Le nouveau design est installé ! Nous remercions chaleureusement l'Ecureuil pour son travail magnifique !
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
Le deal à ne pas rater :
Codes promo Cdiscount : -25€ dès 299€ d’achat
Voir le deal

Partagez

Jusqu'à ce que le rhume vous sépare w/Razvan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Neolina Siankov

Neolina Siankov


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 502
| AVATARS / CRÉDITS : Michelle Williams @mittwoch
| SANG : Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Jusqu'à ce que le rhume vous sépare w/Razvan Empty
MessageSujet: Jusqu'à ce que le rhume vous sépare w/Razvan Jusqu'à ce que le rhume vous sépare w/Razvan 129196351Mer 3 Nov 2021 - 23:53

Il y avait des jours comme ça, où même en s’étant levé du bon pied, en s’étant réveillé dans d’agréables bras, la vie n’était pas de cet avis là. Sur les coups de midi, Neo avait donc commencé à renifler toutes les minutes sans trop bien savoir pourquoi, la faute sûrement à ce maudit temps britannique tout humide. Ce qui avait eu le don d’énerver passablement quelques collègues dont elle partageait l’espace, pour la bonne et simple raison qu’ils étaient tous sur les nerfs à cause de leur charge de travail, de la guerre et du reste, surtout quand elle eut la merveilleuse idée de ne pas retenir un éternuement qui envoya valdinguer toute une pile de parchemins soigneusement triés. Non mais tout de même, sorciers comme ils étaient, rien n’était plus facile que de tout remettre en ordre, mais ça n’avait pas empêché tout ce beau monde de râler. Bref, Neolina avait fini son après-midi comme une malade de la dragoncelle, isolée dans un coin de son étage à griffonner des papiers sur lequel elle avait le droit d’éternuer à loisir. Et en reniflant toutes les vingt secondes cette fois. Décidément, si c’était un rhume, il progressait vite.

Ce soir-là donc, Neo avait été bien contente de retrouver son petit chez-elle où ne l’attendait pas Razvan, qui finissait un peu plus tard, mais un Gabi un peu trop en forme pour son niveau d’énergie. Lovée dans un énorme plaid dont elle ne laissait échapper que son nez et ses yeux pour bouquiner, la roumaine grelottait quand même malgré la présence de son croup qui lui chauffait copieusement les orteils, mais pas le reste. Non mais quand allait rentrer sa bouillotte humaine après tout ? D’un geste las de sa baguette, elle parvint à faire mollement voleter quelques bûches jusque dans la cheminée avant de tenter un Incendio à la portée, disons, relativement faible. Le sort échoua dans un bout de la couverture qui traînait au sol et l’embrasa, affolant par la même occasion Gabi qui hurla à la mort alors que Neo tapotait avec son pied sur la petite flamme pour l’éteindre aussi vite qu’elle était apparue - un Aguamenti, ça aurait été trop demander. Si cette petite aventure avait au moins eu le mérite de la réchauffer un peu, la sensation agréable ne fut que trop brève. Heureusement, le bouquin qu’elle lisait - les aventures de quatre sorciers des quatre maisons de Poudlard qui affrontaient moult épreuves, histoire pas du tout adaptée à un public de son âge soit dit en passant - la happa suffisamment pour qu’elle en oublie un peu le froid. Mais ça, ce fut avant le dernier coup du maudit karma.

Car comme dans les mauvais films d’horreur moldus, les flammes des quelques lampes alimentées par la magie de Neo qui vacillaient déjà de plus en plus au fil de ses reniflements s’éteignirent tout à coup quand elle éternua à en faire sursauter son Gabi endormi, la plongeant complètement dans le noir alors que le soleil s’était bel et bien définitivement couché. « Maiiiiiis… » ronchonna-t-elle pour elle-même, frustrée qu’elle était de ne pas pouvoir lire la suite, trop fatiguée pour tenter de rallumer tout ça du bout de sa baguette qui, de toute façon, avait l’air de ne pas avoir envie de lui obéir. Si elle avait été du genre diva, elle aurait pu frôler la petite plaque que lui avait offerte Razvan pour le voir rappliquer et la sauver des ténèbres, mais bon. Ce n’était qu’un rhume, pas la faucheuse qui la menaçait. Alors nichée dans son canapé, dans le noir complet, Neo attendit, toute blottie contre son poilu un chouia plus téméraire qu’elle. Non pas que la roumaine soit froussarde, mais quand même… Sans magie, elle se sentait un peu vulnérable. Et sans son Razvan aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Razvan Vacaresco

Razvan Vacaresco


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 1165
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | Squirrel | signa par okinnel | icons par undeadtodds et Ethereal
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Antonin Dolohov
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Jusqu'à ce que le rhume vous sépare w/Razvan Empty
MessageSujet: Re: Jusqu'à ce que le rhume vous sépare w/Razvan Jusqu'à ce que le rhume vous sépare w/Razvan 129196351Dim 7 Nov 2021 - 16:16

La fin de son travail à Sainte-Mangouste approchant, Razvan était curieusement de meilleure humeur. Au fil des semaines, sans aller jusqu'à dire qu'il y avait une transformation flagrante dans sa manière d'être, il sentait qu'il subissait moins ses journées. Une journée de moins était une journée plus proche de sa future liberté. Préférant ne pas s'installer à Pré-au-Lard pour garder sa tranquillité une fois la nuit tombée avec Neolina, le roumain avait décidé de ramener sa bonne âme dans le village gallois où ils avaient été tous les deux. Et les gens avaient plutôt bien accueillis la nouvelle, ravis qu'ils étaient d'avoir ENFIN un médicomage pour s'occuper d'eux. De quoi renouer avec ce qu'il avait l'habitude de faire auparavant, tout en préservant une vie familiale tranquille - ce qui n'était pas son cas lorsqu'il vivait en Roumanie et qu'on venait toquer chez lui à n'importe quelle heure du jour et de la nuit. Étonnante résolution pour un homme qui vouait ainsi sa vie à son métier. Mais voilà, Razvan n'était plus cet homme qui vivait seul et qui n'avait pas de raison de rentrer chez lui.

Aussi ce jour-là plia-t-il bagages à l'heure précisée par son emploi du temps, avec cinq minutes de retard quand même parce qu'on ne se refait pas. Il fit un signe à son supérieur qui le regarda sortir de l'hôpital d'un air désolé, parce qu'il n'était définitivement pas fan de la version de son médicomage qui ne faisait pas d'heures supplémentaires non rémunérées. Une fois dehors dans l'air glacial londonien, Razvan sortit son briquet tout à fait moldu, ses cigarettes et s'en alluma une pour remonter la rue passante. Il y avait foule, la faute à noël qui approchait et la fâcheuse tendance capitaliste de ces britanniques qui ne pensaient qu'à dépenser leurs livres dans mille et un cadeau. Le roumain était de ceux qui considéraient qu'un seul cadeau, d'une grande valeur pécuniaire ou non, mais surtout d'une grande valeur sentimentale valait bien plus que tout ce qu'ils pouvaient vouloir s'offrir avec leurs salaires. Mais c'était sans doute l'héritage de son éducation sous le joug communiste et peut-être aussi l'héritage de son caractère désespérément traditionnel et simple. Quoiqu'il en soit, il déboucha dans le Chemin de Traverse sans trop savoir pourquoi, alors qu'il aurait bien pu transplaner depuis l'hôpital pour Pré-au-Lard. Mais nos pieds nous portent parfois ailleurs. Le côté sorcier ne désemplissait pas du tout non plus et en passant devant l'animalerie magique, son regard accrocha une muselière qu'il eut envie d'acheter pour être certain que l'animal de malheur de Neolina n'ait jamais dans l'idée de lui croquer une fesse. Mais il connaissait sa roumaine, savait qu'elle allait être contre et se contenta de tirer une dernière taffe pour jeter avec négligence son mégot au sol en remontant la rue. En passant devant une boutique, il vit quelque chose qui ferait peut-être un joli cadeau de noël mais pour l'heure, il avait surtout envie de rentrer chez lui. Au croisement d'une rue, Razvan transplana simplement.

Quelle ne fut pas sa surprise de débouler chez lui pour voir toutes les lumières éteintes ! Un coup de baguette plus tard, le croup sautait du canapé pour lui foncer dessus et il se recula machinalement dans le coin de l'entrée, comme d'habitude, comme tous les jours : « Ouste ! » lança-t-il à l'animal qui semblait définitivement doué d'un cerveau plus gros que ce qu'il aurait pu imaginer. Le regard du médicomage se leva vers le canapé pour voir Neolina en boule, sous une grosse couverture bien chaude. Son nez rouge parlait pour elle et un petit sourire se glissa sur les traits de Razvan parce que voilà que la trentenaire était elle aussi victime de la crève d'hiver. Il s'avança vers elle et s'assit sur un bout de canapé libre : « Je vois que tu es aussi malade » dit-il en lui faisant un petit sourire pour poser sa main sur ce qu'il savait être sa cuisse recouverte par son plaid : « Les écharpes, c'est à partir de mi-octobre qu'il faut les mettre ». Sa petite plaisanterie était accompagnée d'une douce caresse sur sa jambe avant qu'il ne se penche finalement pour lui embrasser le front. « Je vais te donner de quoi te soigner, va ». La main sur le cœur, cet homme, vraiment. Razvan disparu dans la cuisine sans faire attention si Neolina acceptait ou non qu'il s'éloigne d'elle - ce n'était pas comme s'il n'allait pas vite revenir bien vite de toute manière. Et il se dépêcha, parce qu'il était l'exemple même de l'efficacité roumaine. Une tisane à la main parce qu'il n'y a parfois que ça de vrai, il la lui tendit alors qu'elle était encore fumante. « Pas de la médicomagie classique, mais recette de ma tante qui a toujours fait ses preuves et n'a jamais déçu ».


(811)

______________________________
Les mauvais choix

Ché non lo posso sorpportare, questo silenzio innaturale tra me e te | Diodato
Revenir en haut Aller en bas

Jusqu'à ce que le rhume vous sépare w/Razvan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [UploadHero] Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Pré-au-Lard :: A la sortie du village-