Le nouveau design est installé ! Nous remercions chaleureusement l'Ecureuil pour son travail magnifique !
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
-50%
Le deal à ne pas rater :
Nike Sportswear Club Fleece – Sweat à capuche
29.97 € 59.99 €
Voir le deal

Partagez

Les loups sans meute w/Ronan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Hermes Nott

Hermes Nott


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 147
| AVATARS / CRÉDITS : Vianney / Ava by jenesaispas / Icons by Renegade, Code by Drake
| SANG : Pur, de toute évidence


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une péripatéticienne dans sa tenue de Lilith.
| PATRONUS : Ne produit pas de Patronus
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les loups sans meute w/Ronan Empty
MessageSujet: Les loups sans meute w/Ronan Les loups sans meute w/Ronan 129196351Mar 5 Oct 2021 - 1:09

Certains rendez-vous se devaient d’être honorés, même quand le coeur n’y était pas.

L’honneur, pourtant, était tout à fait pour son invité qui aurait dû se sentir particulièrement flatté d’être ainsi convié après son attitude déplorable. Les événements de l’été avaient laissé une marque particulière dans l’esprit du sang-pur qui vivait une forme de syndrome de Stockholm inversé, s’étant lui-même senti tout à fait pris au piège car c’était bel et bien là la réalité de ce qu’il avait vécu. Évidemment, la certitude d’être en parfaite sécurité ainsi que la possibilité de s’enfuir, s’il le voulait, avait allégé sa peine par rapport aux autres âmes qui avaient vécu un réel désarroi. Mais Hermes n’avait pas failli à sa tâche, et s’était révélé un véritable otage, n’abusant que bien peu de ses privilèges pour ne pas risquer d’éveiller le moindre soupçon. Anéantir quelques espoirs du bout de sa baguette, comme ce ridicule patronus, c’était là tout ce qu’il s’était permis. Mais le sorcier trop bien né avait lui aussi souffert de la faim, de l’inconfort, du stress ambiant, du manque d’hygiène aussi - et surtout. C’était un fait, Hermes avait souffert pour la cause, lui, et c’était un mal bien nécessaire quand on savait ses comparses incapables de mener à bien la plus simple des missions. Aucun autre mangemort n’aurait sacrifié autant que lui. Aucun autre n’aurait accepté de respirer si longtemps le même air que cette plèbe crasse et désespérée, désespérante.

Le regard perdu devant un tableau qu’il ne contemplait même pas, Hermes passa son pouce sur la minuscule cicatrice dont il avait hérité, jurant qu’il ferait payer à son auteur cette insolence. Manquer de lui couper la jambe n’avait pas suffi à épancher sa soif de vengeance. Vacaresco payerait, et au centuple, ce geste malheureux qu’il avait eu à son encontre. En attendant, il avait d’autres comptes à régler, même si la perspective de rabaisser ce pédant artiste ne le réjouissait pas plus que ça. « La mise en place est faite, Monsieur. Comme vous l’aviez demandé. » Son regard noisette coula jusqu’à Allegra, vaillante petite abeille ouvrière qui lui obéissait au doigt et à l’oeil. « Bien. » « Êtes-vous sûr que c’est une bonne idée de… » Immédiatement, il lui coupa la parole. « Nous avons quelques affaires à régler, Monsieur Malone et moi. Il est temps que cet homme comprenne quelle est sa place, et qu’il a autant besoin de nous que l’inverse. » Il voyait bien que son employée ne comprenait pas son ressentiment, elle qui portait aux nues ces artistes imbéciles qui se croyaient tout permis. Mais qu’importait. « Laisse-moi seul avec lui, veux-tu ? » C'était là plus un ordre qu’une demande et docile, l’acheteuse fila en direction de son appartement sans demander son reste. Au moment pile où une silhouette se faufilait par la porte. Hermes attendit de longues secondes avant de lui porter un quelconque intérêt, forçant finalement un sourire pour l’accueillir. « Ah, Monsieur Malone ! Ravi de mettre enfin un visage sur les quelques mots que nous avons échangés. » Double mensonge. Hermes n’était pas ravi, et connaissait parfaitement les traits de cet homme vaniteux dont l’art s’était récemment vu entaché par l’intervention ratée de ces mangemorts qui l’étaient tout autant. Mais lui qui se targuait d’être un génie méritait qu’on le rabaisse à la place qui était la sienne. Lui tendant la main pour la lui serrer, le sang-pur eut finalement un geste amical et forcé pour l’inviter à passer dans la seconde partie de la galerie. Il avait spécifiquement demandé à y déplacer toutes les oeuvres de l’américain, invisibles ainsi aux premiers coup d’oeil des acheteurs. « Vous me voyez désolé de n’avoir pu vous recevoir plus tôt. Mais l’Art et ses déboires, n’est-ce pas ? Je n’ai pas eu une minute à moi. Toutefois… » Passant dans la seconde partie de la galerie, Hermes jubila finalement en voyant que les toiles de Malone - et pas toutes, encore, certaines ayant trouvé place dans la réserve - étaient reléguées tout au fond de l’espace, laissant d’autres croûtes leur voler la lumière. « Il me tardait de vous rencontrer. C’est que vos toiles, très cher, ne rencontrent pas le succès escompté. » Première taillade dans l’ego de l’insolent. Hermes afficha un air contrarié qui contrastait avec le plaisir malsain qu’il ressentait. « Mais peut-être n’avons-nous pas su saisir ce qui vous inspire ? » C’était là une certitude. Hermes ne voyait dans ces toiles qu’une débauche de couleurs criardes et vulgaires. Mais en bon amateur d’Art qu’il feignait d’être, il lui fallait jouer son rôle. Un de plus à ajouter à la longue liste de ses multiples et avenantes personnalités.
Revenir en haut Aller en bas
Ronan Malone

Ronan Malone


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 171
| AVATARS / CRÉDITS : Daniel Brühl | bloodywondersden
| SANG : Né-moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : Un boeuf.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les loups sans meute w/Ronan Empty
MessageSujet: Re: Les loups sans meute w/Ronan Les loups sans meute w/Ronan 129196351Mar 5 Oct 2021 - 22:39

Que d'éprouvantes dernières semaines pour les nerfs de Ronan. Le pauvre homme sortait d'une lune difficile, plus difficile encore que les autres semblait-il. Sa potion tue-loup n'était définitivement pas au point, et s'il était ravi de faire parti de cet échantillon test de loups-garous pour l'essayer et donner des retours dessus, néanmoins, il était mécontent de part son perfectionnisme que tout ne soit pas parfait. Aussi, c'est avec des cernes particulièrement creusées qu'il pénétra dans l'Olympus Art Gallery ce jour-là. S'il n'avait pas été habillé avec des habits de marque, sans doute aurait-on pu croire qu'il s'était égaré en des lieux qui ne lui convenaient pas. Mais non, non, Ronan était comme un poisson dans l'eau au milieu des peintures, bien que celles qu'il voyait sous ses yeux étaient sans aucun doute médiocres en comparaison des siennes. Car dans le plus profond de sa fatigue, l'Américain n'en perdait toutefois pas le nord et c'est gonflé d'orgueil qu'il avait accueilli le rendez-vous qu'il devait avoir avec Hermes Nott. Gonflant son torse comme un petit coq devant la glace de son Atelier, l'homme avait finalement transplané après avoir enfilé un pantalon noir et une chemise blanche à souhait. Très pâle, finalement, pour un homme haut en couleur comme lui. Mais s'il ne rechignait pas à déverser des couleurs sur les toiles qui devenaient des oeuvres, Malone était moins enclin à se montrer original lorsqu'il était question de sa façon de s'habiller. Son exubérance ne se trouvait donc que dans son tempérament. Ronan afficha un sourire placide en réponse au gérant de la galerie, pas parce qu'il ne désirait pas se montrer amical, mais davantage parce que la fatigue lui plombait les membres. « Monsieur Nott » répondit-il en se forçant à dévoiler un sourire qui montrait ses dents blanches. Il lui serra la main avec sobriété, se sachant maître du monde dans un endroit qu'il maîtrisait. Car toutes les galeries d'art étaient les mêmes, non ?

Aussi, cela lui avait particulièrement sauté aux yeux que de ne pas voir ses œuvres exposées à l'entrée. Quoi, où avait-on osé le reléguer ? Chez les amateurs ? L'ego montgolfière de l'Américain en prenait un coup mais il ne voulait pas encore exploser comme un ballon de baudruche. Et que dire, que dire, que de les voir reléguées au fond de la galerie ? Pour un homme aussi théâtral que lui, il s'agissait là d'une provocation qui faisait état de déclaration de guerre et il eut une pulsion brutale d'enfoncer la tête de cet individu à travers une toile nauséabonde qui était à côté, là. Aux teintes ternes, mornes et verdâtres. Les paroles douces de l'homme traversaient d'un côté à l'autre les oreilles de l'Artiste : « Faut-il que vous sachiez les exposer » répondit-il d'un ton sec en claquant la langue contre son palais, « mettre des toiles aux teintes vives dans l'obscurité, quelle obscène idée ». Obscène oui, rien que ça. Ronan se détacha du gérant pour s'approcher de l'une d'elle, qu'il décrocha sans crainte. C'était la sienne après tout, qu'on vienne lui dire qu'il n'avait pas le droit d'y mettre ses mains. Celle-ci valait plusieurs centaine de gallions et il ne doutait pas qu'exposée à l'entrée, elle trouverait rapidement preneur : « Exposez-là donc à l'entrée » fit-il à l'attention de Nott, comme s'il était dans son bon droit, « et peut-être que vous ne ferez pas de pertes ce mois-ci. Ce n'est pas en exposant ainsi... ça... ». La grimace s'était dessinée en même temps qu'il avait désigné la toile aux accents verts désagréables. Un frisson glacé le parcouru avec violence et il détourna le regard. C'était laid et dénué de talent. Peut-être était-ce l'oeuvre d'Hermes Nott après tout.


(618)
Revenir en haut Aller en bas
Hermes Nott

Hermes Nott


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 147
| AVATARS / CRÉDITS : Vianney / Ava by jenesaispas / Icons by Renegade, Code by Drake
| SANG : Pur, de toute évidence


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une péripatéticienne dans sa tenue de Lilith.
| PATRONUS : Ne produit pas de Patronus
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les loups sans meute w/Ronan Empty
MessageSujet: Re: Les loups sans meute w/Ronan Les loups sans meute w/Ronan 129196351Ven 8 Oct 2021 - 4:47

L’heure n’était plus à la flagornerie.

Pourtant, Hermes était habitué à flatter des egos presque aussi démesurés que le sien - mais fallait-il être une personne bien triste pour avoir besoin de l’avis des autres pour se sentir mis en valeur. Toutefois, c’était un mal nécessaire parfois, et le sang-pur savait aussi bien tirer sur la corde sensible pour faire mal que pour plaire. Nul doute qu’en temps normal, il aurait bien volontiers asséné une salve de compliments à cet homme qui n’en méritait pas tant pour l’attirer dans l’une de ces soirées mondaines dont il avait le secret et qui le ravissait tant. Mais la période avait raréfié les festivités, et surtout, Ronan Malone avait par son comportement déclenché la fureur froide de l’héritier des Nott. Aussi comptait-il bien lui donner une leçon à sa manière en manipulant un peu les faits : si les toiles de Malone ne se vendaient pas, c’était bel et bien car il ne les mettait pas en avant - et aussi car les gens avaient d’autres préoccupations que l’art ces derniers temps, mais soit. Aussi était-il particulièrement satisfait de lui exposer cet état de fait, et le visage de l’artiste qui se prenait pour un génie en disait long sur la vexation qu’il ressentait. Attaqué en plein dans sa fierté, l’américain lui décocha une phrase qui se voulait insultante, mais Hermes resta bel et bien de marbre, l’observant avec un air tout à fait détaché, comme l’aurait fait un parent devant les caprices de l’enfant d’un autre - avec donc une pointe de jugement. Voilà que Malone comptait lui donner une leçon sur la façon de mettre en valeur les jolies choses, si tant est qu’on puisse qualifier son art de la sorte. Le fait était pourtant qu’Hermes était un esthète, et qu’Allegra était également une femme de goût qui savait mettre en relief ce qui le méritait.

Comme en terrain conquis, son invité qui se croyait donc maître en ces lieux s’empara de sa propre toile. Le sang-pur haussa un sourcil, gageant que c’était là un sacré manque d’éducation que d’agir de la sorte envers une personne sans qui cet homme ne serait rien. Car les peintres avaient beau se croire intouchables, sans une surface sur laquelle exposer leurs croutes, leur art pitoyable n’était bon qu’à égayer un peu l’intérieur de leur antre de créativité. Décidément, l’ego de cet homme était tout à fait à l’image de ce qu’il s’était imaginé en le croisant une première fois, impression qui s’était renforcée en lisant sa mélodramatique lettre qui avait déclenché son ressentiment. « Allons, allons, Monsieur Malone. » Son ton était volontairement infantilisant, à la limite de la condescendance. Pour autant, cela n’arrêta pas l’homme dans sa lancée alors qu’il dénigrait une autre oeuvre qui était, c’était bien vrai, d’une laideur sans pareille. L’art le laissait de toute manière si indifférent qu’il n’en affichait chez lui que pour les apparences, et aucunement car poser son regard sur une oeuvre l’emplissait de joie, ou quoi que ce soit. Tout juste était-ce une part de son inestimable patrimoine, rien de plus. « Loin de moi l’idée de vous mettre en concurrence avec vos contemporains. » Faux, totalement faux. « Nous savons l’un comme l’autre que certains ne supporteraient pas la comparaison. » À commencer par ce grossier et vaniteux personnage. « Quant à l’emplacement de votre oeuvre… croyez bien qu’elle a fort longtemps été la pièce maîtresse de notre galerie. À dire vrai, nous l’avions même laissé sur nos murs alors que nous étions tous piégés ici. » Histoire de bien rappeler à cet homme à quel point son comportement avait été déplacé, bien qu’il doute très fortement que cela ne lui apparaisse vraiment. Malone était un sans-gêne, un rustre. Le regard noisette d’Hermes se posa sur l’oeuvre, glissant sur le coin qui avait été imprégné de l’humidité de ses propres cheveux le temps d’une conversation dont il avait gardé le souvenir. Étonnant que l’homme n’ait pas remarqué ce détail, infime certes, mais tout de même. « Mais peut-être est-ce le problème, d'ailleurs. » Hermes avança jusqu’à l’un des murs de la pièce où se trouvait une petite console, et retira le bouchon de sa carafe de cristal pour venir servir deux whisky avec une certaine lenteur. Lui-même n'aimait pas tellement cela, mais l’alcool lui semblait tout à fait correspondre au tempérament de cet homme. Violent, sans subtilité aucune, rien à voir avec la finesse d’un excellent champibulle par exemple. « Je crains que vos oeuvres ne soient un peu trop… passionnées pour nos acheteurs actuels. » Doucement, Hermes préparait le terrain pour la suite. C’était qu’il était correctement renseigné, et sur bien des choses qui échappaient au commun des mortels. « Voyez-vous, je gage que les événements de cet été ont eu un impact sur le coeur de nos visiteurs. De notre communauté toute entière d’ailleurs. Certes, nous n’en avons pas tous eu la même expérience… » Alors qu’il apportait le verre à son déplorable invité, Hermes laissa volontairement sa phrase inachevée. Si d’aventure Malone profitait de la brèche pour se plaindre de sa créativité entachée par l’été passé loin de ses propres toiles, comme le bon nombriliste qu’il était, alors il serait tout à fait disposé à lui asséner assez rapidement le joli coup de grâce qu’il avait en réserve - comme ses autres toiles, d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Ronan Malone

Ronan Malone


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 171
| AVATARS / CRÉDITS : Daniel Brühl | bloodywondersden
| SANG : Né-moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : Un boeuf.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les loups sans meute w/Ronan Empty
MessageSujet: Re: Les loups sans meute w/Ronan Les loups sans meute w/Ronan 129196351Lun 11 Oct 2021 - 19:30

Ronan avait toujours considéré les galeries comme quelque chose qui relevait surtout de l'option que de l'obligation. Il n'était plus ce jeune peintre démarrant sur le marché de l'art. Si une galerie était utile comme tremplin, un homme comme lui se délectait plutôt de voir ses œuvres vendues simplement pour trôner dans un magnifique salon. Le fait est que Ronan aimait qu'on l'admire mais tout le monde ne pouvait pas nécessairement avoir accès à l'art, son art, son talent. La peinture était une fenêtre sur ce qu'il était réellement. Mais pour autant, il avait laissé quelques unes de ses œuvres à Monsieur Nott pour qu'il les prenne en charge, les expose à sa guise. Rappeler au monde que Malone ne s'offre pas à n'importe qui et que n'importe qui ne peut acheter ses toiles. Aussi décida-t-il de faire comprendre à l'homme qu'il n'était après tout personne. Ses toiles portaient le nom de "Lenny" et Lenny, c'était lui. Elles étaient sa propriété et il serait ravi de donner un entretien à Sorcière Hebdo pour expliquer pourquoi il a rompu le contrat avec l'Olympus Art Gallery. Il lui semblait que c'était une chose très appropriée à faire et le ton de son interlocuteur fit plisser le regard de l'Américain. Plus venimeux. Plus survolté. « Je vous demande pardon ? » fit-il d'un ton interdit. Laisser son Œuvre, sur un mur, pendant la prise d'otage ? Là où n'importe quel doigt sale pourrait finir sur la peinture claire ? Là où n'importe quel individu dépourvu de toute sensibilité pourrait saccager son art ? « Je vous croyais plus professionnel » ajouta-t-il d'un ton froid en regardant sa toile pour y chercher une trace, une seule, qui ferait définitivement éclater son courroux. « Je n'ai donc pas eu tort de vous envoyer du courrier » asséna-t-il encore d'un ton impitoyable. Et là, en bas de la toile, l'horreur. Le visage de Ronan perdit trois teintes aisément alors qu'il approchait son nez de la tâche. Et ses joues prirent rapidement la teinte inverse, rouge, en colère. Lorsqu'il releva les yeux pour faire éclater sa rage, le propriétaire s'était enfuit pour se réfugier dans un whisky et l'homme eut envie de lui éclater le verre sur la tête, de faire traverser celle-ci dans la toile qu'il avait abîmé par son manque de professionnalisme.

Quel grossier, grossier sauvage !

La rancune de Malone semblait suinter sur la peinture qui se mouvait sur la toile. Lorsqu'il lui ramena son verre, il le prit mécaniquement sans néanmoins le toucher. Il n'avait pas envie de boire. Ses jointures étaient blanches autour du verre rendu ambré par l'alcool écossais. « Les événements de l'été ont eu un impact sur tout le monde » fulmina Ronan en serrant toujours très fort son verre, « pour ceux qui étaient là et ceux dehors. Cela ne change rien, néanmoins, à ce que l'on ressent devant une œuvre ». Il passa sa langue sur ses canines, discrètement, vieux toc qu'il avait depuis que son sang était sali de la malédiction du lycanthrope : « Ces toiles ont déjà une liste longue comme le bras de potentiels acheteurs » continua-t-il comme si la question de la prise d'otage n'était que très futile, « vous regretterez vite de vous priver de mon nom. Mais ma foi. Ce n'est plus mon problème ».


(555)
Revenir en haut Aller en bas
Hermes Nott

Hermes Nott


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 147
| AVATARS / CRÉDITS : Vianney / Ava by jenesaispas / Icons by Renegade, Code by Drake
| SANG : Pur, de toute évidence


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une péripatéticienne dans sa tenue de Lilith.
| PATRONUS : Ne produit pas de Patronus
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les loups sans meute w/Ronan Empty
MessageSujet: Re: Les loups sans meute w/Ronan Les loups sans meute w/Ronan 129196351Jeu 14 Oct 2021 - 8:03

Les esprits vaniteux étaient si faciles à offenser.

Preuve en était, Hermes lui-même s’offensait de tout. La médiocrité du monde qui l’entourait ne faisait que heurter chaque jour ses propres sensibilités et ses croyances dont il ne savait se départir, à la différence près que son self-control lui permettait de maintenir les apparences. Ce n’était toutefois pas le cas de son adversaire du jour car oui, affrontement il y avait, bien que leurs baguettes respectives soient correctement rangées dans leurs poches - pour l’instant. Malone faisait parti de ces rupins qui croyaient pouvoir graviter dans les mêmes cercles que les gens de la haute société, sous prétexte qu’ils avaient un peu de talent et qu’ils empruntaient les mêmes tournures sophistiquées. Mais il lui manquait cette classe certaine qu’on ne pouvait acheter ni feindre, et surtout cette froideur nécessaire pour encaisser les coups les plus bas que l’aristocratie distribuait. La vengeance ne s’obtenait pas en geignant, ni même en réagissant au quart de tour, comme le fit le peintre, et comme l’avait prévu Hermes. Mais que les gens étaient prévisibles, c’était d’un ennui…

D’abord, il y eut cette offuscation lorsqu’il s’imagina son chef-d‘oeuvre - le mot était trop fort cela dit - au milieu d’âmes misérables, indignes de poser ne serait qu’une seconde le regard sur sa toile. Le sang-pur aurait pu partager ce sentiment, lui qui avait dû endurer cette compagnie des semaines durant, et qui avait répugné les premiers temps à voir la plèbe investir ce lieu trop beau pour eux. Hermes l’écouta donc s’outrer en silence, poursuivant la conversation comme si tout ça n’avait aucun impact. Qu’il remette en question son professionnalisme ne l’atteignait pas le moins du monde, car l’Art n’était qu’un domaine de surface, là où il se serait bien plus vexé si on avait osé émettre des doutes sur ses aptitudes de dresseur et d’éleveur de chevaux. Aussi ne se départissait pas de son sourire avenant, même si la mention du courrier le fit légèrement tiquer. Mais garder tout son calme lui permit de pouvoir se délecter de la vision du peintre qui prenait les mêmes teintes que son ignoble toile, alors qu’il le surveillait du coin de l’oeil tout en jouant les hôtes modèles. Enfin ! Enfin avait-il remarqué ce qui était, indéniablement, une énorme faute professionnelle qu’Hermes aurait pu arranger d’un coup de baguette. Mais à quoi bon ? Toujours était-il que pour un esthète si narcissique, il lui en avait fallu du temps.

L’héritier Nott ne laissa toutefois pas le temps à l’américain de laisser exploser sa colère, et préféra en rajouter une couche, si l’on tirait le fil de la métaphore artistique. De quoi donner au peintre l’occasion de laisser éclater toute la ferveur de son indifférence quant à la situation qui s’était déroulée ici - tout de même, ne savait-il pas au moins faire semblant ? Hermes apprécia observer quelques signes de son agacement, qui transparaissait au delà de sa voix sèche, trempant ses lèvres dans l’alcool de bonne qualité, mais trop fort pour son délicat palais. Au moins boire l’empêchait-il de rétorquer car non, non monsieur, l’impact n’avait pas été le même. Car même un esprit comme Hermes, pourtant si froid et détaché, dénué d’empathie la majeure partie du temps, avait souffert d’avoir été à l’intérieur. Quel esprit indigent et futile… Quant au fait de croire que l’état d’esprit des uns n’influaient pas sur le ressenti devant une toile, c’était prodigieusement imbécile. Et cela venait de quelqu’un qui ne ressentait strictement rien devant ces gribouillis ridicules. « Je crains que nous ne partagions pas tout à fait le même avis. » La politesse l’avait obligé à dire quelque chose de démagogue. Mais Ronan Malone n’était pas du genre à s’attarder sur autrui et recentra donc le discours sur lui. Prenant un air peiné, Hermes poussa un léger soupir en l’entendant alors que c’était là une issue tout à fait logique et préméditée. « Je déplore que nous ne parvenions pas à discuter, Monsieur Malone. » Car ca n’était pas une conversation, loin de là. L’homme ne semblait écouter que lui, et puisqu’il en était ainsi, Hermes comptait bien lui faire prêter un peu plus attention à ses propos en choisissant fort soigneusement ses mots. « Mais nos noms n’étaient certainement pas fait pour se rapprocher. » C’était un fait indéniable. D’ailleurs, aucun nom n’était à la hauteur de celui des Nott, s’il était besoin de préciser. Mais il était désormais temps de ruiner sa sortie qu’il allait vouloir dramatique. « Peut-être devriez-vous exposer vos oeuvres aux yeux de ces chers moldus ? » Le mot lui arracha la langue, mais il n’en montra rien, jouant comme toujours son rôle d’intolérant désormais repenti - ce que son interlocuteur n’était pas, et il le savait. « Après tout, c’est un monde duquel vous semblez familier. » Sa voix se perdit dans les méandres de l’alcool brun alors qu’il y trempait à nouveau ses lèvres qui affichait désormais un sourire plus large, que d’aucuns auraient pu qualifier de machiavélique. Mais c’était là une référence moldue indigne d’Hermes Nott.
Revenir en haut Aller en bas
Ronan Malone

Ronan Malone


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 171
| AVATARS / CRÉDITS : Daniel Brühl | bloodywondersden
| SANG : Né-moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : Un boeuf.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les loups sans meute w/Ronan Empty
MessageSujet: Re: Les loups sans meute w/Ronan Les loups sans meute w/Ronan 129196351Mer 20 Oct 2021 - 19:54

On dit de certains clébards qu'ils ont le regard d'un loup quand ils nous fixent. Sans doute que cette expression n'avait jamais été aussi réelle pour Ronan. Ronan qui était, malgré lui, une abomination magique malgré son sang largement moldu. Et comme à chaque fois qu'il sentait la colère traverser ses membres comme des courants électriques, pulser dans ses doigts avec violence, il avait ce regard particulièrement animal qui regrettait de ne pas devenir monstre comme une fois chaque mois. Étonnant que son verre ne lui ai pas encore éclaté entre les doigts, bien qu'il soit probable qu'il ne sente même pas les entailles. L'adrénaline teintée de rage effacerait, à n'en point douter, toutes les douleurs du monde.
Même si, en l'occurrence, il y en avait bien une qui semblait difficile à ignorer. Une peine qu'il ressentait jusque dans son âme, celle qui avait peinte cette toile qu'il tenait contre lui, comme un enfant contre son père. Malone n'était peut-être paternel qu'avec ses propres peintures, c'était dire la tristesse. Les paroles faussement désolées du propriétaire de la galerie attisaient la rage de l'Américain comme on jetterait de l'huile sur un feu de camp - bien qu'il était raisonnable d'admettre, à cet instant, que n'importe quels mots autres que ceux qu'il voulait entendre suffiraient à le mettre d'autant plus en colère. Il avait toujours été quelqu'un d'emporté, c'était dans ses gênes. Lui qui se rappelait bien peu de ses parents pourrait toutefois dire sans hésiter qu'il tenait cela de sa propre mère. Et cette fâcheuse tendance de s'écouter parler, cela venait sans nul doute de son père. Quel étrange et déplorable mélange cela avait-il donné ? Un peintre imbus de lui-même, n'ayant au centre de sa vie que sa propre existence, son propre talent, son propre Art. « A n'en point douter » répondit-il d'un ton cassant. A n'en point douter, que leurs deux noms n'étaient pas faits pour se rapprocher. Nott perdait des toiles de choix dans sa galerie, car après un affront pareil, ce n'était certainement pas lui qui allait revenir la queue entre les jambes... Toutefois, la suite de la conversation prit un tour qui lui fit lâcher un énième : « Je vous demande pardon ? » d'un air à la fois courroucé et stupéfait. Exposer aux yeux des moldus, lui qui peignait des toiles mouvantes ? Pour quoi faire ? Briser le secret magique ?

La dernière phrase de l'homme lui fit plisser le regard. S'il avait été plus expressif, il aurait été bouche-bée. Comment cet homme pouvait-il savoir ? Où avait-il été mettre son sale nez de fouine ? La stupéfaction se mêlait à sa colère dans une danse particulièrement macabre et ce qui devait arriver, arriva. Malone fit exploser le verre qu'il avait entre ses doigts, manifestation de sa force physique en même temps que sa force magique. Il ne sentit pas la moindre entaille dans sa main, seulement le liquide chaud de son propre sang qui coulait sur sa peau pour goutter au sol dans un rythme de métronome. « Puis-je savoir ce qui vous fait dire cela ? » demanda-t-il encore. Poing serré, Ronan s'enfonçait, sans même s'en rendre compte, les débris de verre plus profondément encore dans la chair.


(538)
Revenir en haut Aller en bas
Hermes Nott

Hermes Nott


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 147
| AVATARS / CRÉDITS : Vianney / Ava by jenesaispas / Icons by Renegade, Code by Drake
| SANG : Pur, de toute évidence


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une péripatéticienne dans sa tenue de Lilith.
| PATRONUS : Ne produit pas de Patronus
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les loups sans meute w/Ronan Empty
MessageSujet: Re: Les loups sans meute w/Ronan Les loups sans meute w/Ronan 129196351Lun 27 Déc 2021 - 0:29

La patience n’était-elle donc la vertu que des grands de ce monde ?

La réponse était évidente, quand on savait à quel point le bas-peuple se laissait guider par ses basses impulsions, ses envies primaires qui reléguaient au second plan toute réflexion. Et Ronan Malone faisait indéniablement parti de cette catégorie qu’Hermes méprisait, sans compter que son envie de se prendre pour un homme qu’il n’était décidément pas le rendait presque physiquement malade. La flamme qui brillait dans ce regard impulsif était mauvaise, aussi mauvaise que celle qu’on retrouvait chez lui en plein acte meurtrier certes, mais jamais en société. Fallait-il être vulgaire… Pourtant, le sang-pur se délectait du spectacle, car rien ne valait la sensation de supériorité qui se révélait quand l’autre perdait ainsi ses moyens. Malone se pensait intouchable, derrière ses toiles sans âme, mais force était de constater que de simples mots habilement choisis pouvaient faire ressortir ce naturel qu’il ne pouvait pas cacher. Et le peintre était naturellement rustre et décadent, dépourvu de toute classe, voire même de dignité. Cette façon de marquer sa surprise, pour la seconde fois de la conversation d’ailleurs, n’avait de distingué que la tournure, car son visage trahissait son indignation si fort que jamais un tel homme n’aurait pu survivre une soirée mondaine sans s’attirer les foudres discrètes, mais venimeuses, des aristocrates si prompts à juger le dos à peine tourné. Il n’était toléré dans leurs cercles que parce qu’il était une distraction passable, comme tous ces artistes que lui-même flattait pour mieux les critiquer une fois la mascarade entamée.

Hermes ignora donc sa remarque, ajoutant toutefois un peu de précision en assénant sa petite pique qui lui sembla somme toute bien placée. La réaction que sa simple phrase provoqua lui déclencha un frisson de plaisir dans la colonne, bien que la scène conférait tout de même au grotesque. Le verre éclata comme s’il s’était agi là d’un cristal de piètre qualité - et ça n’était pas le cas. Mais la puissance n’avait jamais effrayé l’héritier Nott, lui-même habitué à la sentir à chaque fois qu’il montait un étalon, animal ôh combien plus noble et fort que l’être qui lui faisait face. Mais Hermes savait plier qui il souhaitait à sa volonté, quels qu’en soient les moyens d’ailleurs. La douceur et la fermeté pour ses précieuses bêtes, la sournoiserie et les vérités blessantes pour l’homme qui d’ors et déjà montrait qu’il n’était qu’un animal. Dans un élan de pragmatisme, Hermes songea à quel point le sang avait déjà trop imprégné le sol de sa glorieuse galerie, et qu’il lui faudrait appeler Allegra pour nettoyer le carnage - hors de question de s’abaisser à pareille tâche, aussi simple soit-il de nettoyer d’un coup de baguette. Le bois de cerisier n’était pas fait pour les corvées ingrates. Sans montrer la moindre once d’étonnement donc, Hermes jeta un regard détaché à son interlocuteur, pas ému le moins du monde à la vue de son sang impur, pas disposé non plus à l’aider car après tout, n’était-il pas l’artisan de son propre malheur ? L’anti-moldu qu’il était fut toutefois agréablement surpris de voir qu’il existait encore des gens capables de dévoiler leur haine sans crainte à l’égard de cette sous-race, songeant même qu’il aurait pu avoir des conversations peut-être intéressantes avec cet être qui ne l’était pourtant pas. « Loin de moi l’idée de vous courroucer… » Le mensonge était si éhonté et si désinvolte que c’en était proprement scandaleux. « … mais il me semble pourtant avoir eu vent de votre collaboration avec Wiz’ads. » Ces sales charognards avaient tant de fois cherché à l’approcher qu’Hermes avait du mener sa petite enquête pour les dissuader d’une nouvelle tentative. Et les révélations s’étaient avérées croustillantes, mais pas encore utiles car la charmeuse avait lâché l’affaire en réalisant peut-être que ses longues jambes n’attireraient jamais son regard. Mais Malone n’avait semblait-il pas la même volonté, ni d’ailleurs un immense sens de la discrétion. « Miss Reed a des talents indéniables, n’est-ce pas ? » Il enchaîna rapidement pour éviter d’éveiller chez l’instable une jalousie qui aurait été fort mal placée. « Et c’est une prouesse que de parvenir à cacher si longtemps sa vraie nature dans un monde qui vous est hostile. Pour ça, elle forge mon admiration. » Car lui-même savait à quel point mentir en permanence était un jeu dangereux. Un équilibre instable et grisant, excitant même. Mais la comparaison s’arrêtait là car après tout, cette moldue méritait de périr. Et quand on voyait le sort que Malone réservait à un verre, qu’adviendrait-il de cette misérable désormais ? Blesser un ennemi en jouant avec son coeur et réduire le compteur des moldus d’un chiffre, tout ça en quelques minutes ? C’était là une après-midi fort lucrative, et Hermes ne pouvait que s’en réjouir.
Revenir en haut Aller en bas
Ronan Malone

Ronan Malone


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 171
| AVATARS / CRÉDITS : Daniel Brühl | bloodywondersden
| SANG : Né-moldu.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : Un boeuf.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les loups sans meute w/Ronan Empty
MessageSujet: Re: Les loups sans meute w/Ronan Les loups sans meute w/Ronan 129196351Dim 6 Fév 2022 - 11:00

Les oreilles de Malone étaient si bourdonnantes qu'il n'entendait plus que le son de son propre sang qui gouttait contre le sol. Sa nature de loup-garou tendait à le concentrer sur les choses de la nature, le sang en faisait parti. Lui qui devenait une bête sanguinaire une fois par mois ne pouvait que sentir l'odeur ferreuse de son propre liquide sombre. Il ne pouvait que le sentir s'échapper de son corps pour ne guère plus lui appartenir. Ses pupilles entièrement dilatées lui donnaient un aspect animal à mesure que grandissait son envie d'égorger Hermes Nott. Les paroles doucereuses de l'héritier lui donnèrent d'autant plus envie de l'assassiner, d'ailleurs. Après tout, il y avait bien des morceaux de verres dans sa peau qui pourraient aisément percer celle bien blanche de ce britannique de pacotille. Ronan avait beau avoir excellente réputation, il veillait toujours à ne pas se laisser emporter dans des conversations sur les non-mages parce qu'il était souvent incapable de se maîtriser. L'héritage malheureux qu'il en avait l'avait suffisamment traumatisé pour qu'il ne veuille pas y être davantage associé. Car avoir été adopté par un couple de sorciers avait probablement été la meilleure chose qui lui soit arrivée. Lorsque le nom de l'entreprise où Billie travaillait fut prononcé, les sourcils de Ronan se froncèrent tant et si bien que quelqu'un qui ne le connaissait pas aurait pu croire qu'il s'agissait-là d'un mono-sourcil. Il n'eut pas besoin de poser davantage de questions pour que le monde de Malone s'effondre en quelques secondes à peine.

Et Hermes Nott, non content de faire couler le sang d'un artiste dans sa galerie d'art - belle allégorie sans doute pour un poète empreint de spleen - venait en plus de lui porter un coup de massue si violent qu'il se serait accroché à un mur s'il en avait eu un proche. Pour autant, Ronan resta calme, les yeux posés sur le propriétaire, les sourcils enfin relâchés mais la paupière droite traversée de soubresauts qui laissaient entendre sa colère. « Il est vrai » répondit-il les dents serrés. Au diable sa toile, au diable cette galerie, de toute manière. Ronan était traversé d'un sentiment de trahison si violent que la première pensée qu'il eue ne fut pas pour Billie mais pour sa sœur. Il fallait qu'il aille voir Esmee, il avait besoin de parler à Esmee. Elle avait toujours su apaiser son cœur et le peintre avait longtemps pensé que cette femme pour qui il avait finalement des sentiments amoureux pouvait faire de même. Mais non. Sa sœur ne le trahirait jamais alors que Billie lui avait menti par omission. Les non-mages, on ne peut jamais leur faire totalement confiance, n'est-ce pas ? Sans s'excuser, sans un mot pour prendre congé et le regard voilé de nuages, Malone dépassa Hermes pour se diriger vers la sortie de la galerie. A peine eut-il posé le pied dehors qu'il avait déjà transplané, emportant avec lui le lourd bagage de la peine amoureuse.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Les loups sans meute w/Ronan Empty
MessageSujet: Re: Les loups sans meute w/Ronan Les loups sans meute w/Ronan 129196351

Revenir en haut Aller en bas

Les loups sans meute w/Ronan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Il n'y a pas de bonheur sans courage, ni de vertu sans combat! - Gauwain Robards
» un auror sans baguette, c'est comme du quidditch sans balais - Aaron
» Il n'y a pas de bonheur sans courage, ni de vertu sans combat! - Gauwain Robards – Re-Up / MAJ
» L'armure sans coeur et la lionne sans courage (bal) | SUJET CLOS
» paulo aime les moules frites, sans frites et sans mayo + wadge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1979-1980
-