bien chanceux au bout du compte. Et favorisé également ! Sans rougir un instant, il flirtait de manière moins innocente à présent. Il venait de passer un palier qu'il n'aurait jamais envisagé auparavant. Cette micro évolution ne lui faisait pas de mal pour autant. Il expérimentait. Dans le pire des cas, il rentrerait déçu. “Tu as su te faire comprendre, en effet. ” S'il y avait eu une certaine candeur ainsi qu'une forme de déni sans nul doute au début, elles s'étaient toutes deux effacées. L'assurance naturelle de Perseus reprenait ses droits. Ainsi d'un ton espiègle, il ajouta : “Je n'ai pas à me plaindre.” Il ne déguisait guère la vérité. Il ne semblait pas gêné qu'on le reluque comme s'il était le potentiel plan cul de la soirée.  Lui-même ne se laissait pas prier. Son regard errait ici et là, s'arrêtait à certains endroits avant de reprendre sa route. Et ce sans la moindre once de honte dans ses traits. Il dut s'arracher à sa contemplation et une conversation pourtant bien agréable pour se concentrer sur les pâtes. Elles étaient pratiquement prêtes. Stubby se proposa de mettre la table alors qu'il terminait. Il y eut un petit remue ménage qui lui tira un sourire. Il ne put empêcher une question de germer dans son esprit. Se trouvaient-ils chez Stubby ou chez Pomelo ? Il supposait que l'un n'allait pas sans l'autre. Toutefois, comme pour tant d'autres mystères tournant autour de son hôte, il choisissait de ne pas le résoudre entièrement. Car, premièrement, il n'en voyait pas l'intérêt immédiat. Secondement, il y avait des choses un tantinet plus importantes et intéressantes à penser. “La prochaine fois, c'est moi qui invite...” Répliqua-t-il d'une voix doucereuse. Il ne finit par cette phrase. Mais y avait-il vraiment une fin à celle-ci ?

Ensuite, ils entretinrent une discussion tout à fait animée, ponctuée par quelques remarques lourdes de sens et des regards aguicheurs. Les sujets s’enchaînaient sans souci. Il n'y eut nul besoin de relancer la conversation. Il lui parut que tout s’emboîtait assez bien. La fin du repas arriva finalement bien assez vite. Il demeura assis comme on l'avait intimé de le faire alors que Stubby débarrassait. Quelques remerciements étaient évidemment de mise. Il ne lui était jamais arrivé de cuisiner chez quelqu'un alors qu'on l'avait invité. Il l'avait fait quelques fois chez Morticia. Mais cela était complètement différent. Morty, il la considérait comme sa soeur, ni plus ni moins. Pas la même histoire. Pas la même ambiance. Puis vint le drame - enfin pas tellement - Stubby tenta un rapprochement. Tout à fait chaste, mais assez pour qu'il reste figé pendant quelques secondes. La proposition de se rendre dans le salon le sauva d'une certaine manière et lui permit surtout de reprendre consistance. “Oui.” Souffla-t-il en se levant lentement pour le suivre vers la pièce où de toute évidence la soirée se poursuivrait.

1 - 2 : Perseus n'était pas exactement à son aise, mais s'en sortait plutôt bien. Il avait tenté plusieurs approches toutes se soldant par une réussite plus ou moins grande.  Il ne sentait pas ridicule. Du moins pas pour le moment. Il avait eu des moments de flottement, rien de bien dramatique toutefois. “Je prendrais bien un dernier verre pour finir cette belle soirée. ” Il n'avait pas envie de partir, pas de suite... Et un dernier verre semblait être une bonne manière de prolonger la soirée.

3 - 4 : Même s'ils avaient poursuivi leurs échanges verbaux de manière assez naturelle, il voulait revenir sur un point qui restait sans réponse. Alors avec un sourire en coin, il prit donc la parole : “ Il ne me semble pas que tu m'aies dit ce que souhaitais en échange d'une chanson... ” Oh il avait une idée ou deux, mais il voulait les entendre étrangement...

5 - 6 : “ Ce fut une très bonne soirée, je te remercie. ” Dit-il sincèrement. Une soirée avec quelques péripéties inattendues. Il avait fait le choix de s'en accommoder et prit parti d'en tirer le "meilleur". Et alors qu'il cherchait quelque chose à dire, il fut pris par une certaine audace. Il s'avança donc vers Stubby pour l'embrasser...  


Dernière édition par Perseus Flint le Dim 10 Oct 2021 - 4:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6913
| SANG : Hasardeuse


Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alcool et Pizza | Ft. Perseus Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 129196351Dim 10 Oct 2021 - 4:46

Le membre 'Perseus Flint' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé ' : 2
Revenir en haut Aller en bas
Stubby Boardman

Stubby Boardman


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 661
| AVATARS / CRÉDITS : ★ MIKA
| SANG : ★ Chaud bouillant


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alcool et Pizza | Ft. Perseus Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 129196351Mer 13 Oct 2021 - 10:37

Stubby n’avait pas invité Perseus pour jouer au Monopoly. Ah ça non !
Il avait évidemment invité l’auteur parce qu’il avait des petites idées derrière la tête sur comment il aimerait que la soirée se termine. Il n’avait pas non plus accordé sa soirée à Pomelo pour rien (alors qu’ils auraient pu bénéficier de pizze bien cuites). C’était prémédité… au cas où il se passerait quelque chose. Sinon indispensable et certain, cela lui semblait être une éventualité à considérer plus ou moins sérieusement.
Depuis l’adolescence, Stubby trouvait Perseus très charmant. A chaque fois qu’il l’avait recroisé, ça lui avait sauté aux yeux. Il fallait croire que ses goûts en matière d’homme n’avaient pas beaucoup changé depuis cette époque. C’était quelque chose que l’auteur dégageait. De la froideur, du charisme. Si Stubby avait l’occasion de concrétiser enfin quelque chose avec lui, il n’allait pas s’en priver. Ce serait comme une victoire, finalement. Il avait réussi à amener dans son lit un fantasme de presque toujours. Perseus avait l’air disponible et disposé. Autant disponible et disposé qu’un hétéro, jusqu’à preuve du contraire, puisse l’être. L’ambiguïté n’existait plus entre eux. En tout cas, pas celle qui mettait le doute. Ils savaient tous les deux vers quoi ils avançaient.
Après le repas et un baiser furtif qui eut l’air de décontenancer Perseus (il n’avait, en effet, jamais connu d’homme), ils se rendirent dans le salon. Stubby invita son convive à s’installer. Celui-ci demanda quelque chose à boire.
« Ah, toi tu vois pour terminer une « belle soirée » ? » s’étonna Stubby avec un doux taquin. « Quelle drôle d’idée… »
Néanmoins, il alla quand même lui chercher ce qu’il désirait. Il revint avec un seul verre. « Puis-je ? » Il s’installa tout proche de Perseus, tourné vers lui. Il passa son bras derrière lui, l’appuyant sur le dossier du canapé. Il but une toute petite gorgée du breuvage d’un air malicieux avant de le donner à son invité. Un certain silence s’installa pendant quelques secondes pendant lesquelles Stubby s’empara de la main libre de Perseus. Il la regardait pensivement, la manipulait avec intérêt.
« J’aime tes mains. »
Il caressait subtilement la peau avec son pouce en remontant sur son avant-bras. Il y allait doucement pour ne pas brusquer le garçon. De l’autre main, il effleurait ses mèches.
« J'ai une meilleure idée. Quand tu auras fini ton verre… On pourra finir cette "belle soirée" en bas, si tu veux… » lui murmura-t-il à l’oreille.
En bas se trouvait sa chambre. Il prit la main de Perseus pour la poser sur sa cuisse. Il pouvait difficilement faire plus clair comme proposition. Perseus ne l’avait toujours pas repoussé. Mais ça n’empêchait pas Stubby de prendre certaines précautions. Jusque-là, l’auteur n’avait fait aucune avance physique. Il ne voulait pas le contraindre en allant trop loin. Il savait d’expérience que ce genre de chose, en fonction de l’homme, pouvait être délicate.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alcool et Pizza | Ft. Perseus Alcool et Pizza | Ft. Perseus - Page 2 129196351

Revenir en haut Aller en bas

Alcool et Pizza | Ft. Perseus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» La Cerise s'efface, le Bien trépasse [hentaï, PV Vaelz]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Royaume-Uni :: Angleterre :: 
Les lieux d'habitations
-