Le nouveau design est installé ! Nous remercions chaleureusement l'Ecureuil pour son travail magnifique !
Retrouvez la dernière édition de la Gazette des sorciers !
-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% Nike Crater Impact SE
68.97 € 114.99 €
Voir le deal

Partagez

Black Anger (Marius)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Regulus A. Black

Regulus A. Black


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 338
| AVATARS / CRÉDITS : Fionn Whitehead- Crédit hedgekey
| SANG : Black


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Black Anger  (Marius) Empty
MessageSujet: Black Anger (Marius) Black Anger  (Marius) 129196351Dim 19 Déc 2021 - 12:57

Manoir des Black, 4 septembre 1979

Maintenant que sa scolarité à Poudlard était terminée, une nouvelle vie s’offrait à l’héritier de la très noble et très ancienne maison des Blacks. Premièrement, il était enfin devenu un vrai mangemort. S’il portait la marque depuis plus d’un an, il n’avait encore jamais assisté à de grands rassemblements de mangemorts ou à de grandes missions avant sa sortie de Poudlard. L’attaque du chemin de traverse cet été était sa première vraie mission. Pour dire vrai, cela lui avait fait peur mais il n’oserait jamais l’avouer et préférait se vanter auprès de ses parents d’être un mangemort, un vrai. Ensuite, il commençait enfin son cursus universitaire pour devenir briseur de sortilèges. Un métier exigeant qui le faisait rêver depuis des années et dans lequel il était certain d’exceller. Troisièmement, il avait trouvé un emploi chez Barjow et Beurk où il voyait toute sorte d’objets rares ou d’objets ensorcelés, souvent par de la magie noire. Il pouvait ainsi les étudier, en comprendre les maléfices et se préparer à ce métier qu’il convoitait Quatrièmement, il entendait tout faire pour conquérir le cœur de Svetlana et rétablir ses fiançailles avec l’héritière de l’ambassadeur de Russie. Une longue et belle vie l’attendait à ses côtés avec plusieurs enfants pour couronner leur mariage. Il en était persuadé.

Mais pour l’heure, il était en train de fouiller dans les objets de sa défunte gande-tante Dorea Black épouse Potter pour voir s’il y avait des objets qu’il pourrait revendre chez Barjow et Beurk. Walburga Black, qui ne voulait plus que le nom des black soit associé à celui des Potter depuis que James Potter avait épousé cette sang de bourbe de Lili Evans et que Sirius avait été leur témoin, avait demandé à Kreattur de se débarrasser de tous les objets qui n’appartenaient pas à la maison des Black.

Une petite boite en bois attira l’attention du sorcier. Elle était sculptée avec les armoiries des Black et des serpents en or. Des serpents qui rappelaient que tous les Black – sauf ce traite de Sirius – étaient passés par la maison de Salazard Serpentard. Il essaya de l’ouvrir et ressentit une violente décharge électrique qui le propulsa en arrière. Sonné, il se releva avec l’envie encore plus grande de l’ouvrir. Il tenta un premier sortilège, puis un deuxième, un troisième, un dixième. Rien à faire à chaque fois, une violente décharge électrique ne le propulsait en arrière. Il était incapable d’identifier le sortilège de protection et de le briser et cela le rendait fou de rage. Kreattur s’empara de l’objet et posa ses doigts crochus dessus. Il claqua des doigts avec l’autre main et la boite s’ouvrir miraculeusement. Comment avait-il fait ? La magie des elfes était vraiment impressionnante. «Merci Kreattur» dit-il en lui donnant une tape amical sur l’épaule. Cet elfe était pour lui bien plus qu’un domestique. Il était son ami, son confident. Son frère perdu. Il ne pouvait pas s’imaginer le perdre. Lorsqu’il était à Poudlard, Kreattur était la personne de sa famille qui lui manquait le plus.

Regulus s’empara de la boite à présent ouverte et neutralisé. Dedans, il y avait des parchemins. Des dizaines ? Des centaines de parchemins. C’était des lettres. Toutes étaient signée de la main de la même personne. « Marius ». Qui était Marius ? Etait-ce l’amant de la grande tante ? Non, la teneur des lettres ne le laissait pas penser. Ils avaient cependant l’air proches. Très proches. Il lui posait des questions très précises sur chacun des membres de la famille. Comme s’il les connaissait. Comme s’il en faisait parti. Le Black tendît une lettre à l’elfe et posa son regard interrogateur sur lui. «Tu le connais ?» demanda-t-il d’un ton un peu sec. L’elfe baissa les yeux, comme s’il avait quelque chose à se faire pardonner. Puis il plongea ses gros yeux dans ceux de son Maître. « Suivez-moi Maître Regulus » dit-il en se levant. «Arrête de m’appeler Maître. Je te l’ai déjà dit » lâcha le sorcier agacé. « Pardon Ma... Regulus.... Kreattur est désolé Mai.... Regulus» dit-il en attrapant une lampe pour se cogner avec. Lampe que lui arracha aussitôt le sorcier pour l’empêcher de se faire du mal. «Je t’interdis de te punir tu m’entends. Si je te vois en train de te punir par rapport à moi.... je te jure que je te donne un vêtement ! ». C’était la pire des menaces qu’il pouvait lui faire et la seule façon de le protéger en s’assurant qu’il ne se fasse pas de mal. Etre libéré était la pire punition qu’il pouvait lui infliger. Une véritable disgrâce. Evidemment qu’il ne lui donnerait jamais de vêtement. Il ne voulait pas se séparer de lui. Ce serait comme se séparer d’une partie de son âme, mais il devait le lui faire croire pour qu’il arrête de se mutiler pour rien. « D’adadadacooord Regulus » dit-il la voix tremblante toute en lui ouvrant le chemin. Silencieusement, Regulus suivi l’elfe dans les couloirs, puis dans l’escalier avant d’aller jusqu’à la tapisserie. L’elfe posa son doigt sur un nom brulé, inscrit entre Cassiopea Black et Dorea Black. C’était donc son frère. Pourquoi son nom avait-il été brûlé ? Le sorcier n’eut même pas besoin de poser la question pour que l’elfe réponde. « Cracmol ». Regulus comprit aussi tôt que Dorea avait pendant des années transmis des informations sur la famille à celui qui n’était pas digne de la maison des Black. Celui qui avait souillé le nom en étant incapable de produire la moindre once de magie. Elle déshonorait comme lui, le nom des Black mais tout cela était fini car elle était morte. « Maintenant qu’elle est morte. Il n’a plus personne pour lui donner des informations ce sale cracmol ». Plop. L’elfe disparu d’un claquement de doigts. Regulus fronça les sourcils. Sans doute avait-il été appelé par un autre membre de la famille pour partir sans rien dire.

***


Manoir des Black, 8 septembre 1979


Depuis cette scène, Regulus n’avait plus vu Kreattur. Il avait l’impression qu’il l’évitait. Le sorcier pensait savoir pourquoi. Il était persuadé qu’il avait peur de déplaire à Regulus et peur qu’il le libère. Il devait aller le rassurer. Lui dire qu’il ne contait pas le libérer pour ne pas le faire vivre dans la peur. Il se rendit dans son placard. Ce qu’il vit lui fit horreur. Les mains de l’elfe étaient couvertes de bandage. Il s’était imposé de cruels châtiments. Pourquoi ? En le voyant entrer, l’elfe se jeta à terre et s’accrocha à la robe de son maitre, pleurant à chaudes larmes et le suppliant de ne pas le libérer. « Je vous en supplie Maître Regulus, je vous en supplie. Ne me donnez pas de vêtements. Par pitié, Maître Régulus.» Regulus se baissa pour se mettre à la hauteur de son elfe et d’un geste affectueux, le pris dans ses bras pour le calmer. « Je ne vais pas te libérer. Jamais. Sauf si tu me le demandes Kreattur. Justement, j’étais venu pour te dire d’arrêter de m’éviter, que je ne comptais pas te libérer. ». L’elfe arrêta de sangloter et remercia son maître. « Merci Maître Regulus, vous êtes trop bons. Kreattur est un méchant elfe. Mais kreattur n’avait pas le choix. » Regulus détacha les bandeaux de l’elfe, pour regarder ses mains complètement brûlées. Qu’avait-il fait ? Les avait-il mis dans la cheminée ? Il sortit sa baguette et lui jeta un sortilège pour soigner ses blessures. « Maintenant, tu vas me dire pourquoi tu t’es fait ça ! C’est un ordre kreattur. » La créature se mit à sangloter à nouveau et lui confia tout. Notamment comment depuis le décès de Dorea, le cracmol avait fait de kreattur son messager. Comment il l’avait forcé à lui donner des informations en lui disant qu’il n’avait pas le choix que d’obéir à un Black. Comment il le faisait mais se punissait ensuite à chaque fois en sachant que la maîtresse Walburga serait très fachée si elle l’apprenait. Et pourquoi, il était parti chez des moldus pour utiliser un fer à repasser et se repasser les mains pour se punir d’avoir déçu le Maître Regulus après que celui-ci ait dit qu’heureusement plus personne ne donnait d’informations au Cracmol. Regulus n’avait aucune idée de ce qu’était un fer à repasser mais il était en colère. Très en colère que ce sale Cracmol ose commander son elfe. Qu’à cause de lui, son elfe se mutile si fréquemment. Il allait le lui payer. « Dis moi où le trouver Kreattur » demanda-t-il furieux. Il était prêt à le tuer pour se débarrasser définitivement du problème « Le gentleman assoiffé sur le chemin de traverse» en plus d’être un cracmol et un lâche c’est donc un ivrogne pensa-t-il avant de transplanner dans le bar vert de rage. « Qui est Marius ? » demanda-t-il la baguette pointée sur la foule des clients.
Revenir en haut Aller en bas

Black Anger (Marius)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Back to Black with Mr Black | SUJET CLOS
» Marius Draven dit "Le Cuisinier"
» Les hiboux de Mr Marius Draven
» C'est chouette chez tonton! [Orion/Marius]
» ◮ EVENT ST VALENTIN — maxine orwell et marius rey

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1979-1980
-